undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici soldes montres soldes bijoux Jeux Vidéo

Commentaires client

3,2 sur 5 étoiles40
3,2 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 17 mai 2011
Le mari de Mia, neuroscientifique , la quitte pour une « Pause » passagère. La « Pause » étant jeune et prétendue lui être bénéfique. Mia craque nerveusement. Après son hospitalisation en psychiatrie, elle laisse New-York pour se rapprocher de sa mère qui vit en maison de retraite. Cinquantenaire, poétesse, il s'agit d'une femme qui se livre sans détour. Avec force, faiblesse, humour et sensibilité.

Ce livre est magnifique, beau, touchant, drôle et juste !!! Un hymne à la femme sous tous les angles. L'adolescente, l'épouse, la mère, la femme libérée, la femme aimante, la femme indépendante ou non, la femme qui travaille, la femme en fin de vie... Chacune se reconnaitra à travers Mia ou à travers les personnages féminins de ce roman. Des femmes de tout âge et de plusieurs générations. Si son mari baigne dans le scientifique, Mia est une poétesse. D'une situation ou d'une parole, des vers et des poèmes lui reviennent à l'esprit. A travers ces traits d'esprits, on comprend ô combien la littérature et la poésie sont une source dans laquelle Mia puise et se ressource. Au bout de 30 ans de mariage, elle se pose des questions légitimes sur son couple, sur les habitudes qui rongent l'amour et sur son mari. Elle se livre à travers une introspection sans tabous. Le groupe d'adolescentes auquel elle donne des cours nous renvoie aux prémices de jeunes filles et aux préoccupations de leur âge. Mia côtoie les amies de sa mère. Des femmes gaies, vives malgré leurs problèmes de santé. Observatrice, à l'écoute, elle se noue s'amitié avec Abigail, nonagénaire aux mains de fée. Abigail dont les broderies ont deux cotés : le convenu pour le plaisir des yeux et le libertaire où l'érotisme est maître. Elle fait la connaissance de sa jeune voisine, Lola, malheureuse en couple. Mia se nourrit des expériences et des rôles voulus ou non que la vie confère à toutes ces femmes, sa mère et sa fille comprises.
Grâce à cet été passé dans le Minnesota , Mia se reconstruit . Toutes ses rencontres lui permettent d'avoir un nouveau regard brillant d'un humour sans égal et de féminisme. Ce roman fait la part belle sur la place de la femme, de l'homme dans la société et il délivre la quintessence de ce qui fait la femme !

