undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 28 juin 2005
Le genre
Polar
(Un Polar est avant tout histoire fondée sur le jeu avec le lecteur : qui est le mèchant ? Mais un polar est aussi un instrument de critique sociale et politique. Et, dans le cas des polars à la française (Vargas, Manchette...), un champ libre pour la création stylistique. Zanimarre est donc un Polar français.)

Le style
Concis et rythmique

Le ton
Burlesque

Résumé :
Un matin, Jean-François Zéphane est conduit de force à Azéarc, la cité où siège l'Organisation Mondiale de la Consommation. Sa vie d'avant est terminée. Zéphane a été tiré au sort pour représenter les consommateurs au sein de cette institution. Il découvre rapidement qu'une vague d'attentats ensanglante le monde, que, partout, des animaux attaquent les humains, et que son prédecesseur a été assassiné parce qu'il enquêtait sur ces événements. Zéphane se confronte aux rouages d'une organisation qu'il ne connaît pas. Beaucoup de choses sont en jeu : sa vie, celle de nombreux innocents, mais aussi son histoire d'amour avec Carla.

Extrait :
Dans deux minutes, une bombe va exploser dans un centre commercial. La troisième personne qui va mourir ce matin-là s'appelle Arthur Legrand.
Mais.
A la différence de Perdriot le Représentant et de Spirce le balayeur, Arthur Legrand ne va pas mourir seul.
Il va mourir en compagnie de huit cent douze consommateurs en pleine action. La bombe va exploser et tous ceux qui cherchaient le cadeau de tante Barbara vont trouver la mort. Arthur Legrand ne cherchait pas de chandail. Il n'a pas de tante Barbara.
Il va mourir quand même.

Si le livre vous plaît, parlez-en autour de vous : c'est la meilleure des promotions pour les petites maisons et leurs auteurs !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Je vous l'accorde, le nom est bizarre. Ce qui l'est encore plus, mais cela, vous ne pouvez pas le deviner, c'est que je lise un roman classé dans le genre polar (peut-être le seul genre littéraire auquel je n'accroche vraiment pas). Comme quoi, il ne faut jamais dire "Fontaine ..."
Jean-François Zéphane a la trentaine déprimée, un cabinet de kiné à la réputation récemment mise à mal, et un goût certain pour le jazz. Rien ne le prépare à se retrouver un beau matin propulsé Trente-et-Unième Représentant à l'Organisation Mondiale de la Consommation, dont les directives régissent la vie de millions de consommateurs solvables. Et pourtant ... Le Trente-et-Unième Représentant est mort, Vive le Trente-et-Unième Représentant ! Et vogue la galère. Car rien ne se déroule vraiment comme il aurait pu s'y attendre. D'abord, son prédécesseur s'est apparemment suicidé, crime contre le premier des Commandements "Tu consommeras". Et puis, des attentats aveugles et meurtriers ensanglantent des centres commerciaux un peu partout dans le monde(solvable). Et il se trouve que son prédécesseur, et donc lui, par la force des choses, était le président d'une commission d'enquêtes sur ces évènements.
Pour couronner le tout, voilà qu'il se met à fantasmer sur l'une de ses collègues de travail, et que son chat commence à avoir un comportement bizarre ...
Roman d'anticipation politique jouissif autant que polar décadent, ce romanse lit d'une traite, une fois que l'on a passé le cap des premières pages et des premiers tâtonnements. Et l'écriture ironique, voire parfois corrosive, a bien du mal à dissimuler la tendresse de l'auteur pour ses personnages paumés et désabusés.
Voilà, j'espère que jevous ai donné envie, car c'est le premier roman d'un jeune auteur(prometteur) et c'est publié chez un petit éditeur régional.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus