Commentaires en ligne


27 évaluations
5 étoiles:
 (16)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:
 (5)
2 étoiles:
 (2)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 L'Amour à l'état pur !
Raymond Radiguet était beau, séduisant, égocentrique et cruel. En raison de son arrogance, et cette forte personnalité, qu'il avait, il nous démontre avec délicatesse, sans aucun tabou, fort adroitement, et avec une grande profondeur pour son âge (environ, dix-neuf ans lorsqu'il a écrit les premières pages), l'amour...
Publié le 25 décembre 2009 par Yuki

versus
4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Vieilli
Un couple illicite vit une histoire d'amour pendant la grande guerre. Lui est encore lycéen et elle est jeune mariée. Les émois de cet adolescent égoïste ne me font plus vibrer d'autant que l'on doute souvent de la sincérité de ce jeune homme. La jeune femme est plus touchante. Globalement la re-lecture de cet ouvrage m'a bien...
Publié le 11 mars 2012 par Amazon clientèle


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 L'Amour à l'état pur !, 25 décembre 2009
Par 
Yuki (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Diable au corps (Poche)
Raymond Radiguet était beau, séduisant, égocentrique et cruel. En raison de son arrogance, et cette forte personnalité, qu'il avait, il nous démontre avec délicatesse, sans aucun tabou, fort adroitement, et avec une grande profondeur pour son âge (environ, dix-neuf ans lorsqu'il a écrit les premières pages), l'amour grandissant, fusionnel et passionnel, de deux très jeunes gens, à une époque où tout est tellement interdit.

Lui a seize ans, elle en a dix-neuf, ils sont rapidement épris l'un de l'autre... Alors qu'elle vient de se marier, elle prend ce jeune homme comme amant, et ils rentrent tous deux dans un tourbillon d'amour sans fin, qui les mènent vers une issue imprévisible. Le jeune homme va apprendre très vite la vie. Alors qu'il est encore enfant et candide pour bien des choses, il va prendre son rôle d'homme amant au sérieux, et se rendre éblouissant aux yeux de sa bien-aimée, jusqu'à lui faire un enfant.

Ce roman est vraiment admirable, il ne pouvait être écrit que par une jeune personne, c'est cette insouciance de faire le mal qui a permis à Raymond de traverser les années, car, s'il avait été écrit par un homme mûr, l'oeuvre n'aurait sans doute pas eu le même impact ! D'ailleurs, la censure l'eu condamnée, mais Raymond connaissait du beau monde et s'était déjà fait une grande place dans le monde de l'art, il a bénéficié de protections, et, notamment, celle de "Jean Cocteau", son amant et mentor.

C'est une belle plume, que celle de ce petit prodige de Raymond Radiguet qui disparut bien trop jeune. Grâce à son ambition et son génial talent littéraire, il nous décrit l'amour comme s'il l'avait vécu depuis de longues années.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Roman de la maturité immature, 17 novembre 2008
Par 
DéLecteur "Se ressourcer sous sa source" (Sion, Suisse) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Diable au corps (Poche)
« Je vais encourir bien des reproches. Mais qu'y puis-je ? ». Tirée du célèbre incipit du « Diable au corps », cette première phrase est à l'image de ce qui va suivre. Elle contient l'ambivalence du narrateur, conscient de sa faute et incapable de se la reprocher vraiment.
Ecrit à la première personne, ce récit frappe par l'étonnante précocité du narrateur, brillant à l'école et séducteur avant l'âge, puisqu'il devient l'amant d'une jeune femme de 19 ans, Marthe, dont le mari participe à la guerre de 14-18.
L'extrait cité plus haut met également en évidence l'omniprésence du pronom personnel « je », qui par moment peut être interprété de la sorte : je passe avant les autres (= première personne...) et je ne parviens pas à assumer ma singularité en société (= ... du singulier). Même lorsqu'il est avec Marthe, il ne parvient pas à dire « nous ».
Ce qui surprend également, c'est que l'identité du narrateur n'est jamais mentionnée. C'est comme si celui-ci a conscience qu'il ne mérite pas encore d'inscrire son nom dans la société, soit par le côté illégal et immoral de sa relation, soit par son caractère très indécis.
Le « je » est également très présent, car « Le diable au corps » est avant tout un roman d'introspection. Le premier amour que vit ce jeune homme le conduit à la découverte de ses sentiments profonds et à une analyse psychologique de lui-même et des autres protagonistes. Tout au long de leur folle histoire, les deux amoureux vivent des sentiments exaltés. Mais à l' « innocence » du début succède progressivement la douleur propre à toute relation passionnelle et irrationnelle.
Consciente de la tournure inexorable prise par leur amour, Marthe murmure un soir alors qu'elle est épuisée et ballottée dans un train par son amant : « J'aime mieux être malheureuse avec toi qu'heureuse avec lui ».
Cette déclaration traduit la modernité de ce roman. Aux mariages convenus et bourgeois de la Belle Epoque, l'auteur remplace un nouveau modèle de relation. Est-ce par hasard si celle-ci naît sur les ruines morales d'une Europe déchirée par la Grande guerre ?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 chronique d'une passion, 18 janvier 2010
Par 
Gwen - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (COMMENTATEUR N° 1)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Diable au corps (Poche)
Mort à vingt ans de la fièvre typhoïde, Raymond Radiguet nous a laissé une oeuvre aussi brève que lumineuse. Le temps passe, les moeurs évoluent, mais rien n'y fait, son éclat demeure. A la fois classique et moderne, elle échappe à toutes les écoles, à tous les mouvements, et brille comme un astre isolé dans le firmament littéraire français, fraîche d'une éternelle jeunesse et nimbée d'une absolue liberté.

Comme beaucoup, j'ai tendance à y préférer ce roman devenu mythique et que je tiens pour l'une des plus subtiles analyses de la passion amoureuse. Récit minutieux d'une folle idylle entre un lycéen et la jeune épouse d'un soldat parti au Front pendant la Première Guerre mondiale, "Le Diable au Corps" connut évidemment à sa parution un succès de scandale, mais il vaut beaucoup mieux que ça! Comme le sublime Adolphe de Benjamin Constant, c'est avant tout un miracle de finesse psychologique qui sait dénouer les fils les plus ténus du coeur humain.

D'une incroyable maturité, la prose de Radiguet y coule comme un ruisseau limpide, égrenant avec élégance ses imparfaits du subjonctif et s'immisçant dans les pensées les plus intimes, les plus inavouables de ses personnages. Bâti en petits chapitres courts dont certains font à peine quelques lignes, ce livre est de ceux qu'on lit d'une traite, en moins d'une heure, à la fois bercé par la qualité de son style et happé par un épilogue qu'on brûle de connaître et qu'on redoute en même temps. C'est un hymne à la chair et à l'insouciance, à la fois beau et déchirant, romantique et implacable. Quiconque a aimé un jour s'y reconnaîtra.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 commentaire, 23 juin 2013
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Diable au corps (Poche)
Quel livre admirable qui nous fait aimer les bords de la Marne et l'ivresse du sentiment amoureux. Comme Cocteau a eu raison de soutenir Radiguet en dépit des pressions des morales militaires et religieuses;
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Radiguet, 26 décembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : diable au corps, Le (Format Kindle)
Une histoire sublime auquel je me suis prise. L'oeuvre est fantastique. Ah l'adultère ... comme quoi l'amour à ses raisons que le coeur ignore...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Merveilleux texte, 2 septembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : diable au corps, Le (Format Kindle)
J'ai adoré ce roman qui est définitivement moderne et que j'ai terminé en vacances. Il est gratuit un peu partout, si vous ne connaissez pas, je vous le conseille vivement !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Ce n'est pas le bouqin en question, 2 juin 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le diable au corps (Poche)
Les commentaires que je vois ici parlent du roman de Raymond Radiguet publié 1923. En vente pourtant un ouvrage libertin du Chevalier Andréa de Nerciat. Rien de commun sauf le titre, où d'ailleurs Andréa de Nerciat a été le premier.

Que les administrateurs du site Amazon s'avisent de leur bavure.

A part cela c'est un chef-d'oeuvre libertin qu'il faut absolument dévorer si la littérature libertine vous intéresse.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Coup de massue, 19 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : diable au corps, Le (Format Kindle)
La lecture de ce livre m'a scotché. Une telle maturité dans ce roman, un tel cynisme de la part de son auteur, décédé très jeune, c'est un choc. Son style est très moderne
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Très bon livre !, 12 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Diable au corps (Format Kindle)
Quel plaisir de relire Radiguet dans cette édition !!! Un auteur vraiment génial,dommage qu'il soit mort si tôt... Je le conseille vraiment à tout le monde !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "Je devais à la guerre mon bonheur naissant ; j'en attendais l'apothéose.", 26 mars 2012
Par 
Jean for Joel "J.V Omri" (Suisse) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Diable au corps (Poche)
François le narrateur, un gosse émotif, sensible, intelligent, fanfaron, timide, iconoclaste comme tous les jeunes adolescents qui se respectent et bénéficiant de parents généreux et assez "libertaires", nous conte sa passion charnelle -alors qu'il a 15 ans- pour Marthe 18 ans une jeune femme qui vient de se marier avec un homme qui a dû partir pour la grande guerre, le récit commence en 1914 (François à 12 ans alors ; la rencontre avec Marthe aura lieu en 1917) et se terminera avec l'armistice période synonyme de grandes vacances pour tous les enfants... J'ai dû relire ce bref roman cinq ou six fois depuis mon adolescence et je ne fus jamais déçu, même si on est loin actuellement du scandale déclenché dans les années vingt par par son thème amoral et jouissif (= la jeune mariée prenant du bon temps avec un adolescent alors que son époux défend la patrie les armes aux points) car il y a le sens de la formule, une prose simple et directe, un portrait d'adolescent juste, touchant et révoltant parfois -par son égoïsme forcené et son peu d'égards pour les autres-, un portrait tout aussi touchant de la femme énamourée, telle une esclave, prête à tout pour son amant, car c'est elle qui a beaucoup à perdre dans ce contexte, par la description de l'absolu de la passion, des conventions morales de l'époque, sans oublier une pointe d'humour moqueuse sur les "bourgeois respectables"... Radiguet à vingt ans, il va mourir, il est grinçant et enthousiaste, une météore qui a traversé brièvement mais sublimement le monde littéraire. Ce roman est toujours actuel. A lire et à relire.

"Si la jeunesse est niaise, c'est faute d'avoir été paresseuse. Ce qui infirme nos systèmes d'éducation, c'est qu'ils s'adressent aux médiocres, à cause du nombre. Pour un esprit en marche, la paresse n'existe pas. Je n'ai jamais plus appris dans ces longues années qui, pour un témoin. eussent semblé être vides, et où j'observais mon coeur novice comme un parvenu observe ses gestes à table."

"Je n'avais pas le pied marin pour la souffrance." une formule qui touche parmi tant d'autres.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Le Diable au corps
Le Diable au corps de Raymond Radiguet (Poche - 24 mars 2004)
EUR 2,00
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit