Commentaires en ligne 


1 Evaluation
5 étoiles:    (0)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Le collège des étrangetés, 19 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tu veux savoir ? (Broché)
Johan Heliot est un jeune écrivain français qui arpente les terres des littératures de l’imaginaire depuis le début des années 2000. On lui doit une trentaine de romans évoluant dans différents genres (SF, fantasy, fantastique…) ainsi que de nombreuses nouvelles. Parallèlement à sa carrière d’enseignant, il s’oriente davantage aujourd’hui vers la littérature jeunesse. « Tu veux savoir ? » est un recueil de nouvelles publié cette année chez Thierry Magnier.

En neuf nouvelles aussi concises que truculentes, Johan Heliot nous plonge dans une réalité parallèle qui décline différentes facettes contiguës de la vie au collège passée à la moulinette de la science-fiction et du fantastique.

« L’ami qu’il te faut », nouvelle d’ouverture, où comment Eddy, élève moyen et gamin solitaire de douze ans, reçoit en guise de cadeau d’anniversaire un « ami » dénommé Charly sensé le mettre sur la voie de la sociabilité. Enfant robot ? Jouet vivant ? Une chose est sûre, entre les mains d’Eddy, Charly ne risque pas de faire long feu…

« Requête non valide » brille par sa brièveté : nouvelle de deux pages qui permet à l’écrivain de tourner en ironie les travers d’une société où l’administration dématérialise de plus en plus les services qu’elle offre, ce qui, poussé à l’extrême, peut s’avérer mortel.

« Un moteur divergent » revisite avec humour le thème de l’uchronie : pour satisfaire à la demande d’un exposé de Mr Ravier, professeur d’histoire-géo, un élève de collège lance une recherche internet sur la seconde guerre mondiale. Problème : cette recherche anodine le propulse dans une réalité alternative où le IIIème Reich a remporté la guerre et établi sa suprématie. Pour le coup, les cours s’avèrent considérablement plus strictes, et le quotidien du collège, nettement moins propice à la liberté individuelle. Morale de l’histoire : usez d’internet avec parcimonie.

« Vendredi c’est hachis » fleure bon l’autofiction sur fond de fantasme horrifique : Emilie, la fille du proviseur du collège, et son copain Norbert, le crack en informatique, décident d’inviter un jeune écrivain, Yoann Hélion (pseudonyme à peine voilé de Johan Heliot) à participer à un atelier d’écriture pour, entre autre, parler de son dernier roman à succès : « Ados incontrôlables ». Pour pimenter la formule, les deux élèves fixent la rencontre à une heure originale : minuit… L’écrivain, plus alléché par l’aspect lucratif de cette proposition que par le souci d’échanger avec de potentiels lecteurs (au passage : caricature caustique de l’écrivain), répond favorablement à l’invitation. Seul problème : le but réel d’Emilie est parfaitement inavouable. Minuit, l’heure du crime. Cela vaut dans un collège comme n’importe où ailleurs… Car il est de notoriété publique que la vengeance est un plat qui se mange…froid.

« Tu veux savoir » traîne sa thématique dans un fantastique téléphonique à défaut d’être téléphoné. Brenda, élève de collège, partage avec Katy sa meilleure amie une découverte : le TVS, acronyme de Tu Veux Savoir. Un numéro mystère que l’on compose suivi d’une question personnelle. Dans la minute qui suit, le numéro y apporte une réponse qui s’avère…exacte. Qui sera le prochain élève collé dans la classe ? Quel garçon craque pour moi dans la classe ? Une manière, pour Johan Heliot le professeur d’histoire-géographie, de légitimer l’usage abusif et préjudiciable des téléphones portables en salle de classe. On appréciera la présence, au sein de cette courte fiction, d’un « Sébastien Clavel » et d’un « Arnaud Colin », qui renvoie à des figures bien réelles sous la forme d’un petit clin d’œil adressé à des pairs de plumes.

« Les remplaçants » lorgne davantage sur le terrain de la science-fiction. Mr Ravier, le professeur d’histoire-géo du collège, s’est gentiment fait congédié par la hiérarchie afin de suivre un stage au CRANE : Centre de Remise A Niveau des Enseignants, dont on ne peut qu’imaginer la vertu des méthodes et du programme au vu de l’univers corrosif brossé par Johan Heliot. En attendant, la classe s’est vue accordée un remplaçant : Mr D. Androï. Dès sa première heure de cours, les élèves lui sont acquis. Ils l’érigent au rang de professeur modèle, ce qui n’est pas sans éveiller les soupçons de Norbert (le pro de l’informatique croisé plus haut) et surtout du narrateur de l’histoire, lecteur assidu de SF et méfiant de nature, qui conduit sa petite enquête. A la clé : une découverte pour le moins bouleversante. Johan Heliot détient peut-être la solution à tous les problèmes auxquels se heurte l’éducation nationale…

« Multiplication » est une jolie révérence adressée à l’une des thématiques phares de la SF : celle du voyage temporel. Parce que Norbert, le hackeur du collège, s’est vu attribuer une heure de colle par sa prof de maths et que cela entache son dossier scolaire irréprochable, il met ses compétences en informatique à contribution pour tenter de débouter la punition. En piratant l’ordinateur d’un laboratoire de recherche en physique quantique, il remonte dans le temps pour tenter d’influer son passé. Evidemment, cette tentative de redressement factuel n’est pas sans conséquences. Et sous la plume alerte de l’écrivain, la notion de « paradoxe temporel » prend toute sa dimension…

« Ton meilleur copain » est un court encas qui s’inscrit dans la continuité de l’exploration SF entamée par « Les remplaçants » et « L’ami qui te faut » : illustration d’une génération de « câblés » chère au mouvement cyberpunk (Cf. : William Gibson).

Pour terminer, « La fin de l’éternité », où Alex, treize ans, au cours de la visite d’une brocante avec ses parents, tombe sur une lampe à génie et voit son veut exaucer. L’immortalité n'a pas toujours que des bons côtés…

Au gré de ces neuf nouvelles, Johan Heliot nous offre sa vision toute personnelle de la vie au collège. Les personnages se croisent, les narrateurs se rencontrent (Emilie, la fille du proviseur ; Norbert, le pro de l’informatique ; Predator, le proviseur redouté ; Steph, le surveillant sympa ; Mr Ravier, le prof d’histoire-géo…) pour tisser un arrière-plan scolaire qui permet de mettre en valeur quelques thématiques fortes de la SF et du fantastique : voyage temporel, uchronie, immortalité, préscience, robotisation… Sans prétention, facile à lire, ce court recueil comblera les jeunes lecteurs.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Tu veux savoir ?
Tu veux savoir ? de Johan Heliot (Broché - 12 avril 2013)
EUR 10,10
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit