undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,9 sur 5 étoiles10
4,9 sur 5 étoiles
5 étoiles
9
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 18 juin 2009
Le texte de Fabrice Hadjadj nous entraine dans les profondeurs de cette oeuvre prodigieuse tant du point de vue de sa nature matérielle que de sa signification spirituelle. Nous y découvrons tout ce que nous n'avions pas vu. De plus ce livre est un magnifique objet d'art et ses illustrations étonnantes de vérité et d'éclats.
0Commentaire|14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 juillet 2015
Belles reproductions, sauf pour quelques-unes où la couleur n'est pas vraiment juste. Mais le texte de Hadjadj est d'une grande finesse, délicat et sobre à la fois, sans s'évertuer à la recherche de grands tours-de-force rhétoriques, tout en dégageant sensibilité [manque de mot plus approprié] poétique alliée à des références théologiques pertinentes. Ce texte nous renvoie à un sens plus profond, l'essence même d'un tel chef-d'œuvre, qui n'est pas, au contraire de ce qui prétend l'arrogance du regard moderne, une simple œuvre d'art, mais une somme réunissant la peinture, les sciences et la théologie du temps. Pour ceux qui ne s'intéressent qu'au "fait artistique", le livre semblera peut-être quelque gênant par son insistance à rattacher le Retable à sa fonction première, qui est celle de mettre le fidèle en communion avec le mystère eucharistique. Mais cette relation est incontournable même pour une appréciation purement artistique se voulant efficace. Le volume me semble donc indispensable dans une bibliothèque consacré à l'art de la fin du Moyen Âge.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 mars 2009
Livre magnifique, qui guide l'âme au travers de l'art, vers la lumière céleste.Le style de F. Hadjajd, toujours aussi clair et souvent humoristique, guide le lecteur vers le centre de son être.
0Commentaire|14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 janvier 2013
Commentaire excellent et très belles photos. J'attends de l'avoir lu attentivement pour en dire plus.J'aime aussi le format carré, peu habituel, de ce livre,
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 mai 2009
Très belle présentation, avec des photos de qualité et des vues de détail.
Les commentaires sont clairs et intéressants
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 juin 2014
Ce livre est exceptionnel tant pour le commentaire que pour la qualité des images. Un beau cadeau pour amateur éclairé
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 août 2009
Illustré par une photographie de trés grande qualité ce récit se lit facilement avec plaisir et nous donne une grande quantité d'information sur ce retable partie intégrante de l'histoire de l'art mondial.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 février 2010
L'ouvrage est magnifique.
Le sujet est d'abord un chef d'oeuvre artistique,
mais l'histoire qui lui est associée est aussi
digne d'intérêt
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 juin 2015
Beaux commentaires et superbes OEuvres d'Art
Nous le recommanderions à tous les amateurs de beaux livres et aux amateurs d'Art
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Les vitraux dans les églises avaient vocation, par la description des scènes bibliques de l'Ancien et du Nouveau Testament, d'enseigner les chrétiens sur les fondements de leur foi, la connaissance, par l'exemple des prophètes et des saints, de la profondeur salvatrice de la prière, l'alliance commencée de la raison et de la foi. Les statues, l'art architectural (églises, cathédrales) manifestent cette communion du peuple au Christ ; le retable se propose d'être la synthèse de tous les arts - celui des frères Van Eyck, "l'Agneau mystique" y parvient avec une rare grâce. C'est tout le sens de l'explication théologique délivrée par Fabrice Hadjadj de ce chef d'oeuvre qui est le second le plus vu après le tableau de "La Joconde".

Fabrice Hadjadj, professeur agrégé, enseigne la philosophie de l'art. Sa puissance de compréhension des Saintes Ecritures dans l'Alliance entre l'Ancien et le Nouveau Testament réjouit le lecteur de cet ouvrage.

Composé entre 1420 et 1432 par Hubert puis son frère Jan Van Eyck, le retable connut une vie agitée. Echappant miraculeusement aux foudres destructrices de la Réforme, il fut vendu par morceau, faillit être brûlé dans un incendie. Considéré comme oeuvre belge devant revenir à la Belgique, sa valeur vint en diminution de la dette de guerre allemande lors de sa restitution. Sans doute parce qu'il fut une composante du Traité de Versailles Adolf Hitler lança une meute pour le rechercher, le voler, le cacher dans une mine de sel en Autriche où, au dernier moment, l'ordre de destruction ne fut pas obéi. Il est retourné en Belgique depuis lors.

Fabrice Hadjadj dévoile la profondeur mystique de ce retable superbement rendu par une très belle photographie.

"D'un panneau à l'autre, fixer les vertiges.

Retable fermé : le temps rassemblé autour du Fiat - Le passé se penche vers l'Annonciation comme au-dessus d'un puits d'ombre, et le futur se tient à ses pieds, comme au-dessus d'une source.
Saint Jean-Baptiste et saint Jean l'évangéliste : représentés sous la forme de statues de marbre, les deux colonnes de la paroisse et du polyptyque. C'est à partir de leur témoignage commun, le dernier prophète - le témoin de la Résurrection- que s'organise la vision de l'Agneau.
Sortir du paganisme : les sibylles d'Erythrée et de Cumes / la tradition catholique affirme que les païens eurent aussi leurs prophètes.
Impossible d'entrer dans le mystère chrétien si l'on méconnaît les Ecritures juives. Le prophète Zacharie à gauche; le prophète Michée à droite qui invitent à sortir des Ecritures, désignant le Fiat de la Vierge Marie; cet instant où l'histoire bascule.

Retable ouvert : l'éternité rassemblée autour de l'Agneau - les volets s'ouvrent et la musique de chambre de l'Annonciation explose dans une fugue symphonique en bleu, rouge et vert. Le visage (central en haut) d'une seule personne pour nous révéler la Divinité tout entière, le mystère de la Trinité: Dieu le Père, son Fils, l'Esprit Saint. La Toute-Puissance s'identifie à l'amour le plus vulnérable. Le sceptre est de cristal et la couronne du monde a été déposée. De la représentation de Sainte Marie : "sensuelle et chaste à la fois". Magnifique portrait et invitation à accueillir l'Agneau en son sein. Relation avec Jean-Baptiste : le féminin et le masculin. Comme le précise Fabrice Hadjadj, "les deux images se répondent de part et d'autre de l'image divine et leur symétrie décline symboliquement la distinction du féminin et du masculin. Cette distinction, Aristote la définit au plan de la génération physique : 'Par mâle nous entendons l'être qui engendre dans un autre, et par femelle, l'être qui engendre en soi." Immanence donc pour le féminin et, pour le masculin, transitivité."
Au-delà des mots, les anges chanteurs et musiciens.
Description des quatre cortèges se dirigeant vers l'Agneau - se dirigeant vers l'autel, venant des quatre coins du tableau : à l'arrière-scène, des hommes et des femmes symbolisent les grandeurs de hiérarchie et les grandeurs de sainteté : à gauche les confesseurs de la foi étagés en pape, cardinaux, évêques, prêtres, diacres, laïcs; à droite les saintes femmes dans une parfaite égalité. A l'avant-scène, une troupe bigarrée et l'autre plus homogène symbolisent l'Ancien et le Nouveau Testament : à gauche, les patriarches et les prophètes juifs; à droite, les apôtres et les divers membres de l'Eglise.
L'Agneau mystique : le sang de la Victime se déverse continuellement dans la coupe du Salut.
Emouvantes représentation de Adam et Eve, avec la précision du peintre dans le dévoilement de la nudité, par l'exposition des poils -cils et poils pubiens. A travers eux résonne cette parole du Christ : "Vos cheveux même sont tous comptés (Mt 10,30)".
La fontaine de vie : octogonale - au sept jours de la semaine, s'offre le huitième jour, celui de la Résurrection.
22 commentaires|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)