Commentaires en ligne 


5 évaluations
5 étoiles:
 (5)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 ENCORE ET TOUJOURS AU TOP, 26 avril 2013
Par 
Hellblazer (Nice) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fables tome 18 (Broché)
Willingham est décidément un OVNI... Je pense qu'ils doivent être nombreux à envier sa faconde. Et ils peuvent, car il nous prouve encore une fois dans ce tome 18 à quel point il est un auteur talentueux, débordant d'imagination et subtil. Ce tome 18 marque le 100ème épisode de la saga, à un moment crucial, puisque Mister Dark menace l'univers des Fables, non seulement à Fableville, qu'il a "envahi", mais aussi à La Ferme, où Rose Rouge a sombré dans la déprime... Fort heureusement, elle va se reprendre au terme d'un long entretien avec un spectre, entretien qui revisite (et complète) totalement le conte de Blanche Neige de manière géniale et limite thrash (les nains ressemblent à des gobelins, esclavagisent Blanche et se la tapent à tour de rôle chaque soir une fois qu'elle effectué toutes les tâches ménagères... On est loin de Disney !).

Rose Rouge est donc le point névralgique de ce tome, puisqu'elle va également devoir reprendre les rènes de La Ferme, où se fomentent les complots entre 3 camps. La reprise en main par Rose est d'ailleurs un passage jubilatoire. Tout comme l'autre point culminant de ce tome, qui voit l'affrontement de Frau Totenkinder (rajeunie en la personne de "Campanule") face à Mister Dark au cours d'un duel épique aux conclusions halletantes... Mais est-ce une fin ?... Vous le saurez en dévorant ce très épais tome 18, contenant notamment 50 pages d'extras (pour fêter la 100ème), où divers artistes et personnalités ont été invités pour broder autour du thème central... Il y a même un petit théâtre à découper à la fin du tome pour y "rejouer les scénettes"... Très complet, quoi.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Toujours aussi bon, 1 septembre 2013
Par 
Peter Guizmo (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fables tome 18 (Broché)
Rose se morfond dans une profonde dépression depuis le décès de Big Blue alors que la ferme menace d'imploser et que le danger de Mister Dark est de plus en plus pressant... Il va donc falloir la sortir de son désarroi et se préparer à l'affrontement. Dans ce tome, Willingham se penche sur l'enfance et l'histoire de Blanche Neige et Rose Rouge.. sur la préparation vers l'épisode 100 qui verra un combat épique contre M.Dark dont l'issue sera surpenant.

Willingham est décidément toujours autant inspiré avec cette série.. ce tome 18, nous amène jusqu'au numéro 100.. 100 épisodes à nous narrer les aventures des fables, ces êtres tirés de nos contes, et la qualité est toujours au rendez vous.. Alors certes, de temps à autres, il y a quelques coups de mou, mais la série reste toujours interessante, l'histoire avance, les personnages évoluent.. et de nouvelles directions sont toujours trouvées.
Côté graphique, Buckingham, le père graphique des Fables, tient la barre tout le long, excepté pour un épisode, qui permet judicieusement de souffler avant le grand combat.. et c'est aussi la force de cette série que de savoir donner en fill-in (quand Buckingham ne tient plus le rythme) des épisodes qui sont des sortes de parenthéses..

A noter, que pour ce 100ème épisode, on a le droit à tout un tas d'extra assez anecdotiques, mais qui permettent de fêter quelque peu cet anniversaire symbolique.
Une série d'une immense constance tant graphique que scénaristique qui est définitevement une des meilleures séries, inventive, dynamique et attachante.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Le duel entre Mister Dark et Frau Totenkinder, 28 avril 2013
Par 
Présence - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fables tome 18 (Broché)
Ce tome comprend les épisodes 94 à 100 de la série mensuelle, parus en 2010/2011.

Pour commencer, la Bête doit s'interposer entre la Fée Bleue et Geppetto, King Cole doit réfréner les initiatives d'Ozma, il doit également décider avec Bigby, Blanche Neige et Beast de comment diriger la Ferme, Maddy doit trouver le moyen d'envoyer ses rapports sur les agissements de Mister Dark sans se faire prendre, Frau Totenkinder doit convaincre Dunster Happ de lui dire comment vaincre Mister Dark. Et Rose Red assiste à une apparition de sa défunte mère. Cette dernière va lui révéler les véritables circonstances de la séparation entre elle et sa soeur Blanche Neige, ce qui est l'occasion pour le lecteur de redécouvrir son aventure avec les 7 nains sous un tout autre jour, d'une vraie noirceur cruelle. Pendant ce temps là, Geppetto, Ozma et Brock Blueheart se sont liés pour constituer une coalition s'opposant à celle de King Cole, afin de devenir les gérants officiels de la Ferme. Le duel tant attendu entre Frau Totenkinder et Mister Dark a lieu, jusqu'à son terme.

Le tome précédant dégageait un charme certain, ainsi qu'un léger parfum de déjà vu avec Mister Dark prenant la place de l'Adversaire. Ce parfum persiste en plus diffus, mais les péripéties et les révélations se succèdent à un rythme tellement soutenu avec une multitude de personnages que cet aspect devient très secondaire et que le plaisir du divertissement prend le dessus.

