Commentaires en ligne 


4 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 La 5° colonne, 1° partie, 9 janvier 2013
Par 
Tornado (Provence Côte d'Azur) - Voir tous mes commentaires
(TOP 10 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fables tome 4 (Album)
Sont ici regroupés le one-shot "Le Dernier Bastion", ainsi que les épisodes 19 à 21 de la série régulière. Il s'agit d'un nouvel arc narratif, mais il est à suivre dans le tome 5. Tous ces épisodes ont été publiés entre 2003 et 2004.
Pour ceux qui ne connaissent pas encore le concept de la série : Les personnages merveilleux des fables de notre enfance, des contes de Perrault et d'Andersen à ceux des frères Grimm, en passant par les figures les plus diverses des mythologies ancestrales, sont vivants et habitent New York ! Ils vivent tous dans le même quartier et passent inaperçus aux yeux des communs. Ils pratiquent divers métiers et, lorsqu'ils sont trop voyants (du genre animal parlant ou lutin cornu), sont envoyés à la "Ferme", une campagne cachée au nord de l'état... En vérité, ils ont fui leur monde d'origine après qu'un démon incarnant le mal absolu, surnommé "l'Adversaire", ait déchaîné ses hordes de dragons et de gobelins afin de prendre le pouvoir.
La communauté des "fables" doit donc s'adapter à la vie new-yorkaise, avec tout ce que cela comporte d'avantages, d'inconvénients et de situations anachroniques !

- "Le Dernier Bastion" (scénario Bill Willingham, dessin P Craig Russel) nous conte en quelque sorte une partie des origines de la série, puisque l'on assiste au départ des "Fables" de leurs royaumes, alors en pleine guerre contre l'Adversaire, avant que la porte ne se referme sur eux et qu'ils parviennent à s'enfuir pour rejoindre le monde des communs, c'est-à-dire le notre. Le lecteur pénètre enfin au cœur des batailles et vit la terrible histoire de nos héros de l'intérieur.
Ce récit de 46 pages sert également d'introduction à l'arc "La marche des soldats de bois" dont les trois premiers épisodes terminent ce tome.

"La Marche Des Soldats De Bois" (scénario Bill Willingham, dessin de Mark Buckingham) fait suite au récit précédent dans le sens où l'un des protagonistes censé être mort lors de la prise du "dernier bastion" fait sa réapparition. Le problème est qu'aucun être vivant n'a pu passer la porte depuis cet événement (il y a des siècles à présent) et donc, cette arrivée suscite les pires suspicions... Est-ce qu'une sorte de "cinquième colonne" a infiltré "Fableville" ?

Bill Willingham poursuit son autopsie des contes de fées revus et corrigés à la sauce postmoderne. Son humour classieux et son sens du détail font toujours mouche et même, s'affinent au fur et à mesure que l'on avance dans la série. Certains anachronismes sont particulièrement savoureux et le présent récit ne démérite pas. En voici un exemple avec un extrait du dialogue d'ouverture, qui voit l'arrivée d'un personnage issu du monde merveilleux des contes à la frontière canadienne :
- ... "Vous prendrez l'avion à Saskatoon.
- L'avion ? Un engin volant ? Je vais vraiment voler ?
- C'est sans risque. Tout le monde prend l'avion, ici.
- C'est bien le pays des miracles qu'on m'a décrit !
- Et vous n'avez encore rien vu : Les gens peuvent se parler d'un bout du monde à l'autre pour le prix d'un repas. Et dans chaque maison, il y a une boîte qui joue de la musique, une autre qui collecte des infos et une autre qui... Disons que c'est un spectacle de marionnettes permanent ! Comédies, tragédies... On appuie sur un bouton et on a ce qu'on veut, et pas seulement chez les nobles. Les paysans en ont aussi !
- Incroyable ! Et on appelle ça le monde des communs !"
La série se permet même le luxe d'offrir au lecteur une irrésistible interprétation décalée de la vie new-yorkaise, dans un esprit "soap" qui colle à notre époque, où les séries télévisées sont de véritables phénomènes de société. Notez d'ailleurs que tous les épisodes se suivent et qu'aucun tome de la série "Fables" ne peut se lire indépendamment des autres.
En revanche, les habitués du monde de "Harry Potter" trouveront certainement que tout cela possède tout de même un air de déjà vu...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Très bon comics, 6 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fables tome 4 (Album)
Mêlant les fables et notre époque, le scénario de ce comics est vraiment très intéressant.
Et la patte artistique est très jolie.
Je le recommande.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Fables, 27 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fables tome 4 (Album)
Un univers barré qui reprend les codes des comtes de notre enfance et qui les retravaillent à notre époque. Une sorte de Once Upon Time en mille fois mieux. Ceci dit soit on aime soit on deteste. Moi j'ai adoré après que mon beauf m'ai offert le Tome 1 à Noël et j'ai tout acheté. Pas une seule baisse de régime jusuq'à présent (Tome 20)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Mon Impression : Fables tome 4, 26 juillet 2013
Par 
Biggy - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fables tome 4 (Album)
Le tome 3 de Fables « Romance » m’avait un peu déçu. Surtout que j’ai vite accroché à cette série après les deux premiers volumes. Au menu de ce tome 4 « Le Dernier Bastion » : un petit one shot, un voyage dans le passé et une grave et grande menace pour le futur. Autant dire qu’il se passe pas mal de choses et Bill Willingham arrive à nous tenir en haleine en déplaçant petit à petit ses pions.

Alors que Boy Blue conte à Blanche Neige les tragiques événements survenus lors de l’assaut du dernier bastion défendu par les Fables contre l’invasion de l’Adversaire, l’ennemi s’introduit incognito dans notre réalité pour préparer un assaut sans commune mesure contre les exilés. Le Prince Charmant est, quant à lui, toujours très affairé à préparer son élection au poste de maire de Fableville, le tout avec l’aide du Petit Chaperon Rouge, que l’on croyait disparue depuis la chute du dernier Bastion. (contient les numéros #18-21 + Le Dernier Bastion).

On commence ce tome avec une petite plongée dans le passé, où Bigby nous raconte à travers une discussion avec Gobe-Mouche, l’arrivée des Lilliputiens à la Ferme des Fables. Il s’agissait d’un bataillon de soldats venu prêter mains fortes à repousser l’envahisseur : l’Adversaire ! Malheureusement avec leurs moyens dérisoires ils n’ont pu faire grand-chose. Ils n’ont pas non plus pu rentrer chez eux et on donc rejoint le monde des communs. Un soucis, ils n’étaient que des hommes sur le bateau, où donc allaient-ils trouver de petites femmes ?
Histoire sympathique, qui n’apporte pas grand-chose si ce n’est un peu plus de fantaisie. Les dessins de Linda Medley sont par contre affreux pour nos yeux !

La seconde partie est un One Shot : « Le Dernier Bastion ». Cette fois-ci, c’est au tour de Blue Boy de nous narrer la fuite des derniers Fables des mondes de conte de fée et la chute héroïque de la dernière poche de résistance.
Cette histoire est également l’occasion d’introduire un nouveau personnage chez les Fables : le Petit Chaperon Rouge. Personnage important pour la suite de l’histoire.
C’est d’ailleurs le seul nouveau personnage à retenir, tous les autres périssant sous les attaques des hordes de l’adversaire ! On entrevoit quelques personnages connus comme Barbe Bleue, ou encore le Prince Charmant (qui était déjà un illustre lâche !)
En parallèle des ultimes instants du dernier bastion, nous assistons à une petite idylle entre Blue Bloy et le Chaperon Rouge, une idylle grandissante de façon exponentielle. La jeune femme qui avait réussir à fuir, alors qu’elle était captive de l’Adversaire, craque littéralement pour le jeune Blue Boy et inversement. Malheureusement, elle fera parti du voyage pour le monde des Communs alors que Blue Boy décide de rester se battre pour permettre sa fuite et celle des autres Fables. Mais le destin va leur jouer un très vilain tour.
Très bon moment de lecture, il se passe pas mal de choses, beaucoup d’action et de combats, un brin d’humour et une dose de romantisme, et les dessins ne sont pas mal. Du moins sur les phases « statiques », dès que cela bouge je trouve que le style de Graig Russel ralenti le rythme et ses dessins deviennent approximatifs.
Beaucoup, beaucoup de personnages : Robin des Bois et sa clique, des dragons, des hommes, corbeaux, des rois… et le Petit Chaperon Rouge…

Voilà un personnage qui prend de la place en très peu de temps. Car de nouveau elle arrive à fuir l’Adversaire et à rejoindre le monde des Communs… Par le seul passage non détruit, mais bloqué par l’Adversaire depuis plus de 200 ans ! Mais elle réussit à passer, ainsi que quelques gobelins, dont elle se débarrassera, et à rejoindre Fableville.
Tout le monde va se réjouir, principalement le maire Cole, qui voit là un merveilleux moyen de réjouir une communauté de Fables assez maussade avec tous ces derniers évènements. Il voit aussi, et surtout, un moyen de contrer l’ambition grandissante du Prince de Charmant d’organiser des élections pour le siège de maire. Oui, le Prince Charmant après s’être débarrassé de Barbe Bleue, veut devenir maire et récupérer la fortune du défunt, que la mairie à saisit.
Tout le monde se réjouit donc, sauf une personne, Bigby. Le Grand Méchant Loup a du flair, et pour lui ce retour n’a rien de fantastique, mais il serait plutôt annonciateur de quelque chose de terrible !

Fables, repart donc sur de bonnes rails avec ce quatrième volume. On sent que quelque chose d’effroyable se prépare. Et les trois types à la « Men In Black » agressant Jack, ne font que le confirmer. Bigby a-t-il raison ? Le Chaperon Rouge est-elle vraiment un espion de l’Adversaire ? Prépare-t-il une invasion du monde des Communs ? C’est le talent de Bill Willingham, il arrive à nous faire plonger dans sa saga, et à nous poser les mêmes questions que les Fables !
A côté de cela il n’oublie pas d’entretenir d’autres intrigues en parallèle, comme la course à la mairie du Prince Charmant.
Néanmoins, un petit bémol, la grossesse de Blanche-Neige est complètement occultée, et il est vrai que j’aimerais bien avoir une franche explication entre elle et Bigby.

Bref, on sent que le vent tourne pour les Fables. Que ce soit en interne (avec Prince Charmant) ou à plus grande échelle (avec l’ombre de l’Adversaire), les choses ne seront plus comme avant. Ce tome 4 marque un tournant dans la saga, les choses sérieuses vont bientôt commencer, et cela sera terrible. Vivement la suite !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Fables tome 4
Fables tome 4 de Mark Buckingham (Album - 23 août 2012)
EUR 15,00
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit