undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
500 PREMIERS RÉVISEURSle 17 novembre 2012
Cette pièce de théâtre très célèbre m'a paru de prime abord invraisemblable. A la lecture des critiques faites à Marivaux au XVIIIème, j'ai découvert que ce reproche lui avait déjà été avancé.C'est donc une impression qui a traversé les siècles. En effet, comment croire que deux personnes qu'on a voulu marier ensemble aient la même idée: celle de se travestir. Dorante et Silvia décident donc de changer de conditions sociales ensemble en se faisant passer pour des domestiques, mais voilà que l'esprit, l'éducation, l'élégance ne peuvent trahir ce qu'ils sont vraiment.

Malgré cette invraisemblance de départ qui m'a mise un peu sur la réserve, j'ai aimé ce jeu de séduction que jouent les personnages faisant naître l'amour et le désir par leur petite comédie. Le jeu est effectivement, si on y réfléchit bien, la première source de jouissance, celle qui fait jaillir les flammes de la passion.Silvia elle-même l'avoue à son père et explique que ces préliminaires amoureux étaient indispensables à leur bonheur -qui aurait été, sans cela, bien fade-: "Si vous saviez combien tout ceci va rendre notre union aimable, il ne pourra jamais se rappeler notre histoire sans m'aimer (...).Vous avez fondé notre bonheur pour la vie, en me laissant faire, c'est un mariage unique."

L'écrivain, mettant en scène ce marivaudage -mélange de jeu, de séduction par le langage et de théâtralisation - nous transporte dans un univers badin où la fraîcheur se mêle aux sentiments. Je regrette cependant encore que l'amour ne monte pas en crescendo, qu'il soit gagné d'avance dès les premières lignes: Dorante est tout de suite happé par Silvia. Marivaux ne révolutionne pas tant que cela les concepts de l'époque. Les nobles travestis n'en restent pas moins nobles. On ne sort pas de sa condition sociale si facilement. Elle est ancrée dans nos manières, nos paroles, nos gestes et notre éducation.

Le dénouement m'a paru cependant beaucoup mieux réussi que l'exposition. Quelques citations restent dans notre esprit comme la phrase de Dorante adressée à Silvia: "Le mérite vaut bien la naissance."Ce triomphe de l'amour sur la naissance, bien qu'amené de façon un peu facile, est agréable à regarder et à écouter.Un bon divertissement et une plongée indispensable dans ce qu'est le marivaudage et le théâtre de celui qui a inventé l'expression restée aujourd'hui si célèbre de "tomber amoureux", calquée sur celle de "tomber malade". L'amour ne serait-il pas une maladie dont on ne guérit jamais?
1313 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Mon commentaire se divise en deux parties :

La première est une pièce agréable, légère, pleines de bons mots et de bons sentiments ; on prend plaisir à la lire, on se sent détendu dans cette atmosphère généreuse que nous offre Marivaux dans "Le jeu de l'amour et du hasard".

La seconde est un sens politique dans son époque, c'est-à-dire le XVIIIe siècle d'Ancien Régime en France, car dans cette pièce on remarque que les valets, comme les grand nobles éprouvent les mêmes sentiments (mêmes qualités et défauts, mais où est le sang bleu ?).
C'est une vision subversive, d'autant plus efficace qu'elle divertie, qui nous montre que les roturiers et les nobles sont identiques... chose de plus en plus revendiquée avant 1789...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Quoi de plus beau que cet amour qui transgresse les classes sociales ? Un pseudo-valet redevenu "noble" prêt à emmener une (fausse soubrette) dans une mésalliance du fait de sa flamme. L'honneur est sauf puisque la fausse soubrette est de la même origine sociale que le faux valet. L'honneur est sauf, l'amour triomphe, et les (vrais) valets se marient aussi. Le Monde comme il va.Bref du Bobo avant l'heure.

A tout prendre, Labiche est plus drôle+++

Toutes choses égales par ailleurs, une pièce merveilleusement écrite.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
L’impétrant prend la place de son valet tandis que la servante tient celle de la convoitée…
Le thème de base est brillant et on se régale à l’idée de l’intelligence avec laquelle il va être exploité.
Las, et ce sont les limites de la pièce, il n’y a pas de rebondissements ni même d’approfondissement véritable de cette situation peut vraisemblable mais pourtant prometteuse et qui commence même à ralentir et à perdre un peu de son intérêt…
Reste que les apparences ayant changé, l’inclinaison du cœur peut jouer sans la contrainte sociale avant que de rejoindre celle-ci, tant il est vrai que l’être forme un tout.
Certes charmant, mais moins complexe et abouti que On ne badine pas avec l’amour de Musset, ce Jeu de l’amour et du hasard ne laisse guère de place au hasard et ne montre pas vraiment les ressorts et les circonvolutions de l’amour…
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 17 mars 2013
J'ai acheté cette version après avoir vu à la télé, le 15/O1/2013, celle de décembre 2012 au Théatre Ephémère - où se distinguait particulièrement Léonie Simaga en Silvia. On est loin ici (en 1976) de la bonhommie avec laquelle la farce se déroule chez de braves bourgeois. On est chez les grands aristocrates et ici, le jeu n'est pas drole. Il est cruel pour les humbles, qui ne s'en sortiront pas indemnes. Une vision beaucoup plus noire de Marivaux (et sans doute plus fidèle à l'esprit de l'auteur, qui écrivait en 1730). En tous cas il est passionnant de comparer les deux visions, si différentes, d'une meme oeuvre.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 20 juin 2015
Très bon livre, un classique de la littérature française à ne négliger sous aucun prétexte. Surtout pour ce prix :)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 29 juillet 2014
j'ai lu d'abord la version papier de cette pièce et j'en ai vu une version récemment à la télé. et j'ai retrouvé le texte dans cette version numérique. ces deux jeunes personnes que leurs pères veulent marier sans qu'ils se connaissent et qui décident de se déguiser pour en savoir plus sur l'autre avec les quiproquos que cela va entraîner est divertissant et c'est une comédie à voir au théâtre.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 8 juin 2014
De nos jours on aurait l'audace (mesurée) de croiser les amours jusqu'au bout. Et pourtant les people épousent toujours des peoplesses et les chômeurs des chômeuses (sauf dans la collection Harlequin). Ce retour à l'ordre, c'est ce qui rend Marivaux un peu noir et... indémodable.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 2 novembre 2013
Je n'ai pas apprécié cet article car je trouve la mise en scene statique, vieillie mais la transaction était rapide et le produit fidèle à la description je ne recommande pas cet achat et mais je recommande ce vendeur merci beaucoup
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
11 sur 15 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
VINE VOICEle 29 décembre 2008
Je ne suis pas particulièrement fan de théâtre, mais je dois avouer que cette pièce est bien écrite, et assez divertissante.
Inverser les rôles entre maîtres et valets est une bonne idée et mène à des situations vraiment drôles, que le lecteur apprécie particulièrement puisqu'il est au courant de la supercherie !
De plus cette édition est complète et apporte de nombreuses précisions sur la pièce, l'auteur...
Bref je vous le conseille !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Le Jeu de l'amour et du hasard, Marivaux
Le Jeu de l'amour et du hasard, Marivaux de Claude Eterstein (Poche - 22 décembre 2003)
EUR 4,60

La Princesse de Clèves
La Princesse de Clèves de Marie-Madeleine Pioche de La Vergne La Fayette (Poche - 14 juillet 2003)
EUR 2,00

On ne badine pas avec l'amour
On ne badine pas avec l'amour de Alfred MUSSET (de) (Poche - 23 juin 2005)
EUR 1,55