Commentaires en ligne 


53 évaluations
5 étoiles:
 (37)
4 étoiles:
 (11)
3 étoiles:
 (5)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


25 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pour que les parents sachent!
Comme beaucoup je pense (enfin j'espère surtout), je pensais bien que la TV était nuisible mais je ne pouvais envisager un effet aussi ubiquitaire et important. Je pensais également que les effets néfastes de la tv pouvaient être contrebalancés par un choix judicieux des programmes tout en gardant un esprit critique sur les images que...
Publié le 20 février 2012 par Le Minoux Damien

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Très complet et complexe
Un livre très complet. Un travail de synthèse très fournit. L'auteur a fait le travail de recherche à notre place, et présente ici toutes les sources des études qui l'ont amené mener le combat contre la télévision. Le livre est complexe aussi, car parfois très technique.

En tout cas, la...
Publié il y a 17 mois par laconi


‹ Précédent | 1 26 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

25 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pour que les parents sachent!, 20 février 2012
Par 
Le Minoux Damien (France, Compiègne) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : TV LOBOTOMIE - La vérité scientifique sur les effets de la télévision (Broché)
Comme beaucoup je pense (enfin j'espère surtout), je pensais bien que la TV était nuisible mais je ne pouvais envisager un effet aussi ubiquitaire et important. Je pensais également que les effets néfastes de la tv pouvaient être contrebalancés par un choix judicieux des programmes tout en gardant un esprit critique sur les images que nous recevons. Depuis quelques années, je me posais la question de savoir si je souhaitais conserver la TV dans le futur notamment lorsque j'aurais des enfants. J'avais une crainte, c'est de les désociabiliser par manque de repères communs avec les autres enfants. Lorsque j'ai entendu parler de ce livre à la radio, je me suis que j'y trouverais peut-être la réponse à ma question. Écrit par un docteur en neuroscience, j'ai de suite pensé que son propos serait étayé et sur ce point je ne me suis pas trompé. Sur 250 pages, nous ne trouvons pas moins de 1193 références bibliographiques parues dans de nombreux grands journaux comme Nature, Science, Lancet etc...Ayant tout juste fini de rédiger ma thèse en biologie, j'avais peur d'un style froid, directe limite pauvre. Sur ce point en revanche, je m'étais trompé. le livre se lit très bien avec beaucoup de vocabulaires (les téléphages auront peut-être un peu de mal à le lire; 1h de télé = du part de vocabulaire) et des expressions pas piquées des hannetons ! Alors pour les courageux, gardez votre dictionnaire sous la main!
Ce livre se découpe selon les effets de la tv avec une première partie sur l'apprentissage, la mémorisation et la concentration. Une seconde partie traite des effets sur le tabagisme, l'alcool, l'obésité, la violence, le sexe et le sommeil.
Dans cette première partie, Desmurget, l'auteur, s'attaque surtout aux effets de la tv sur les enfants qui est son cheval de bataille. Il y explique que quel que soit le contenu télévisuel, cette dernière à un effet sur nous que nous la regardions ou non d'ailleurs. Ce constat est particulièrement vrai pour les enfants. 4 foyers sur 10 en France ont une tv allumée en permanence. Cette seule "présence" diminue fortement l'attention des petits et réduit drastiquement leur vocabulaire. Les enfants qui jouent lorsque qu'une tv est allumée en arrière-plan vont fatalement être détournés par leur jeu par un flash lumineux, un cri etc'. Ils perdront le fil de leur attention et changeront de jouer rendant l'attention de courte durée et une complexité des jeux imaginés bien moindre. En outre, une Tv allumée réduit de 30 % le nombre de mots échangés entre les parents. 30 % que l'enfant n'entendra pas et avec lesquels il ne se familiarisera pas! Ceci conduit des enfants, une fois étudiant à écrire: "le tas nazis" pour l'assistanat à mourir. Bien sûr, c'est un exemple extrême mais le déficit en vocabulaire est avéré notamment par une étude en Amérique où les étudiants sont testés pour l'entrée en université. La chute du niveau des étudiants est corrélée à 17 ans près avec le taux de pénétrations de la tv dans les ménages.
Les téléphages diront que cela dépend des programme et que certains adaptés pour l'apprentissage ne sont pas nocifs et même sont de très bonnes aides. Il n'en est rien, l'auteur, références à l'appui, démontre que les enfants devant ce genre de programmes ne retiennent rien! Ces effets sont également constatés chez les adultes et on note un risque accru de maladie d'Alzheimer corrélé avec le temps passé devant la tv.
Je craignais que l'auteur affuble tous les maux à la TV mais il n'en est rien. Il attribue une grand part des effets délétères de la tv à ce qu'elle vole! Ce loisir incroyablement chronophage nous vole nos temps de sport, d'imagination, de lecture' incroyablement plus riche pour notre cerveau que d'assister, passif, aux défilements des images.
L'autre point défendu par l'auteur de ce livre porte sur les contenus et les signaux inconscients que nous recevons provenant de la tv. Il a été prouvé que notre cerveau est incroyablement intelligent et bête à la fois. Il agit comme une éponge et répond instinctivement aux images qu'il perçoit. Lorsqu'on voit des gens manger, on a faim, lorsqu'on voit des gens courir, notre rythme cardiaque s'accélère etc' Ces failles sont largement connues par les professionnels de la publicité. Il existe une nouvelle science appelé neuromarketing qui recherche et utilise ces failles pour nous faire agir "contre notre volonté" ou plutôt pour façonner notre volonté. Il est avéré que manger devant la tv inhibe le signal de satiété qui conduit à une surconsommation de nourriture. le visionnage de scène à haute charge émotive (violence, sexualité') entraine une plus grande malléabilité du cerveau pour les spots publicitaires qui suivent. Lorsque Patrick le Lay avait dit qu'il ne vendait que du temps de cerveau humain disponible, c'était la phrase la plus honnête jamais prononcée par un président de chaîne tv. Ne vous étonnez plus si vous constatez que la tv est de plus en plus violente et sexuelle, ce n'est que du marketing! de plus, cela convient très bien pour établir le plus petit dénominateur commun (intellectuel) pour faire le plus d'audience (permet de réunir toutes les classes sociales)!
Je ne vais pas aller beaucoup plus loin. J'entends déjà les défenseurs de la tv crier. L'auteur ne prône pas que une suppression de la tv ni que la tv est le maux le plus grave de notre société. Il dit juste qu'elle y participe et qu'il est plus facile à tous de réduire sa consommation de tv que de trouver un emploi à tous! La seule restriction qu'il souhaite serait de limiter la publicité qui cible et manipule nos enfants surtout au niveau des programmes jeunesses. Il ne veut pas culpabiliser les parents, il veut que ces derniers prennent leur décision en toute connaissance de cause.
Les plus fervents défenseurs de la lucarne diront qu'il a arrangé les études pour ne publier les résultats qu'il l'intéresse. Pour en avoir lu quelques-unes (je n'ai pas lu les 1200), je peux vous dire qu'il n'a pas l'air d'exagérer et quand bien même, il aurait exagéré quelques points, si, ne serait-ce que 75% de ce qui est décrit dans le livre est vrai, il est important d'en prendre conscience. Pensez notamment aux futurs parents qui, élevés avec la tv, n'auront plus les armes pour expliquer l'envers des images à leurs progénitures! Après chacun est libre de s'exposer ou d'exposer ses enfants à la tv!
Pour conclure, en ce qui me concerne j'ai la réponse à ma question, selon des études, les enfants élevés sans tv sont plus heureux et ne sont absolument pas désocialisés.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


45 internautes sur 47 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 pamphlet salutaire!, 13 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : TV LOBOTOMIE - La vérité scientifique sur les effets de la télévision (Broché)
cet essai est indéniablement un pamphlet anti-télé ! Même si la démonstration est par moment un peu répétitive et "ultra-pédagogique", ce livre est à lire de toute urgence pour prendre conscience pleinement des méfaits de la télé sur nos enfants, avec chiffres et enquêtes à l'appui. L'auteur dénonce avant tout les techniques de marketing de la soi-disant "télé éducative" pour enfant, et nous ressortons de cette lecture avec l'impression d'être plus "intelligents" et la volonté d'être plus vigilants sur les valeurs à donner à nos enfants.
Je recommande absolument.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellent, dommage qu'on ne parle pas des maisons de retraites et centre de soins, 21 juin 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : TV LOBOTOMIE - La vérité scientifique sur les effets de la télévision (Broché)
Excellent livre, Américo-Française, j'avais bien perçu ce problème et jeté la télévision quand ma fille eut 2 ans (et ne la lui laissait pas regarder avant). Alors, à vingt ans, elle a lu plusieurs milliers de livres, car je n'ai pas cédé.
Il y a encore plus d'influence des vendeurs (tabac, alcool) via le petit écran que ne l'admet ce chercheur. Par exemple, le tabagisme. Ancienne fumeuse (j'ai arrêté depuis plus de 20 ans et ne fume que 2 à 3 cigarettes par mois et la plupart des mois de l'année pas du tout). Or il existe actuellement sur le marché de nouvelles cigarettes qui n'arrachent pas les poumons, comme les cigarettes d'antan, et sont parfumées chocolat, vanille, cognac. Là, prenez en une, et vous aurez vite envie de fumer le paquet. J'ai compris et je me suis reprise à temps. Donc la télé qui vous rappelle le plaisir de fumer (et pas la douleur sur les poumons) et en plus des cigarettes douces comme du velours, avec aussi dedans, des produits chimiques nouveaux pour vous rendre plus accro: et bien une pub peut suffire à rendre un jeune accro au tabc aujourd'hui via les nouvelles cigarettes. De même les nouveaux alcools adaptés aux goûts de l'enfance: la bière ou la vodka à la pèche... facilite et accélèrent l'addiction.
Ensuite, souvenir personnel de 2011: en grand centre de rééducation dans les Yvelines: le personnel met les jeux télévisés sur la télévision en salle à manger aux heures des repas midi et soir. Impossible d'échapper à l'horreur de ce bruit de fond (volume fort). Vous tenter de le faire éteindre, de changer de programme (peut être qu'un documentaire nature serait moins dure pour l'esprit en bruit de fond), mais non, même si AUCUN patient ne regarde le petit écran, le personnel de soin et de cuisine vous dit que vous n'êtes pas 'démocratique', et même un peu 'autoritaire'. Même votre voisin qui lui non plus n'aime pas, ne vous soutiendra pas (faut pas sortir du groupe!). Vous vous dites in aparté qu'anti télé, vous avez aussi échappé à la sur-consommation de médicaments et pilules de toutes sortes : Vos voisins en ont chacun une demi douzaine à chaque repas voir plus, vous, vous n'en avez pas, alors on insiste pour vous donner tous les jours du paracétamol. Vous protestez que votre mal de tête occasionnel de la semaine dernière est passé depuis longtemps, ça fait rien, on vous en donne quand même. Faudrait pas que vous soyez jaloux des petites pilules bonbon des voisins. A force de se droguer, les gens sont conditionnés à la télé, et à force de télé, ils sont conditionnés à avaler des médicaments.
En fait dans nos sociétés, télévision vient avec dépression et anti-dépresseurs, anti-hypertenseurs (manque d'activité) donnés de plus en plus précocement (abaisser le seuil de 150 à 140, arbitraitement, double instantanément le nombre de patients de plus de 65 ans potentiellement sous traitements (joli profits), et puis anti- cholestérols, et puis et puis, la personne ainsi droguée restera plus longtemps devant la télé... etc.
Centre de rééducation à Berck: votre nouvelle voisine rechigne à éteindre la télévision à 1h du matin, vous protestez que vous êtes épuisée, que le réveil est à 6h30 par les soignants, rien n'y fait. Elle vous informe qu'elle ne peut pas dormir sans la télévision! Vers 2h du matin, vous insistez, elle cède. Le lendemain, même chose. Le surlendemain, vous recevez la visite du directeur de l'aile de votre établissement avec le médecin traitant car on a un rapport sur vous comme 'asociale', ayant un comportement clairement asocial.... La télévision est parfois une façon commode de martyriser les gens en hôpital, rééducation ou maison de retraite... Mais nos bobos d'aujourd'hui n'arrivent pas à imaginer un hôtel sans grand écran (l'horreur)... Quant aux 'Dupont la joie'...
Mais bon, si Paris vaut bien une messe, par le passé, la Grèce vaut bien.. un match de foot, retransmis à la télé pour 'créer de la joie', une illusion de victoire, et un.. vote de soumission. Car la télé c'est d'abord et surtout un instrument de soumission des peuples à leur dictateurs de tout poil...Mais notre auteur ne s'aventure pas sur ce terrain là. .. Ah la télévision, comme dirait Montand, Je ne vous parlerai pas... Le Chat de la voisine qui aime la belle cuisine et fait de beaux ronrons...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


63 internautes sur 67 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A concommer sans modération, 4 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : TV LOBOTOMIE - La vérité scientifique sur les effets de la télévision (Broché)
Ce livre m'a laissé effaré, tant sur l'ampleur des dégâts de la télévision que sur l'absence de diffusion de la recherche scientifique sur un sujet qui concerne la plupart d'entre nous. Depuis 50 ans, des milliers d'études scientifiques montrent les effets nocifs de la télévision sur l'intelligence des enfants et leur réussite scolaire, sur notre santé ou sur la violence, et ce n'est qu'en 2011 qu'il se trouve enfin quelqu'un pour nous en faire une synthèse intelligible.

Outre les innombrables effets tels que ceux cités en 4ème de couverture, j'ai été particulièrement frappé de découvrir que la télévision est nocive même quand on ne la regarde pas! Par exemple, si la télé est allumée dans la pièce familiale, les parents parlent moins entre eux et avec leurs enfants, même quand personne ne regarde la télé. Des études scientifiques montrent que dans cette situation les jeunes enfants acquièrent moins de vocabulaire, et qu'ils sauront moins bien lire et seront plus souvent en échec scolaire. Autre exemple : quelqu'un qui regarde souvent la télé fait moins d'exercice physique, faute de temps. Il a donc moins de muscles, et par conséquent un métabolisme moins élevé que ceux qui regardent peu la télé. De ce fait, même quand il ne regarde pas la télé, il a plus tendance à grossir !

J'ai été également frappé de la qualité des études scientifiques et de l'imagination des chercheurs. Pour étudier les effets de la télé sur la violence ou les résultats scolaires, ils ont eu l'idée de comparer les enfants de 3 villes canadiennes semblables dénommées Notel, Unitel, et Multitel qui recevaient 0, 1 ou plusieurs chaînes de télé. Non seulement ils ont observé des différences de niveau de violence, de scolarité ou de comportement sexuel entre les enfants des 3 villes, mais ils ont pu voir que ces différences ont disparu quand les habitants de Notel ont pu enfin recevoir les chaînes de télévision.

Dans une autre étude décrite dans le livre, des chercheurs suivent 1500 adolescentes pendant plusieurs années et leur demandent d'indiquer chaque semaine ce qu'elles ont regardé à la télé (souvent des séries comme « American Idol » ou « Desperate Housewives »). Par ailleurs, les chercheurs mesurent le nombre de scènes portant principalement sur la sexualité dans ces séries. Leurs analyses montrent que les filles qui ont vu le plus de « contenus sexuels » ont 2 ou 3 fois plus de chance de tomber enceintes que celles qui en ont vu le moins. Ce n'est pas un « raccourci regrettable » (commentaire de Krew.koos) que d'affirmer que les filles qui regardent « Desperate housewives » ont plus de chance de subir des grossesses non désirées, c'est la réalité.

Je suis tout autant en désaccord avec la deuxième critique du commentaire de Krew.koos. La plupart des études scientifiques citées tiennent compte des variables qui pourraient influencer les résultats, par exemple le niveau d'étude des parents quand elles portent sur la scolarité des enfants, ou le taux d'activité physique quand il s'agit du risque d'infarctus. Les effets de la télévision sont donc mesurés « toutes choses égales par ailleurs ». En clair, regarder la télé 4 heures par jour double les chances d'infarctus que vous fassiez du footing ou non, sachant que le risque qui double est plus faible chez ceux qui font du sport.

Pour conclure, et en résumé, ce livre est un magnifique travail de vulgarisation qui permet d'acquérir une opinion objective sur les effets nocifs de la télévision.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


14 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 excellent, on l'a même offert à des proches, 23 octobre 2011
Par 
Nolwennsarah "Nolwenn" (france) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : TV LOBOTOMIE - La vérité scientifique sur les effets de la télévision (Broché)
Je recommande chaudement la lecture de cet ouvrage à n'importe qui, avec enfants ou pas... Il dénonce les effets nocifs de la télévision en citant de nombreuses références très très sérieuses. Il est tellement convaincant que nous avons banni la télévision du salon depuis plusieurs mois et ô surprise, c'est bien agréable.

Notre fils de 6 ans ne s'en plaint pas, on l'a gardée dans une pièce à l'étage pour regarder des dvds. Nous pouvons la regarder mais en fait quand on commence à s'en passer, on finit par totalement se rendre compte du temps que ça nous prend et finalement on fait beaucoup de choses qu'on n'avait pas le temps de faire avant.

Donc on peut dire que cette lecture a modifié notre façon de faire et pourtant on n'était pas contre tout dans la télé auparavant.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


14 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La télévision, une machine à formater les esprits à la société de consommation, 18 juin 2011
Par 
Sissaf (Villeneuve la Garenne) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : TV LOBOTOMIE - La vérité scientifique sur les effets de la télévision (Broché)
Excellent ouvrage qui démontre que l'on sait depuis plusieurs décennies tous les dommages collatéraux que cause cette boite à crétiniser les esprits, à endormir les consciences, tout juste bonne à offrir nos "cerveaux disponibles" à la compagnie Coca Cola et autres mastodontes de l'agroalimentaire. Un livre salutaire fait par un scientifique, avec des arguments scientifiques, bourré de références aux travaux réalisés dans ce domaine. Je le recommande vivement.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 D'utilité publique et pas uniquement pour les parents, 13 août 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : TV LOBOTOMIE - La vérité scientifique sur les effets de la télévision (Broché)
De quoi révolutionner le regard porté sur cet appareil devenu un incontournable des intérieurs contemporains. Comme le dit l'auteur, il faudrait au minimum afficher en bas des écrans "la TV tue", comme pour les paquets de cigarettes. Une étude implacable contre le petit écran, s'appuyant sur des dizaines d'études scientifiques qu'il serait difficile d'ignorer. On ne peut pas lire ce livre et ne rien changer à ses habitudes.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Merci, 17 août 2012
Par 
Damien Fournier (Nantes) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : TV LOBOTOMIE - La vérité scientifique sur les effets de la télévision (Broché)
Ce livre est salutaire. Il condense et dissèque des centaines d'articles de recherche sur la télévision. Merci à l'auteur pour ce travail de fourmi. Si vous avez des enfants vous vous devez de le lire.

Pour vous donner une idée du genre d'information qu'on y trouve: Un enfant passe plus de temps par an devant la télévision que devant son instituteur.

Pendant des années je rejetais sur l'éducation nationale la responsabilité; de bien des maux. Et si après tout, c'était d'abord de notre faute? A nous, parents.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Vous ne regarderez plus la télé comme avant!, 12 mars 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : TV LOBOTOMIE - La vérité scientifique sur les effets de la télévision (Broché)
Au début, le ton du livre m'a un peu fait peur. Je me suis demandée si l'auteur n'était pas en quelque sorte un "extrémiste" anti-télé.
Mais ensuite, j'ai beaucoup aimé sa façon d'argumenter, très pédagogique tout en restant rigoureuse. Non seulement il nous montre les méfaits du petit écran en nous indiquant bien comment ces effets ont été montrés, mais en plus, il décrypte et détruit les arguments du lobby pro-télé.
Par exemple, j'ai pu enfin comprendre pourquoi il y avait tant de violence à la télé: non pas parce que les téléspectateurs sont demandeurs, mais parce que cela rend plus réceptif aux pubs!!!
Après la lecture de ce livre, j'ai été fortement renforcée dans mon choix de ne pas/peu exposer mes enfants à la télé: je l'avais fait jusque là sans vraiment savoir tout ce que cela impliquait, mais maintenant, je suis réellement convaincue que c'est le bon choix, n'en déplaise à mon entourage familiale.
A lire sans tarder. Ensuite, on ne regarde plus la télé comme avant.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Parents responsables: lisez ce livre, 8 septembre 2011
Par 
Jean-Francois Virey (59500 DOUAI France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : TV LOBOTOMIE - La vérité scientifique sur les effets de la télévision (Broché)
Dans « TV Lobotomie », Michel Desmurget, docteur en neurosciences, accumule les études sur les effets de la télévision sur les enfants et les adolescents, pour en venir à une recommandation parfaitement étayée : les enfants de moins de cinq ou six ans devraient être tenus à l'écart du poste, et leurs aînés, du primaire au collège, ne devraient consommer qu'un grand maximum de trois ou quatre heures par semaine, DVD compris. Quant à l'auteur, il a banni la télévision de son foyer, et affirme que sa famille ne s'en porte que mieux.

Ces recommandations drastiques s'appuient sur pas moins de 1193 références listées en fin de volume, l'auteur expliquant que « depuis 15 ans, il ne s'est pas passé une semaine sans que j'extraie au moins un ou deux papiers relatifs aux effets délétères de la télévision sur la santé psychique, cognitive et somatique de l'enfant » (p13), ce qui fait effectivement un total de plus de mille études. Et les références satisfont aux exigences de la recherche psychologique moderne : établissement de groupes contrôles, élimination des variables parasites, appariement des groupes, distinction nette entre corrélation et causalité, etc. Jamais l'auteur ne se contente de l'anecdote ni des « opinions de comptoir », comme il les appelle, et il montre à plusieurs reprises comment les « données contraires » censées rendre le problème « compliqué » sont en réalité des fabrications de ce qu'il appelle des « pipeaulogues » de l'industrie télévisuelle ou publicitaire, bafouant la science pour des intérêts politiques ou commerciaux.

Il ne s'agit pas là d'un pamphlet moralisateur (même si le ton, mais pas le contenu, est souvent celui du pamphlet) : l'auteur est visiblement un athée de gauche, et ne se soucie que du bon développement cognitif, affectif et social de l'enfant. Lorsqu'il discute de la sexualité à la télévision, il ne voit que les effets psychologiques des grossesses non-désirées, les risques de maladies vénériennes dont le SIDA et la création d'attentes et de représentations irréalistes chez les adolescents, responsables entre autres d'une augmentation des risques d'anorexie. Impureté et fornication ne font pas partie de son vocabulaire, et il va même jusqu'à parler de « carences contraceptives » (p191.) On peut donc difficilement l'accuser d'être un catholique réactionnaire, comme l'auteur de cette critique.

Bien que parfaitement convaincu par l'argumentaire de l'auteur, et fermement décidé à diminuer ma propre consommation de télévision, pourtant déjà bien maîtrisée quant aux contenus, et bien en deçà de la moyenne française, j'aimerais apporter quelques critiques sur des points de détail :

- Dans sa discussion sur l'instrumentalisation de la violence par les journaux télévisés, l'auteur explique : « Sur la décennie 1990-2000, aux Etats-Unis, les sujets consacrés à des affaires de meurtres augmentèrent de plus de 500% dans les journaux des grands réseaux individuels. Sur la même période, le nombre d'homicides constatés par le FBI chutait de 40% » (p232.) Préoccupé qu'il est à montrer que la violence aux informations ne reflète pas la violence réelle et provoque donc des angoisses infondées, il ne se rend pas compte que cette statistique sape quelque peu son discours sur l'augmentation de la violence due à la télévision. Il aurait pu s'en sortir en partie en évoquant les effets « asynchrones » (i.e. à retardement) de l'exposition à la violence télévisée, mais il a manqué de le faire.
- Toujours sur le même sujet, il oublie de dire que les agressions reportées à la télévision sont des agressions réelles, et reflètent donc bien la réalité (n'est-il pas plus menteur de « rassurer » les gens en taisant ces faits divers, comme on le fit au deuxième tour en 2002 ?) Il exagère aussi lorsqu'il décrit le sentiment d'insécurité des citoyens comme « irrationnel » et « indépendant du niveau effectif de délinquance locale » (p231), et qu'il insinue qu'une personne qui n'a jamais été agressée ni ne connaît personne dans son entourage proche qui l'ait été ne devrait pas s'inquiéter. Avec ce genre de raisonnement, si on n'a jamais fumé à cause de la télévision, ou qu'on ne connaît personne qui soit devenu homicide à cause d'elle, on ne devrait pas non plus s'inquiéter des conclusions de ce livre! D'ailleurs, j'envie ces gens qui n'ont jamais connu d'agression. J'ai un cercle social très réduit (une quarantaine de personnes en comptant ma famille et ma belle-famille) et je peux citer pas mal d'agressions dont certaines très graves. Rien que dans le village de la grand-mère de ma femme (la seule survivante de nos grands-parents), la poste a été braquée et le voisin d'en face cambriolé la semaine dernière, et le fils du maraîcher est en prison pour sévices sexuels sur mineur. Un ami de mon beau-frère a été assassiné dans le métro il y a trois ans (tabassé par un gang et jeté sur la voie), je connais une femme qui a été violée, et mon demi-frère est allé à l'hôpital après une agression dans le métro de Lille. Deux de mes amis ont été témoins chacun de deux agressions cette année. Non, la violence n'est pas une simple invention de la télévision.
- De gauche, l'auteur ne cite que des anecdotes de manipulation de l'information par les « bêtes noires » de la gauche française : Bush, Blair, Chirac... Et il est sans doute très heureux de pouvoir dire que Sarkozy est le président dont le vocabulaire est le plus réduit et la syntaxe la plus incertaine. J'aurais aimé moins de partialité en ce domaine.
- Le fait que la télévision provoque des cauchemars (et je ne parle bien sûr pas des véritables syndrômes de stress post-traumatique, qui sont effectivement graves) est peut-être à relativiser. Le chercheur finlandais Antti Revonsuo a récemment montré que les cauchemars sont beaucoup plus fréquents qu'on ne croit, et donc pour ainsi dire « normaux ». Ils ont d'ailleurs probablement une fonction de survie d'origine évolutive.
- La définition de l'habituation p224 est une définition négative, considérée comme invalide en logique.
- Quand il évoque le mimétisme (p217), l'auteur aurait pu mentionner la recherche assez impressionante sur les neurones miroirs.
- Lorsqu'il explique que toute la télévision ne peut pas être de qualité, il prend l'exemple des coûts et délais de production de L'Odyssée de l'espèce (p59) pour montrer qu'on ne pourrait pas remplir « 4 millions d'heures » par an (la totalité des grilles des 300 chaînes satellites) avec des programmes de cette qualité. Mais il ignore trois réalités importantes : (1) personne ne regarde 4 millions d'heures de télévision par an ; la question est : peut-on trouver disons 1500 heures de programmes de qualité par an (soit plus de 4 heures par jour, de quoi regarder trop la télévision), ce qui est beaucoup plus raisonnable ; (2) la qualité n'implique pas de tels coûts ni délais de production ; on peut faire de l'excellent avec peu : il suffit d'un intervenant compétent, ou d'un format économique (cf. Le Dessous des Cartes) ; et enfin (3) le stock d'émissions de qualité va en s'accumulant (même si beaucoup d'émissions, y compris parmi les bonnes, se périment, comme c'est le cas avec les émissions scientifiques), ce qui résoud le problème à la longue. On peut toujours regarder « La caméra explore le temps » en 2011.
- Lorsqu'il semble regretter le biais moral de la télévision que révèle le directeur de programmes Claude de Givray (« on ne peut pas fédérer neuf millions de spectateurs avec des personnages immoraux » p62) ou le fait que « dans à peu près 1 cas sur 2 la violence était... perpétrée par des personnages positifs » (p213), je trouve cela plutôt encourageant. Dans le premier cas, c'est tant mieux car la télévision influence la manière d'agir des spectateurs. Et dans le second cas, la violence a plus de chances d'être légitime ou juste, plutôt qu'un acte d'agression ou de cruauté gratuite (à moins que l'auteur ne considère toute utilisation de la force comme injustifiée...)

Ce ne sont là que des critiques ponctuelles. Tout parent responsable qui entend parler de ce livre se doit de le lire, et tout parent responsable qui l'aura lu se doit d'interdire ou de contrôler l'accès à la télévision de ses enfants, selon leur tranche d'âge. (Si vous lisez l'anglais, je conseille aussi « Remotely Controlled » du Dr. Aric Sigman, le deuxième meilleur livre que j'ai lu sur le sujet, sur un total de cinq.)

Maintenant, j'attends le volume 2 sur les effets de la télévision sur les adultes, qui sont ne sont quasiment pas mentionnés.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 26 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

TV LOBOTOMIE - La vérité scientifique sur les effets de la télévision
EUR 19,90
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit