Cliquez ici nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos NEWNEEEW cliquez_ici undrgrnd nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

2,9 sur 5 étoiles10
2,9 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:4,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 1 octobre 2007
Buckowski et Easton Ellis, poètes inspirés, peuvent dormir tranquilles au fond de leurs trous : la french concurrence n'est pas encore à point. Pas avec ce livre en tous cas.
Le personnage principal (dont j'ai oublié jusqu'au nom) des aventures de "Mémoire courte" à ses petits problèmes de copyrwriter télévisuel accro à la branchitude, qui hésite cocktail en main, entre sa vie de célibataire et sa vie d'homme marié. Quel dilemne.
Passés les quelques clichés sur l'alcool et la drogue, le talent en moins, et une traditionnelle pointe de cul pour onanistes littéraires, il ne reste que la vie d'un personnage héros de roman parisien a qui on a surtout envie de botter les fesses.
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Nous sommes en 1988 et Gabriel va se marier.
Gabriel a 31 ans et lorsqu'il n'est pas ivre mort à faire la bringue ou en train d'ingérer des cocktails de tranquillisants, il écrit des bandes annonces pour les programmes de France 3. Entre deux lignes de coke, Gabriel s'interroge sur la signification du mot mariage et sur l'impact que cette noble institution aura sur sa vie de débauche...
Y a-t-il une échappatoire ?
Evidemment, on ne peut que penser à Beigbeder en lisant Mémoire Courte ; le côté bobo cocaïné qui fornique à tout va n'y est pas pour rien ! Pourtant, au fil du roman, on découvre que Nicolas Rey a bien un style à lui : une écriture fraîche, un style enlevé. La vision très premier degré - quasi enfantine - qu'a le personnage principal de la vie vient encore étoffer cette naïveté et cette fraîcheur qui, il faut bien le dire, contrastent étrangement avec le côté provoc' de tout le livre.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 avril 2006
A la manière de Beigbeder, dans ce style propre à cette nouvelle génération d'auteurs à tendance dépressive, Nicolas Rey nous fait ici vivre l'histoire d'un homme qui vient de se marier et qui raconte avec les yeux grands ouverts sur une réalité qui fait mal les débuts d'une histoire qui nous rappelle celle qu'on a terminée ou celle qu'on devrait terminer. L'écriture est rapide et incisive. On rit parfois, on sourit souvent, si l'on aime ce genre d'humour amer.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Nicolas Rey reste un magnifique représentant du bobo parisien tel qu'il a été vilipendé au début des années 2000. Et ça tombe bien, car cette "Mémoire courte" a obtenu le Prix de Flore (prix bobo parmi les prix bobos s'il fallait en désigner un !) en... 2000 ! Il est donc amusant de retomber sur ce roman qui fait la part belle à notre narrateur, Gabriel, qui à l'aube de son mariage se retrouve dans une fuite en avant (ou en arrière, ou sur le côté, lui-même ne parvient plus bien à savoir exactement !) mal contrôlée.

De débandades en ratés en passant par de multiples tromperies, rien n'est épargné au futur marié qui cherche à s'échapper d'une vie qui lui apparaît soudainement comme trop étroite, trop rigide, presque tragique... Et le lecteur vit tout cela avec une belle intensité qui lui permet de trouver le héros tout à la fois pitoyable et grandiose dans cet éloge de la fuite que fait Nicolas Rey tout au long du livre.

Evidemment, le livre se révèle parfois pénible avec des jérémiades qui, si elles amusent au début, finissent par lasser fortement le lecteur de par leurs répétions trop intensives. Bien sûr, le héros est un sombre (et pas sobre du tout !) co**ard. Toutefois, malgré tout cela, le livre se lit bien souvent avec plaisir grâce à une écriture parfaitement maitrisée et une propension rarement égalée de parvenir à rendre sympathique cet antihéros antipathique de prime abord. Sans doute car Rey parle d'un homme dont beaucoup de ses lecteurs retrouveront des bribes moyennement avouables de leur vie personnelle...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 septembre 2003
J'ai été un peu déçu du deuxième livre de Nicolas Rey. Le premier m'avait étonné par son style d'écriture, et par l'histoire qui flirte deux ou trois fois avec la crudité et le trash utilisé avec parcimonie. Son deuxième livre, Mémoire Courte, avec le recul, ne me laisse aucun souvenir (peut-être était-ce l'explication du titre???). Mis à part l'histoire qui me semble avoir moins de "punch" que Treize Minutes, on retrouve toujours la verve et le culot du jeune auteur. J'attends avec impatiente un troisième ouvrage de Nicolas Rey.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 mars 2013
Couronne de prix, adulė par la critique... Ok sans moi... Des les premières pages je déteste ce héros et ne veut surtout rien savoir de plus de ce sale type. J efface l œuvre de mon kindle.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 janvier 2001
Mémoire courte est un livre dérangeant car chacun peut retrouver un peu de lui même, de ses propres doûtes et angoisses à travers la vie de Gabriel, le héros fort attachant de Nicolas Rey. Un livre qui pose la question: comment mener sa vie? quels sont les bons choix, se marier et renoncer une fois pour toutes à nos années de liberté et d'insouciance? je me pose moi même ses questions du haut de mes 24 ans. Je pense que ma génération ne peut être que sensibilisée à ce livre, que personnellement j'ai trouvé formidable et qui a rendu mon quotidien moins absurde le temps d'une lecture. Caroline de Livry-Gargan
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mai 2001
"Mémoire courte" se caractérise simplement par un joli style. Nicolas Rey est dans la lignée de cette nouvelle génération d'écrivains : Roman chargé de personnages pessimistes, droguées ou alcooliques s'interrogeant sur leur quotidien morose et sinistre. Bref, rien de nouveau.
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 août 2003
J'ai été un peu déçu du deuxième livre de Nicolas Rey. Le premier m'avait étonné par son style d'écriture, et par l'histoire qui flirte deux ou trois fois avec la crudité et le trash utilisé avec parcimonie. Son deuxième livre, Mémoire Courte, avec le recul, ne me laisse aucun souvenir (peut-être était-ce l'explication du titre???). Mis à part l'histoire qui me semble avoir moins de "punch" que Treize Minutes, on retrouve toujours la verve et le culot du jeune auteur. J'attends avec impatiente un troisième ouvrage de Nicolas Rey.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 mars 2003
On lit et en lisant, les mots nous demandent notre main, et on accepte. On accepte parce que la fougue qui en ressort, l'impétuosité provocante, les clairs-obscurs qui dansent, l'amour et la lassitude qui se croisent, parce que tout cela forme une histoire belle et acide...
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

17,50 €