Dire que j'ai aimé ce livre serait mentir car je l'ai adoré !!!J'ai vibré, j'ai été émue, l'humour souvent ironique et féroce de Mia m'a régalée. Mais surtout, j'ai eu cette sensation de comprendre Mia !
L'écriture de Siri Hustdvedt est magnifique, singulière et j'ai pris mon temps pour lire ce livre. Il y a tant de subtilité , de réflexions qui s'en dégagent ! Un roman à mettre entre toutes les mains des femmes ( à offrir et à s'offrir !).
Un livre hérisson tant j' y ai inséré de marque-pages que je relirai au fil des années qui s'écoulent car je suis certaine qu'il m'apportera encore beaucoup !
22 commentaires|38 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 août 2012
Quand elle apprend la liaison de son mari avec une jeunette, Mia, poétesse, la cinquantaine, "pète les plombs" et se retrouve internée en psychiatrie. Après une période de thérapie, elle part, le temps de l'été, dans sa ville natale, se réfugier auprès de sa mère qui vit dans sa maison de retraite.
Mia va peu à peu reprendre le contrôle d'elle-même et de sa vie. L'atelier d'écriture qu'elle accepte d'animer et les 7 adolescentes qui y participent, ainsi que la fameuse équipe formée par sa mère et ses copines lui permettront de redonner un brin de sens à son existence. Elle sera aidée aussi, à distance cette fois, par sa fille et sa thérapeute. Elle soutiendra à son tour sa jeune voisine, débordée par ses deux petits enfants et son mari instable.
Le roman nous décrit Mia qui observe ces générations de femmes, et qui s'observe elle-même.
Un point commun entre toutes: la vulnérabilité. La fragilité physique des plus âgées est souvent à la mesure de leurs regrets et souvenirs, le psycho-drame qui se joue entre les ados montre que cet âge-là peut être cruel, stupide mais aussi pur et tellement fragile.
Le récit n'est pas déprimant pour autant: paradoxalement ce sont les vaillantes octogénaires qui montrent l'exemple et ne se laissent pas abattre par les misères de l'âge. Et la fin de l'été apaisera les tensions...
Soyons clairs, ce roman n'est pas un coup de coeur pour moi, et je ne l'ai pas dévoré. Mais je l'ai bien apprécié: certains personnages sont touchants, amusants, agaçants (ah ces ados!), et l'auto-dérision de la narratrice est plutôt drôle. Les hommes sont effectivement absents, mais tout compte fait on ne peut s'empêcher de parler d'eux
Le récit n'est pas toujours chronologique, alterne narration classique et échanges d'e-mails, considérations philosophiques et phrases lestes, s'adresse parfois au lecteur, et superpose les épisodes entre Mia et chaque "catégorie" de personnages.
A conseiller à tout qui s'intéresse un tant soit peu à la psychologie des femmes...
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 juin 2011
Extraordinaire écrivain que Siri Hustvedt ! Aussi extraordinaire que le mari, Paul Auster... Cette "autofiction" est à la foi pathétique, sensible et très drôle. C'est cette dose d'humour et la culture de l'auteur qui font tout l'intérêt de l'ouvrage. Les femmes qui ont été trahies par un mari volage (souhaitant faire "une pause") devraient lire le roman. Attention cependant ! Il s'agit d'une œuvre littéraire dans tous les sens du terme, donc une œuvre exigeante, celle d'une poétesse, qui ne tombe pas dans les facilités des Musso et autres Gavalda.
0Commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 juillet 2013
Difficile de commenter ce livre car la narration part un peu dans toutes les directions, allant du récit classique à des passages plus étranges, presque éloignés du propos, par exemple la narratrice s'adresse de temps en temps à "nous" lecteur, il y a même quelques dessins inclus dans le texte dont je peine à trouver le lien avec le texte... Toutefois, après lecture il m'a semblé que ce "fouilli" était un choix réfléchi : le personnage central, la femme quinquagénaire trompée a connu un épisode de "folie" elle est encore très fragile... l'écriture est à l'image de son esprit tortueux.
Bref, après lecture je me suis dit que ce qui pouvait paraître pénible par moments était finalement un bon choix narratif, pertinent.
Par ailleurs j'ai bien aimé ce livre car il contient de belles et profondes réflexions sur divers sujets, des personnages qui tiennent la route, et même quelques "mystères" qui donnent envie de terminer le livre...
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Mariée depuis trente ans à un universitaire américain, Mia apprend que son époux veut faire une "pause" dans leur relation et que cette "pause" a vingt-cinq ans et de longs cheveux...
Mia est terrassée. Elle se retrouve internée en HP. Lorsqu'elle en sort, elle part le temps d'un été, auprès de sa mère animer un atelier d'écriture avec des adolescentes.
Hustvedt aborde ici les thèmes du féminisme, de la mort, de la vulnérabilité, de la vie conjugale...
Pas d'hommes dans ce roman et pourtant, ils sont omniprésents, tout comme les références à la psychanalyse... un peu pesantes.
Je n'ai pas accroché ni au personnages, ni au thème (la femme de 50 ans délaissée qui repart à zéro...) mais je reconnais la qualité de l'écriture.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mai 2011
Siri Hustvedt signe là un petit livre vif, enlevé, rythmé par les humeurs, tourments, réflexions, émotions de son personnage, Mia. Mia - I am -, femme délaissée qui s'effondre le temps de La Pause de son mari pour une de ses collègues française et plus jeune, remonte la pente le temps d'un été à Bonden, petite ville où elle a grandit. Elle y croise 7 adolescentes à qui elle enseigne la poésie, les cygnes, entendez un club de vieilles femmes (dont sa propre mère), qui se serrent les coudent dans la maison de retraite où elles attendent de passer de l'autre côté.
Plus court que ses deux romans précédents (Tout ce que j'aimais, Elégie pour un américain), Siri Hustvedt n'en signe pas moins un chef-d'oeuvre, entremêlant les savoirs qu'elle a nombreux et profonds (poésie, neurophysiologie, psychiatrie, art contemporain, etc.), aux émotions, intenses, que vit son personnage qui s'interroge comme nous tous, lecteurs, auxquels l'auteure s'adresse d'ailleurs directement, sur leur vie, son sens, les autres, l'art, et le sentiment de sa propre finitude.
Comme elle l'écrit dans ce livre: "Un livre est une collaboration entre celui ou celle qui lit et ce qui est lu et, dans le meilleur des cas, cette rencontre est une histoire d'amour comme une autre".
Je suis heureuse, madame Hustvedt, d'avoir vécu celle-ci.
0Commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 février 2015
Que dire de plus, alors que trente-huit autres commentateurs ont laissé ici leur témoignage ? Il me semble d’abord important de dire que ce très beau texte est un vrai livre féministe, non pas au sens d’un ouvrage militant, de combat et de règlements de comptes mais un livre qui témoigne au féminin de l’état de la femme aujourd’hui (dans le milieu socio-culturel blanc, protestant et de classes moyennes supérieures des Etats-Unis), et qu’il le fait avec autant de sensibilité que d’intelligence.

Ce texte ne s’adresse pas aux seules femmes. Bien au contraire, tout comme il prend ancrage sur une crise conjugale, ce texte est autant un retour sur soi qu’il est une adresse aux hommes, un appel au partage.

Le récit de Siri Hustvedt est habité par la poésie, le pouvoir des mots, le désir d’analyse (philosophie, psychanalyse). La multiplicité des personnages féminins propose un gynécée où se reflètent les facettes de l’âme et de la psychologie féminines. Et que de personnages attachants ! Pour ne citer que quelques-uns, la vieille Abigaïl et ses amusements secrets, la petite Alice, Lola la voisine et sa fille Flora avec son monde imaginaire, évidemment la mère…

Peut-être une petite citation, pour terminer : « Trente ans, c’est long, et un mariage s’enracine, prend un aspect presque incestueux, soumis au rythme complexe des sentiments, du dialogue et des associations. Nous étions arrivés au point ou une histoire, une anecdote entendue lors d’un dîner faisait naître simultanément la même pensée dans nos deux têtes, et la question était simplement qui de nous deux l’exprimerait à haute voix. » (p. 92) Extrait auquel fait écho un peu plus loin, p. 121, ceci : « Te rappelles-tu (écrivis-je à Boris) ce soir, il y a deux ans, où nous nous sommes rendu compte que nous venions de penser exactement la même chose, pas du tout évidente, une idée plutôt excentrique qui avait surgi en nous sous l’effet de quelque catalyseur commun, et tu m’as dit : « Tu sais, si nous vivions ensemble pendant encore cent ans, nous deviendrions la même personne. » ?
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 août 2011
Je viens de refermer à regret ce livre dont je découvre l'auteure. Quel talent!! quel vobulaire, quelle écriture et quelle culture! j'ai adoré.
Ce livre est riche de connaissances, d'émotions et de résonances. Le passage (parmi tant d'autres) où Mia narre le retour dans le giron maternel pour consoler son chagrin m'a énormément émue :" Assise en face d'elle dans le petit appartement, je me dis soudain que ma mère était pour moi un lieu tout autant qu'une personne"; "Il n'ya pas de vie sans un sol, sans un sentiment de l'espace qui n'est pas seulement extérieur mais intérieur aussi-les liens mentaux".
Merci Madame.

NB: Je suis ravie d'avoir commandé un autre des titres de Siri Hustvedt en même temps que cette pépite grâce aux commentaires faits sur Amazon.
Merci aux lecteurs de partager sur ce site leurs coups de coeurs et permettre ainsi de faire découvrir des petites merveilles comme celle là.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 mai 2012
J'ai passé un moment agréable à lire cette histoire, histoire d'une femme qui va tenter de se reconstruire pendant un été, à cause du fait que son mari la quitte momentanément pour une autre et que l'héroïne de l'histoire est passée par une psychose passagère suite à cela. L'histoire de cette reconstruction avec des personnages attachants est entrecoupée de quelques réflexions intellectuelles sur divers sujets, ce qui est tout à fait intéressant mais peut déplaire à certains ou tout simplement leur être incompréhensibles du fait des références à avoir. Pour ceux qui n'ont jamais lu de livres de cet auteur, je leur conseillerai de commencer par "Tout ce que j'aimais", qui lui est un roman à part entière qui vous tient de bout en bout.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 juin 2011
De beaux portraits de femme qui prennent leur vie en mains, et cela quel que soit leur âge.
Livre plein d'humour, parfois très léger et très "positif".
Par contre, j'y ai déploré quelques longueurs, mais l'ensemble est fort sympathique et je le recommande toutefois volontiers.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

23,00 €