undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles16
4,6 sur 5 étoiles
Format: Album|Modifier
Prix:14,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

50 PREMIERS REVISEURSle 6 décembre 2012
Il s'agit d'une histoire complète parue en 2011, écrite et illustrée par Lee Bermejo, également dessinateur de Lex Luthor et Joker.

L'histoire commence par 6 pleines pages de vues des toits de Gotham. Un narrateur non identifié explique qu'il va raconter une histoire à un auditeur également inconnu (vraisemblablement un enfant). Il donne la morale de l'histoire dès le début : il faut croire que les gens peuvent changer. Bob Cratchit effectue des livraisons illicites pour le compte de la pègre, et ce soir il en effectue une pour le compte du Joker (qui s'est à nouveau évadé de prison). Ce n'est pas que Bob ait un penchant pour le vice ou pour le crime, c'est qu'il n'a pas trouvé d'autre moyen pour payer les factures de soins médicaux de Tim, son fils. Il se rend au rendez-vous pour échanger le contenu de son sac contre une somme importante. L'échange s'effectue sans anicroches, mais il se fait rattraper par Batman qui menace de le tabasser pour obtenir la localisation de la planque du Joker. Peine perdue : Bob ne la connaît pas. Pendant ce temps là, le narrateur omniscient raconte une version assez fidèle à l'esprit de Le drôle de Noël de Scrooge de Charles Dickens, en évoquant les épreuves de Scrooge. Batman a attrapé un bon rhume, mais il doit retrouver le Joker à tout prix, quel que soit également le prix à payer par les civils impliqués dans sa recherche.

Ce n'est pas la première fois qu'un auteur se sert de ce conte de Noël comme de trame pour son récit ; Jeph Loeb avait déjà fait la même chose dans la troisième histoire rééditée dans Batman, Halloween (Tome 2 Fantômes). Mais l'ambition de Lee Bermejo n'est pas de faire un simple comics de Batman. Il a déclaré dans une interview que son but était de transcrire fidèlement l'esprit du conte de Dickens, au travers d'une bande dessinée à mi-chemin entre le comics traditionnel et un conte en prose avec quelques illustrations. Ce parti pris apparaît à la lecture : quelques pleines pages ou doubles pages, des dessins juxtaposés sans bordures de case pour les séparer, et une minutie incroyable dans le rendu de chaque illustration.

La séquence d'ouverture constitue un parfait exemple de ce parti pris. Première page : l'extrémité supérieure de 2 cheminées en brique, 3 antennes de télévision, et un petit bout de toit en tuile sous la neige. Suit une double page qui a également comme objet de montrer les parties supérieures de 3 immeubles enneigés, ainsi qu'une affiche souhaitant un joyeux Noël. Le lecteur découvre encore une nouvelle double page révélant toujours plus de ces immeubles, les 7 derniers étages, avec un luxe de détail. Ces illustrations ne relèvent pas de l'art séquentiel de la bande dessinée, mais bien de jolies images détaillées pour que l'œil du lecteur puisse se repaître des détails, de l'architecture, des textures des murs et de l'impression de froid. Ce mode de rendu graphique intègre ensuite des séquences sur la base de plusieurs cases, toujours avec la même qualité luxueuse de dessins. La présente édition comprend 7 pages en noir et blanc dans les bonus qui font presque regretter que le présent volume soit en couleurs. Ces dernières orchestrées par Barbara Ciardo sont travaillées pour rendre la luminosité liée à la neige, faire ressortir chaque détail, et créer une ambiance par le biais de camaïeux.

D'un coté, il y a donc ce mode d'illustrations qui donne une certaine solennité aux images. De l'autre il y a la voix narrative qui confère un formalisme quasi littéraire au récit. Entre les deux, il y a les dialogues des personnages et les scènes d'action qui rattachent bien l'histoire aux comics de superhéros traditionnels (il y a d'ailleurs quelques invités de l'univers partagé DC). Par moment ces 3 flux ont du mal à s'agréger, la majeure partie du temps elles coexistent harmonieusement. Un tiers du temps elles fusionnent pour donner une narration riche de ces 3 niveaux. Et puis Bermejo ne se contente pas de transposer laborieusement le conte de Dickens ; il l'utilise pour faire émerger un point de vue sur le personnage de Batman qui avait été développé vers 1990 suite à un événement spécifique évoqué à nouveau ici.

Ce tome représente donc une forme de conte pour Batman, avec une narration élaborée et sophistiquée, qu'il s'agisse du texte ou des images. Toutes les séquences ne se valent pas, mais certaines transcendent la somme des parties, et réussissent à mettre en évidence une particularité du personnage, et un comportement paradoxal de chaque être humain.
11 commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 février 2013
Je vais être franc je me suis remis depuis pas longtemps aux comics et que je suis fan de L'univers de Batman depuis mon enfance.....
J'ai acheté ce livre et j'ai adoré et vraiment apprécié de lire cette histoire(voir ce comte de noël)sur batman,les dessins sont d'une qualité irréprochable et l'histoire est superbe.
Cette univers noir et cette intrigue dans les comics voir les Marvels me passionne fortement.
Au final ça ma redonné goût à lire des comics et Marvels bref je vous le conseille ceux ou celles qui aiment cette univers....!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je lis beaucoup de choses, mais des comics, très peu. Mis à part la série des Buffy que j’achète parce que c’est Buffy, je ne m’intéresse pas trop à cet univers. Mais force est de constater que dernièrement, mes habitudes ont changées. Après l’incroyable Seigneurs de Bagdad et l’enchanteur Magicien d’Oz, mes yeux se sont posés sur une nouvelle pépite : Batman Nöel.

Ce one-shot de Lee Bermejo est une véritable surprise. Noir, surprenant, impossible de s’en détacher. Tant du côté du scénario que du dessin. Car c’est ce premier qui nous fout une première claque. Détaillé, magnifique, il n’y a pas de mot pour exprimer l’incroyable talent de Lee Bermejo. Tout, des paysages aux personnages, est un plaisir pour l’oeil qui ne s’en lasse pas une seule seconde.

Quant à l’histoire, on apprécie le clin d’oeil à Dickens. Ici, c’est l’histoire d’un certain Scrooge qui nous est conté. Un Scrooge aux habits noirs et à l’âme aussi sombre que ses ennemis. Apparitions surprenantes et inattendues, moments cultes, tout est fait pour que le lecteur passe un agréable moment.

Que l’on soit fan de Batman ou pas du tout, Batman Nöel saura convaincre. Voilà un petit bijou à se procurer de toute urgence. Quant à Lee Bermejo, on surveillera son travail de très près.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 mai 2013
Il y a de bons Batman, des mauvais, des très bons et des très mauvais mais il y aussi eu quelques pépites...Batman Noël fait partie de ces Batman d’exception!
Ce Batman, orienté avant tout sur le personnage et son aspect psychologique qui se situe à la limite entre la justice et les ténèbres, laisse peu de part à l’action mais il n’en reste pas moins un des meilleurs Batman de ces dernières années tant cette incursion dans la vie psychologique du héros de Gotham City est renversante. On ne sait pas quoi penser de ce Batman vieillot et aigri qui continue pourtant à prétendre incarner la justice ou au moins un mal nécessaire.

Ce qui est renversant aussi dans cet album c’est le talent graphique extraordinaire de Lee Bermejo qui nous éblouit à chaque page par la puissance et la précision de son dessin. Chaque planche mérite sa place dans une exposition et ce n’est pas suffisant pour refléter la beauté de cet album qui a en plus le mérite d’être accompagné d’un supplément et d’une préface très intéressants sur le travail réalisé par Lee Bermejo dans le cadre de cet album.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 février 2014
j'ai mis quelques temps à me lancer, je n'avais vu aucune image et je dois dire que dès les 1eres je dois dire que j'ai été littéralement scotché, on est direct dans l'ambiance, magnifique, sombre et enveloppante à la fois. la bd ce sont des histoires mais aussi des dessins et là franchement, à part alex ross ou les blacksad, j'ai rarement vu aussi beau, détaillé, précis, les mouvements et expressions sont très réalistes et la ville est un vrai personnage. l'histoire bien que classique est adaptée au personnage de batman (scrooge) de manière très maline et ça fonctionne très bien. on redécouvre au passage l'oeuvre de dickens à travers les personnages mythiques de l'univers du dark knight.
un petit épisode un peu à part, un peu hors du temps, hors de la réalité, une sorte de pause qui permet au personnage de réfléchir un peu sur ses agissements et sur ce qu'il est devenu au fil de sa croisade.
pour moi, l'achat vaut vraiment le coup, j'ai passé un excellent moment, un régal, tout ce que je demande à une bd et un bon batman.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mai 2015
Parfait et rapide comme toujours avec Amazon !

Pour ce qui est du comics donc:

- Il est pleins de superbes illustrations, vraiment tout y est détaillé, sombre mais fidèle à l'esprit du chevalier noir.
- Le comics est une réadaptation de "Le drôle de Noël de Scrooge" de Charles Dickens. Certes cette adaptation ne révolutionne pas le genre, cependant on peut y suivre la même trame que dans le conte. La morale de l'histoire est bien présente et son arc narratif est assez fidèle à l'oeuvre de Dickens.
- La remise en doute dont Batman fait preuve dans ce comics est rare dans l'univers du chevalier noir. Il est souvent dépeint comme sûr de lui, de ses motivations et de ses objectifs à atteindre. Dans le fond, ça le fait. Dans la forme, un peu moins. Du coup, la remise en question de Bruce Wayne, l'aide à envisager d'autres façons d'aider son prochain. C'est peut être pas si rare que ça au fond, mais j'ai apprécié cette démarche scénaristique.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 février 2013
Esthétiquement très bon, une histoire certes légère mais qui donne un bon ton au personnage de Batman. Histoire complète qui ne nécessite pas de connaissances préalables de l'univers de Batman. Le Joker apparaît, pour notre plus grand plaisir.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mars 2013
Excellent comics, bon scénario, excellents dessins, couleur cohérente avec l'histoire... C'est un comics très cohérent, montrant une dérive possible d'une homme qui combat le mal pendant (trop) longtemps ! Excellent !!!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 décembre 2012
"Batman : Noël" est un graphic novel entièrement réalisé par Lee Bermejo (à l'exception de la mise en couleur) en 2011. C'est une première car le brillant illustrateur des mini-séries Batman : Joker et Superman : Lex Luthor n'est pas un habitué du travail de scénariste.

Il s'agit de l'adaptation d'un conte de Charles Dickens, Un chant de Noël : Histoire de fantômes pour la Noël, avec Batman en lieu et place d'Ebenezer Scrooge !
En réalité, Lee Bermejo met en parallèle le conte de Dickens avec une nuit de Noël à Gotham City, durant laquelle Batman traque son ennemi le "Joker". Il semble recopier des extraits du conte originel sur ses illustrations et, ainsi, nourrit son histoire de résonnances métaphoriques inscrites dans l'inconscient collectif des lecteurs, car "Un chant de Noël" demeure le plus célèbre des contes de Noël à travers le monde.
En définitive, c'est essentiellement le texte inspiré de Charles Dickens qui vient donner du sens à la mythologie de "l'Homme chauve-souris", et non l'inverse. L'idée de comparer Scrooge et Batman finit par faire sens, bien que les "trois fantômes", celui du passé, du présent et de l'avenir, prennent dans le récit présent une connotation davantage tirée par les cheveux.
Au bout du compte, on se dit que notre jeune auteur nous a offert un point de vue sur l'univers du "Chevalier noir" de Gotham à la fois original et fortement ancré dans ses racines mythologiques. Après tout, maintenant qu'on y pense, Gotham City a toujours ressemblé au Londres gothique de Charles Dickens, et ses vilains nous ont toujours semblés sortir des contes britanniques du 19ème siècle...

Un des principaux intérêts de cette lecture réside évidemment dans sa plastique magistrale. Chaque planche est à la fois iconique et d'une virtuosité à toute épreuve. Bermejo opte pour un style photo-réaliste, allant jusqu'à reprendre le look et les costumes de ses protagonistes tels qu'on a pu les voir dans les adaptations cinématographiques, de Tim Burton à Christopher Nolan, où le cuir, le kevlar et le latex remplacent les collants traditionnels des comics mainstream... Par ailleurs, la cité de Gotham dévoile ses atours majestueux dans un ensemble de planches à la précision architecturale impressionnante.
Mais c'est surtout dans la mise en forme du récit que notre auteur tire son épingle du jeu : En utilisant au maximum le potentiel de l'art séquentiel dans ce qu'il possède de possibilités narratives, en pratiquant l'art du découpage avec un soin extrême, en mettant en parallèle le texte, les onomatopées, les dialogues et les images au diapason de l'ambiance souhaitée par le concept de départ, Lee Bermejo parvient à nous raconter son histoire tel qu'il ne serait pas possible de le faire sous un autre medium. Et c'est personnellement tout ce que je recherche lorsque je viens lire une bande dessinée ou un comicbook...
22 commentaires|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 janvier 2013
J'ai adoré la nouvelle BD de Lee Bermejo et je suis très contente de revoir mon perso préféré: Le Joker. Mais c'est dommage que je ne vois plus Harley Quinn. =/
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

15,00 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)