undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

10
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
7
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Fatigue du sens
Format: ReliéModifier
Prix:16,30 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

47 sur 49 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 août 2011
Fatigue du sens doit être pris pour ce qu'il est : ni plus ni moins , c'est à dire un essai (terme édulcoré qui signifie pamphlet)
Les pamphlets sont salutaires d'abord parce qu'ils libèrent la parole et permettent d'explorer tous les recoins de la pensée enfouie, de plus si la démonstration reste exclusivement à charge, au moins il ya toujours quelquechose à sauver et s'il ne fallait sauver qu'une phrase je propose celle ci:

"Comment être le citoyen d'un pays dont Yannick Noah est la "personnalité préférée"?

Voilà qui se situe à 20000 lieues de la pensée normalisée de tous les plateaux TV ce que Richard Millet souligne comme " le nouvel ordre moral".
Le Pamplet se doit de charger, d'accentuer le trait pour être perçu, n'ayant pas la chance de passer des dizaines de fois sur les médias pour bien abrutir sa cible, il doit donc en une fois frapper l'attention du destinataire.
La lecture de cet "essai" n'en déplaise à la doxa bien pensante est salutaire et édifiante (dans le sens oû cela construit les bases d'une réflexion individuelle loin du prêt à penser qui dégueule de partout!!
A lire donc sans modération...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
55 sur 58 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Cet essai de 150 pages environ est formé d'une succession de réflexions et d'observations : au-delà des anecdotes vécues et des commentaires qu'elles inspirent, il y a aussi dans cet ouvrage qui ressemble à un tâtonnement dans le crépuscule la volonté de conceptualiser, c'est-à-dire de chercher s'il est possible "intellectuellement" de saisir des mécanismes généraux essentiels dans le déroulement de la catastrophe en cours. De façon modeste mais sur la base d'intuitions fortes et convaincantes, Richard Millet insiste sur la conjonction terriblement efficace du Droit et du Consumérisme, auxquels il ajoute la notion d'Horizontalité (sans majusucle dans son texte..); Sa vision est pessisimiste, mais les faits sur lesquels il s'appuie, nous les avons vécus et ressentis (j'ai personnellemnt quitté la banlieue parisienne principalement pour ces raisons et ses situations d'exclusion "subjective"). Trop d'événements signifiants viennent constamment confirmer notre destin tragique. Il y a trois jours, à Londres, dans le quartier de Croyden, des émeutiers ont dévalisé toutes les boutiques d'une rue commerçante, sauf une : la librairie.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
49 sur 52 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 août 2011
Fatigue du Sens est à ma connaissance l'essai actuel le plus violemment critique sur la société française (et occidentale), plus encore que les sentences grandioses et méchantes de Phillipe Murray qui se borne a comprendre seulement le bobo.

La plume de Millet est immensément belle et spirituelle. Elle nous incite comme lui à nous détacher de ce monde sans sens, réduit au Droit et au Marché, tuant la civilisation européenne et laissant venir à nous une masse innombrable de personnes extra-européennes qui ne pourront jamais s'intégrer car l'Europe n'a plus rien à revendiquer qui puisse assimiler et du fait qui soient trop nombreux pour délaisser leur mode de vie antérieure. Ce qui est le plus frappant sont les quelques anecdotes de l'auteur sur ces français de souche complètement indifférents à cet immense bouleversement qu'est le remplacement de population dans leur pays; indifférence qui les rend bien plus blâmable que les immigrés ne s'intégrant pas.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
32 sur 34 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
En cette époque noyautée par le politiquement correct, muselée par la pensée unique et paralysée par l'angélisme humanitaire où le retrait des intellectuels est quasi général - décrédibilisés par leur abaissement permanent devant les médias (ignorance et veulerie consensuelle), enfin vient un esprit LIBRE qui ose dire ce que beaucoup pensent avec plus ou moins de culpabilité, de mauvaise conscience, teintées de désespérance... Richard Millet est l'écrivain intempestif qui nous manquait. "Fatigue du sens" est plus qu'un livre de réflexion, c'est un livre fondateur, une référence vers laquelle se reporter et ressourcer la pensée vive, courageuse, indépendante, debout (ou "verticale" selon sa terminologie). C'est le "bréviaire des vaincus", des veilleurs de l'ombre qui attendent leur heure...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
33 sur 36 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 26 août 2011
Richard Millet sait décrire le malaise et l'inquiétude que la plupart d'entre nous ressentons.
Tel un souffrant sortant de chez le médecin, la lecture du livre nous inspire un "c'était donc ça". Loin de nous rassurer, viennent ensuite l'angoisse du malade témoin de son agonie et la rage de son impuissance.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
24 sur 27 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 5 décembre 2011
Dans ce livre Richard Millet nous fait part de sa stupéfaction et de son abattement devant le spectacle de l'érosion continue des valeurs de notre civilisation "gréco-judéo-chrétienne" et de son choix d'un "apartheid volontaire", d'un "exil intérieur".

L'auteur, qui dit n'écrire que comme témoin, et non pas comme pamphlétaire, qui dit cultiver "le sain désespoir de ceux qui savent que tout est perdu", constate, avec un mélange de nostalgie, de désespoir et de haine, "la déconstruction de toute verticalité nationale au profit d'une horizontalité sans tradition ni mémoire". Les valeurs de notre nouveau monde "post-démocratique" ne sont plus que des leurres au contenu devenu anémié et flou à force de manipulations et de détournements.
Le sens est en voie de disparition dans la "confusion du vrai et du faux", car la volonté de le maintenir et de le défendre n'est plus partagée par la majorité des citoyens. Les civilisations "arrivées" affichent impudemment leur lassitude, elles abandonnent fierté et volonté de conquêtes, fatiguées de se battre pour leurs valeurs elles deviennent laxistes... On peut ici penser à Cioran qui écrivait : "Ce sont les civilisés qui ont inventé la tolérance, et ils périront par elle", ou encore :"Une communauté se consolide dans la mesure... où elle sait exclure". La défense des valeurs de notre civilisation n'est plus du tout de mise pour la "masse" alors qu'il est bien vu, au contraire, de militer ostensiblement pour la sauvegarde de telle ou telle minorité ethnique en Amérique du Sud, en Océanie ou en Afrique et, évidemment, pour le maintien de leurs particularités culturelles... Pour d'autres encore les seuls combats "culturels" utiles aujourd'hui sont ceux de la réimplantation du loup ou de l'ours !

Pourquoi l'exil intérieur ? L'auteur, conscient de n'être plus qu'un individu isolé d'une minorité culturelle en voie d'extinction, répond par une boutade grinçante :"comment être le citoyen d'un pays dont Yannick Noah est la personnalité préférée ?"... Le peuple, "fiction sociale-démocrate", n'est plus qu'un "marché aux esclaves du consumérisme". De plus, ces "citoyens", qui constituent un conglomérat de plus en plus disparate et hétérogène, ne réalisent même pas qu'ils sont en train de vivre "une guerre civile innommée" avec la croissance de plus en plus évidente de populations "si visiblement soucieuses de ne pas s'intégrer". Comment et pourquoi ne voient-ils pas que cette immigration, à seule finalité économique, n'a aucunement la volonté d'abandonner ses propres valeurs ? Comment peut-on s'illusionner à ce point ? L'auteur minoritaire se met donc en retrait "loin de tout débat, celui-ci relevant du spectacle et non de la pensée". Ici pas d'ukases genre "Indignez-vous" ou "Engagez-vous", très appréciés par ailleurs du monde médiatique et plus généralement de ce qu'un philosophe a qualifié de "démocratie émotionnelle"... et si une impression de violence se dégage parfois du livre cela est dû plus aux faits relatés qu'au style de l'écrivain.

Que dire d'un tel livre ? cela est bien délicat ! Sur le fonds, si on ne peut que reconnaître la réalité de la majorité des faits abordés, on peut regretter que l'auteur ne creuse pas plus profondément certains aspects de son discours. Cela paraît parfois superficiel et rapide. Par exemple, il y avait beaucoup plus à dire sur le contenu signifiant du qualificatif choisi de "gréco-judéo-chrétien". Beaucoup de valeurs "gréco-romaines" ont été diabolisées par les chrétiens qui en ont souvent changé totalement l'appréciation... et Nietzsche a eu beau jeu, dans "généalogie de la morale", de jouer sur ces oppositions de Fort/Faible et de Bien/Mal. Selon moi il aurait donc été plus objectif ici de parler de civilisation "judéo-chrétienne", surtout si on se limite aux seules "valeurs" en laissant de côté l'aspect organisation et structures politico-religieuses. Ainsi, ne pourrait-on pas avancer que la religion catholique, en sapant certaines valeurs fortes du monde antique, est en partie responsable de cette situation constatée par l'auteur ? De plus, l'Eglise "catholique, apostolique et romaine" a bénéficié dès Constantin des structures et de l'appui officiel de l'empire romain... Cela ne pouvait que renforcer la promotion de valeurs universalistes et donc nivelantes ! Sur ce point la position de l'auteur, à la fois chrétien et tenant du "verticalisme national", me semble difficile à tenir...
Sur la forme je dirais simplement que j'ai été gêné par le manque apparent de structure de ce livre... Le lecteur doit faire une partie non négligeable du travail ce qui, d'un autre côté, peut se révéler bénéfique pour sa réflexion personnelle.

Un livre pessimiste, surprenant, dérangeant, ni pamphlet ni essai, mais qui est le bienvenu car il se détache avantageusement du consensus bien-pensant actuel. S'il n'a pas beaucoup de chances de faire un succès de librairie il pourra néanmoins faire date et servir comme "Etat des lieux". Il pourra aussi faire beaucoup de bien à certains de ses lecteurs qui se sentent bien impuissants devant cette chute annoncée. Peut-être se sentiront-ils moins seuls, peut-être se diront-ils que tout n'est pas encore perdu... et peut-être même que cette minorité de "survivants" n'est en fait pas aussi impuissante qu'elle le croit, peut-être même que cette minorité deviendra une minorité de "résistants" !
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
10 sur 11 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 29 juin 2012
Richard Millet se moque bien des poncifs du penser correct. Mieux, il les affronte avec la lucidité et le brio qu'on lui connaît. On ne sort pas indemne de la lecture de ce livre. Si comme le dit Alain, ce qui est primordial dans l'art, c'est l'automatisme de pensée dont il nous délivre, ce livre est une petite oeuvre d'art. L'état des lieux n'est pas grandiose, c'est le moins qu'on puisse penser, mais les optimistes diront que c'est l'inévitable point de départ de la reconstruction du monde post-historique. C'est aussi parce que l'exigence et la sincérité sont des valeurs (presque) perdues que ce livre est à lire absolument.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 6 août 2013
L'auteur a été largement descendu en flamme par le gotha intellectuel et politique parisien, en partie pour cet ouvrage, ce qui en fait obligatoirement un objet de curiosité nécessaire.
On découvre un style élégant rendant agréable et prenante la lecture, égrainant une série de réflexions sur la société française, et occidentale par extension, qui sont autant de salves ravageuses, terriblement lucides, en rapport avec l'ethno-masochisme de nos contemporains, la haine de soi-même, et la xénomanie imposée par la société des autoproclamés "bien-pensants", qui ravage en particulier les jeunes générations. Ces réflexions pourraient passer pour un épouvantable pessimisme appelant au suicide des Français encore lucides, mais au fond, il n'en est rien : juste un appel à ne plus contribuer à la laideur de ce monde pour recréer le sien propre fait de grandeur et de beauté.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 janvier 2014
Très bon livre riche de questions.
Comment peut-on encore être Français , quand l’immigration de masse ne permet plus l’assimilation des nouveaux venus, quand les Français de souche renient eux-mêmes leurs traditions pour épouser le conformisme du consumérisme mondialisé, quand le droit à être Français et la tentation du communautarisme l’emportent sur l’aspiration à un destin national, quand enfin la France n’est plus qu’un nom que nous froissons au fond de notre mémoire, pressés de sacrifier notre héritage chrétien et notre langue au relativisme culturel ?
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 9 février 2014
l'un des seuls grands écrivains français actuels:c'est savoureux, intelligent, vrai,on peut relire sans fin et réfléchir, une telle qualité ne peut que faire enrager les sots
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Petit éloge d'un solitaire
Petit éloge d'un solitaire de Richard Millet (Poche - 4 janvier 2007)
EUR 2,00

Ma vie parmi les ombres
Ma vie parmi les ombres de Richard Millet (Poche - 16 juin 2005)
EUR 10,90

De l'antiracisme comme terreur littéraire
De l'antiracisme comme terreur littéraire de Richard Millet (Relié - 22 août 2012)
EUR 14,90
 
     

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)
  -  
ISOXAN® Adulte vous apporte vitamines et minéraux essentiels