undrgrnd Cliquez ici Baby RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

28
4,1 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Voici une lecture indispensable : "Le colonel Chabert" est un récit court, épuré, s'inscrivant dans la veine des meilleurs romans français. Balzac explore avec génie les ressorts de la psychologie humaine, décrit avec finesse les mécanismes de la vie sociale, sans pitié, avec l'émotion retenue de celui qui est le premier témoin d'un fonctionnement froid, calculateur, sans coeur des aspirations aux honneurs et richesses de certaines personnes dénuées de la moindre conscience.

Quel beau texte ! L'évidence s'impose dans ce constat en évoquant Balzac. Mais est-elle de même pour la lecture d'un de ses romans de la "Comédie humaine" ? Il faut pourtant y revenir régulièrement. Je me dois de le faire personnellement.

"J'ai été enterré sous des morts, mais maintenant je suis enterré sous des vivants, sous des actes, sous des faits, sous la société tout entière, qui veut me faire rentrer sous terre !" - p.70

Chabert exprime au plus haut degré la noblesse de sentiments, l'honneur, la responsabilité dans une société qui a perdu le sens de ces valeurs, au mieux les méprise, les ridiculise, au pire, les exploite en tuant les êtres qui les vivent. Pour cette fine analyse, si pertinente, si actuelle, la lecture de ce roman est indispensable.

Par ailleurs, je salue la grande qualité de présentation de l'oeuvre dans les nombreuses pages d'explications qui rendent plus intelligente la lecture. Les différences sont ainsi signalées avec la version filmée de Yves Angelo qui m'a séduite, et pas uniquement pour sa magnifique charge de cavalerie à la bataille d'Eylau (Le colonel Chabert). J'invite également à la lecture La Bataille - Grand Prix du Roman de l'Académie Française 1997 de Patrick Rambaud, qui a pour scène Eylau justement. Le passionné d'histoire et de batailles napoléoniennes lira avec l'attention enfiévrée : Waterloo de l'historien Alessandro Barbero et Mémoires du général baron de Marbot, Volume 1 et Mémoires du général baron de Marbot, Volume 2 de cet officier français qui connut tant de champs de bataille sous Napoléon.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 13 janvier 2013
Ce livre montre combien il est difficile à un être humain que l'on croyait mort de retrouver sa dignité et l'estime des siens surtout lorsque des intérêts sont en jeux. L'auteur fait revivre le Paris peu reluisant de certains quartiers de la capitale par rapport aux demeures de Maîtres. Il relate la lente agonie d'un homme qui après avoir combattu contre les armées prussiennes et contre son destin s'est lentement consumé dans le désespoir. C'était très émouvant et ce genre de situation existe dans toutes les sociétés qu'elles que soient leur évolution et leurs niveaux de vie.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 20 mars 2010
Deux histoires assez courtes, chacune avec une thématique assez proche de celle du Père Goriot : le sacrifice volontaire, incompris mais surtout ignoré, sacrifice dont le secret lui donne encore plus de prix.

Le colonel Chabert a été laissé pour mort après la bataille d'Eylau. Enterré sous des cadavres, il est sauvé par un couple de paysans Allemand, mais se retrouve perdu en Allemagne, sans ressources et surtout anonyme, pendant qu'à Paris la vie ne l'attend pas : sa femme s'est remariée avec un comte, a eu deux filles, a vendu ses biens, bref personne n'a intérêt à le voir revenir parmi les vivants.
« J'ai été enterré sous des morts, mais maintenant je suis enterré sous des vivants, sous des actes, sous des faits, sous la société tout entière, qui veut me faire rentrer sous terre ! »

L'interdiction, de son côté est un texte plus court : pourquoi le marquis d'Espard se ruine-t-il en faveur d'un couple de petit bourgeois ? Faut-il y voir du chantage ou de la folie ? C'est au juge Popinot, juge à la probité absolue mais à la personne peu soignée, qu'il reviendra de faire la lumière sur cette affaire. Deux belles âmes.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 10 octobre 2012
Présentation du livre agréable et idéale pour des collégiens ou même des lycéens car le vocabulaire est expliqué régulièrement et simplement, il y a des tests de lecture intéressants et des documents d'accompagnement intéressants.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Un vrai Balzac : une histoire-thème forte, des descriptions vives, parfois un peu acides, une approche psychologique indémodable, un style daté mais fort.
Amenées de façon simple par Balzac, son histoire et sa finale sont plus complexes qu'il n'y parait (choix de vie, acceptation, l'avoir et l'être etc.).
Si on vous a dégouté de Balzac étant jeune, voici le moment de vous venger : commencez par Sarrasine, une excellente nouvelle (ne lisez surtout pas d'abord les textes de présentation...) puis aborder (chez Folio pour sa police confortable) ce -court- Colonel Chabert.
« J'ai été enterré sous des morts, mais maintenant, je suis enterré sous des vivants... »
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Qu'est ce donc que ce tourlourou tortu qui débarque dans cette étude pour faire valoir ce que de droit ? Le Colonel Chabert, qui deviendra par la force dévastatrice de l'administration, de l'avidité et du destin un pauvre hère au nom de Hyacinthe. C'est sublime, court, percutant, efficace et me laisse sur ma faim. J'ai commencé Balzac par un livre que je n'ai pas fini, " La femme de Trente ans ". Ce dernier m'avait laissé un goût amer et m'avait porté à reconsidérer celui que l'on présente comme un immense écrivain. Mon avis viens de changer et j'espère être agréablement supris par les autres ouvrages.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
"Le Colonel Chabert" est l'un de mes romans préférés d'Honoré de Balzac (1799-1850), et c'est également une bonne porte d'entrée à l'univers de "La Comédie humaine" de Balzac :

Le Colonel Chabert est un homme que l'on a cru mort à la bataille d'Eylau, en 1807, et qui réapparait dix années plus tard, en 1817, dans une France qui, entre-temps, est passée de l'Empire Napoléonien à la Restauration sous les Bourbons. Les dix années d'absences créeront des problèmes vis-à-vis de son statut, de sa femme, de l'héritage, etc. Telle la métaphore d'un homme de l'ancienne époque qui n'a pas sa place dans le monde de la nouvelle époque.

En plus d'être un puissant roman sociale (comme le "Père Goriot"), Balzac -à travers l'histoire individuelle du Colonel Chabert- rend un vibrant hommage aux hommes qui servirent sous l'Empire.

Nb: Concernant Balzac et le Ier Empire, je conseille de lire -auprès du "Colonel Chabert"- la longue nouvelle (90 pages) "Adieu" où le personnage principal l'officier Philippe de Sucy resta un homme mélancolique du Ier Empire durant la Restauration.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 9 août 2012
Ce petit livre a donné lieu à un grand film. Il vaut la peine de le lire pour se replonger dans l'époque et se rappeler que les injustices ne datent pas d'aujourd'hui.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 janvier 2014
Conforme à mes attentes.
Edition économique.
Livre souple, facile à manipuler surtout pour des ados !
Je recommande cet article.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 27 avril 2013
Quels personnages, lui véritable héros de la gloire, du souvenir et du temps qui change les mentalités, elle son contraire absolu...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Le colonel Chabert
Le colonel Chabert de Honoré de Balzac (Poche - 24 août 2013)
EUR 2,00

Le Colonel Chabert
Le Colonel Chabert de Honoré Balzac (de) (Poche - 6 février 2013)
EUR 3,00

Le colonel Chabert
Le colonel Chabert de Honoré de Balzac (Poche - 24 août 2013)
EUR 2,80