undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles27
4,0 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:30,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 23 mars 2014
J’avais été plutôt emballé par le premier volume, un peu déçu par le second. Le troisième ? Je viens d’en abandonner la lecture au 2/3.

Ce qu’il y a d’original tout d’abord : ce mélange de culture arabo-musulmane accolée aux arts-martiaux types Aïkido. C’est plutôt bien joué et assez enthousiasmant. Cette dualité entre des démons cauchemardesques la nuit et toute une société diurne figée par ce diktat. Cet Homme-rune sombre, revêche, autodestructeur, rongé par la haine et le dégout de soi.

Ce qui ne va pas : les personnages dans leur ensemble. Tous les personnages principaux sont construits sur le même schéma. C’est le même que Superman, Spiderman, Harry Potter et j’en passe. La très grande majorité de la littérature de Fantasy use et abuse de ce pattern. Mais la plupart des écrivains le font sur un personnage. Pas sur toutes les têtes d’affiche ! C’est le schéma de l’enfant choisi par le destin en vue d’accomplir une grande destinée.

L’enfant doit être issu d’un milieu pauvre (de préférence un orphelin) ou si ce n’est pas le cas, il doit être répudié, bâtard etc. Dans tous les cas, il doit être coupé de sa famille. Dans le cycle des démons, c’est le cas de Arlen, de Rojen, de Leesha (elle quitte sa famille humiliée), Jardir, Inevera.

L’enfant doit montrer des capacités hors-normes laissant présager de son côté « spécial », de sa destinée à part. Arlen, adolescent, révolutionne le métier de protecteur par sa maîtrise des runes ; Jardir par sa maîtrise du combat ; Leesha, c’est les plantes ; Rojen le violon ; Inevera par sa maîtrise des arcanes propres aux Dama’ting.

L’enfant sera en butte aux jalousies et à la défiance. Je ne vais pas détailler, si vous avez lu le livre vous savez par quoi ils sont tous passés.

Par la discipline, une volonté inébranlable ou une grosse raclée, ils gagnent le respect de leurs pairs, de leurs ennemis qui deviennent soit des alliés inébranlables, soit des ennemis partageant une certaine forme de respect.

Enfin, un évènement a lieu qui précipite les choses et amène notre héros à se confronter enfin à son destin.

J’ai résumé sur la fin. Il y a d’autres lieux communs, mais bon, en gros, voilà les bases sur lesquelles s’appuie l’auteur pour développer ses personnages.

Ils passent tous par ces différentes étapes. En ce qui me concerne, c’est une première : je n’ai jamais lu un auteur ayant abusé à ce point de ce schéma narratif. Il est clair que c’est un pattern qui fonctionne : on s’identifie facilement à ce type de personnage, car tout le monde voudrait-être admiré (aimé), tout le monde voudrait être différent et accomplir un destin qui laisse une empreinte. Mais a en abuser, on noie le bébé avec l’eau du bain. En quoi est-on exceptionnel, quand tout le monde l’est ? Tous les personnages sont exceptionnels dans ce livre, au point de ne plus l’être du tout. La surdose, c’est de l’overdose.

L’auteur se perd en digressions en tout genre. Il se perd dans des flashbacks longs et laborieux qui n’apportent rien à l’histoire, rien à l’action en cours. Je ne sais plus quel auteur de fantastique (je crois que c’est King dans « Ecriture ») a écrit que chaque dialogue, chaque scène doit faire avancer l’action en cours vers son dénouement. Dans ce troisième ouvrage, c’est tout l’inverse : rien ne fait avancer l’action. Tout la tire en arrière. C’est un cas d’école.

Arlen change complètement de personnalité (d’autodestructeur sombre et solitaire, il devient une espèce de guérisseur zen expert en relations publiques). Les dama’ting -et filles de Jardir, adeptes du secret le plus absolu sur leurs rituels et pratiques ancestrales deviennent des quasi-exbitionnistes lors d’une petite fête de mariage. Leesha, belle et coincée, sombre dans la quasi-débauche (l’auteur se laissant d’ailleurs aller au phrasé porno pour l’occasion).

Bref, des bouleversements de caractères, de personnalité si brutaux et inattendus qu’ils ne sont jamais crédibles. Même préparés de longue date ils auraient été difficiles à faire avaler alors sur quelques dizaines de pages… Tout cela est d’autant plus dommage que l’auteur a du talent –comme beaucoup d’autres et moins que de plus nombreux encore, son style fluide est agréable et facile à lire. Mais le tout manque désespérément de rigueur, de construction…
11 commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 février 2014
Après un premier tome largement consacré à Arlen et un second plus orienté sur Jardir, ce troisième tome continu dans les présentations avec la belle Inevera, la première femme de Jardir. D'origine modeste, nous allons donc suivre son ascension jusqu'à devenir la plus puissante des Krasiennes.

Si cette nouvelle venue ajoute une dimension intéressante, ce tome en revanche ne nous avance pas beaucoup sur l'histoire globale. Arlen reviens au Creux pour essayer d'organiser la résistance face aux Krasien mais surtout pour les prochaines nuits du Déclin tout en essayant de s'accorder avec la nouvelle hiérarchie en place. Jardir fait de même en essayant d'organiser son nouvel empire au milieu d'incessantes luttes de pouvoir. C'est une sorte de longue transition ou chacun renforce ses positions en attendant de voir s'ils pourront résister à des démons dont ils croient maintenant connaitre la puissance et qui nous amène tranquillement vers une conclusion qui elle promet de sérieux bouleversements pour la suite.

On se retrouve donc avec un roman qui tire un peu en longueur, peut-être pour refléter l'attente de ce qui sera peut-être la fin des espoirs pour l'humanité, sans doute un peu moins intéressant que les précédents, mais qui m'a quand même bien accroché et que j'ai bouclé en quelques jours. Le style de l'auteur reste efficace et nous plonge parfaitement dans les différentes ambiances. Personnellement j'attends donc la suite (2 autres tomes sont prévus) avec une certaine impatience.
11 commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 avril 2014
Peter Brett a su construire 2 premiers de cette trilogie d'une manière très intéressante. Il n'a malheureusement pas su la finir. Les personnages restent définitivement froids, déroutants, parfois même décevants, la morale et leurs convictions faisant le yoyo entre l'honneur et la perfidie. Une belle histoire d'amour se perd en route, c'est dommage.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 mars 2014
Autant les deux premiers tomes m'avaient bien plu malgré leurs gros défauts, autant celui ci, terriblement long, ne m'a guère convaincu et me laisse à la frontière, sinon de l’écœurement, au moins de l'indigestion. D'autant plus que je m'étais mis en tête que ce troisième volet allait conclure la série, je ne sais pas pourquoi, mais ça me semblait évident. Pas pour tout le monde, semble t-il...

Alors si le début du livre passe bien, (la découverte des origines d'Inevera étant globalement assez agréable), la suite est vraiment très décevante. On y reproduit, peu ou prou, le canevas du volet précédent et ça devient bien moins passionnant (car déjà vu), et même parfois assez ennuyeux. D'ailleurs pour meubler, l'auteur digresse beaucoup sur les amours contrariés de ses personnages : c'est très pénible toutes ces affaires de cœur à deux balles, genre les feux de l'amour au pays des démons. Seul le personnage de Rojer surnage un peu et a réussi à éveiller parfois mon intérêt.
Au niveau du background, on est toujours dans un grand flou artistique. L'univers du roman se rétrécit au lieu de s'étendre, et si l'auteur sous entend que l'on se trouve sur une Terre fantasmée, ça ne tient pas vraiment debout. Et ce ne sont pas des mentions en tête de chapitre comme « 30 jours avant la prochaine nouvelle lune » qui vont me faire changer d'avis... car on peut retourner le problème dans tous les sens, dans le livre la période de « sortie » des gros démons dure trois jours autour de la nouvelle lune. Le cycle lunaire terrestre étant lui de 29,5 jours, il est impossible de se situer dans une période « calme » 30 jours avant la période concernée car à ce moment là on est plein début de cette fameuse période de trois jours ! Le mieux que l'on puisse faire c'est 27 jours avant la prochaine période. 26,5 jours si on veut chipoter un peu. C'est vraiment le genre de détail qui tue.
Mais même la fin du livre, qui tente de reproduire le formidable climax du volume précédent, n'est pas parvenue à me sortir totalement de ma léthargie. Tout cela est beaucoup trop attendu, trop prévisible, et à force de se faire attendre, les quelques petites révélations sur le monde des démons tombent le plus souvent à plat, et les démons eux mêmes finissent par perdre de l'attrait.
Le livre reste cependant agréable à lire, malgré la pléthore de personnages, de termes Krasiens et de points de vue. La maîtrise narrative est irréprochable. Mais s'il y a un reproche à adresser à ce troisième volet du cycle des démons, c'est qu'il ne s'y passe pas grand chose d'intéressant.
Seul point positif la version électronique de ce volume est exempte des multiples problèmes de mise en page du précédent.

Si l'auteur l'avait voulu, il aurait très bien pu conclure cette saga avec ce troisième volume, au lieu de faire tourner ses personnages en rond dans un volume de transition de 800 pages. De transition, que dis-je ? Un volume de remplissage, plutôt.
Quel dommage...
55 commentaires|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 octobre 2014
Troisième tome d'une série que j'affectionne tout particulièrement. Il est vrai que le premier tome est loin, la surprise de l'homme rune et de son aventure avait tout pour plaire. Le deuxième tome permettait de découvrir une autre culture et surtout un autres personnages ennemis/opposant du héros. Le troisième tome est dans le même acabit, on comprends maintenant les motivations de son opposant, et on découvre une héroine avec une nouvelle facette. Par contre au vu des critiques ici et la, je suis d'accord qu'il est un peu long. De mon côté, je me suis plongé dedans, et jamais ennuyé. J'ai lu d'autres livre bien plus court qui m'ont semblé interminable mais pas celui ci. L'histoire principale avance doucement, les protagoniste sont fidèlement décrit et leur évolutions (leesha en principale) trouve du sens dans l'histoire.
J'apprécie également toujours autant le style de l'auteur, et j'ai toujours autant d'impatience de lire la suite de sa chronique ce qui est un excellent point après trois tomes.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juin 2014
J'avais des doutes à lire ce tome trois car certains commentaires m'avaient rebutée.
Je me suis finalement lancée et j'ai grandement bien fait !

J'ai trouvé ce troisième tome palpitant. Les personnages principaux y sont décortiqués et chacun apporte ainsi une nouvelle valeur, une nouvelle compréhension à cette saga.

Reste à savoir comment tout cela va se terminer.

J'espère que nous le saurons dans le prochain tome que j'attends forcément avec beaucoup d'impatience.

A lire absolument !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 novembre 2014
c'est au 3/4 du livre que j'ai réalisé qu'il y aurait forcément un 4ème tome !! et ben zut ! il faut attendre pour la fin, donc je suis impatiente, en espérant que le 4 soit l'épilogue. Dès le 1er je suis épaté de l'imagination et des structures des différentes sociétés et croyances des personnages c'est très bien décrit mais sans lourdeurs vraiment je kiffe le style ! bravo Peter V Brett !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 février 2014
C'est avec beaucoup d'impatience que j'attendais ce troisième tome et je n'ai pas été déçue! L'auteur nous plonge encore plus au coeur de l'intrigue. Les personnages sont les mêmes mais nous faisons davantage connaissance avec les femmes qui ne sont pas si secondaires qu'on aurait pu le croire! Bref une suite digne du premier tome du cycle des démons. Un seul regret, le temps qui me sépare de la sortie du prochain tome...
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 octobre 2015
L'histoire reste intéressante au fil des tomes, Peter V. BRETT a réussi à construire un véritable monde avec ses codes, on devine derrière une parabole sur les chocs de civilisations et la difficulté de se comprendre entre cultures différentes, les différents points de vue sont bien exposés
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 février 2016
Comme pour les tomes 1 et 2 , ce nouveau tome 3 continue l'intrigue avec une accentuation mise sur la présentation d'une nouvelle pertie des personnages du cycle des démons. Le style d'écriture est vif, et c'est à regret que l'on repose ce livre lorsqu'il faut le quitter.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus