undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici nav_TPL0516 Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
95
4,5 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:9,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 11 avril 2012
tout y est: la pluie, le brouillard, l'odeur du poisson.
Ce roman m'a surpris, on va là ou on ne pense pas aller. Il est bien écrit, bon rythme.
C'est le premier Peter May que je lis mais certainement pas le dernier.
0Commentaire| 22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Même si l'intrigue est très bien menée, je ne sais pas si « L'île des chasseurs d'oiseaux » est véritablement un polar. Le meurtre de départ est finalement au moins autant l'occasion pour Fin MacLeod de revenir sur l'île de son enfance et de faire face à son passé que de mener l'enquête. Le récit de ses investigations alterne avec celui de ses souvenirs et laisse affleurer les rancoeurs d'autrefois (et quel meilleur endroit que l'Ecosse pour ranimer les fantômes ?). L'auteur prend le temps de décrire les paysages et d'incarner ses personnages. On est loin du thriller préformaté qui ne fonctionne que sur la mécanique du suspense et un rythme survolté mais je m'en réjouis. Je suis tombée sous le charme de la brume, de la rudesse et de la beauté sauvage de l'île de Lewis. Une bonne analyse psychologique rend les personnages particulièrement intéressants. Les habitants semblent façonnés à l'image de l'île. Elevés dans une religion austère, attachés à leurs racines gaëliques et soumis à une nature souvent hostile, ils sont endurcis même s'ils ne sont pas exempts de fêlures. La chasse aux oiseaux sur le rocher de l'An Sgeir, sorte de périlleux parcours initiatique pour les hommes de l'île, illustre bien leur condition. J'ai passé un très bon moment sur « L'île des chasseurs d'oiseaux », roman au goût de tourbe.
0Commentaire| 33 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Calédophile dans l'âme, il va sans dire que j'ai littoralement adoré ce roman ( d'ailleurs sur les conseils d'un autre insulaire exilé ). Le seul problème que j'ai rencontré lors de sa lecture fut que je n'avais pas de whisky de l'île de Lewis pour m'hydrater le gosier, fort desséché par les violentes bourrasques hébridéennes.

Il est d'ailleurs étonnant qu'il n'y eut aucun whisky distillé sur l'île de 1840 à 2008, date de la création de la distillerie Abhainn Dearg ( la rivière rouge, en patois local ), dont les premiers commentaires de dégustation sont pour le moins partagés. A près de 150€ la bouteille de 50 cl, je vais patiemment attendre que son prix baisse en vieillissant.

Le principal intérêt de ce polar écossais est la très belle description des paysages et du mode de vie des habitants de l'Ïle de Lewis, on en oublierait presque l'intrigue. Les personnages sont très vrais et souvent attachants. Le style est assez neutre, mais l'histoire est très intelligemment construite et très fluide malgré ( ou grâce ) les très nombreux flash-back. Il est aujourd'hui très appréciable grâce à internet de pouvoir visualiser certains décors ( comme le rocher de Sula Sgeir ), histoire de s'enfoncer un peu plus avec délice dans la tourbe.

A mon goût, ce livre est parfait, mêlant aventure, social, policier, phantasmes et nostalgie. Juste une remarque: il me semble improbable que le héros ayant à peu près 17 ans en 1976 ait pu écouter Golden Brown des Stranglers à cette époque.

(*): jeunes Fous de Bassan tués vivants par certains habitants de Lewis lors d'une expédition ancestrale rituelle et annuelle. La chair du jeune volatile, conservée dans le sel, est parait-il très originale ( entre le poulet et le hareng ).
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 novembre 2011
Finlay Macleod, policier de son état, est convoqué pour enquêter sur un meurtre à Lewis, une île du nord de l'Ecosse, où il a passé sa jeunesse et qu'il a quitté près de dix-huit ans auparavant. Pendant son enquête, il retrouve ses amis d'enfance, et ses souvenirs resurgissent, comme de vieux démons enfouis dans sa mémoire.
On boit beaucoup, on fume, dans une ambiance de feu de tourbe, et dans un mauvais temps quasi perpétuel. Au delà de l'intrigue, qui est bien menée, notamment à la fin, on est baigné dans une ambiance de pluie, de froid et de brouillard, qui subliment les passions humaines. Difficile de ne pas être emporté par ce huis-clos presque étouffant, mais plein de suspense ! Pour moi, un très bon roman !
0Commentaire| 23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
c'est mon meilleur livre lu depuis le début de l'année et je lis beaucoup .
Je connaissait déjà un peu Peter May par 2 titres de sa saga chinoise mais la, du peut être à une plus grande proximité physique et intellectuelle de l'auteur avec l'ile de Lewis on est au coeur de ces histoire de familles , le chapitre sur la vie quotidienne des chasseurs d'oiseaux sur l'ilot est plus que vivant on s'y croirait vraiment ,le meurtre du départ n'est qu'un prétexte pour suivre le narrateur sur les traces de son passé, un livre qui tient ses promesses jusqu'a la dernière ligne .
0Commentaire| 22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 décembre 2014
Une île écossaise figée dans son isolement et ses traditions sert de cadre à cette sombre enquete.L'inspecteur McLeod y a grandi et connait tous les protagonistes du drame. Peter May nous plonge dans un monde austere et sauvage, les nombreux flashbacks donnent l'épaisseur à l'intrigue et fournissent les éléments de décryptage de l'enquete. L'inspecteur McLeod, submergé par les trop nombreux souvenirs malheureux et les autres malheurs qu'il découvre au fil des pages (décidément aucune douleur ne lui aura été épargnée !), ne fait finalement pas grand chose pour résoudre cette enquete qui se dénoue pratiquement d'elle meme.
Peter May compose avec beaucoup de talent une atmosphere digne d'un grand roman noir dans laquelle je me suis plongé avec gourmandise. Toutefois, à la longue, j'ai trouvé que l'invraisemblable accumulation des effets dramatiques qui touchent tous les protagonistes et en particulier McLoad désert ce polar que je n'ai finalement terminé (en lecture rapide) que par égard pour le soin et l'effort investis par l'auteur pour composer le remarquable décor de l'intrigue.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 janvier 2014
Une magnifique lecture et un livre vraiment épatant !

