undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles53
4,4 sur 5 étoiles
Format: BrochéModifier
Prix:23,80 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 13 mai 2013
Note : ce livre a déjà été publié en français en 2008 par les éditions Ariane (Canada) : Le Rapport Campbell : La plus vaste étude internationale à ce jour sur la nutrition

Voici donc le même livre, la même traduction, mais par une maison d'édition française.
En bonus, une préface par un médecin français.
Pour le reste, c'est le même livre, à l'exception de quelques détails linguistiques, comme par exemple "restaurant-minute" remplacé par "fast food"...

Ma critique est la même que pour la version canadienne :

Cet ouvrage s'appelle "The China Study" en VO. S'il était possible de mettre 10 étoiles, j'en mettrais 12.

T. Colin Campbell, de la prestigieuse Université Cornell, est l'instigateur de cette étude épidémiologique, la plus importante jamais réalisée au sujet de la nutrition. Il est l'un des plus grands experts au monde sur les questions de nutrition. Il ne s'agit pas d'un "spécialiste" à la petite semaine, mais d'un éminent scientifique ayant travaillé pour le gouvernement US et pour l'industrie agro-alimentaire durant la majeure partie de sa vie.

Selon le Dr Dean Ornish, lui-même une sommité mondiale, "Ce livre est l'un des plus importants écrits sur la nutrition. Le fait de le lire vous sauvera peut-être la vie."

Il va sans dire que la plupart de nos idées reçues sur la nourriture que nous ingérons (que nous appelons "bouffe" peut-être à raison) y sont mises à mal. Une progression subtile est mise en place par Campbell, en crescendo : des découvertes en laboratoire (protéines...) aux études sur le terrain (mode d'alimentation et maladies de civilisation), pour terminer dans les couloirs de l'industrie agro-alimentaire et du gouvernement, qui marchent main dans la main...

Ce qu'il en reste : le soulagement qu'enfin, après 150 ans d'industrialisation, de viande, de lait et d'excès tous genre, les faits se fassent connaître.
0Commentaire78 sur 81 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 20 février 2014
Cette enquête sérieuse, documentée et menée sur le long terme est époustouflante ! Si je n'étais pas déjà végétalienne, je le deviendrai pour sauver ma santé.

L'enquête Campbell relate une enquête (en Chine sur une période de 20 ans) ainsi que les conclusions de nombreuses recherches (la bibliographie fait 50 pages écrites en tout petit) qui aboutissent au résultat que pour éviter ou même inverser le cours de nombreuses maladies "de civilisation" (maladies cardio-vasculaires, cancers, obésité, diabète, maladies auto-immunes, etc...) un simple régime alimentaire végétalien (aucun produit animal : viande, poisson, lait, œufs) fait d'aliments complets (riz complet, pain complet, pâtes complètes etc...) est nécessaire et suffisant !

Dans les chapitres suivants Colin Campbell explique pourquoi ces données n'arrivent jamais au grand public : lobby des marchands de lait, viande, œufs, laboratoires pharmaceutiques, les sommes en jeu sont pharamineuses, sans parler des médecins et chirurgiens (double et triples pontages, prothèses en tous genres, etc...) qui seraient dépossédés de leur gagne pain et de leur pouvoir...

Il a déterré aussi d'autres études très anciennes qui parlaient de ce rapport entre protéines animales et maladie.

Ca recoupe d'autres lectures que j'ai faites depuis que je suis végé (surtout pour vérifier qu'il n'y avait pas de risque pour la santé à être végé) sauf que là ça semble très étayé scientifiquement : en fait c'est du bon sens, on revient à l'origine où l'homme mangeait essentiellement des végétaux non transformés, même si son organisme lui permet de manger un peu de viande ou poisson pour survivre quand il n'y a pas de végétaux disponibles. J'ai lu pas mal d'autres bouquins qui expliquent que la denture (pas de crocs pour tuer les proies) et le système digestif (intestins longs qui engendrent putréfaction des chairs animales, les animaux carnivores ont des intestins très courts) de l'homme le disposent à manger des végétaux plutôt que des animaux.

J'ai découvert ça très récemment, je précise que ça n'est pas du tout pour ça que je suis végétalienne, c'est par souci éthique (cause animale) en premier lieu et aussi par souci écologique et peu m'importe que les autres soient omnivores, végés ou carnivores, du moment que je mange ce que je veux.

Seul bémol, la distinction n'est pas faite clairement entre bonnes et mauvaises graisses. En prenant cette enquête à la lettre, on peut penser que les bonnes graisses (huiles végétales biologiques de première pression à froid, notamment celles qui contiennent des oméga 3) ne sont pas nécessaires à la santé. A mon sens ce biais vient du fait que les recommandations s'adressent aux Américains pour qui l'apport de graisse vient essentiellement de produits animaux.

A lire que l'on soit végé ou pas et à offrir (ou prêter) à des amis qui luttent contre une maladie de civilisation (maladie de la prospérité), si on les aime vraiment, en espérant qu'ils le liront...
66 commentaires41 sur 43 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 août 2013
Je ne poste jamais de commentaire, jamais. Pourtant là, je ne peux pas m'empêcher de crier haut et fort : LISEZ CE LIVRE !!

Après ne serait-ce que la lecture d'un dixième du livre, vous ne pourrez plus jamais ignorer, dénigrer ou renier les propos de grand homme.

Il ne s'agit pas de militantisme pour la cause animale, le végétalisme strict, l'écologie, l'agriculture biologique, ou l'une des diverses idéologies qui poussent à devenir végétalien. Il s'agit d'un livre d'un homme qui explique pourquoi, 600 pages de preuves à l'appui, que dans l'idéal, il vaudrait mieux manger un maximum de végétaux pour sa santé. De là, son discours vous mettra une claque si forte que vous deviendrez végétalien de vous-même, et vous aurez enfin l'esprit libre. Libre de savoir si oui ou non, votre alimentation est correcte, si oui ou non, vous minimisez enfin vos risques de développer une maladie auto-dégénérative.

Tout mon entourage se pose des questions depuis que j'ai lancé ce pavé dans la marre. Rares sont les inconscients qui ne le prennent pas en compte.
0Commentaire40 sur 42 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce livre a changé ma vie...
j'ai toujours rigolé des végétariens, jusqu'au moment ou j'ai compris que c'est Danone et Charral qui rigolent le plus, en nous faisant comprendre que les proteine animalier sont si essentiel pour notre santé... pendant que nous sommes de plus en plus nombreux d'avoir du cancer.
Un regime végétal est bien pour nous et pour notre planète.
0Commentaire71 sur 75 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 juin 2013
J'ai un grand passé de carnivore. En m'intéressant à l'écologie, j'ai un peu diminué les quantités que je mange mais j'avais toujours en tête que manger un peu de viande de temps en temps était bon pour la santé (on en mange juste trop mais de la viande ou des oeufs 4 ou 5 fois par semaine n'est pas un souci). De plus, j'ai toujours était un gros buveur de lait (entier et cru de préférence) et de fromage et yaourts, croyant cela très bon pour la santé.
Ce livre remets en cause toutes ces idées.
Peut-être un charlatan de plus ? Mais j'ai rarement vu un livre avec autant de références publiées dans des revues scientifiques...
Bref, je ne l'aurais jamais cru, mais je commence à tourner végétalien...
11 commentaire50 sur 53 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 février 2014
Si vous hésitez à acheter ce livre, je ne peux que vous conseiller vivement de l'acheter sans tarder !! Je n'ai jamais aimé mangé de la viande, par rapport à la souffrance animale qui m'est insupportable (et pourtant, j'adore la bonne viande), mais ce livre a changé ma vie. J'ai pris conscience de plein de choses, et surtout du lobby des vendeurs de viande et de laitage. J'en suis sortie complétement bouleversée. Il faut que les consciences changent, pour notre santé, pour les animaux et pour l'avenir de notre belle planète.
J'en ai parlé autour de moi, et même si je vois bien que certaines personnes me voient comme une illuminée hippie, je sais au fond de moi que je suis sur la bonne voie, grâce, entre autres, à ce livre.
0Commentaire16 sur 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Il y a deux mille cinq cent ans déjà, Hippocrate déclarait : « Que l'aliment soit ton seul médicament », postulant par là qu'une bonne santé restait irrévocablement liée à une bonne alimentation. De nos jours, Colin Campbell, en s'appuyant sur de nombreuses études scientifiques et expériences en laboratoires, apporte la preuve définitive de ce lien de cause à effet. Il démontre que manger de la viande et boire du lait augmentent nettement les risques de cancer et de maladies cardio-vasculaires sans oublier le diabète, l'ostéoporose et autres douloureuses maladies auto-immunes.
Best-seller international, cet essai majeur se présentant comme un gros pavé relativement facile d'accès a été traduit dans plus de trente pays. Il fait l'implacable démonstration de la nocivité de la malbouffe occidentale qui n'est pas faite que de donuts, hamburgers et autres hotdogs mais aussi d'une part trop importante donnée aux protéines animales et aux laitages. Il prône une alimentation végétarienne basée sur les légumes, les fruits et les céréales complètes, seul régime permettant de réduire de façon impressionnante les risques de cancer et autres. Le lecteur s'étonnera que personne ne lui ait diffusé plus tôt pareilles informations, mais quand il découvrira la puissance et les manoeuvres des lobbies pharmaceutiques et agro-alimentaires, il comprendra pourquoi l'argent qui mène le monde n'a aucun intérêt à ce qu'une telle information se diffuse. A lire absolument si l'on veut en savoir un peu plus sur les voies de la bonne santé et surtout si l'on ne veut pas « creuser sa tombe avec ses dents ! »
0Commentaire7 sur 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 octobre 2013
Si je devais recommander un seul livre sur la nutrition, ce serait celui là.
Complet et abordable, il traite intégralement la question de la santé par l'alimentation.
Les produits à éviter et ceux à privilégier et sous quelle forme.

L'auteur vente les petits plats cuisinés par sa femme, dommage qu'il n'ait pas partagé quelques recettes !
0Commentaire7 sur 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Publié en 2005, ce rapport a fait l'objet de très nombreuses critiques dans le monde anglo-saxon sur sa méthodologie, sur ses sources, souvent douteuses, comme sur ces conclusions qui incriminent le cholestérol et les graisses animales en ignorant (volontairement ???) toutes les données sur les dommages causés par le sucre et les glucides.
Avant de l'acheter et de "l'avaler" tout cru, j'invite les lecteur à lire sur le net l'excellente "Critique du rapport Campbell" par Denise Minger en 2010 intégralement disponible. C'est très bien fait et accessible à tous même sans culture scientifique.
A noter que depuis presque 20 ans, partout dans le monde, des chercheurs solitaires et courageux qui affrontent labo pharmaceutiques et lobbys de l'agroalimentaire, notamment du sucre, accumulent de terribles preuves liant maladies cardio-vasculaires, cancer, diabète, alzheimer, maladies neurologiques, à la consommation de sucre et même à un excès global de glucides (pain, pâtes, riz, etc...). Lire par exemple David Perlmutter "Ces glucides qui menacent notre cerveau", Gary Taubes "Pourquoi on grossit ?", Mark Hyman "Trop de sucre" ou encore sur le cholestérol, Michel de Logeril en France, le chercheur qui révèle les bienfaits du cholestérol et combat les statines que veulent nous vendre les labos. Savez vous que le cholestérol est une molécule essentielle à notre bonne santé et que contrairement au mythe, il se trouve en quantité minime dans les fameuses plaques d'athérome qui se créent dans les artères dans des endroits qui subissent des inflammations que l'on sait engendrées par des glycémies excessives (sucre), la cigarette, le stress, les infections microbiennes, les acides gras trans de l'industrie agroalimentaire (les fameuses margarines...)
Croyez vous que c'est par hasard que lorsque l'on soupçonne chez quelqu'un une tumeur cancéreuse, on lui injecte une solution de glucose radio-actif ? Dans le scanner qui suit, les cellules cancéreuses se révèlent immédiatement car le glucose radio-actif y fonce tout droit. Les cellules cancéreuses consomment 18 fois plus de glucose qu'une cellule normale. La 1ère chose que l'on devrait dire à tout cancéreux en complément des traitements, "supprimez immédiatement tous les sucres" et adoptez ci possible un régime cétogène (difficile à suivre). Il devient de plus en plus vraisemblable que c'est également ce qu'on devrait dire à tout malade d'Alzheimer... Mais bon, les régimes ne rapportent rien aux labos.
Quand à nos lointains ancêtres du néolithique avant qu'ils ne deviennent céréaliculteurs, les analyses des restes osseux comme des dépôts dentaires montre à quel point ils étaient omnivores avec une très forte proportion de protéines et lipides d'origine animale y compris de produits laitiers. Les produits laitiers furent d'abord transformés en yaourts et fromages, puis l'apparition et l'essor fulgurant des gènes de la persistance de la lactase chez les peuples éleveurs permit la digestion du lait, immense avantage sélectif en Europe ou chez les éleveurs Africains. Nos ancêtres mangeaient également noix, noisettes, amandes. En archéologie, partout en en Europe, chaque recul de la culture des céréales et augmentation de la consommation carnée s'accompagne, dans les nécropoles, d'ossements plus grands d'individus morts plus tard et en meilleure santé, chaque avancée de la culture des céréales, au contraire, montre une diminution de taille, des carences nombreuses, une baisse de l'espérance de vie et une mortalité infantile effarante.
Stop aux mythes des fruits qu'auraient consommé en abondance nos ancêtres africains ! Dans les millénaires passés, les fruits étaient rares, y compris en Afrique. En Europe, c'était essentiellement des baies rouges. En arbres fruitiers, avant les Romains, les Celtes ne connaissaient qu'une petite prune sauvage très amère, l'acidulée merise et des petites pommes acides. Les autres fruits, apparus progressivement depuis 2000 ans par sélection humaine, n'avaient rien à voir avec ceux d'aujourd'hui ultra sucrés et que l'on mange en toute saison, une aberration ! Sur les 10 variétés de pommes d'un étal de grand supermarché, toutes résultent de sélections datant de moins de 100 ans sélections toutes axées sur le goût sucré.
Il n'en reste pas moins une réalité, à l'exception du "vrai" bio dûment certifié, il est devenu extrêmement difficile d'accéder à des produits animaux de qualité (viande, oeufs, lait, charcuterie) tant les toxiques élevages de type industriel se sont développés depuis 50 ans. Que dire de cette viande bovine de "race laitière" qui s'étale dans tous les rayons boucherie, quand on sait comment sont élevés et traitées les vaches laitières, il y a effectivement de quoi se sauver en courant.
Si vous voulez acheter à la campagne chez quelqu'un qu'on vous a conseillé et que vous ne pouvez juger une ferme parce que vous êtes citadin et que vous n'y connaissez rien, soyez prudents sur les produits vendus à la ferme, produits fermiers veut malheureusement juste dire produit sur place sans qu'il n'y ait de cahier des charges véritable sur la manière dont cela est produit, de quoi refiler au consommateur le kg de viande, la douzaine d'oeufs et le litre de lait 3 fois le prix pour des produits qui, parfois, ne valent pas mieux qu'au supermarché (maintenant il y a de bons fermiers, le tri est difficile).
Quand aux labels bio, ils sont certes un plus mais sont ils sont globalement très insuffisants, le label bio européen étant le moins strict, il est à mon sens à fuir. Comment peut-on tolérer de l'ensilage (choucroute) et la stabulation pour des vaches laitières bio, c'est une honte. Et que dire des poulets bio élevés avec 100% de céréales ??? autrefois dans les cours de ferme, les poules se battaient pour des vers de terre ou des limaces...
Il existe cependant en France un label bio un peu plus strict le label "Biocohérence" même si c'est encore insuffisant, un tableau récapitulatif du cahier des charges des différents labels courants par production existe d'ailleurs sur leur site.
Les végétaux ce n'est pas mieux, le moindre fruit sur un étal de supermarché, c'est 30 traitements chimiques au cours de la saison et les "cueillettes" sans label bio, ce n'est pas mieux... parce que vous cueillez, on vous entretien dans l'illusion.
Pour bien acheter, étudiez les cahiers des charges des différents labels (ultra-compliqué et différents pour chaque production), posez vous des questions sur ce que vous achetez, achetez plus chers des bons produits, vous apprendrez à ne plus gaspiller. Et avant tout cuisinez vous-même exclusivement.
Et si vous le pouvez, faites votre potager, ayez quelques arbres fruitiers, élevez vos propres poules, prenez une chèvre laitière. Sur 5000 m2, ce qui est possible en province, on peut déjà partiellement se nourrir.
Et mangez de presque de tout sauf du sucre. Limitez également les féculents et le pain, glucides lents pas si bons que cela, notamment si vous manquez de copies du gène de l'amylase nécessaires pour la digestion de l'amidon (peut-être une des causes de la progression de l'obésité). Si vous n'êtes ne faites pas partie des 1% de la population intolérant au gluten, n'éliminez surtout pas le gluten qui est la partie protéique du blé, et celle la plus riche en vitamines et minéraux, le "sans gluten" est une mode hallucinante et dangereuse ! Au contraire utilisez de la farine de gluten pour faire par exemple du "minchin" comme les végétariens chinois ont l'intelligence de le faire, tout le contraire de nous. Et attention aux fruits, bourrés de fructose que notre foie supporte mal !
Et pour en revenir à l'enquête Campbell, faites vous votre opinion en lisant d'abord le rapport Denise Minger, en ce qui me concerne, je n'adhère absolument pas au rapport Campbell.
44 commentaires16 sur 20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 septembre 2014
un très bon livre, certes un peu technique mais je pense que c'est une référence dans le domaine de la nutrition. A conseiller absolument aux futurs végétariens (ou végétaliens).
0Commentaire4 sur 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus