Commentaires en ligne


3 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Drogués à la haute altitude
J’attendais depuis quelque temps la parution d’un livre consacré à la folie Everest de ces dernières années : depuis 1953, plus de 4 000 personnes ont gravi le plus haut sommet du monde, dont 350 femmes. Nathalie LAMOUREUX, l’auteure du livre, est la 7° française à réussir ce challenge qui reste, comme le prouve...
Publié il y a 5 mois par L. Pierre

versus
4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 un livre de journaliste
Nathalie Lamoureux, journaliste sportif et spécialiste du trail, nous raconte comment une passion pour l'Everest l'a saisie et les cinq tentatives qui lui ont été nécessaires pour réussir à le gravir. Tout commence avec une expédition à l'Aconcagua à laquelle elle participe en tant que journaliste. Alors...
Publié il y a 5 mois par Eric Blair


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 un livre de journaliste, 15 mai 2014
Par 
Eric Blair (Strasbourg) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Everest à la folie (Poche)
Nathalie Lamoureux, journaliste sportif et spécialiste du trail, nous raconte comment une passion pour l'Everest l'a saisie et les cinq tentatives qui lui ont été nécessaires pour réussir à le gravir. Tout commence avec une expédition à l'Aconcagua à laquelle elle participe en tant que journaliste. Alors qu'elle n'a pas d'expérience de la montagne, elle va tout mettre en œuvre, entraînement parisien avec coach, apprentissage de l'alpinisme avec cramponnage, mise en jambe sur des sommets secondaires... pour atteindre celui de l'Everest, qu'elle tentera par les faces tibétaine et népalaise. Dans cette aventure, elle rencontrera un grand amour en la personne d'un Sherpa attentionné et dévoué.

Le récit est l'occasion de brosser une sorte de tableau des expéditions à l'Everest, des portraits des personnes qu'elle rencontre et aussi de faire partager une expérience toute individuelle. D'un certain coté le livre peut se lire comme un témoignage sur la manière moderne et commerciale d'exploiter la plus haute montagne. D'un autre coté, c'est une sorte de manuel du parfait "summiter", puisqu'il comporte la liste des courses d'entraînement, le protocole qu'elle a suivi, y compris son régime alimentaire.

Nathalie Lamoureux force le respect par son courage et sa ténacité, toutefois son livre laisse perplexe le lecteur habitué de la montagne et des récits d'alpinistes. Il y a en effet quelque chose de profondément dérangeant à suivre une histoire d'exploit sportif qui apparaît largement déconnectée de tout intérêt pour la montagne et l'alpinisme en général ("Enfant, les récits de montagne m'ennuyaient"). Elle insiste à plusieurs reprises sur le fait qu'elle n'est ni une alpiniste, ni une randonneuse, ni même intéressée par la montagne. C'est par hasard et à son grand étonnement que son intérêt sportif se porte sur la conquête de l'Everest ("but le plus curieux et le plus inattendu"), loin de la tradition montagnarde qui verrait l'Everest comme l'aboutissement d'une carrière d'alpiniste. On cherchera vainement dans son livre l'ivresse des cimes, ou celle des panoramas ou encore un attrait pour les grands espaces. Elle n'a pas la montagne lyrique ["La première fois que j'avais vu l'Everest, je n'étais pas tombée en extase. (...) une affreuse pyramide noire"]. Le milieu de la montagne est essentiellement hostile. Sous ces aspects elle représente l'archétype du sportif moderne, qui cherche l'exploit physique en lui même, dans un cadre standardisé. S'il avait été possible de gravir l'Everest en salle, cela aurait probablement fait l'affaire !

D'autres aspects du livre laissent perplexe. Elle a une étrange manière de considérer les alpinistes chevronnés, qui ont voué leur carrière à la montagne. Voici ce qu'elle écrit à propos de Ueli Steck et Simone Moro, qu'elle a brièvement croisés : "eux montent avec coquetterie en style alpin, par la voie normale. Ils sont payés par des sponsors pour établir des records". Non madame Lamoureux, les journalistes sont payés pour écrire des article, les grands alpinistes (conquérants de l'inutile) se choisissent des objectifs à leur mesure, puis cherchent des sponsors. Par ailleurs le style alpin n'est pas une coquetterie, c'est un choix éthique autant qu'esthétique, vous devriez en discuter avec Messner. Vous qui n'avez connu que le style corde fixe, accompagné de porteurs, seriez-vous imperméable à l'idée de libérer une voie ?