Avec Fin Macleod, le lecteur se retrouve embarqué sur l'île de Lewis et va découvrir la vie de ses habitants. À cause d'un meurtre ayant des similitudes avec l'enquête qu'il mène à Édimbourg, Fin sera dans l'obligation de retourner sur l'île de son enfance sur laquelle il n'a pas mis les pieds depuis plusieurs années.
Les chapitres alternent entre souvenirs et enquête. La recherche du meurtrier va pousser Fin à se rappeler son enfance, sa vie sur Lewis, ses amis et la fameuse chasse des oiseaux sur l'An Sgeir.

L'écriture de l'auteur est magnifique. Il a un talent de conteur incontestable. À travers ses mots et sa façon de nous décrire les paysages, ses habitants, leurs us et coutumes, le lecteur est projeté sur cette île. On se croirait arrivé aux confins du monde, sur une terre inhospitalière et rude peuplée d'hommes à son image.

On découvre leur façon de vivre, comment ils ont dompté ce bout de terre ou plutôt se sont adaptés à lui. On découvre leur coutume, avec leur chasse du Fous de Bassan sur l'An Sgeir qui se déroule une fois l'an. Le tout est très bien décrit et raconté, avec de nombreux détails sur leur façon de procéder et toute l'importance que cet acte a pour eux. Il n'y a aucune longueur, le tout est très bien introduit et raconté. Le lecteur n'a pas le temps de s'ennuyer et attend avec impatience d'en apprendre plus sur ce bout de terre écossais.

Bien que l'enquête se trouve en second plan, cela n'en gâche pas la lecture. Les retours dans le passé sont palpitants et expliquent de nombreux faits du présent. Ainsi, cela donne l'impression de faire un grand puzzle et à travers chaque souvenir, le lecteur peut ajouter une pièce supplémentaire au tableau final que forme l'enquête et le passé de Fin.

En conclusion, un livre coup de cœur. Un livre qui vous fera voyager sur fond d'enquête policière. Un livre vraiment très bien écrit. À découvrir !
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Que se passe t-il donc dans ces iles du bout du monde? Voilà une intrigue bien ficelée qui puise sa source dans un passé oublié. Chacun des protagonistes est hanté par un passé douloureux. Ces iles battues par les vents offrent un décors à la fois sévère et somptueux à la tragédie qui se noue et finira par ce dénouer devant nos yeux. Je précise que toute la trilogie est passionnante en ce qu'elle précipite dans ce décors parfois apocalyptique un passé que les Anglais préfèrent oublier! Un roman modèle du genre!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 janvier 2013
J'ai découvert par hasard Peter May en cherchant un policier qui se passe dans une ambiance hors des grandes ville. Et je n'ai pas été déçu ! Au départ la partie policière m'a semblé quelconque... Mais plus j'avançais, plus j'étais plongée dans l'ambiance de l'île. Un livre inoubliable, faisant oublier notre quotidien. Nous plongeant dans les odeurs de la mer, des algues, des oiseaux.... On imagines les lieux, sans pour autant passer des heures en description. Ce livre est passionnant et l'intrigue bien plus intéressante que prévue. J'ai lu depuis "L'homme de Lewis" : extra et "Le braconnier du lac perdu" (j'ai un peu moins accroché) mais très bien quand même. Je pense que je vais essayer les autres livres de Peter May.
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mars 2016
De cette trilogie j'avais commencé a lire le dernier opus. Le braconnier... Au début j'avais du mal à situer les personnages néanmoins je m'étais régalé. Une fois terminé je me suis précipité sur le premier volume de cette série, je ne suis pas du tout perturbé par ma précédente lecture.
J'étais orphelin après avoir lu "Je suis PILGRIM" merci Peter MAY j'ai retrouvé un compagnon de lecture pour mes voyages en train et il berce les premières vagues de mon sommeil. Vous avez le droit de ne pas être d'accord avec moi, mais personne ne me fera changer d'avis : 5 étoiles !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus