Commentaires en ligne 


3 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Agent centuple, 2 mars 2013
Par 
Stan FREDO (BORDEAUX, Aquitaine, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Casanova, au service de l'E.M.P.I.R.E. tome 1 (Relié)
Les frères Gabriel Bá et Fábio Moon, Paulistas nés en 1976, ont investi les comic books US au cours des années 2000. Filiale de Dargaud créée en 2012, spécialisée dans l'édition de comics US, la société d'édition française Urban Comics a créé cette collection "Indies" qui lui permet de piocher, en dehors du catalogue DC Comics dont elle a l'exclusivité en France, ce qui s'est fait de mieux ces dernières années dans le monde du creator-owned (cf. la filiale Icon de chez Marvel Comics), dont cette série de comic books initialement publiée en 2006/2007.
C'est après cette série que Gabriel Bá - dessinateur principal ici - se lancera dans 'The Umbrella Academy 1: Apocalypse Suite' avec pour scénariste le rocker Gerard Way (My Chemical Romance).
Le héros de cete série, Casanova "Caz" Quinn - avec son look mi Jagger se mariant à Saint-Tropez avec Bianca Perez Morena de Macías, mi Jean-Michel Jarre enregistrant 'Oxygène' -, est le fils du leader de l'E.M.P.I.R.E., une organisation secrète en bagarre avec plusieurs autres mais plus particulièrement avec 'D.E.F.O.N.C.E.', dirigé par une impitoyable momie vivante du nom de Xeno Newman. La lutte se place dans différentes réalités, mobilise des agents doubles, des savants fous, une peuplade primitive au top de la science et implique aussi Zephyr, la soeur de Casanova. Sans parler de la maman...
On me l'accordera, tout cela n'est pas simple à suivre. Toutefois, le scénariste Matt Fraction fait ici montre d'une créativité qu'on ne lui connaît pas obligatoirement à la lecture de ce qu'il fait pour Marvel Comics. Le dessin de Bá, quant à lui, évoque un Serge Clerc des années 1976-1977, pas encore "ligne claire" mais déjà moins influencé par Crumb et Moebius, dont les dessins seraient encrés par un Paul Grist parfois sous influence de Mike Mignola.
7 chapitres/comic books du premier arc sont repris dans ce volume, qui ajoute un bref épilogue dessiné par Fábio Moon et plusieurs essais relatifs respectivement aux trois colorisations successives de la série par Cris Peter, au lettrage de Dustin Harbin (dans la VO), aux couvertures originales de Gabriel Bá, aux influences de Casanova par Matt Fraction. Il y a aussi une interview de l'écrivain Michael Chabon par Matt Fraction. Ces deux derniers textes occasionnent une litanie d'oeuvres cultes ou super cool (BD, cinéma, séries TV etc.) qui vous tiendra bien occupé cette année si vous les achetez sur amazon.fr !
Il faut saluer le travail de qualité (traductions, choix des oeuvres publiées, manière de les publier etc.) réalisé par Urban Comics pour ce qui est de publier les comics US dans notre beau pays !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Très bonne surprise !, 26 janvier 2013
Par 
Servais Bertrand (Namur, Belgique) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Casanova, au service de l'E.M.P.I.R.E. tome 1 (Relié)
Voici le résumé qu'Urban Comics donne de cet ouvrage :

"Son père, Cornélius, est le Directeur Suprême d’E.M.P.I.R.E., agence internationale chargée de préserver notre chère Terre de toute menace, et ce, de préférence, par les moyens les plus répressifs qui soient. Sa soeur jumelle, Zephyr, incarne l’élite des agent d’E.M.P.I.R.E., et enquête actuellement sur une anomalie dans le continuum espace-temps. La planète entière est sous la juridiction de la famille Quinn, nos vies leur appartiennent, chacune des lois qui régit notre quotidien émane de leur seule autorité. Et Casanova Quinn entend bien les briser, toutes, une à une…"

J'ai hésité longtemps à ajouter ce comic à ma liste d'achats. L'avoir feuilleté m'a convaincu. Le style est dynamique, psychédélique mais très attirant. On a ici une identité visuelle forte qui ne plaira pas à tout le monde mais, comme le scénario est en plus fichtrement bien ficelé, il serait dommage de passer à côté de cette pépite.

Alors, les comics, ce ne sont pas que des super-héros en costume moulant. On y trouve aussi des espions, des agents infiltrés, une soeur d'espion sexy mais mortelle, des créatures bizarres, des opiacés, des voyages spatio-temporels et autres vilains vêtus de bandelettes... Oui, je sais, vu comme ça, cela ressemble à un grand n'importe quoi. Et pourtant, Matt Fraction arrive à tirer un scénario du tonnerre, qui se met lentement en place (on a un peu de mal à suivre, surtout au début, mais s'accrocher en vaut vraiment la peine) mais qui termine en feu d'artifice, du genre la dernière pièce du puzzle qui donne finalement la vue d'ensemble sur tout le reste.

Comme vous pourrez le constater, cela a été un véritable coup de coeur pour moi. On pourrait certes reprocher quelques cases moins bien finies, un scénario et un dessin qui pourraient rebuter mais ce ne sont, à mon sens, que des défauts mineurs qui ne doivent pas vous empêcher de vous ruer sur ce tome qui inaugure, de la plus belle des façon, le label INDIES (publications d'indépendants).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un agent triple transdimensionnel, 25 janvier 2013
Par 
Présence - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Casanova, au service de l'E.M.P.I.R.E. tome 1 (Relié)
Ce tome correspond à la réédition colorisée de 2011 par Icon (une branche de Marvel comics spécialisée dans les séries dont les créateurs détiennent les droits), d'une série initialement parue en 2006 sous le titre "Luxuria" (c'est à dire la luxure, en latin). Il s'agit du premier tome de la série "Casanova" écrite par Matt Fraction.

Un voleur s'introduit de nuit dans une magnifique demeure pour dérober Ruby Seychelle qui s'avère être une femme et non un joyau. Il s'agit de Casanova Quinn. Lors de sa fuite, une équipe de E.M.P.I.R.E. (une organisation gouvernementale de maintien de l'ordre dirigée par le père de Casanova) l'empêche de kidnapper Ruby, et Buck McShane (le chef de l'équipe) informe Casanova que Zephyr (sa soeur) est décédée. Après une cérémonie d'enterrement houleuse, Casanova se retrouve à utiliser un objet technologique dont il ignore la provenance qui le projette dans une réalité parallèle dans laquelle c'est lui qui est mort et Zephyr est toujours vivante. Il passe donc de la réalité 909 à la réalité 919 et il découvre que Zephyr travaille pour une organisation criminelle dénommée W.A.S.T.E. et dirigé par Newman Xeno, un homme enveloppé dans des bandelettes. Xeno s'arrange pour faire chanter Casanova qui doit accomplir des missions pour son compte, tout en travaillant pour son père. Parmi les missions qu'il doit accomplir : capturer Ruby Seychelle, accomplir l'extraction d'un agent profondément infiltré, récupérer un dispositif miniaturisé de stockage de données caché sur le bouton d'un habit d'un défunt déjà enterré, enlever un homme saint s'apprêtant à sortir d'une séance de méditation de douze années, etc.

Le point de départ évoque celui des aventures de Jerry Cornelius de Michael Moorcock, ou de Les aventures de Luther Arkwright de Bryan Talbot. Matt Fraction s'amuse à mêler l'histoire personnelle de Casanova avec ce qu'elle aurait pu être dans une autre dimension. Très rapidement, il apparaît que Fraction a surtout retenu l'idée que Casanova peut avoir une autre vie et que celle-ci est rendue très compliquée par le fait qu'il est contraint de jouer l'agent double servant 2 factions opposées. Par contre les éléments sociétaux ou politiques des 2 oeuvres précitées n'ont pas été retenus ; il s'agit avant tout d'un récit de divertissement. Lors de la conception de cette série, Fraction l'a envisagée comme une suite de 7 miniséries, chacune tirant son titre de l'un des 7 péchés capitaux. Cette première histoire est donc dédiée à la luxure et effectivement beaucoup de femmes gravitent autour de Casanova qui fait honneur à son prénom. Ce personnage est une sorte de James Bond jeune dont le visage et la silhouette rappellent ceux d'un Mick Jagger à ses débuts. Il reste très détendu en toutes situations, sûr de lui et pourvu d'une bonne humeur à toute épreuve. Fraction prend la peine de le doter d'une personnalité qui dépasse les simples stéréotypes associés à ce genre de personnage. Il adopte une forme narrative qui inclut plusieurs ellipses qui obligent le lecteur à rester attentif car certaines transitions entre séquences sont plutôt abruptes. Les 7 missions reposent sur des gadgets d'espionnage, des scènes d'action originales et des concepts de science fiction. L'enjeu pour Casanova est de trouver comment concilier les intérêts des 2 organisations que tout oppose, sans se faire démasquer.

Pour les illustrations, la série a été conçue sur la base d'une alternance entre 2 dessinateurs le premier tome est dessiné par Gabriel Bá, le deuxième par Fábio Moon (son frère), et ainsi de suite à tour de rôle (il leur arrive également parfois de travailler ensemble comme dans Daytripper ou BPRD 1947, ce dernier en anglais). Le style de Gabriel Bá repose sur un mélange d'exagérations et de déformations de dessins animés et d'insertion ponctuelle de détails réalistes. Comme exemple d'exagérations, il est possible de citer le tronc des corps d'hommes qui sont d'un volume et d'une forme qui rappellent une barrique plus ou moins ventrue, assez éloignés des règles de base de l'anatomie. Dans le même registre, la tête du père de Casanova est plus petite qu'une de ses épaules, et les tailles des femmes sont d'une étroitesse impossible. Il est possible également de citer l'apparence de personnages comme Ruby Berzeko (une tête flottante à six yeux) ou de Newman Xeno qui s'apparente à une momie classique. Parmi les détails réalistes figurent les armes à feu, les cravates, le goutte-à-goutte, etc. Au final, ce mélange donne un style dynamique, un peu élastique, avec des gueules inoubliables, agréable à la lecture.

Cette histoire constitue un divertissement agréable, mélangeant harmonieusement un peu de science-fiction, un peu de sexe, un peu d'humour, pas d'espionnage et beaucoup d'action. Par contre ne vous attendez pas à trouver de moments de réflexion. Fábio Moon illustre le deuxième tome "Gula" qui tire sont titre du mot latin signifiant gourmandise.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Casanova, au service de l'E.M.P.I.R.E. tome 1
Casanova, au service de l'E.M.P.I.R.E. tome 1 de Ba et Moon (Relié - 24 janvier 2013)
EUR 15,00
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit