Commentaires en ligne 


25 évaluations
5 étoiles:
 (16)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:
 (3)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


36 internautes sur 38 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Lire pour se faire un avis
Il y a, à l'aune du psychodrame qui s'est joué fin août / début septembre, plusieurs raisons très solides pour lesquelles il faut lire ce livre.
Tout d'abord, on se rend compte rapidement que les journalistes "critiques" n'ont pas caricaturé ni exagéré la pensée de Millet. Ils l'ont tout simplement travestie. Le...
Publié il y a 22 mois par Rouge Noir

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Diagnostic faux, obessions antipathiques
Lorsque j'étais plus jeune je craignais, après les "classiques", de ne plus rien trouver de bon à lire. Depuis, je me suis rendu compte que ma crainte était vaine : contrairement à ce que prétend ce petit livre, le niveau de la littérature mondiale s'est énormément amélioré par rapport au...
Publié il y a 22 mois par frederic g


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

36 internautes sur 38 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Lire pour se faire un avis, 30 septembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Langue fantôme : Essai sur la paupérisation de la littérature suivi de Eloge littéraire d'Anders Breivik (Relié)
Il y a, à l'aune du psychodrame qui s'est joué fin août / début septembre, plusieurs raisons très solides pour lesquelles il faut lire ce livre.
Tout d'abord, on se rend compte rapidement que les journalistes "critiques" n'ont pas caricaturé ni exagéré la pensée de Millet. Ils l'ont tout simplement travestie. Le copier-coller aléatoire, qui fleure bon le journaliste qui n'a pas pris le temps de lire exhaustivement ce texte pourtant très court, donnait l'impression d'un discours extrémiste. On en est loin. Certains critiques n'avaient pas non plus hésité à accuser Millet de défendre Breivik. En refermant le livre, on se marre. Au-delà des aboiements de la meute sur ce livre en particulier, la lecture est une réflexion sidérante sur le contrôle de la pensée opéré dans notre pays. Il n'est pas inutile au demeurant de rappeler le soutien de cette même meute pour d'autres criminels, soit-disant plus fréquentables intellectuellement, tels Battisti.
Par ailleurs, Millet est un auteur qui ne prend pas ses lecteurs pour des idiots. Son analyse est charpentée, détaillée, complexe. Elle invite au débat, à la réflexion. Il expose un point de vue intéressant. D'accord, pas d'accord, faites votre choix. Mais, alors que le "vivre ensemble" est en crise (crise corrélée à la financière), alors que l'intégration républicaine à la française se fissure, il est réconfortant d'avoir des penseurs qui s'expriment librement et sans mettre des oeillères.
Enfin, alors que notre meute sus-citée défend la liberté d'expression, en dépit de leur médiocrité, de Charlie Hebdo ou d'un film islamophobe, il est nauséabond de voir que cette meute nous interdit de lire Millet et pose une chape de plomb indécelable sur celui-ci.

Comme ils disent, indignez-vous.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


22 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Les moutons lisent-ils ?, 22 septembre 2012
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Langue fantôme : Essai sur la paupérisation de la littérature suivi de Eloge littéraire d'Anders Breivik (Relié)
Ceux qui ont un brin de culture littéraire (si ce n'est de culture française tout court!) comprendront l'allusion... Une fois de plus chroniqueurs illettrés, journaleux teigneux et "bien pensants" de tout poil vomissent l'un après l'autre sur un écrit qu'ils n'ont sans doute même pas lu. A l'heure où la perte d'idendité et de repère est le mal français de ce jeune siècle ( lisez-donc aussi dans un autre genre "Les Lisières " qui vient de paraître), la thèse de Millet est tout aussi défendable qu'une autre. Et que ceux qui n'ont pas encore sombré dans le panurgisme généralisé lisent "Ma vie parmi les ombres" du même auteur : c'est une magnifique leçon d'écriture et de réflexion sur les racines de nos dérives. Bonne lecture !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Peur sur le vil (ain Richard Millet), 15 octobre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Langue fantôme : Essai sur la paupérisation de la littérature suivi de Eloge littéraire d'Anders Breivik (Relié)
Il est rare de lire une langue aussi belle par un auteur vivant. Si parfois il nous semble que la phrase est alambiquée, en intelligence, elle ne l'est pas : pour déployer sa pensée avec finesse et précision, l'auteur a choisi scrupuleusement son style et les méandres sont nécessaires. Faites-lui confiance. Quant au contenu : si parfois il nous semble que l'idée est tarabiscotée, en réalité, elle ne l'est pas, hélas.
A lire pour la langue qui a fait la France et pour comprendre ce qui la défait.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


116 internautes sur 136 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un résistant, 29 août 2012
Par 
D. Cohen - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Langue fantôme : Essai sur la paupérisation de la littérature suivi de Eloge littéraire d'Anders Breivik (Relié)
Les petits flics du prêt-à-penser sont en érection. Le goût du sang sur les lèvres, la meute tire sur la laisse, déjà en train de condamner Richard Millet avant même de l'avoir lu.

Ce qui est présenté comme une justification des crimes de Breivik n'est qu'une tentative d'explication : comprendre le désarroi de beaucoup devant la société multiculturelle et tribale qu'on nous impose n'est pas justifier un massacre. Mais le niveau est tombé tellement bas que c'est probablement trop compliqué pour le grand public.

Je regrette qu'Annie Ernaux (écrivain que j'estime et aime pour son talent) ait été une des premières à rassembler la meute et à demander des têtes. Elle utilise les mots galvaudés de fascisme comme les commissaires politiques de Staline. Annie vaut mieux que cela. Mais on peut être un grand écrivain et se tromper en politique, n’est ce pas Louis Ferdinand ?

Gallimard le liquidera pour blasphème et atteinte à la tranquillité des éditeurs. Millet sera jeté dans les oubliettes de la pensée et disparaitra de la scène publique.

La nouvelle inquisition ne tue plus les écrivains, elle les empêche d'écrire, ce qui revient au même.

Millet n'est pas halal. C'est clair, et alors ?

L'histoire nous apprend que tuer Cassandre n'empêche pas les désastres de survenir.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


74 internautes sur 88 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Lynchage médiatique, 1 septembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Langue fantôme : Essai sur la paupérisation de la littérature suivi de Eloge littéraire d'Anders Breivik (Relié)
Je sens que de plus en plus j'étouffe dans cette société qui refuse obstinémént de voir ce qui lui arrive. La corde se resserre de jour en jour. Je soutiens Richard Millet car il a eu le courage de dire tout haut ce que j'entends tout bas chaque jour dans ma petite ville où beaucoup ne supportent plus ce grand remplacement de population.Je comprends,sans l'accepter l'acte de Breivik, car il y a des jours où l'on a envie d'exploser: 2 "émeutes" avec attaque de commissariat depuis le 21 Juin 2012 dans ma petite ville de 16000 habitants Mais rien n'en a filtré dans les médias. Censure partout.Il faut se mobiliser
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


93 internautes sur 111 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Eloge de Richard Millet, 29 août 2012
Par 
Sebastien Goutal (France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Langue fantôme : Essai sur la paupérisation de la littérature suivi de Eloge littéraire d'Anders Breivik (Relié)
Courage Richard, la meute est lâchée...
On ne peut qu'approuver et encenser cette œuvre, qui se soucie de la vérité et du réel, et écrite dans une belle langue.
Richard Millet est évidemment le plus grand auteur français contemporain, et le meilleur auteur chez Gallimard.
Un livre indispensable.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


20 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'Europe décadente, 15 septembre 2012
Par 
Enver Hoxa (Albanie) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Langue fantôme : Essai sur la paupérisation de la littérature suivi de Eloge littéraire d'Anders Breivik (Relié)
Ecrivain, essayiste et romancier envié, conseiller littéraires des Editions Gallimard, Richard Millet s'est fait connaître depuis quelques années par l'expression d'une révolte toujours plus explosive. Révolte contre l'appauvrissement de la langue française, l'envahissement du sabir américain et les effets de l'immigration islamique, phénomènes inséparables à ses yeux. De sa prime jeunesse dans le Liban des phalanges chrétiennes, il a conservé une fascination pour la violence et pour les catastrophes, qu'ils pressent.

Dans les derniers jours d'aout 2012, il a apporté sa contribution à la rentrée littéraire par un bref roman et deux pamphlets, tous publiés chez l'éditeur Pierre Guillaume de Roux. Comme chacun sait, Anders Breivik est ce citoyen norvégien qui, le 22 juillet 2011, seul, est passé à l'action armée faisant d'abord exploser une bombe à Oslo, au siège du gouvernement (8 morts), puis s'est livré au mitraillage d'un camp d'été de jeunes travailliste dans l'île d'Utoya (69 morts). Il a expliqué que son acte était destiné à protester contre l'islamisation de l'Europe. C'était une curieuse protestation que de s'en prendre à de jeunes compatriotes innocents et sans défense.
Cela relevait plus de la psychiatrie que de la politique. Mais ce n'est pas ce qui retient Richard Millet. Sans approuver, on s'en doute, le forfait du 22 juillet 2011, il place celui-ci dans un registre provocateur inattendu: " C'est sur ces actes que je me pencherai, frappé par leur perfection formelle, donc, d'une certaine façon...par leur dimension littéraire, la perfection comme le Mal, ayant toujours peu ou prou à voir avec la littérature".

Ces actes ne sont-ils pas surtout l'expression extrême du nihilisme où se vautrent tous les agents politiques et "culturels" de l'Europe décadente ?

Dominique Venner in la NRH n°62.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


15 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 une pensée libre, 2 octobre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Langue fantôme : Essai sur la paupérisation de la littérature suivi de Eloge littéraire d'Anders Breivik (Relié)
J'ai été très intéressée par ce livre loin du politiquement correct et de la pensée formatée. Il incite à la réflexion, à des remises en cause d'idées préconçues. J'ai aimé l'implication de l'auteur, la force de sa conviction dans sa défense de la littérature. L'essai sur Breivik est passionnant et apporte un point de vue intéressant et nécessaire face à la "pensée" dominante. Il ne mérite pas la mise au ban de l'intelligentia. Une pensée libre et littéraire mérite d'être écoutée,lue, car elle réveille et provoque intelligemment.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


17 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A ne pas mettre entre toutes les mains, 8 octobre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Langue fantôme : Essai sur la paupérisation de la littérature suivi de Eloge littéraire d'Anders Breivik (Relié)
surtout les mains sales du "petit-bourgeois métissé, mondialisé, inculte, en somme : social-démocrate".

Ce livre a eu le grand mérite d'exciter les petits canichous du nouvel ordre mondial et de populariser Richard Millet
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Diagnostic faux, obessions antipathiques, 7 septembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Langue fantôme : Essai sur la paupérisation de la littérature suivi de Eloge littéraire d'Anders Breivik (Relié)
Lorsque j'étais plus jeune je craignais, après les "classiques", de ne plus rien trouver de bon à lire. Depuis, je me suis rendu compte que ma crainte était vaine : contrairement à ce que prétend ce petit livre, le niveau de la littérature mondiale s'est énormément amélioré par rapport au 19ème ou à la première moitié du 20ème siècle - et c'est logique, puisqu'il y a infiniment plus de gens capables de lire et d'écrire (et par là j'entends : d'exercer un talent d'écrivain). Pourtant, l'auteur semble croire que la démocratisation conduit inévitablement à la dégradation, sans jamais avancer la moindre démonstration.

Monsieur Millet déplore la dégénérescence de la littérature française. Mais pourquoi la France aurait-elle une place exceptionnelle, dans un monde où des milliards de personnes pensent, écrivent, ressentent, tout aussi bien que les Français? Croit-il donc que la puissance du pays n'était pour rien dans la place éminente de la France dans la littérature de la première moitié du 20ème siècle, et qu'un Giraudoux, un Drieu, ou même un Mauriac auraient pu atteindre une reconnaissance internationale s'ils avaient été citoyens d'une petite nation?

Au milieu d'une foule d'affirmations péremptoires, on croit comprendre que Monsieur Millet déplore l'absence de style des écrivains français. Le sien est d'une lourdeur abrutissante : aucune légèreté, aucun humour, aucune empathie pour qui que ce soit, mais aussi aucune rigueur, juste un enfilage d'obsessions rabâchées entre lui et lui-même.

Quant au bon goût... Je cite (de mémoire), à propos des victimes de Breivik: "Des individus métissés, incultes, sociaux-démocrates" (sans doute une gradation vers le pire, dans son esprit). Les connaissait-il donc, pour les qualifier d'incultes? On imagine un éloge de Ben Laden après le 11 septembre, traitant ses victimes d'individus cosmopolites, abrutis et capitalistes...

Et cet homme, qui insulte quantité de gens qu'il ne connaît pas et qui ne lui ont rien fait (ni à qui que ce soit d'autre, d'ailleurs) a le culot de se prétendre une victime! Et ses admirateurs d'extrême droite, ici même, de lui faire écho - on voudrait bâillonner Millet (par ailleurs influent éditeur chez Gallimard, que les critiques n'osent guère attaquer de front - des fois qu'ils auraient un jour un roman à publier)! C'est leur tactique habituelle : transformer les bourreaux en victimes et réciproquement, et c'est sans doute aussi ce qu'il y a de plus insupportable chez ces gens.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit