undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles5
4,4 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:8,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Certains critiques jugent qu‘Auster renoue ici avec le meilleur de son style, quand il accepte d’abandonner ses tics postmodernes et ses métafictions pour interroger le réel comme il le fit dans « La trilogie New Yorkaise ». Rien n’est moins sûr. Il subsiste des similitudes tant dans le fond que dans la forme. Sur le fond : les mêmes interrogations sur l’identité et sa dépossession. Sur la forme : la déconstruction du roman à travers le thème du romancier et son double fictionnel, des intrigues qui empruntent au roman policier le suspense avec lequel l’écrivain, dont la figure se confond avec celle du détective, mène le lecteur en bateau jusqu’au dénouement inattendu.
Structurellement, le récit débute avec la prise de parole d’Adam Walker, racontant ses souvenirs d’étudiant remontant aux sixties, quand il fit la connaissance du sulfureux Born . Cependant, ce récit s'avère ne constituer que le premier chapitre de ses mémoires que, quarante ans plus tard, à l’article de la mort, il a confié à un ancien camarade d'université, Jim Freeman, pour en écrire la suite. Avant d’accepter, Freeman va retrouver les protagonistes, Adam, sa sœur Gwyn, ses anciennes amantes Margot et Cécile, Born, pour les interviewer. Freeman, comme le lecteur est vite gagné par le doute : Adam est-il un mythomane ? Qui, de tous ceux qui prétendent détenir la vérité, faut-il croire ? Chaque personnage donne sa version des choses, aussitôt remise en question par celle des autres. On pense à un personnage de La Trilogie qui voulait écrire un livre où chaque phrase contredirait la précédente. On pense aussi à Rashomon d’Akutagawa et la Fontaine pétrifiante de Christopher Priest.
Les personnages eux-mêmes ne savent pas qui ils sont, phénomène que l’auteur résume par une citation de George Oppen dans « This in Which »: « Impossibe to doubt the world : it can be seen. And because it is irrevocable, it cannot be understood, and I believe that fact is lethal”. N’étant que vide, les vies des uns et des autres sont interdépendantes et interchangeables, et dans leurs interactions, la position de l’un est vite amenée à déteindre sur celle adverse et inversement. Ce qui amène à se poser la question de l’éthique : si tout point de vue est interchangeable, où se situe chacun, du côté du bien ou du mal? Ainsi, Adam, qu’on voit aux premiers abords comme l’irréprochable défenseur de la justice et de la morale semble avoir été contaminé au contact de Born par la noirceur d’âme de ce dernier, qui inversement se révèle finalement pas tant le salaud intégral qu’il donnait l’impression d’être. Où a commencé ce chaos ? Est-ce avec la chute du mur de Berlin et la fin d’un monde bipolaire, partagé entre les bons et les méchants, comme semble le penser Born ? Ou plus loin dans le passé, dans une autre chute, originelle celle-là, où après avoir été chassé du paradis l’homme a perdu son langage dans Babel ?
C’étaient des idées qui, bien exploitées, auraient donné un chef-d’œuvre. Malheureusement, mal desservi par une écriture sans éclat, une intrigue difficilement crédible et des caractères archétypaux peu convaincants, l’entreprise n’a pas atteint son but. Par ailleurs, la symbolique d’Auster prête à sourire quand il conçoit les rapports incestueux entre Adam et sa sœur comme la transgression absolue. Qu’on veuille bien lui rappeler que de nos jours, l’inceste n’est ni original, ni subversif, ni même délictueux, puisque la loi allemande permet dorénavant le mariage entre frère et sœur.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 novembre 2014
Avec "Invisible" Paul Auster nous délivre un excellent roman digne de ses meilleurs œuvres. Entre New York, Paris et la Californie il nous plonge dans les méandres de ce "carré infernal" dans lequel se jouent des amours, des passions, des ambitions, des rancoeurs et des haines. Paul Auster maîtrise de bout en bout son roman sachant dessinner des personnages ambigus, attachants et vulnérables pour certains, redoutables et cruels pour d'autres. La place de la littérature y est importante comme toujours avec Paul Auster et son roman est bien entendu truffé de souvenirs auto biographiques. Beaucoup de plaisir à la lecture de ce grand Paul Auster!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 février 2016
Roman qu'on lit doucement pour rester encore , et encore qq jours dans son ambiance . Du grans paul auster
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 octobre 2012
Je ne suis pas très objective car grande fan de Paul Auster... mais un livre de plus qui me fait dire que cet écrivain est formidable !
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 novembre 2012
Achat pour offrir. Je n'ai pas eu de retour de la lectrice, mais je suppose qu'elle adorera puisqu'elle le désirair.
11 commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,10 €
8,70 €