undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

48
4,3 sur 5 étoiles
Sans âme (Le Protectorat de l'ombrelle*): Une aventure de d'Alexia Tarabotti
Format: BrochéModifier
Prix:16,75 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

29 sur 30 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Lectrice de Bit lit, j'ai été littéralement ravie, séduite par ce roman qui est véritablement un coup de cœur !!!
Séduite par le pitch de départ, j'attendais pour acheter ce roman de finir la montagne de livres qu'on m'a offerts pour Noël. Il aura suffi de la lecture de la première page dans un magasin pour que je l'achète illico et que je me plonge directement dans la lecture de ce roman ultra original, ultra moderne, bourré d'humour.
Alexia Tarabotti est une héroïne moderne, intelligente dont le caractère, la personnalité et les paroles vous feront vraiment sourire, rire. C'est vraiment 'une bouffée d''air frais !!!
Ce roman est un pur dépaysement parmi tous les romans de Bit lit actuels.
Au lieu d'une héroïne de notre temps, qui ne sait pas qui elle est vraiment, qui se découvre des pouvoirs surnaturels ou au lieu d'une héroïne habillée de cuir qui est soit une sorcière, soit un vampire etc., on se retrouve avec une héroïne victorienne, sans âme, à l'humour décapitant, totalement atypique qui se balade en jupe longue à frou-frou avec son ombrelle personnalisée !!
Les personnages sont amusants, l'intrigue intéressante.
Ce qui est vraiment original, c'est que l'on se retrouve à l'époque victorienne dans une société où l'existence des êtres surnaturels est connue et où les humains vivent « tranquillement » avec eux selon les codes de bienséance.
Les vampires sont structurés en ruches, chaque ruche étant dirigée par une reine même s'il existe des vampires indépendants (qui n'ont pas une bonne réputation auprès des ruches). Les vampires s'entourent de drones (des humains qui les servent et qui aspirent à être transformés en retour).Les loups garous vivent en meute avec leur Alpha. Ils constituent le BUR, sorte de police surnaturelle et certains conseillent même la reine Victoria !! A ce personnage féminin s''ajoute une écriture qui nous fait plonger dans le charme désuet de l'époque avec des expressions d'un autre temps.
L'intrigue et l'histoire sont intéressantes, je vous laisse les découvrir.
Un roman absolument génial, un vrai coup de cœur !!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
500 PREMIERS RÉVISEURSle 28 octobre 2012
Une très bonne lecture.
Des petites phrases qui font mouche et allège la lecture et nous font rire/sourire.
L'histoire est intéressante bien que n'étant pas renversante, et les personnages assez atypique, du mois pour Mlle Tarabotti, son valet et le lord Vampire solitaire.
Bref plaisant, à trouver d'occasion à toute urgence.
La bonne société anglaise accepte les créatures surnaturelles mais ce n'est pas le cas de tous les pays du globe.
On suit les aventures d'une “vieille fille” Alexia Tarabotti qui a un caractère affirmé, presque aussi handicapant pour elle que son physique. Elle est intelligente, curieuse, mais a aussi le curieux trait de caractère de ne pas avoir d'âme. Cela signifie qu'à son contact les créatures surnaturelles redeviennent de simples humains.
Attirant les ennuis, mais guère de soupirants, Alexia est un peu le désespoir de sa famille, personne ne sait quoi faire d'elle.
Les situations sont tour à tour graves et cocasses, les répliques délicieuses et efficaces, et les personnages sont détestables, adorable, plaisant, et autre.
Bref, un livre à lire, même si il n'est pas le livre de l'année
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
21 sur 23 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 19 janvier 2011
J'ai AD-O-RE !!! Enfin quelque chose de nouveau dans le monde des vampires, ça fait du bien !!! Roman uchronique (wiki est votre alliée), on se retrouve plongé dans le Londres victorien avec toutes ses convenances et ses êtres surnaturels (vampires, loups-garous, fantômes') qui ont tous plus ou moins trouvé leur place.
Ce livre est écrit à la troisième personne et même si l'on suit en priorité Alexia, certains chapitres sont consacrés à d'autres personnages de l'intrigue.
Pour en revenir à Alexia, c'est une vieille fille de 26 ans (oui avoir 26 ans dans le Londres victorien sans être marié, cela veut dire être bonne pour le rebut) au caractère bien trempé, intelligente, elle n'a pas sa langue dans sa poche et sait être très caustique dans sa manière de s'exprimer. Mais le point le plus important concernant Alexia, c'est qu'elle ne possède pas d'âme, alors quelle différence cela fait avec les autres ? Pas grand-chose au final (du moins pour l'instant), part qu'elle semble beaucoup mieux maîtriser ses sentiments, elle est plus pratique que bon nombre de personnes et surtout elle annule les pouvoirs des êtres surnaturels par simple touché.
L'histoire commence par une soirée ennuyeuse pour notre héroïne où elle tue par accident un vampire très mal élevé (oui on se présente avant d'essayer de manger quelqu'un, on est pas des bêtes !). S'en suit toute une enquête pour comprendre d'où vient ce vampire car Londres est une cité très organisée niveau surnaturel, un vampire ne peut pas sortir de nulle part.
J'ai particulièrement apprécié le charme désuet de l'écriture (et de la traduction) avec des expressions d'un autre temps, on devine plus qu'on ne dit et cela change vraiment de l'urban fantasy dont on nous abreuve en ce moment. Les dialogues sont incisifs tout comme les personnages. Je ne veux pas en dire de trop car je trouve que la surprise de ce livre est bien trop agréable pour être éventé.
Un livre à lire si on veut retrouver un style d'écriture fait de sous-entendu et d'ironie.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 9 novembre 2012
Une vraie petite bouffée de fraîcheur ! Voilà ce que j'ai ressenti à peine après quelques pages de lecture et qui a continué tout du long !

Les hommes pour devenir surnaturels à croc ou à poil, doivent avoir un excès d'âme. C'est grâce à cette surabondance d'âme, généralement présent chez les artistes, que la transformation est possible. Mais cela n'est pas tout !
Il existe des paranaturels ! Eh oui, des êtres sans âme, qui peuvent au contact d'un être surnaturel le rendre tout à fait humain. Les paranaturels sont craints, car ils rendent vulnérables et donc mortels les personnes qui ne sont pas sensés l'être. De plus, le fait d'être dépourvu d'âme rend ces êtres extrêmement pragmatiques.
C'est ainsi que l'on découvre Mademoiselle Tarabotti, paranaturelle, vieille fille, dans la bourgeoisie de l'Angleterre du XIXème siècle et qui en vient, en légitime défense, à tuer un vampire.

Gail Carriger nous offre un ouvrage très bien écrit, le tout à la troisième personne : Mademoiselle Tarabotti par ci, Mademoiselle Tarabotti par là, etc... Mais bien que l'on soit à la troisième personne l'auteure nous plonge malgré tout dans les sentiments des personnages, on a leur pensées, leurs sensations etc... et pas que celles de Mademoiselle Tarabotti, nous avons aussi celle des autres personnages.

Le personnage d'Alexia Tarabotti est extra ! Du fait de son absence d'âme elle est très pragmatique, elle ne s'embête pas de faux semblant ou d'esprit fantasque. (Pour ceux qui connaissent la série Bones : elle ressemble un peu au Docteur Temperance Brennan). Elle dit les choses telles qu'elles sont sans s'embarrasser. Elle aime les sciences et se cultive. Mais du fait de son éducation et de son époque elle est aussi très portée sur l'importance du style vestimentaire et de la bonne tenue.
En parlant de ça, on ne peut négliger de mentionner son amie Ivy Hisselpenny ainsi que de Lord Akeldama. La première s'affuble de chapeaux plus ridicules les uns que les autres, elle est, malgré cela, l'amie la plus proche d'Alexia, le second Lord Akeldama est un vampire au style extravagant surtout pour l'époque et est aussi un ami de notre héroïne. Il est un vampire solitaire mais est néanmoins à la tête du réseaux d'information de Londre le plus efficace.
Enfin, il y a Lord Maccon, loup garou à la tête du BUR, la police surnaturelle et alpha de la ville. Il y a de nombreuses anicroches entre lui et Alexia, notament depuis l'incident de l'hérisson... Néanmoins, on ne peut nier que c'est un excellent parti, des plus alléchant (pour pas dire canon, oups je l'ai dit) et qui n'est pas insensible au charme d'Alexia.

On se situe à l'époque Victorienne, en pleine révolution industrielle. Les inventions, les technologies, la mode évoluent. Le tout est très bien décrit, sans que cela devienne compliqué ou lourd en description.

En somme, c'est un excellent ouvrage que je recommande chaudement, on se laisse transporter au XIXème siècle sur fond surnaturel, le tout très bien écrit, et avec des personnages fantastiques !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
25 sur 28 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
VINE VOICEle 20 juillet 2011
Pour la première fois, je commente un livre que je n'ai pas fini. Je me suis arrêtée au tiers, sachant que rien ne pourrait me faire changer d'avis à ce stade de la lecture, ni attiser mon attention.
Ce livre plait énormément, je ne vais donc pas vous dire qu'il n'est pas plaisant, simplement qu'il ne mérite en rien, selon mes goûts, les qualités qu'on lui prête. Il est même fort possible que de nombreux lecteurs s'en soient détournés dès les premiers chapitres, mais qu'ils ne se soient pas exprimés, comme j'ai bien failli le faire...
Voici donc un avis pour ceux qui doutent encore !

L'auteur a eu une idée, celle de placer une "romance vampire/loups-garous" dans un 19° siècle version "classique" et de gratifier son héroïne d'une particularité, celle de ne pas avoir d'âme, ce qui lui permet d'annuler toutes les caractéristiques surnaturelles des vampires, loups-garous, etc, dès le moindre touché. Les vampires, par exemple, souffrent d'un excédent d'âme - d'où leur incapacité à mourir tout à fait.
C'est une bonne idée de départ, mais hélas le reste n'est pas à l'avenant.

- L'intrigue, du genre policière, est peut-être vaguement intéressante, mais la médiocrité de la lecture (voire si après) ne m'a pas permis de m'accrocher suffisamment (des disparitions et des apparitions bizarres de vampires et de loups-garous, pas très palpitant en soi, il aurait fallu quelque chose autour).

- Le cadre est travaillé, certes. L'auteur a soigné la façon dont les créatures surnaturelles sont intégrées à la société de l'époque, mais ce n'est pas très inspiré ! Quelques détails sont plaisants, mais franchement, on a déjà vu ça mille fois, une transposition dans un cadre nouveau avec quelques variantes ne fait pas un récit passionnant.

- Le style est prétendu littéraire, et là je m'interroge... Pas de vulgarité ni de gros mots en effet, mais l'imitation "d'époque" est très légère ; si vous avez lu quelques classiques vous ne serez pas séduit par cette pâle imitation.

- Les personnages : de très loin, le pire. Le néant. Pour les deux personnages principaux, ce sont des caricatures des pires stéréotypes Harlequin (et je ne suis pas snob, j'ai lu tout plein de romances non fantastiques et j'en ai apprécié de nombreuses !).

* L'héroïne est exposée comme une "vieille fille", dédaignée à cause de son teint et de nez (origines italiennes) et qui n'a même pas été "présentée au monde" à l'âge du mariage (monstrueuse invraisemblance pour l'époque. Jamais une famille nantie n'aurait relégué ainsi une jeune fille, c'est un stratagème grossier pour placer l'héroïne, qui choque d'autant plus que l'auteur feint la fidélité historique). Elle a des formes voluptueuses, aime manger et ne se sépare qu'à contre coeur de son ombrelle, qu'elle utilise vigoureusement. Comme elle a beaucoup lu, des choses que les jeunes filles de l'époque ne lisent jamais (bibliothèque de feu son père, ignorée - la bibliothèque, le père peut-être aussi ! - de tous), elle n'a pas froid aux yeux et a des pensées éventuellement coquines, pas du tout d'époque non plus, mais bien pratiques pour la faire agir de façon moderne.
Bon, voilà vous savez tout, en 150 pages elle n'avait pas progressé d'un chouia, c'est toujours les mêmes répétitions en boucles, formes voluptueuses, loucheries vers le héros viril, manger, coups de parapluie.
* Le héros est un patchwork : Comte sexy + Loup-Garou sexy = Nouveau héros sexy.
Ne cherchez pas, il n'y a rien d'autre, ses yeux changent de couleur un peu, voilà, c'est cool.
* Les personnages secondaires : curieusement ils sont plutôt un peu moins pires. Le loup-garou en second tient le choc. Le vampire dandy est une pâle imitation des délicieux personnages de Saki ou d'Oscar Wilde (et sans doute d'autres auteurs classiques que je ne connais pas) signe de l'admiration de l'auteur, mais le plagia grossier n'a jamais produit quoique ce soit d'admirable...

Le problème pour moi est que le charme de ce livre semble résider dans son ambiance et ses choix de variantes (type uchronie, pour généraliser), mais que l'auteur n'a pas réussi à faire dans la qualité rigoureuse, ni choisi de sauter le cap et faire dans le pastiche décomplexé. On reste dans un mélange hésitant peu convaincant et sans brillance aucune.
((Remarque : commentaire rédigé d'après la lecture de la version originale ; n'ayant pas lu la version française, je ne peux me prononcer sur la qualité de la traduction)

1) Si vous n'avez jamais lu de romance historique et que vous avez envie de lire de la romance sauce urban fantasy genre chic, vous aimerez peut-être, et c'est sans doute la raison de l'engouement pour ce livre, je n'en vois pas d'autre (les stéréotypes d'un genre n'apparaissant, forcément, qu'à un lecteur chevronné dans le genre - la romance historique sans complexe, ici).
2) Si vous aimez la bit-lit, vous trouverez ça plat et sans aucun intérêt (à moins bien sûr de rentrer dans la précédente catégorie !)
3) Si vous adorez la romance historique et vous sentez prêt à en lire mâtinée d'urban fantasy, vous le lirez peut-être, mais risquez de le classer dans le bas du panier.
4) Si vous aimez la fantasy en général, celle qui dépayse, fait rêver, l'inventive, la personnelle, vous n'irez pas très loin dans cette lecture (si tant est que vous ayez déjà eu l'idée d'essayer !)
5) Si vous aimez les romans 19° (les classiques), une belle écriture, riche mais jamais pédante, et que l'idée d'y intégrer du fantastique vous séduit, vous serez affreusement déçu, le style n'est pas à la hauteur des prétentions initiales.

Bon, maintenant je vais être constructive et vous proposer d'humbles conseils de lecture (enfin pour ceux qui en seront arrivé jusque là, les exaspérés m'auront déjà vnutée avant de passer leur chemin !) :
Pour les lecteurs des catégories pré-citées, je conseillerais volontiers (j'ai dû ôter de nombreux liens, Amazon n'en autorise que 10) :

2) La bit-lit de qualité (c'est-à-dire travaillée, sans excès à prétextes sexuels, avec une réelle personnalité) me semble assez réduite, perdue dans la masse grouillante actuelle où le médiocre semble foisonner. Je ne suis pas une grande fan, mais j'ai beaucoup aimé les Mercy de Patricia Briggs et la longue série des Rachel Morgan de Kim Harrison me plait toujours autant.

3) Si vous aimez que la romance prédomine dans vos lectures fantasy, tous les Patricia Briggs fantasy "classique" ont une chance de vous plaire (Les chaînes du dragon et surtout sa suite et fin "Le Sang du Dragon", ou "Le pacte du Hob" du même auteur très étonnant très réussi).
Le Couteau du partage, tome 1 : Ensorcellement de Lois Mc Master Bujold est une très bonne série, très centrée romance (trop pour certains, mais nous sommes dans la catégorie Numéro 2, oust, dehors les autres !).
J'ai adoré la très romantique (au sens général) série de Sarah Ash Les Larmes d'Artamon, Tome 1 : Le seigneur des neiges et des ombres et Elantris (Chute, suivi de Rédemption), bien sûr, pour tous les amateurs de romance pudique et sincère.
La dernière série de Carol Berg, dont le tome 3 devrait sortir en janvier prochain (pas traduit cependant) : The Spirit Lens, suivi de "The Soul Mirror" présente une romance secondaire mais très émouvante, comme toutes les relations humaines chez cet auteur.
N'oublions pas l'excellente série, que tout le monde adore, de Juliet Marillier : Soeur des cygnes, Tome 1 :/ Soeur des cygnes, Tome 2, suivie de "Fils de l'ombre" en deux tomes également, dont la suite en français sortira en septembre.
Et enfin, ma dernière trouvaille (enfin, ce n'est pas moi qui l'ai débusquée, j'ai de fins limiers pour ça !) hélas pas traduite encore, mais je croise les doigts : The Native Star suivie (et clôturée) par "The Hidden Goddess".

5) Essayez si ce n'est déjà fait l'incontournable "Jonathan Strange et Mr Norrell" de Suzanna Clarke, l'écriture est d'une perfection absolue (attention c'est très long et ça ne peut pas plaire à tous).
Dans un thème d'urban fantasy (vampires et sorcières) subtil, lent et cultivé, Le Livre perdu des sortilèges de Deborah Harkness me semble incontournable.
Si vous aimez l'absurde et l'humour anglais et que vous vous sentez prêt à quelques voyages dans le temps, Thursday Next, Tome 1 : L'affaire Jane Eyre ou Sans parler du chien devraient vous plaire.
Dans un genre uchronie historique haute gamme, avec des personnages irréprochables, "Les dragons de Sa Majesté, Tome 1 : Téméraire" ses suites, de Naomi Novik, est une excellente série, à conseiller à tous ceux qui aiment les dragons dans une idée concrète et crédible, l'Histoire et les récits plein d'aventures et de nobles sentiments.
Enfin, sans aucun élément fantastique, mais dans un style 19° éblouissant et une pureté de ton sans pareil, lisez "Miss Charity", un chef d'oeuvre de Marie-Aude Murail qui fait l'unanimité...
1111 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
9 sur 10 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 15 mars 2011
Après avoir lu les commentaires précédents, je m'attendais à quelque chose d'extraordinaire, mais je ne l'ai pas trouvé si sensationnel. Style d'écriture un peu particulier et pas désagréable, mais il m'a fallut quelques pages pour m'y habituer. L'histoire m'a fait penser à une série de J'ai lu, "les Wulf" de Ronda Thompson. Légère impression de déjà vu. En tout cas, l'héroïne ne fait pas grand chose avec son ombrelle, dommage. Il y a de bonne idée mais elle ne sont pas suffisamment exploitées. Si on remplace les vampires et les loup garou par des hommes "normaux" cela donne un bon roman à l'eau de rose genre aventure et passion.
Si suite il y a, je la lirai pour voir si l'histoire est un peu mieux exploitées.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 11 juin 2011
Commençons donc par le thème. Étant novice, je ne peux pas dire si le thème a été bien géré dans le livre. Mais au tout départ, j'ai été un peu surprise de voir la société vampire organisée en "ruches". Il faudra que je lise d'autres livres (j'y prends goût) pour voir si c'est inhabituel. Les loups-garous sont eux organisés en meute, ce que je trouve logique. Mademoiselle Tarabotti est elle, sans âme, ce qui fait qu'elle annule temporairement les pouvoirs des êtres surnaturels d'un simple toucher. J'ai beaucoup aimé cette "nature" surnaturelle qui vient contrebalancer les pouvoirs vampires et lupins.

Venons-en aux atouts de ce livre et commençons par les personnages qui sont travaillés à la perfection, mademoiselle Alexia Tarabotti étant une perle à elle toute seule. On pourrait la comparer à une Miss Marple qui évoluerait entre les vampires et les loups-garous. Une Miss Marple plus jeune bien sûr, car même si Alexia est une vieille fille, elle n'a que 25 ans. Elle est curieuse, aventureuse, dotée d'un sens de l'observation indéniable et possède, pour le plus grand plaisir du lecteur, un humour décapant. Sa famille, est à l'inverse, très conformiste et du coup, mademoiselle Tarabotti est incomprise sauf avec ses quelques amis au mauvais goût comme son amie Ivy Hisselpenny ou au goût parfait mais vampire comme Lord Akeldama.
Un autre personnage qui va être mis en avant par l'histoire est Lord Conall Macon. Il est bourru, jure comme un charretier et a des manières quelque peu directes. Il est aussi l'alpha de la meute de loups garous de Londres. Car toute cette histoire se passe à Londres où la reine Victoria 1ère règne sur les vivants et sur tous les êtres surnaturels comme les vampires et loups garous.

Un autre atout de ce livre est sans conteste le style "so british" de l'auteur. Il est grinçant, caustique, plein d'humour, sans oublier bien sûr d'être raffiné. Les dialogues sont exquis et savamment dosés, les mots sont triés sur le volet pour s'imbriquer les uns avec les autres et le tout forme une écriture très riche et très divertissante pour le lecteur.
Le livre se lit très facilement et très rapidement. D'autant que l'intrigue est bien construite laissant le lecteur suivre mademoiselle Tarabotti qui mène sa propre enquête pour découvrir pourquoi un vampire l'a attaquée, finissant mort tué par son ombrelle, les fesses dans sa tarte à la mélasse ! Quel gâchis !
L'action est bien sûr au rendez-vous, se mêlant parfaitement aux échanges verbaux entre notre héroïne et Lord Macon, aux toilettes victoriennes et aux repas mondains !

Sont déjà parues 3 suites à ce premier roman et une autre est en cours d'écriture. Elles sont encore non traduites en français, mais je pense et surtout j'espère qu'elles ne tarderont pas à l'être.

En conclusion, une écriture originale toute en finesse et pleine d'humour grinçant mettant en valeur des personnages hauts en couleurs qui évoluent dans un Londres peuplé de créatures surnaturelles au XIXè siècle.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 9 décembre 2014
Ce roman est un petit coup de cœur, d’abord parce qu’on ne le voit pas venir. Il s’agit d’une romance dans l’Angleterre victorienne, où vampires et loup-garous vivraient en harmonie (enfin presque, hem !) avec la haute société.
Les surnaturels ont fait leur coming-out, pourquoi pas ! Mais l’originalité se trouve surtout dans l’héroïne, Alexia Tarabotti, une vieille fille d’au moins vingt-cinq ans (à cet âge, ça sent déjà le rance, c’est certain) qui a la spécificité d’être dépourvue d’âme. Elle provoque ainsi la perte de leurs attributs chez tous les êtres surnaturels qui l’approchent : leurs canines pour les vampires, leur fourrure pour les loup-garous.
En plus de ça, Alexia a un foutu caractère, et l’on devine de suite que l’intrigue dans laquelle elle se va retrouver projetée ne sera pas pauvre en rebondissements. En compagnie de Lord Maccon (un loup-garou vachement beau, compliqué, écossais, viril et mâle alpha), Alexia va devoir démêler le complot d’un étrange club secret au cœur de la société londonienne (et accessoirement, le complot de sa famille qui cherche à la marier à tous les célibataires de passage)… Ici, les vampires n’ont pas le beau rôle, vu qu’ils sont assimilés à des minets complètement snobs, mais les romantiques y trouveront malgré tout leur compte grâce aux beaux loup-garous... Ah, et à part ça, c’est très, très drôle !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 30 octobre 2014
Ça va être simple : j’ai adoré.

Pour développer un peu, au départ, j’avais quelques réticences avec le concept du personnage, la fille qui se juge moche (mais qui en réalité à une beauté exotique) et qui n’a pas la langue dans sa poche, je trouvais ça un peu cliché. Mais la narration est absolument irrésistible, et le personnage fort sympathique (une vieille fille, bonne vivante et qui manie l’ombrelle à la perfection que demander de plus). L’auteur n’hésite pas à nous faire partager les pensées d’Alexia, mais aussi à se moquer d’elle et de son fichu tempérament. C’est drôle à lire et très enlevé.

J’ai beaucoup aimé la relation avec Lord Maccon, Loup-garou écossais et protecteur de Sa Majesté. Dès qu’ils se voient, lui et Alexia ne peuvent s’empêcher de s’engueuler. Vous imaginez bien que cette inimitié cache bien d’autres sentiments. Sans vouloir spoiler la suite, nous avons droit à quelques scènes grivoises absolument hilarantes (mention spéciale à la « détransformation » de Lord Maccon par Alexia, un soir de pleine lune).

Entre le pas de deux de Lord Maccon et mademoiselle Tarabotti, et les mystérieuses disparitions de vampires et de loups-garous, on ne s’ennuie pas du tout (surtout quand le très flamboyant vampire lord Akeldama, ou l’encombrante famille d’Alexia se mêle de la partie).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 14 novembre 2012
J'ai tout aimé dans ce roman !

L'histoire est très intéressante : nous sommes dans un Londres du 19ème siècle, où le monde fantastique s'est révélé. Ainsi, loups garous et vampires sont connus de tous, et font partie intégrante de la société. Le récit commence par l'un de ces vampires qui agresse notre héroïne. Malheureusement pour lui, Alexia, de la même façon qu'elle ne mâche pas ses mots, elle ne rechigne pas à ce salir les mains et à prouver une fois de plus qu'elle est une femme forte et moderne. Très vite, on va se rendre compte que des vampires et des loups garous disparaissent. Cela est-il lié à l'agression de Miss Tarabotti ?

Les personnages, même les plus loufoques comme la meilleure amie d'Alexia avec ses chapeaux tous plus laids les uns que les autres, ou encore les soeurs qui même si elles rabaissent constamment notre héroïne, ne sont pas méchantes, ont tous leur importance et apportent beaucoup à ce récit, en particulier bien sûr, Alexia et Lord Maccon, dont les échanges verbaux sont de vraies petites pépites. On se régale en lisant les rencontres et altercations de ces deux-là !

L'époque où se place l'action fait aussi beaucoup. Déjà, de part le langage utilisé qui donne un certain ton au récit, puis par l'ambiance de l'époque, les costumes, Londres ... Une époque avec des habitudes et moeurs si différentes des nôtres, notre héroïne est après tout considérée comme une vieille fille, et donc sans plus aucune chance de se marier, alors qu'elle n'a que 25 ans !

J'ai également adoré le style de l'auteur : c'est drôle, piquant, et tellement british ! On est emporté sans peine dans un tourbillon un peu fou, mêlant action, humour, danger, et amour.
Car bien sûr, il y a de la romance dans l'air, ponctuée de quelques scènes à peine olé olé, entre nos deux héros, pour notre plus grand plaisir :D

En bref, un premier tome passionnant, avec une héroïne qui n'a pas la langue dans sa poche, un Lord qui fait rêver, un univers original, le tout saupoudré d'une bonne dose d'humour à l'anglaise !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Sans honte (Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3)
Sans honte (Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3) de Gail Carriger (Poche - 13 novembre 2013)
EUR 7,10

Sans forme (Le Protectorat de l'ombrelle, tome 2)
Sans forme (Le Protectorat de l'ombrelle, tome 2) de Gail Carriger (Poche - 17 avril 2013)
EUR 7,10

Sans âge (Le Protectorat de l'ombrelle, tome 5)
Sans âge (Le Protectorat de l'ombrelle, tome 5) de Gail Carriger (Poche - 10 septembre 2014)
EUR 7,10