On doit aussi à l'auteur des considérations ébouriffantes sur les Sherpas.
Esthétique : "Le mien (..) un poupon de 25 ans, à ma taille et sourit plus qu'il ne parle. Celui de Jean-Paul au visage disgracieux, ressemble à un personnage de Scarface"
Economie comparative : "Ils ne sont pas moins bien traités que les serveurs en salle d'une brasserie parisienne. Seule différence: leurs vêtements sont plus sales. Et si on leur en donne de tout beaux, tout neufs, ils les vendent".
Frappé au coin du bon sens, avec une caution universitaire (?!) "chez eux aussi, il y a des querelleurs, des cons et des arrogants, comme ont pu le souligner les universitaires qui les ont étudiés"

Bref, l'ouvrage est surtout écrit par une journaliste parisienne, à la manière du journalisme contemporain.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Drogués à la haute altitude, 11 mai 2014
Par 
L. Pierre "pedro73" (Chambery) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Everest à la folie (Poche)
J’attendais depuis quelque temps la parution d’un livre consacré à la folie Everest de ces dernières années : depuis 1953, plus de 4 000 personnes ont gravi le plus haut sommet du monde, dont 350 femmes. Nathalie LAMOUREUX, l’auteure du livre, est la 7° française à réussir ce challenge qui reste, comme le prouve ses 5 tentatives, une épreuve physique réservée à des personnes bien entraînées et surtout sérieusement motivées.
L’intérêt de ce petit livre à la lecture facile est de nous faire découvrir le « merchandizing » qui touche l’ascension du plus haut sommet du monde. Pour un budget compris entre 20 000 et 80 000 euros (formule premium "tout confort" avec alimentation améliorée au camp de base et retour à Kathmandou en hélico), des agences dirigées par des guides se sont spécialisées dans ce type de produit, ce qui fait que les rares jours où le sommet est accessible, plus de 300 alpinistes côté népalais se suivent à la queue leu-leu (photo p192). Précisons enfin que les sherpas sont les acteurs incontournables de l’ascension au sommet et que le recours à l’oxygène est indispensable (seuls quelques rares professionnels sont capables de s’en passer!)
Découvrez donc les 5 tentatives de Nathalie entre printemps 2009 et printemps 2013 : une aventure physique (chaque année des morts sont à déplorer, cf Tragédie à l'Everest l’un des best sellers consacré au sujet ; en mai 2012 (lors d'une des tentatives de Nathalie), il y a eu 6 morts !), mais aussi humaine vraiment passionnante…
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Indigne de cette belle collection, 2 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Everest à la folie (Poche)
Habitué des livres de passionnés et d'amoureux de la montagne édites par les éditions Guérin, c'est presque les yeux fermés que j'ai acheté ce petit livre. On est très loin des témoignages des Bonnatti, Krakauer et autres David Roberts. Dès les premières lignes, le ton est donné. C'est écrit par une journaliste du plus bas niveau, totalement nombriliste. Pour faire vite ce livre est un gros cliché d'une touriste occidentale sans aucune once de compassion pour les habitants des pays qu'elle traverse et qui passe son temps à parler de ses petits problèmes de matériel high tech et de confort, tandis qu'elle côtoie des gens sous régime de terreur. Alors qu'elle décrit son passage par le Tibet, qui subit depuis des décennies un génocide culturel (et plus), elle trouve le moyen de décrire pendant des pages ses problèmes de connexion internet ! C'est au mieux irrespectueux et naïf, au pire indécent et d'une bêtise dangereuse...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

L'Everest à la folie
L'Everest à la folie de Nathalie Lamoureux (Poche - 5 mai 2014)
EUR 13,00
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit