undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

21
3,9 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Qu’arrive-t-il aux dieux quand les immigrants quittent leur patrie ? Que sont devenus les dieux des Américains d’origine irlandaise, norvégienne, grecque, égyptienne, etc. ?
Gaiman en fait le thème d'un roman, centré autour de M. Ombre qui est entrainé à sa sortie de prison dans le sillage d'un escroc à travers l'Amérique. Ce voyage qui tourne au parcours initiatique est semé de rencontres avec des lieux et des personnages attachants ou loufoques. Mes deux préférés sont le village de Lakeside et Laura, la femme d'Ombre, qui véhicule un formidable message sur l'amour et le pardon.

Sur le fond, Gaiman tente une réflexion sur les origines et les valeurs de l’Amérique en faisant guerroyer les divinités traditionnelles du monde entier (réviser la mythologie nordique et éventuellement égyptienne avant de se lancer) et les nouvelles valeurs consuméristes. Mais ça n'est finalement qu'une dénonciation classique de la société de consommation américaine et les thèmes de la rencontre entre mythologie traditionnel et monde moderne, ainsi que du déclin des dieux désertés par leurs fidèles sont assez répandus.

J'avais choisi le livre en raison des prix qu'il a recu (Hugo, Nebula, Locus... mais j'ai découvert en lisant Wikipedia que Gaiman avait savamment orchestré la campagne médiatique sur Internet avant la parution du bouquin). J'en attendais sans doute trop et je suis resté sur ma faim, déçu par une conclusion assez terre à terre.
Mais ça se lit bien, avec une intrigue qui tient un haleine et des passages humoristiques.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 20 mai 2014
Tant de gens l'ont apprécié! Pour moi ce fut un calvaire, je n'apprécie pas du tout son style littéraire, on dirait une sorte de suite de scènes un peu tordues -mais jamais menées à bout. Le fond est très moyen, trop spectaculaire, mal exploité, improbable, peu approfondi. Les personnages agissent de façon dramatique, manquent de profondeur. L'idée était pourtant attirante, mais je me suis vite retrouvé devant une sorte de série B très difficile à supporter. La fin semble tellement maladroite! Tout cela semble réservé aux américains et à ceux qui supportent le grandiose, l'action et les comics, qui jouent un grand rôle dans la culture américaine. Comme quoi tous les goûts sont dans la nature, et si la plupart du temps je parviens à apprécier des oeuvres reconnues, nous ne pouvons être compatibles avec tous les styles.

Je laisse deux étoiles parce que l'idée de traiter les origines de ces mythes américains est excellente, et que je suis tout de même parvenu au bout, preuve selon moi qu'il y a du bon dans ce livre, et qu'il s'agit simplement d'une incompatibilité entre cette psychologie et la mienne. Je n'y ai peut être tout simplement rien compris.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
14 sur 18 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 19 février 2005
Meilleur roman de SF : Prix Hugo et prix Nebula 2002.
Meilleur roman de Fantasy : prix Locus 2002.
Meilleur roman Fantastique : Bram Stoker Award 2002 !
Avec un tel pedigree, pas de quoi s'inquiéter ! Plutôt de quoi s'interroger : quel est donc ce roman, à la fois primé dans les catégories SF, Fantastique et Fantasy ?
Réponse : UN CHEF D'ŒUVRE ! (c'est d'ailleurs marqué sur la couverture !)
Sincèrement, ce roman est une pure merveille, alliant, il est vrai, à la fois des ingrédients de fantastique autant que de fantasy.
Résumons : Ombre est en prison. Il n'attend qu'une seule chose, la fin de sa peine, afin de retrouver sa bien-aimée Laura. La prison lui a pris trois années de sa vie ; il en a profité pour s'exercer à un art dans lequel il espère exceller : la prestidigitation ! Mais voilà : deux jours avant sa sortie, la nouvelle tombe, tel le Marteau de Thor : Laura est morte dans un accident de voiture. "Vous pouvez partir, Ombre. De toutes façons, plus personne ne vous attend dehors, non ?"
A sa sortie, désemparé, Ombre fait la rencontre d'un étrange personnage : le Voyageur. Le Voyageur est sans âge, troublant, mystérieux ; il connaît des choses qu'il ne peut pas connaître. Mais il est là, bien vivant, devant Ombre, et lui propose un marché : travailler pour lui en tant que garde du corps, homme de main, et à tout faire.
"C'est quoi votre boulot, Voyageur ?"
"Rallier des troupes. L'orage arrive..."
Et c'est ainsi que tout commença...
Dans cette guerre titanesque opposant les anciens Dieux de l'ancien monde (comprendre : l'Europe) arrivés en Amérique avec les premiers colons, et les nouvelles Idoles profanes d'une Amérique que le progrès a depuis longtemps rattrapé, Ombre semble avoir un rôle à jouer. Mais lequel ? Est-il, comme le suggèrent les Dieux de l'Informatique, de l'Internet et des Médias, le jouet de Voyageur ? Ou bien le complot est-il plus complexe qu'il ne le paraît ?
Côtoyant Dieux et héros germaniques, celtiques, hindous, africains et de bien d'autres contrées, Ombre semble vivre un véritable cauchemar... mais si tout était vrai ?
Incroyable, imaginatif, original, ce dernier roman de Neil Gaiman, l'auteur du très remarqué Neverwhere, est un vrai bijou qu'on dévore d'une seule lampée, tel l'hydromel par lequel Ombre et Voyageur scellent leur pacte d'alliance.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
On cherche dans cette histoire la même pêche que dans Anansi Boys, mais elle n'est pas là. Le personnage de Shadow est génial, très attachant, mais le road-book, comme il y a des road-movie, est trop lent, trop peu accrocheur. Je l'ai lu péniblement, alors que je suis un fan de Gaiman, c'est, comme d'autres l'ont dit, un livre un peu décevant, mais qui vaut le détour juste pour les deux histoires d'Anansi !
J'amenderai ce commentaire en disant que le postulat de départ, les vieux Dieux remplacés par nos nouveaux Dieux, le Dieu Argent, le Dieu Télé, tous un peu mafieux, est un concept délicieux à lire. C'est aussi un aspect plaisant de ce livre. Bref, il y a du pour et du contre, vous pouvez le lire et vous rabattre ensuite sur "Good Omens" ("Bons présages"), un éclat de rire qui reprend l'idée divine, toujours par Gaiman !
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ce roman a reçu l'Hugo et le Nébula du meilleur roman SF 2002 : sauf que ce n'est pas de la SF. Le prix locus du meilleur roman Fantasy 2002 : ce n'est pourtant pas de la Fantasy non plus. (ou alors de loin...)
C'est plus du fantastico-onirique, sur le thème assez rebattu des dieux vivants ne devant leur puissance qu'à la foi et au nombre de leur fidèles. C'est surtout une réflexion iconoclaste à portée philosophique sur l'évolution rapide des croyances. Et aussi un regard assez cruel sur les valeurs de l'Amérique.
Un roman qui cumule deux des sujets qui me hérissent le plus facilement : la question religieuse et le road trip. Ce qui explique pourquoi il a végété de longues années dans ma bibliothèque. Sans compter le titre non traduit et la couverture aussi moche que bête. (c'est tout sauf un livre de super héros).

Et pourtant, j'ai passé un excellent moment de lecture. C'est un roman très bien construit, très bien tourné, souvent très rigolo, parfois très sombre, avec un excellent personnage principal, Ombre, aussi mystérieux que profondément attachant. Certes, le livre souffre de quelques longueurs, mais il reste brillant tout du long. L'intelligence du propos est indéniable, l'intrigue est très intéressante, le style superbe et le final irréprochable.
J'ai eu un gros coup de coeur pour les passages du livre qui se déroulent à Lakeside, j'ai trouvé ces chapitres formidables d'un point de vue narratif.
J'ai aussi beaucoup aimé le ton général du récit, sarcastique, parfois désenchanté et souvent très amusant.

Comme souvent, je me suis un peu ennuyé dans les passages oniriques, mais je ne mets pas en cause l'auteur, c'est avant tout une affaire de (dé)gout personnel. J'avoue aussi que j'ai parfois eu du mal à remettre certains personnages : ceux ci sont très nombreux, font parfois des passages express pour ressurgir comme des diablotins de leur boite après plusieurs centaines de pages. (sauf que je ne savais plus qui c'était)
J'ai aussi eu du mal à situer certains passages historiques dans la continuité du récit. Ces quelques passages sont pour certains remarquables, mais ont tendance à fragmenter le récit et ne lui sont pas indispensables.

Gaiman est un auteur ultra talentueux, très malin, et j'ai pris beaucoup de plaisir à la lecture de ce livre alors que son sujet me faisait l'effet d'un repoussoir.
Rares sont les livres traitant de sujets aussi lourds (la déité, la croyance, la mort) avec autant de légèreté, de cohérence et de talent.
1010 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Je n'avais pas été aussi enthousiasmée par un livre depuis « Mistborn » de Sanderson. American Gods est formidable, que ce soit au niveau de l'histoire, du rythme, des personnages, des propos de l'auteur, de son écriture...

Grossièrement, dans American Gods on parle des vieilles divinités importées aux Etats-Unis par les immigrants, et oubliées depuis au bénéfice de la nouvelle déesse Media et de ses consoeurs et confrères Centre Commercial, Carte Bleue... Une guerre va naître entre les nouvelles divinités qui veulent régner sans partage et les vieilles qui veulent se refaire une place au soleil. Les vieux dieux sont coordonnés par un être qui déclare se nommer Mr. Wednesday et qui embauche pour l'aider un homme venant de sortir de prison, qui n'a plus rien à perdre et qui est surnommé Shadow.

Le héros de l'histoire est Shadow, l'humain qui va découvrir, comme le lecteur, les dieux au fil de ses pérégrinations. Les vieux dieux n'étant plus vénérés, mais vivants sur Terre, n'ont plus qu'à travailler. Ne disposant pas de diplômes ils occupent des petits boulots souvent ingrats, voire sont des voleurs à la petite semaine. Les plus drôles sont sans conteste Anubis et Horus qui ont une petite entreprise de pompes funèbres très prospère.

Les aventures de Shadow sont surprenantes et les évènements se succèdent très vite. Entremêlés avec cette histoire principale se trouvent de courtes histoires concernant des humains ayant vénérés les dieux parfois des milliers d'années auparavant. Ces histoires, très bien tournées, ressemblent à de courtes nouvelles pittoresques qui permettent d'aérer le roman et aussi de lui faire prendre une autre dimension, avec plus d'humanité.

Ce sont les dieux qui occupent les premières places du roman, à l'exception bien sûr de Shadow et d'un autre personnage que vous découvrirez vite. Les dieux obsolètes ont l'allure de petits vieux souvent désemparés mais qui se montrent parfois implacables et manipulateurs. Les nouveaux dieux sont plutôt des adolescents arrogants, méprisants mais parfois fragiles aussi. A chaque fois, j'y croyais et j'avais l'impression de voir le personnage devant moi. Le personnage-dont-je-tairais-le-nom-pour-ne-pas-gâcher-le-suspense est une excellente trouvaille et contribue au petit « plus » qui donne à ce roman toutes les allures d'un grand. Shadow, lui, bien que héros du roman, reste jusqu'au bout distant et c'est un des personnages qui suscite le moins d'empathie. Mais vu le maelström dans lequel il tombe, son manque volontaire d'aspérités n'est pas un problème, tout occupé qu'on ait à tourner les pages pour savoir au plus vite ce qui va encore lui tomber dessus...

Bien que les dieux soient le sujet principal du roman, on parle essentiellement de l'humanité, ensuite bien sûr de la religion. Par moments j'avais l'impression de me retrouver dans un roman de Stephan King, où chaque personnage a assez d'épaisseur pour supporter sur ses épaules à la fois un chapitre et un genre humain... Attention, ne vous attendez pas non plus à trouver des propos novateurs : que ce soit sur l'humanité ou la religion, d'autres séries de fantasy ont un contenu similaire.

Enfin, au-delà de l'histoire, tellement bien troussée et rythmée, au-delà des personnages pittoresques, au-delà des propos, il y a surtout une écriture très talentueuse. J'ai lu tellement de mauvais livres cette année en fantasy que tomber sur un roman écrit avec talent est un vrai plaisir. J'avais apprécié le film d'animation « Coraline », inspiré d'un roman du même auteur, et je m'étais beaucoup divertie avec « Neverwhere » du même auteur. « American gods » est encore un cran au-dessus de « Neverwhere » et je pense que vais continuer à lire d'autres ouvrages du même auteur. A conseiller à tous les amateurs de bons écrivains, le livre peut en effet je pense dépasser facilement le cercle de la fantasy, pour un peu qu'on soit un peu ouvert sur le fantastique (la partie avec l'arbre est assez déconcertante mais laissez-vous porter...).
55 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 17 septembre 2009
Après les commentaires élogieux de ce livre, je me suis lancé dans sa lecture. Je ne connaissais pas Gaiman
mais j'aime bien le fantastique et ce livre me parraissait bon pour commencer. J'ai trouvé l'idée simpa, les personnages sont très bien trouvés, neil gaiman nous enmène dans son univers mystérieux, jusqu'ici tout va bien.
Sauf que par la suite le roman s"enlise , le suspense s'effritte petit à petit, on reste sans réponse trop longtemps à mon goût, pour découvrir à la fin du livre la dénouement. Ca pourrait être bien , sauf que je n'accrochais pas tout le temps et j'ai failli arreter la lecture plusieurs fois. Alors je conseille malgré tout ce livre, et je compte lire Neverwhere du même auteur qui parait il, est très bon. Donc à suivre...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
12 sur 19 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 10 avril 2006
D'abondantes éloges quant à ce roman m'ont incité à jeter un coup d'œil sur ce dernier. Aussi, au terme de ma lecture, je me suis permis d'incérer un commentaire davantage négatif que pro-Gaiman. Peut-être cela est-ce dû au manque de clarté dans les explications, dans les causes pour un protagoniste quelconque d'effectuer tel ou tel acte, mais je n'ai su comprendre les raisons qui font que ce roman est à classer dans la catégorie chefs d'œuvre. Pourquoi tous ces prix pour un roman qui se lit d'une traite sans qu'on comprenne l'origine de cette motivation ; pour ma part, le style d'écriture est sans aucun doute coruscant, le sujet du roman bien choisi, mais le tout est malencontreusement mis en scène dans une totale confusion. L'explication concernant les entités "supérieures", telles les Dieux et créatures mythologiques m'ont laissé plus d'une fois perplexe...mais le tout s'enchaine et l'on laisse de côté ces interrogations en espérant les réponses adéquates dans la suite. On assiste à l'évolution d'Ombre dans un univers assez obscur, subtil et empli de découvertes.
En définitive : American Gods est attachant, on y colle, mais sans pour autant en être satisfait...
J'en attendais davantage quant à cette œuvre multi-récompensée.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 6 octobre 2013
Le postulat d'American Gods est simple : tant que les Hommes croient aux Dieux, ils existent...oubliés, ils disparaissent, cessent, meurent...Comment les Dieux du passé antique, adorés par des peuples qui ne connaissaient rien aux sciences peuvent-ils survivre dans ce monde bouffé de technologie et d'assistanat...bonne question, traitée par Gaiman avec grand brio. Ombre, le héros de l'histoire, se retrouve dans le feux croisé d'une guerre menées par des entités...irréelles, les unes luttant pour leur survie, les autres, pour la domination totale...obscurantisme contre oblitération technologique, choisissez votre camp (bof en fait :D)!

Ce roman m'a fait découvrir le style de Gaiman, sombre et psychologiquement tendu, onirique tout en étant ancré dans le réel, donnant une dimension palpable au fantastique, une dimension assez angoissante que l'on retrouve dans toute son oeuvre (même celle pour enfants !).

Bon livre pour commencer Gaiman, bon livre tout court.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 29 mars 2006
Ombre sort de prison en même temps qu'il apprend la mort de sa femme et de son meilleur ami. Sur la route qui le mène chez lui, il rencontre un homme mystérieux qui se fait appeller Voyageur et qui lui demande de travailler pour lui. N'ayant plus d'attaches, Ombre accepte et se fait engager comme homme à tout faire. Avec son employeur, ils vont sillonner les États-Unis à la rencontre d'anciennes divinités, héros ou figures mythologiques en déclin pour les convaincre de s'allier contre les nouvelles idoles du consumérisme et de la technologie.
On pourrait s'attendre à ce que le livre raconte la guerre entre les anciennes et les nouvelles divinités, mais ce n'est pas vraiment le cas. Le livre raconte surtout le périple d'Ombre, une série de rencontres, de dialogues, de situations ; ainsi que quelques histoires indépendantes. Le tout se lit fort bien et le scénario se déroule et se termine remarquablement.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
American Gods
American Gods de Neil Gaiman (Broché - 14 mai 2014)
EUR 8,90

Neverwhere
Neverwhere de Neil Gaiman (Poche - 9 février 2011)
EUR 7,80

Stardust : Le mystère de l'étoile
Stardust : Le mystère de l'étoile de Neil Gaiman (Poche - 15 novembre 2007)
EUR 5,80