Bill Willingham a donc changé de braquet pour une accélération impressionnante, sans rien sacrifier des personnages et des ambiances. Cette histoire permet la convergence de plusieurs intrigues et donc l'apparition de nombreux personnages. Jugez un peu : Rose Red (évidemment puisqu'elle prête son nom pour le titre), Blanche Neige & Bigby et leurs sept enfants, Mister North, Geppetto, Ozma, Frau Totenkinder, Pinocchio, King Cole, Maddy, Stinky, Clara (le dragon à la forme sortant de l'ordinaire), Blue Fairy, le docteur Swineheart et l'infirmière Sprat, la Belle et la Bête, Bufkin, Thumbelina, Flycatcher, Reynard le renard,... , Prescot, Leland et Thaddeus (les 3 souris aveugles).

Willingham n'a pas d'autre objectif que celui de divertir. Il ne développe pas de point de vue particulier sur le sens de la vie, ou de thème philosophique. Le summum en termes de message est atteint lors d'un discours passionné de Rose Red sur le fait que lorsqu'on est mal fait de sa personne il vaut mieux être aimable et souriant pour être accepté en société. Comme degré zéro de leçon de vie, on ne fait pas beaucoup plus à ras les pâquerettes. Par contre, comme divertissement, ce tome remplit sa mission sur tous les plans. La plus grande récompense pour le lecteur est de voir les personnages évoluer, sans stagner. Willingham ne cherche jamais à revenir à statu quo antérieur. Parmi toutes les évolutions, je peux citer (sans dévoiler des secrets, ce qui gâcherait le plaisir de lecture) que Frau Totenkinder connaît une évolution irréversible et que le lecteur apprend enfin si la layette qu'elle avait tricoté pour le bébé à naître était de la bonne forme ou non. Les interactions entre les personnages ne révèlent pas une sensibilité psychologique pénétrante de l'auteur, mais elles font exister chacun au-delà d'un ou deux stéréotypes.

6 épisodes sur 7 sont dessinés par Mark Buckingham qui est en grande forme. Il allie avec son savoir faire habituel les démonstrations de pouvoirs magiques en pleine action avec le coté iconique et plus grand que nature des personnages. C'est toujours un régal pour les yeux. L'encrage est partagé en Steve Leialoha (toujours parfait pour embellir les dessins de Buckingham), Andrew Pepoy (un peu moins sophistiqué) et une vingtaine de pages par Dan Green (à la main un peu lourde et pataude). L'épisode 99 est consacré à la rencontre entre Mister Dark et Mister North et illustré par Inaki Miranda dont le trait est plus fin et plus précis, pour un résultat différent et très agréable.

J'ai vraiment retrouvé dans ces 7 épisodes tout le souffle et le dynamisme des meilleures histoires de cette série.

L'épisode 100 s'accompagne de nombreux bonus. Il y a un épilogue consacré à l'infirmière madame Sprat, un consacré au nouveau né, un consacré à Thumbelina et un consacré aux 3 souris aveugles (3 pages illustrés par Joao Ruas, le nouveau responsable des couvertures). Les interventions de ces dernières sont de plus en plus drôles et savoureuses. On retrouve la rubrique de réponse aux questions des lecteurs. Qui réalise les comics Fables (illustré par Dave Johnson) ? Quel est le numéro de téléphone personnel de Blanche Neige (1 page magnifique d'Adam Hughes) ? Depuis la mort de Baba Yaga, que fait Bufkin pour passer le temps ? À quoi pensait Geppetto quand il a sculpté Pinocchio (2 pages illustrées par JH Williams III) ? Il y a également des figurines à découper pour faire un décor, un jeu de plateau et des pages de crayonnés de Mark Buckingham.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 On continue, et c'est très bien., 27 octobre 2013
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fables tome 18 (Broché)
Comic d'excellente qualité, les Fables se poursuivent comme toujours, avec une perfection scénaristique et de dessin impeccable. Excellent achat effectué.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Un tome impressionnant de qualité, 22 juillet 2013
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fables tome 18 (Broché)
Fables est toujours aussi original, tant au niveau des scénarios, des personnages que du graphisme et nous plonge avec une ferveur constante dans un monde de contes où les Fables règlent leurs comptes. On aurait pu penser que la série s’essouffle au bout de 18 tomes, on aurait même pu excuser une baisse de régime légitime, mais ce tome nous prouve une fois encore, que la qualité n'a pas l'intention de déposer les armes.
Si certains personnages vont encore plus loin, les histoires suivent le même chemin et le destin de chacun ne peut laisser indifférent. De plus, les réactions, les sentiments et les combats de ces êtres d'un autre monde sont tellement proches de ceux des humains, qu'ils permettent aux plus sceptiques une identification immédiate et une envie de s’immerger davantage dans un univers riche, complexe et passionnant.
Il y a une part de poésie et de douce naïveté qui plane sur ce tome mais la noirceur, les intrigues politiques se corsent et rappellent au passage qu'il serait une erreur de croire que le merveilleux ne puissent pas cohabiter avec la laideur. En somme, Fables n'est pas différent de notre propre monde.

Finir un tome de Fables, c'est attendre le prochain...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xaed4e918)

Ce produit

Fables tome 18
Fables tome 18 de Urban Comics Presse (Broché - 25 avril 2013)
EUR 18,05
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit