Commentaires en ligne 


10 évaluations
5 étoiles:
 (6)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


26 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un sans faute.
La seule faute que l'on pourrait reprocher à l'auteur est une faute de goût: celle d'aimer le rock progressif! Mais ça, c'est comme la potion magique, quand on est tombé dedans tout petit...

Bon point pour commencer, la couverture est jolie, sobre, mais classe. Par contre, à l'intérieur les reproductions de pochettes font assez...
Publié le 8 mai 2010 par Hervé J.

versus
5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un travail de defrichage
Je tiens a contrebalancer l'euphorie generale suscitee par la lecture de ce livre. J'en avais lu la moitie il y a plus de cinq mois et j'ai decide finalement de l'acheter pour le finir, en reprenant du debut. Et bien, j'ai ete decu. Si l'auteur peut se vanter, c'est bien pour un travail de defrichage, car il y a encore beaucoup de boulot a faire pour ecrire une vraie...
Publié il y a 22 mois par Keller


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

26 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un sans faute., 8 mai 2010
Par 
Hervé J. (Savoie,France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock progressif (Broché)
La seule faute que l'on pourrait reprocher à l'auteur est une faute de goût: celle d'aimer le rock progressif! Mais ça, c'est comme la potion magique, quand on est tombé dedans tout petit...

Bon point pour commencer, la couverture est jolie, sobre, mais classe. Par contre, à l'intérieur les reproductions de pochettes font assez photocopies antédiluviennes, mais le prix du livre,assez abordable pour un tel pavé, explique cela.

L'auteur, Aymeric Leroy, est le fan idéal de rock-prog: cultivé, intelligent, mais lucide. On sent que la technique musicale ne lui est pas étrangère et sa vision du rock progressif, de son origine à son déclin est très clairvoyante, pour ne pas dire extralucide.

Du proto-prog, ébauché par le "sergeant pepper" des Beatles au néo-prog des années 90 et 2000, toutes les périodes et tous les styles, mêmes les plus minoritaires sont abordés. Même pour un vieux de la vieille, on apprend encore quelque chose! L'histoire de cette musique est aussi traitée par nationalités,de la Suède à l'Espagne en passant par la Hongrie et le Japon . La classification en rock progressif n'est pas trop sectaire, car on y parle aussi de Zappa, par exemple.

Les chapitres sur le néo-prog ( Marillion, IQ, Spock's Beard, Flower Kings, etc...) sont très complets mais ne se bercent pas de fausses illusions.

Pour tous les fans de progressif (régressifs?), c'est un voyage dans le temps, on retrouve des noms oubliés , comme un malle d'enfant que l'on ouvre dans le grenier...

Pour les moins érudits, ce livre est une formidable encyclopédie, mais ne se limite pas à une énumération stérile: l'étude sociologique, économique, artistique, de ce mouvement est très bien vue et met à mal de nombreux clichés dont on affuble un peu trop souvent le Prog. Ce livre serait aussi à conseiller au réfractaires du rock progressif, mais le manque de références est un peu gênant pour une parfaite compréhension de l'ouvrage.

Le livre n'est absolument pas ennuyeux, il est constellé d'anecdotes valant leur pesant de cacahouettes, et pour être encore plus complet, il faudrait qu'il aborde la vie privée des différents progtagonistes...

Bref, un ouvrage, une bible, admirables et l'on aimerait trouver l'équivalent sur le hard-rock, le punk (20 pages?) ou la musique électronique.

Un livre qui fera date dans l'histoire de la musique en langue française. Un grand merci à l'auteur( et à Chris "c'est le moog" pour l'info).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


16 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Indispensable., 23 août 2010
Par 
Jean Bal (Conflans-en-Jarnisy, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock progressif (Broché)
J'étais sceptique lorsque j'ai ouvert ce livre pour la première fois. Un essai sur le rock progressif écrit par un Français?!! Quand on connaît les inépuisables réserves de parti-pris dont font régulièrement preuve les pseudo critiques de la presse spécialisée franchouillarde (Rock & Folk et Inrockuptibles en tête), j'étais quand même en droit d'avoir quelques craintes. Eh bien j'avais tort. Aymeric Leroy est un respectable passionné d'un genre musical injustement décrié au nom d'un « bon goût » que les dieux auraient accordé aux mélomanes à compter de la fin des années 70. De plus, contrairement à la plupart de ses collègues scribouillards rockiens, Leroy sait écrire. Il a du vocabulaire et structure parfaitement ses argumentaires, sans chercher à imposer son point de vue personnel à son lecteur.
"Rock Progressif", comme l'ont déjà dit d'autres lecteurs, est une véritable bible consacrée à un style musical né avec le premier disque de King Crimson en 69 et mort d'indigestion sous les lazzis une dizaine d'années plus tard. Un genre musical qui a produit des monstruosités, mais aussi de fabuleux trésors qui risquent malheureusement d'échapper à l'attention des nouvelles générations enclines à croire que Radiohead a tout inventé et qu'avant le grunge la Terra Musica n'était qu'un désert peuplé de Teddy Boys. Prions pour que quelques uns accèdent à l'illumination en lisant ce livre remarquable. Pour nous dépeindre la grandeur et la décadence du Prog , Aymeric Leroy suit une trame chronologique, s'accordant régulièrement des digressions afin de parler de la production locale de pays annexes à l'axe UK/US. Tout au long de son livre, il consacre aussi de longs passages à l'explication et la critique des oeuvres majeures du genre. Et il le fait bien (voir les pages lumineuses portant sur Foxtrot ou Brain Salad Surgery). Pour ne rien gâter, il aborde aussi les résurgences progressives postérieures aux années 70, tout en les évaluant à leur juste niveau. Il sait en outre faire preuve d'une réelle clairvoyance dans son analyse du contexte culturel et social qui a permis l'éclosion du rock progressif.
Mais, le plus important finalement, c'est que ce livre se lit avec énormément de plaisir, car il est très bien documenté et recèle de nombreuses anecdotes. Je ne suis pas tout jeune. Le Prog, je l'ai découvert en 72, en entendant Watcher of The Skies dans l'émission de radio de Jean-Bernard Hebey. Depuis, je me suis ouvert à des styles très divers: punk, cold wave, classique, jazz, etc. Eh bien ce livre m'a donné envie de plonger dans les tréfonds de ma discothèque pour redécouvrir les merveilles d'une ère fastueuse du rock intelligent.
Merci M. Leroy. Même si j'ai une conception beaucoup plus large que la vôtre de ce qui est "prog" et ce qui ne l'est pas. Je crois néanmoins que les anglo-saxons vont nous envier de disposer d'un ouvrage de la qualité du vôtre. Et dans cent ans, les historiens de la musique populaire du vingtième siècle gagneront à lire votre prose.
A recommander à tous les amoureux de musique qui n'ont pas de bouchons de cérumen dans les oreilles et qui ne sont pas esclaves de leurs aprioris.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un livre important pour notre héritage européen, 25 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock progressif (Broché)
Voilà enfin un livre qui donnera, presque tout le temps, une image et une idée précise et avisée de ce qu'était le rock progressif des années soixante-dix, époque et phénomène musical (et culturel) que je n'hésite pas (n'en déplaise à certains lecteurs attachés à leur électro, leur post rock ou leur métal actuels) à qualifier haut et fort, en assumant parfaitement cette qualification, d'âge d'or du rock, voire même de la musique dans son ensemble, si on part du principe que le rock progressif est le triomphe de la réconciliation (chère à la contre culture de la fin des 60's) entre musique populaire et sophistication savante.

là ou le rock traditionnel peut rebuter car trop limité et basique, là où le classique et le jazz peuvent déconcerter et rebuter car trop complexe, savant ou intellectuel, le rock progressif constitue cet équilibre merveilleux entre des aspirations cérébrales, intellectuelles et savantes et un état d'esprit "Bohême" (avec ce qu'il peut contenir de libertaire, d'excitant et d'énergique) tout droit issu de l'époque fleurie des hippies et de la contre culture pop des sixties psychédéliques.

l'art d'aimer la symphonie ou la sonate à la lumière de l'esprit plus "bonne franquette" du rock. Pour moi, en tant que musicien et compositeur, c'est la valeur la plus importante. J'ai du mal avec les rockers trop rimbaldiens et no future, de la même manière que j'ai du mal avec les élèves du conservatoire, ni l'un ni l'autre ne comprenne vraiment le rock progressif, car souvent trop cloisonnés dans des compartiments socio-culturels étanches. Pour moi, le rock progressif est la victoire de l'anéantissement de ces cloisons socio-culturelles trop artificielles et commodes aux idéologies politiques (l'intelligentsia marxisante du punk s'en fait une règle de base) pour exister vraiment...

Aymeric Leroy explique tout ça à merveille, avec un art de l'écriture à la hauteur du projet. Ce livre est un chef d'oeuvre, et un excellent et précieux porte parole, mémoire d'un héritage culturel européen post 68, merveilleux rejeton de ce que les trente glorieuses des baby boomers ont pu engendrer de meilleur, et qu'une certaine presse a voulu avec ténacité enterrer, ne retenant que les plus "rockement corrects" comme Led Zeppelin, Jimi Hendrix, Bowie, Lou reed ou Neil Young... parmi quelques autres. Seul Pink Floyd avait, presque indemne, survécu dans les mémoires collectives. Et une merveille comme Genesis n'était plus, dans la tête des gens, que le groupe des années 80 de variété de Phil Collins... Merci la presse!! Si seulement le grand public d'aujourd'hui pouvait connaître un chef d'oeuvre comme "The fountain of Salmacis"....

Puisse ce livre rétablir dans les consciences la valeur de ce courant musical bigarré qui, même s'il contenait certaines choses inégales en qualité artistique, n'en demeure pas moins d'un bien meilleur cru (sonore et mélodique, il n'y a qu'à voir l'extrême soin avec lequel on composait des suites d'accords très élaborées à l'époque) que bien des choses aujourd'hui, où sous prétexte qu'on vit à l'ère du minimalisme, on gomme et dissimule des lacunes en imagination créatrice, surtout dans les combinaisons d'accords, les harmonies vocales et dans l'abandon quasi total en rock de nos jours de l'idiome classique et symphonique.

Les sons de ces instruments merveilleux qu'étaient l'orgue Hammond et le mellotron ont malheureusement été, surtout pour le second, abandonné dans leur usage le plus liturgique et le plus symphonique, ce qui constituait l'ambiance et la sonorité la plus distinctive du rock prog de cette époque.

Bien sûr, il existe la scène prog d'aujourd'hui, mais on n'atteint pas les sommets mélodiques et grandioses de cette époque, et le son actuel n'est pas toujours du meilleur cru pour rendre justice à de telles oeuvres. Je comprend le relatif silence de l'auteur au sujet de cette scène néo-prog... même s'il en parle tout de même et cite quelques bons exemples comme Anglagard. Mais quand on est accro au son 70's, c'est dur d'aimer autre chose, il y a quelque chose d'enchanteur et d'ensorcelant dans le son d'un mellotron ou d'un Hammond, et ce son plus acoustique et profond de la batterie de l'époque, rien à voir avec la frappe triggerisée (que le métal affectionne) et le gros son mat des batteries d'aujourd'hui, où toute résonance semble proscrite, erreur fatale (hérésie esthétique)... et le son des grattes horribles et trop identiques et uniformes d'une formation à l'autre. Le rock progressif est aussi une excellente école du "bon vieux son", le son "vintage" comme disent les professionnels (même si j'ai horreur de cette appellation qui fait plus label de vente qu'autre chose, bref qui fait "notre époque")

Un grand bravo à Aymeric Leroy!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Remarquable !, 7 novembre 2010
Par 
Rollingdom (France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock progressif (Broché)
Tous les aficionados du prog s'accorderont sur un point : le travail d'Aymeric Leroy est remarquable, d'autant plus - faut-il le préciser? - que l'auteur est né à l'époque où nous parcourions fébrilement les bacs à vyniles à la rechercher d'un nouveau Soft Machine ou autres Floyd...et des émotions que génère le prog.
Tant pis si mon commentaire fait redite, mais vraiment, c'est complet (merci d'avoir débordé sur Return to Forever et consors), bien écrit (au risque de rebuter parfois de jeunes lecteurs au vocabulaire SMS) et agréable à lire.
Allez, je vais bien trouver à redire : y a t'il une plus value à mentionner la durée de (très) nombreux morceaux tout au long du livre ?
A classer parmi les ouvrages de référence comme le dictionnaire du rock de Michka Assayas. Dictionnaire du rock, coffret de 3 volumes
RD.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Presque parfait, 12 juin 2012
Par 
Peter El Baze (Villeneuve-Loubet) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock progressif (Broché)
Je confirme les commentaires élogieux concernant la somme d'informations incroyable pour rédiger ce monument de 450 pages.
Fan de rock progressif depuis plus de 40 ans, les seuls reproches que je fais sont :

- quelques oublis ( "It's a beautiful Day", "Xang", "Ray Manzarek", "Tomas Bodin", etc..)
- quelques avis divergents des miens sur la qualité; de certains groupes, mais la musique est essentiellement subjective, on ne peux pas le lui reprocher.
- mais surtout un style INDIGESTE, des phrases a rallonge avec de longues parentheses en plein milieu qui rend sa lecture fatigante.
Dommage, ce livre gagnerait beaucoup à être réécrit avec un style plus simple, moins ampoulé, moins journalistique
Comparez avec un livre bien écrit et bien traduit "KRAUTROCK-SAMPLER" par Julian Cope.

Un dernier point : ce livre est DANGEREUX pour votre compte en banque ...............
Suite à sa lecture, j'ai acheté (sur Amazon.fr) des dizaines de CD géniaux que je ne connaissais pas !

J'attend avec impatience une nouvelle édition 2012 ou 2013.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un Pavé (le plus complet) pour les amoureux du genre, 8 juin 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock progressif (Broché)
Je n'écrirai pas un très long commentaire, tout est déjà dit et avéré. Je vais donc me limiter à synthétiser ce que j'en pense sans rentrer dans des critères qualitatifs supplémentaires.

Le pavé de référence pour tous amoureux du PROGressif pour en comprendre son histoire, son évolution, son déclin, son renouveau.
Je le prend souvent en référence pour recouper avec mes connaissances du sujet qui s'approfondissent à chaque relecture.
Le récit est corsé, l'écriture est complexe mais la lecture est aisée lorsque l'on a de bonnes bases (Groupes, Artistes, Genre) sur le sujet.
Il pourrait être rébarbatif pour un Novice car on ne lit ce type de bouquin que par passion et le vocabulaire est très riche pour un SMSien.
Ce n'est pas le roman de l'été mais de petites anecdotes sur les compositions, albums, membres, ... renouvellent l'intérêt lors de la lecture.
L'auteur Aymeric Leroy a créé un Fanzine et un site Internet "Big Bang" qu'il est de bon goût de connaitre pour ses Chroniques justes et sans concessions sur les groupes PROGressif.

Le seul reproche : des illustrations colorées auraient été un plus indéniable
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une frustration enfin réparée!, 9 août 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock progressif (Broché)
Merci monsieur Aimeric pour avoir comblé cette honteuse lacune.Il y aura 40 ans que j'écoute avec ferveur les musiques progressives.j'attendais cet ouvrage avec l'énergie du désespoir.Me voici récompensé avec la perspective de nombreuses et passionnantes heures de lecture.Un tout grand merci!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un travail de defrichage, 18 septembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock progressif (Broché)
Je tiens a contrebalancer l'euphorie generale suscitee par la lecture de ce livre. J'en avais lu la moitie il y a plus de cinq mois et j'ai decide finalement de l'acheter pour le finir, en reprenant du debut. Et bien, j'ai ete decu. Si l'auteur peut se vanter, c'est bien pour un travail de defrichage, car il y a encore beaucoup de boulot a faire pour ecrire une vraie bible du prog (je n'ai pas lu le livre de monsieur Alberola).
Premier grief : l'auteur ne peut pas parler de tout le monde, certes. Mais alors pourquoi a t'il ecrit des chapitres sur le prog francais, quebecois, italiens. Pourquoi les mettre a part? Et pourquoi s'enticher d'un style catalogue qui contredit son decoupage chapitral critiquable (par annee, mais Gentle Giant ou Henry Cow ne sont pas traitees les annees correspondants a la sortie de leurs albums).
Second grief : un certain manque cruel d'analyse d'oeuvres : tout est survole, a l'exception de Yes,Genesis, King Crimson. Des jugements a l'emporte-piece a la va vite (ELP classe comme groupe egotiste,au detriment d'une vraie analyse de la musique, Pink Floyd consideres comme des apprentis musiciens et des opportunistes).
Troisiemes griefs : de cruels manques (Tangerine Dream, Popol Vuh, Egg).
Quatrieme griefs : certaines fautes (l'explication de la signification numerique Foxtrot de Genesis)
En conclusion, je suis content d'avoir ce livre, mais je ne le reutiliserai plus. Finalement, le livre de Frederic Delage est pour le moment le plus complet.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 impressionnant mais incomplet, 16 mars 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock progressif (Broché)
J’avoue être très partagé sur cet ouvrage. Précisons d’abord qu’il s’adresse davantage à l’amateur déjà averti plutôt qu’au béotien voulant découvrir ce genre musical. Pour ce dernier à la recherche de nouvelles expériences musicales, on lui préférera L’Histoire mondiale du rock progressif de Didier Gonzalez, fourre-tout qui apparaît bien amateur en comparaison du travail structuré d’Aymeric mais qui a le mérite de présenter pléthore de groupes et de perles rares du progressif.
J’aimerais d’abord louer le travail d’Aymeric Leroy. Son livre est très bien écrit et nous plonge avec bonheur dans l’analyse du contexte socio-culturel qui a permis l’éclosion du rock progressif. Son œuvre ne se limite pas à un récit historique mais n’hésite pas à analyser en profondeur des œuvres marquantes comme l’ont été Close to the Edge, Foxtrot , In the court of Crimson King ou Thick as a Brick... Autre point positif, mais totalement subjectif, j’admets avoir une étonnante convergence de vue sur des œuvres majeures comme le Yes Album, Foxtrot ou Selling England by the pounds partageant les mêmes enthousiasmes et les mêmes critiques que l’auteur.

Alors que reprocher à ce livre ? Avoir fait l’historique de ce courant musical est passionnant mais, selon moi, s’accorde mal avec la volonté d’analyser en même temps la qualité des œuvres. Leroy n’a pas su choisir entre un récit froid et dépassionné et la volonté de porter un regard artistique et critique. Et c’est là que le bas blesse car le corollaire de cette démarche bâtarde est que dans l’esprit de l’auteur, seules les œuvres ayant rencontré le succès du grand public ou de la critique ont le droit d’exister et d’avoir une analyse digne de ce nom. Ce qui marche encore très bien pour la scène anglaise (les groupes majeurs ayant généralement connu le succès) ne marche plus du tout quand on aborde les scènes « secondaires. »
Aymeric Leroy aurait pu se contenter de chroniquer les formations ayant connu ne serait-ce qu’un succès d’estime, ce qu’il fait d’ailleurs plutôt bien avec Le Orme, PFM, Banco et Area. Malheureusement il veut se montrer œcuménique et assassine d’une formule lapidaire d’authentiques chefs d’œuvres. Les œuvres magistrales de Latte et Miele (Passio Secundum Mattheum, Papillon) ne sont pas citées et le groupe dont les œuvres datent pourtant de 1972 et 1973 est ravalé au rang d’un vulgaire groupe de protoprog, et littéralement assassiné par la formule « univers sonore et stylistique très daté, voire antédiluvien »(sic)
Des œuvres majuscules comme l’album éponyme de Maxophone ou Celeste ne sont guère mieux traités. Des chefs d’œuvres comme ceux d’Alusa Fallax, Delirium, Jumbo, Real Accademia di Mucica, Pierrot Lunaire, Nuova Idea, Semiramis ont eu la chance d’être oubliés….(ou uniquement cités comme groupe ayant été produit par un label.)
Ma lecture s’est pour l’instant arrêtée à la fin du chapitre sur la scène italienne. Mais je peux déjà imaginer le sort qui sera fait à nombre de groupes scandinaves, allemands, américains….
Analyser le progressif à l’aune de l’importance historique des groupes boursoufle la place prise par des groupes artistiquement mineurs comme ELP (Aymeric Leroy reconnaît lui-même qu’il n’y a pas grand-chose à sauver de l’œuvre du trio) et occulte malheureusement des joyaux comme Papillon de Latte e Miele. Comment être impressionné par l’introduction de Tarkus et rester insensible à celle de Papillon, comment louer la virtuosité artistique d’Emerson et rester aveugle à celle de bons nombres de maîtres du genre italien ? Time of Change de The Trip, groupe italien à peine mentionné, n’est-elle pas une œuvre beaucoup plus aboutie que celles d’ELP ?

En synthèse le livre reste très intéressant pour l’analyse de la scène anglaise et sur le contexte socio-culturel qui a permis la naissance de cette musique passionnante. Cependant le livre permettant de découvrir les œuvres majeures du genre, en gommant toutes considérations de contexte géographique ou temporel, reste à écrire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Excellent pour tous les amateurs de rock progressif, 14 février 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock progressif (Broché)
J'ai découvert à travers ce livre plusieurs excellents groupes de rock progressif que je ne connaissait pas, c'est un bon résumé de l'histoire du rock progressif! Je le recommande.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rock progressif
Rock progressif de Aymeric Leroy (Broché - 25 avril 2010)
D'occasion et Neuf à partir de : EUR 48,00
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit