Commentaires en ligne 


12 évaluations
5 étoiles:
 (7)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:
 (2)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Les travers de l'humanités, et son rachat
Étoile mourante est un livre qui a révolutionné ma vision de la SF française.

L'humanité a été séparée en quatre Rameaux. Quatre évolutions de l'humanité à l'opposée les unes des autres. Et pourtant, les Animaux Villes organisent une rencontre.

Dunyach avait construit...
Publié le 3 octobre 2010 par Caille Rotie

versus
Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 La taille annoncée n'est pas celle d'un vrai livre de poche
La taille annoncée n'est pas celle d'un vrai livre de poche; c'est un format sur édition spéciale plus grande et plus proche de la taille d'un roman broché.
Publié il y a 2 mois par Moustach


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Les travers de l'humanités, et son rachat, 3 octobre 2010
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Etoiles mourantes (Poche)
Étoile mourante est un livre qui a révolutionné ma vision de la SF française.

L'humanité a été séparée en quatre Rameaux. Quatre évolutions de l'humanité à l'opposée les unes des autres. Et pourtant, les Animaux Villes organisent une rencontre.

Dunyach avait construit l'univers dans "Etoile morte", Ayerdhal y a distillé sa poésie. Le résultat est un livre fort, qui prend le temps de placer les protagonistes dans leur monde, avec leurs morales et leurs contraintes, avant de les réunir dans l'acte final, pour une mission dont ils n'ont pas vraiment conscience. Mais l'avenir de l'univers dépend de sa réalisation.

Achetez-le, faites le circuler, il sera bientôt en rupture de stock.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Epoustouflant!, 9 janvier 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Etoiles mourantes (Poche)
Un livre assez incroyable.... J'ai un peu eu l'impression de devoir réapprendre à penser, à trouver mes marques tellement l'univers est décalé par rapport à la réalité. Mais c'est ce qui en fait le charme et une certaine prouesse. En plus l'univers est très poétique et l'on aimerait vraiment s'envoler et se lover au fond de ces magnifiques "animaux-villes".
Vraiment une surprise ce livre et une invitation au voyage.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un veritable coup de coeur, 15 janvier 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Etoiles mourantes (Poche)
J'ai voté coup de cœur, pour le dépaysement, l'absence de clichés, la sensualité qui se dégage, et puis bien sûr pour Ombre, le chat de Closter. Parce que depuis "l'espion au pattes de velours", je n'avais jamais vu un chat tenir un rôle aussi important dans un roman.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un must injustement indisponible ..., 12 décembre 2011
Par 
Finity's end "Forteresse des etoiles" (Paris France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Etoiles mourantes (Poche)
Etoiles mourantes est une exception ( parmis d'autres ) dans le genre SF en général et dans la SF francophone en particulier ( selon moi ) ...
C'est un texte qui est écrit par deux auteurs talentueux et le lecteur aura donc la satisfaction de lire un texte
bien tourné et c'est une garantie que ne nous apporte malheureusement pas toujours les traductions d'oeuvres
étrangères auxquelles sont habitués les amateurs de SF ...

Etoiles mourantes est un roman à thèse autant le dire et soulignons que ce texte qui est engagé dans l'humanisme est excessivement lucide quand il est question de faire face avec justesse à la nature humaine dans sa dimension la plus paradoxale ..

Voici donc un roman engagé dans une sensibilité humaniste lucide et insistons encore pour souligner qu'il n'a rien de politicard et de véhément ( finesse .. nuance ... étique .. interrogations ... réalpolitique et lucidité sont bien au rendez-vous ) ..

J'apprécie Etoiles mourantes parce que c'est un roman : ^pointu et la complexité des personnages et des thèses est densément'posée .. Elle vient étayer et nourrir le texte ainsi que irriguer des personnages fonctionnels et denses qui agissent avec tant de subtilité qu'il n'est pas possible de ne se complaire en ne les imaginant pas réels ..

L'humanité de ce roman est diverse et fracturée ... quatre groupes de post humains que tout sépare et dont le sentiment d'appartenir à la même espèce devient de plus en plus théorique .. .
Les malentendus surgissent et la guerre menace alors qu'un péril externe aux divers paysages humains menace de surcroit sous la forme d'une étrange et étrangère menace qui représente accessoirement un pur délice du point de vue de la création d'univers ( world building ) ..

Pour des raisons fonctionnelles et des raisons de rythme le récit privilégie l'éclairage de certains personnages qui ont tendance à résumer leur rameau et la civilisation dont ils sont originaires ...
C'est un univers exquis de présence qui est très satisfaisant de réalisme et de légitimité car il est le résultat d'un effort créatif élégant ...

Il faut souligner que la présence intense que cet univers affiche n'est pas le résultat d'un matraquage maladroit de données jetées à la volée mais au contraire le résultat d'une invitation très justement pensée à faire une petite visite guidée dans ces mondes subtilement révélés qui n'en doutons pas une seconde existent certainement ( sourires ) et où les auteurs sont allés en douce pour en rapporter ce récit dont ils affirment que c'est une fiction ..
Mais personne n'est dupe ..
PS : étoiles mourantes est aussi une histoire d'amour ...

L'éditeur est impardonnable de ne pas rendre disponible cet excellent et riche espace opéra
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 La débauche, en omniscience, 28 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Étoiles Mourantes (AnimauxVilles t. 3) (Format Kindle)
La race humaine menaçait de s’exterminer et les AnimauxVilles l’ont sauvée en dispersant les grandes tribus dans des différents coins de l’univers. L’effet n’était pas comme souhaité. Loin de prendre recul à leur conflits grâce à la distance et de s’approcher ensuite sereinement sur un pas diplomatique, les Rameaux ont exacerbé l’évolution de leurs traits séparatifs. Le gouffre entre les différentes parties de l’humanité s’est élargi davantage, il règne la méfiance et le racisme entre eux et les Mécaniciens ont conçu un plan pour assujettir les autres trois Rameaux ainsi que les AnimauxVilles.

Une supernova s’annonce, singularité qui fait effondre le Ban sur un point infime avant qu’il ne se déploie à nouveau dans l’explosion cosmique successive. Le Ban est le réseau qui sous-tend l’univers et dont les points nodaux servent aux AnimauxVilles pour se déplacer. Les Mécaniciens, avec l’aide d’une AnimalVille aux intentions peu claires, ont réussi à construire un vaisseau stellaire qui peut chevaucher sur le Ban. Avec ce vaisseau en état opérationnel, les Mécaniciens seront capacités de se libérer de la dépendance aux AnimauxVilles pour le transport galactique. Il leur sera possible d’atteindre les planètes des autres Rameaux qui, face aux prouesses guerrières des Mécaniciens, seront réduits à l’esclavage. En plus, les Mécaniciens veulent intervenir directement dans le cataclysme de la supernova et altérer le déploiement du Ban, en sorte que les AnimauxVilles ne puissent plus l’utiliser pour leurs sauts dans l’espace. En bref, les Mécaniciens ambitionnent la domination absolue du cosmos.

Le roman, malgré son long développement, maintient en réveil l’intérêt du lecteur pour la trame qu’il échafaude. Il achève d’intégrer l’ampleur de la conception de son monde et les univers personnels des caractères principaux.
Dans la première moitié du roman, le lecteur est conduit aux mondes des différents Rameaux et apprend à connaître la constitution civique et politique de ces mondes, ainsi que les personnages centraux qui vont influer sur le déroulement de la deuxième moitié du livre. Celle-ci s’appelle « Les Retrouvailles » et chronique le spectacle extraordinaire que les AnimauxVilles ont préparé : la réunion des représentants de la humanité dispersée. Les Retrouvailles sont, principalement, la grande réunion pour les AnimauxVilles. Pour un motif qui déjà échappe à leur mémoire, elles se réunissent chaque fois que le Ban se replie sur lui-même dans une étoile qui se consume, et elles assistent à la reconstitution du Ban dans l’explosion qui s’ensuit. Et pour un motif que lui aussi n’est pas détaillé, ils tiennent à ce que les humains soient également sur place quand la singularité se produite.

Quoique « Étoiles Mourantes » est situé dans le même univers des AnimauxVilles que son prédécesseur chronologique, « Étoiles Mortes », les deux histoires sont complètement différentes sur les plans stylistiques et sémantiques. « Étoiles Mortes » offrait une vue très intime de cet univers, depuis une perspective artistique, avec un narrateur à la première personne qui enchaînait des perceptions fortement subjectives, parfois même elliptiques, et pétillant de sous-entendus. Le monde de « Étoiles Mortes » était vraiment le monde de ce narrateur, Closter, avec toutes les limitations que cette vision uniquement focalisée sur lui a signifiées pour la connaissance que le lecteur pouvait acquérir des AnimauxVilles.

Correspondant à la vaste conception de l’histoire de « Étoiles Mourantes » les auteurs ont choisi d’abandonner le discours autodiégétique et ils ont introduit le classique narrateur hétérodiégétique, ou auctorial, qui est doué d’omniscience. En même temps, c’est la focalisation zéro qui caractérise le roman – c’est-à-dire, l’histoire n’est pas raconté depuis le point de vue d’un seul caractère, ou des quelques caractères sélectionnés, mais le narrateur peut potentiellement relater tous les sentiments et pensées des agents, et c’est cela ce qu’il fait. Donc, il se trouve aussi des scènes avec des changements de focalisation rapides entre les participants aux événements.

Le roman pèche par une sorte d’ivresse d’omniscience.
Closter jouissait d’une relation exceptionnelle avec les AnimauxVilles. Sa sensibilité artistique lui permettais de se communiquer avec eux, mais cette communication était fortement imprégnée du poétique et ne se réduisait point à des causeries d’ordre quotidien. On se rappellera Closter se retirant les chaussures, marchant pieds nus sur l’épiderme des rues des AnimauxVilles pour capter les vibrations du caractère d’une ville. En « Étoiles Mourantes » les Villes parlent. Plus encore, elles bavassent. À maintes reprises elles se glissent dans la conscience des agents principaux et commentent leurs actions, répondent aux questions, relayent des messages à d’autres personnes. Il paraît que le pouvoir des Villes pour dénicher les pensées des agents est illimité, et de ce fait il est surprenant lorsqu’elles manifestent des ignorances. « Elle savait qu’aucun AnimalVille n’était capable de percer les secrets de la conscience et du subconscient humains », mais le lecteur a la forte impression que les AnimauxVilles ne font rien d’autre tout au long du texte. « Non, tout compte fait, je crois que je ne te comprends absolument pas », capitule la Ville Turquoise face au comportement altruiste d’un Mécanicien, malgré ses millénaires d’existence et sa connaissance intime des pensées d’hommes et de cet homme en particulier. Peut-être les auteurs ont-ils souhaité garder une barrière d’incompréhension, et ainsi de mystère, entre les humains et les Villes, mais le lecteur ne peut plus y croire, puisqu’ils ont déjà écarté cette barrière en transformant les Villes en une sorte de conscience sempiternellement en relais, un super-ego indiscrètement loquace : « Il débita d’un trait son insupportable vérité » – les Villes ne s’en lassent jamais.

Les Villes se humanisent, ils perdent tout à fait l’étrangeté mythique qui gardaient leurs actions en suspens dans « Étoiles Mortes ». Et non seulement les Villes s’entretiennent familièrement avec les agents humains, mais en plus le lecteur devient auditeur de leurs conversations entre eux, où, encore une fois, leurs traits très humains, comme l’ignorance des faits qu’elles devaient savoir, confondent le lecteur frappé par l’incongruité. Dans une scène les Villes Noone et Turquoise échangent leurs idées sur la structure de l’univers et Noone prouve être la mieux renseignée – « Cet univers a une fin. [sic!] Turquoise » – parce qu’elle est la seule Ville qui n’ait pas choisi d’oublier la raison du rassemblement des AnimauxVilles autour des supernovæ.

Étrangement, dans le dialogue des Villes se mêlent aussi des informations exclusivement à l’adresse du lecteur, comme quand Noone explique : « Certains d’entre eux [les humains] ont pourtant compris que l’univers est cyclique et instable, et que les alephs sont tous interconnectés. Ils savent que, lors des explosions d’étoiles, il se crée un attracteur à l’échelle du Ban. » etc. Au moins les auteurs ne poussent pas l’ignorance de Turquoise au point qu’il ne lui serait pas permis de répondre comme il le fait effectivement : « Je connais cette théorie […] Et alors ? »
La focalisation interne sur les caractères principaux se réalise jusque dans le discours indirect libre et des interjections d’un discours immédiat, sans intervention apparente du narrateur : «La dernière nanotechno, hyperstable, un coefficient de redondance multiplié par mille, promisjurécraché ; mon cul, oui ! » Mais les apparences trompent. Malgré que l’action est racontée depuis les points de vue des personnages centraux, ils ne deviennent pas intimes au lecteur. En comparaison avec le contact direct qu’on a eu avec la personnalité de Closter, ils restent même infiniment éloignés. Il y a des raisons pour cela. Premièrement, après que les personnages ont été introduits dans la première moitié du roman, on aurait pu s’attendre à l’approfondissement de leurs traits dans la dynamique de leur interaction lors des Retrouvailles. Mais non seulement des éléments propres à eux faussent la spontanéité de leurs relations, comme les armures des Mécaniciens ou le Réseau de la Connecté Nadiane – plus encore, c’est le babillage des Villes, ou de l’esprit qui habite une Ville (Marine), qui s’immisce impunément en leur discours intérieur et le mine d’un double-fond. Piégés dans ce fond, les personnages perdent leur propres caractéristiques, l’omniscience des Villes les engouffre. Et les Villes mêmes n’apparaissent point comme des personnalités distinctes, parce que leur voix est à plusieurs reprises infestée par le narrateur omniscient. Son omniscience se multiplie en eux. Leur ignorance des faits spécifiques paraît si étrange au lecteur parce qu’il les a déjà confondus avec la voix du narrateur omniscient. Pourtant, ce narrateur reste à part, il commente rarement en intervention directe, mais sa présence se fait insinuante quand des monologues explicatives des caractères, ou des dialogues entre eux, ont visiblement aucune autre fin que d’informer le lecteur sur ce qu’il ne sait pas encore. Pourtant ce narrateur ne hante pas le roman comme un spectre, il parle. Par exemple, dans l’échange mentionné entre les deux Villes, on pourrait d’abord se surprendre que leur langue est directement intelligible pour le lecteur humain. Le narrateur omniscient, allant au-devant de la surprise, avoue son travail de traduction : « Retranscrit en termes humains, toutefois, cela [l'entretien] se résuma ainsi : » etc. Le narrateur parle aussi lui-même quand, dû à la nature des événements qui ne peuvent pas être présentés par les caractères, il ne peut pas s’approprier de leur discours pour relater ce qui se passe : « Au sein de l’étoile primaire, dans la masse centrale constituée de noyaux de fer dégénérés, les énergies avaient atteint des proportions inimaginables. » etc. Au moment culminant du récit, le narrateur se fait même philosophe : « C’était un magnifique et inutile exemple de perfection, comme l’humanité elle-même. »

L’accès aux personnalités du roman, accès si douloureusement ouvert à l’âme de Closter en « Étoiles Mortes », est bloqué ici par la voix du narrateur omniscient qui mêle ses propres énoncés et explications aux pensées des caractères et se reproduit aussi dans les AnimauxVilles, qui font la même chose que lui, mais s’aidant en toute impunité de leur poids charnel. Une relation de cœur à cœur avec les personnages est interdite au lecteur, ils perdent leur authenticité à mesure que le narrateur omniscient s’approprie d’eux pour les rendre ses porte-parole.

La transformation des Villes, des phénomènes guère déchiffrables en demi-Dieux bavardes, est symptomatique pour un changement éminent qui a subi l’univers des AnimauxVilles par rapport à « Étoiles Mortes ». La connexion de Closter aux Villes était établie par une sensibilité artistique ouverte à la riche gamme des perceptions sensuelles. À travers la vision de Closter, l’univers des AnimauxVilles, son univers, devenait un champ de finesses sensorielles qui se livrait à l’exploration du lecteur. Mais en « Étoiles Mourantes » la sensibilité somatique a été brutalement bousculée par une voracité charnelle. Il y a des scènes de combat qui dégénérèrent « en une vulgaire formalité de boucherie ». Le Mécanicien Tecamac découvrit le statut exceptionnel de son armure en copulant avec une Geisha, scène que les auteurs ne se privent pas de rapporter en tout détail. Apparemment, il fallait aussi que la relation de la Connectée Nadiane avec son frère soit incestueuse pour être profonde. Et bien sûr, les AnimauxVilles, lors des Retrouvailles, ne peuvent s’adonner qu’à une seule activité : « […] la sexualité des AnimauxVilles relève essentiellement de la mécanique céleste ! » Quand Noone et Turquoise s’accouple, le narrateur note dûment : « Le contact intime de leurs chairs, face à face, éliminait les mensonges et les sous-entendus. » Pourtant, il n’y avait pas de supercherie dans la réceptivité sensuelle de Closter non plus ; et si, pour préserver les sous-entendus, pour éviter que les Villes deviennent des érotomanes radoteurs, il avait fallu garder la sensualité dans des certaines limites, ceci aurait été un prix facile à payer.

L’intrigue du livre est bien tissée, l’action vibre de suspens, les caractères, malgré éloignés, ne manquent pas en complexité. Il y a toujours des moments d’incertitude qui incitent à continuer la lecture. Évidemment il aurait été un délit bizarre en disproportion, donner moins de quatre étoiles au roman.
Mais le roman est une déception pour tous ceux qui connaissent le prédécesseur, et l’aiment autant que moi. Il faut concéder que le texte de « Étoiles Mourantes » est plus abordable, et ceci en large mesure grâce à la substitution d’un narrateur auctorial à la vision intime d’un artiste en première personne. Mais comme fan de « Étoiles Mortes » on ne peut qu’être outré par comment la substitution a été grossière. Investissant le livre avec mes expectations nourries par la lecture de l’aventure de Closter, je perçois en « Étoiles Mourantes » tout ce qu’il aurait pu être, et ce qu’il n’est pas. « Nadiane éprouva une soudaine bouffée de nostalgie en songeant à l’époque où les objets n’étaient ni des symboles, ni des codes, mais de simples présences opaques ou lumineuses ». Moi aussi j’ai songé avec mélancolie aux moments quand Closter pouvait encore s’abandonner au jeu des excitations des sens sans que cette sensibilité fluctuante débouche d’abord sur un sensualisme stérile pour ensuite se figer dans les codes de la littérature sensationnaliste, la violence et la chair. Moi aussi j’ai songé aux temps quand les présences opaques ou lumineuses de l’esprit de Closter se révélaient à moi, sans que la vision du caractère focalisé soit parasité par le didactique scientifique, moral ou autrement explicatif d’un narrateur indécemment auctorial. En effet, le frère de Nadiane « avait donné une épaisseur aux apparences et elle sut qu’un jour viendrait où elle lui en voudrait pour cela ». Pour moi le jour est déjà venu. Je vous en veux pour cela, Monsieur Dunyach.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 étonnant, 6 octobre 2009
Par 
Jlenjo (toulouse, france) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : Etoiles mourantes (Poche)
et des commentaires surprenant : pas de demi mesure pour ceux qui l'ont lu, c'est ou tout bon ou tout mauvais. Comme quoi, les goûts et les couleurs ! Personnellement, j'ai adoré ce livre que j'ai lu il y a quelques années et qui effectivement n'est pas d'un accès facile. Une certaine lenteur, un ton différent, un style à part que j'ai pressenti dès les premières pages. Ce genre de livre pas évident mais où dès le début on comprend qu'on a affaire à quelque chose de spécial et d'intelligent. Ceci dit, je me sens très proche des impressions de Vurorbi que je trouve très juste. J'ajouterai que s'il est vrai que la première partie du livre s'attarde sur la description minutieuse des 4 branches de l'Humanité, ces descriptions passionnantes (que certains ont trouvé ennuyeuses) sont nécessaires à la compréhension de la richesse du propos. Tantôt dur, tantôt poétique, tout le livre est sous tendu par la dispersion de cette humanité et peut-être même par sa disparition. Les branches s'affrontent, se posent des questions et au final on reçoit un grande leçon d'humanisme. 5 étoiles merveilleuses pour ces étoiles mourantes, sans réserves.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 WAO !, 5 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Etoiles mourantes (Poche)
Une seule chose à dire : WAO !!! ENORME !! Un plaisir en immersion totale !! Respect aux deux auteurs français en plus ! Ca rend fier franchement !! On pourra avoir une suite s'il vous plait ?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Retour chez les animaux-ville, 20 février 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Étoiles Mourantes (AnimauxVilles t. 3) (Format Kindle)
Il y a des rameaux auxquels j'ai accroché plus qu'à d'autres et donc des passages qui m'ont davantage plu que d'autres. Les mécanistes ont vraiment eu ma préférence, avec leurs excès qui font réfléchir.

J'ai passé un excellent moment, car j'aime le principe des rencontres et de l'opposition des différences. J'ai également beaucoup aimé cette symbiose entre les animaux-ville et ceux qui les habitent, qui provient en droite ligne d'Étoiles mortes.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 La taille annoncée n'est pas celle d'un vrai livre de poche, 3 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Etoiles mourantes (Poche)
La taille annoncée n'est pas celle d'un vrai livre de poche; c'est un format sur édition spéciale plus grande et plus proche de la taille d'un roman broché.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 étoiles mortes d'ennui, 29 octobre 2004
Par 
"flopl" (Cherbourg, France) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : Etoiles mourantes (Poche)
Désolé : l'intention est louable, le contenu ambitieux, mais à mélanger tous les thèmes modernes de la SF (et d'une façon si symétrique ! on dirait un exercice) on fait rarement un chef-d'oeuvre comme Hypérion, plus souvent de la ratatouille. N'empêche, on sent un vrai potentiel à marcher sur les plate-bandes des auteurs anglo-saxons. Deux auteurs à suivre en espérant mieux.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Etoiles mourantes
Etoiles mourantes de Jean-Claude Dunyach (Poche - 9 janvier 2003)
D'occasion et Neuf à partir de : EUR 9,96
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit