undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles1
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Broché|Modifier
Prix:12,20 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Bonjour

Pour moi qui suis handicapée et femme, ou femme handicapée, je donne un prix d'excellence à ce livre.

Ce livre est plutôt très franc et très direct. Parfois très cru pour ceux et celles qui se sentent concernés et qui ont un minimum de sensibilité au handicap. Mais, il est à lire car il répond à bien des questions.

Elle a porté son regard sur plusieurs points importants à mes yeux.
Ici, je relève les points qui m'ont le plus marquée. Car chacun en fait sa propre lecture et n'attache pas d'importance aux mêmes éléments que moi.

Le premier point qu'elle aborde, c'est le contrôle de la parentalité des personnes handicapées. Etre aprent handicapé, est-ce envisageable pour les valides ? D'après elle, visiblemen, c'est quelque chose d'extrèmement difficile. Selon les valides, élever un enfant n'est pas à la porté de tout le monde. Alors quand une fonction ou une partie du corps est défaillante, imaginez ce que peuvent penser les valides qui, pour certains ont déjà du mal à élever leurs propres enfants. Quand on parle de parentalité des personnes handicapées, les valides ne voient plus que le handicap et oublient qu'il y a une mère potentielle derrière tout aussi capable qu'une maman valide.

Elle évoque la stérilité forcée de certaines personnes handicapées, la pression que l'on peut subir à ce sujet pour nous empêcher de vivre la maternité.

Selon le livre, ce sont les valides qui attendent de nous, personnes handicapées, que nous soyons affligés par la perte d'une partie ou d'une fonction de notre corps. On se doit de souffrir de vivre avec un tel malheur pour que les valides protègent leur valeurs, leurs normes, leur certitude quant à leur corps, leurs apparences,. L'idée que les personnes handicapées soient heureuses avec leur handicap et qu'ils n'aient pas envie de devenir valide défrisent les valides.

Les travailleurs sociaux, les intervenants médico-sociaux sont endoctrinés par leur formation dans une littérature professionnelle qui les poussent à nous maintenir dans la souffrance, Ils sont formés pour maintenir la blessure narcissique béante.

Alors que dire de l'idée de la parentalité d'une personne handicapée.... Je reviendrai vous le dire dans quelques jours quand j'aurai terminé le livre.

Elle évoque le manque évident d'éducation du regard des valides sur nous.

Elle explique qu'ne parentalité peut être envisagée au cas par cas avec un accompagnement. le problème de cet accompagnement, c'est que l'on peut se heurter à des professionnels qui, subjectivement avec leur vécu, et sans tenir compte de la personne handicapée et de son vécu, font tout pour dissuader la personne handicapée d'être mère.

Pourtant les femmes handicapées veulent avoir le droit à l'accès à la maternité. Que ce soit une amternité biologique ou une maternité par le biais d'un agrément pour l'adoption. Pour 'ladoption, l'hermétisme des travailleurs sociaux valides, handicapés par leur idéologie et leur subjectivité amènent les parents handicapés à essuyer des refus parce que les travailleurs sociaux n'évoquent que le handicap et omettent de parler du projet. Je l'ai personnellement vécu donc je confirme ce point de vue.

Elle évoque aussi le manque d'éducation du regard des valides sur le handicap. Le négativisme ambiant à ce sujet. On vit le manque de respect, le manque de considération. Car, notre identité se résume au handicap que l'on porte.

Elle évoque aussi le regard posé sur les mères qui mettent au monde un enfant handicapé. On voit combien de fois l'avortement leur est proposé.Selon elle, l'échographie aurait été inventée pour éradiquer le handicap, pousser les mères à avorter pour éliminer le nombre de personnes handicapées à naître

Elle explique comment un regard peut se poser que sur un seul point au point de mettre en arrière plan tous les autres éléments. Ces autres éléments auraient autant d'importance que le reste. mais, en France, on ne regarde pas ce qu'est la personne. Son identité, c'est son handicap. En france, nous avons énormément de travail à faire sur la question de l'apparence et l'éducation du respect de la différence. On n'est pas le pays le plus respectueux de la différence.

Ce qui pèse sur le regard, qui brouille l'horizon, c'est aussi la manière dont les professionnels donnent le diagnostic. Quand on nous "balance" un diagnostic, les médecins les accompagnent souvent de "n'a pas de perspective d'avenir, ne fera pas, pas possible de"..... Mais, rarement, la question du possible n'est envisagé.

Elle évoque la loi perruche. Elle évoque un peu le regard posé sur le handicap en afrique.

Elle termine son livre par deux témoignages.

Ce livre a répondu à beaucoup de questions. Mais, j'aurai bien aimé qu'elle creuse la piste des "mères handicapées et de ce qu'elles vivent, de ce à quoi elles sont confrontées. Elle aurait pu orienté son chapitre sur le regard en se mettant dans la peau des mères handicapées plutôt que de prendre la position des mères valides.

Je reste sur ma faim quant au regard sur les mères handicapées.

Néanmoins, ce livre mérite d'être lu.

Bonne lecture
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)