Commentaires en ligne


3 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Quel voyage!, 10 novembre 2014
Par 
Biggy - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Saga tome 2 (Relié)
Saga, si j’ai mis le temps à me lancer dans l’aventure, fut une véritable révélation, un formidable coup de cœur. Nous y suivons les (mes)aventures de Marko et Alana, deux amoureux, interdits de l’être à cause de leurs origines et d’une guerre. Et ils se retrouvent avec presque toute une galaxie sur le dos, lorsqu’Alana donne naissance à la petite Hazel.
Univers d’une richesse incroyable et ayant pour seule limite l’imagination de son scénariste Brian K. Vaughan.

Princes robots et trains dragons, mercenaires arachnides et chats détecteurs de mensonges, fantômes enfantins et vaisseaux végétaux… La diversité de la faune, de la flore et la richesse des thèmes abordés ont rapidement fait de saga la nouvelle référence comics de space fantasy. Du vertige de l’espace infini à l’intimité des querelles d’un jeune couple de parents, les auteurs vous invitent à découvrir un space opera épique, ambitieux et touchant. (Contient les épisodes #7-12)

Nous avions laissé Alana et Marko alors qu’ils arrivaient enfin à quitter Clivage grâce à l’aide précieuse d’Izabel et la découverte d’une fusée en bois assez particulière. Mais alors que la fusée vient de décoller, débarquent les parents de Marko, qui, ne réalisant pas ce qu’il se passe (comment le pourraient-ils) téléportent la pauvre Izabel sur une planète qui se révèle être un œuf géant sur le point d’éclore…
Autant dire que la première rencontre entre Alana et ses beaux-parents est explosive !

Ce tome est un peu différent du premier dans sa construction narrative, avec beaucoup de flashbacks. On peut ainsi découvrir la façon dont Marko a été élevé et comprendre son rapport à la guerre. La première rencontre entre Alana et Marko et l’importance du livre « Une Cigarette dans la Nuit » dans l’existence de leur couple. Ou encore leur première fois et leur vision d’être parents.
Peu de nouveaux personnages, en même temps vu le nombre que l’on a déjà, ce n’est pas un mal. Une seule personne inédite et importante apparaît en fait. Gwendolyn, l’ex de Marko. Hormis cela, Brian K. Vaughan continu sur la même lancée du premier tome, avec un habile mélange entre la science-fiction avec l’univers, l’horreur avec pas mal de personnages et la comédie romantique avec ce qu’il se passe entre nos deux tourtereaux.

Au milieu de ces souvenirs, nous allons suivre deux duos. Marko et sa mère vont partir à la recherche d’Izabel. Ils arrivent donc sur un œuf de la taille de la planète et se retrouvent très vite en danger face à des sages-femmes absolument flippantes et un géant immonde qui va me hanter toute ma vie !
Pendant ce temps, Alana fait connaissance avec son beau-père (heureusement pour elle tant Barr semble plus enclin à accepter cette situation que sa femme). Les deux personnages s’apprivoisent plutôt bien et Alana va apprendre un secret surprenant.
Lorsque tout ce petit monde se retrouve dans la formidable fusée, qui communique avec des couleurs, notamment pour les prévenir de l’arrivée d’un autre vaisseau auprès d’eux, le Testament et Gwendolyn, persuadés, même s’ils ne les voient pas, que leurs proies sont là ! A ce moment là, la planète/œuf éclot !...
Pendant ce temps, Robot Prince IV se rend sur la planète Quietus, où réside l’auteur d’Une Cigarette dans la Nuit…

Deuxième tome et toujours aucun temps mort ! Les événements défilent et les ennuis s’entassent pour nos héros. Ils ont déjà suffisamment de difficultés pour fuir, sans avoir à devoir gérer l’arrivée des parents de Marko, et le dégout que sa mère peut ressentir pour la femme de son fils et sa fille. Mais qu’il est plaisant au milieu de toutes ces galères, de tous ces coups durs, de voir Vaughan continuer à développer si merveilleusement ses personnages.
S’ils sont tous passionnants, c’est toujours Alana et Marko qui se tirent la couverture à eux deux. Leur relation est belle et forte, et comment ne pas être touché lorsqu’Alana explique à Barr pourquoi elle aime son fils. Toujours à travers son langage cru caractéristique mais tellement jouissif. Mais à travers l’arrivée des parents de Marko, l’auteur lance une belle réflexion sur l’héritage que les parents laissent à leurs enfants. Ici, c’est la guerre, dont nous ne connaissons pas vraiment le point de départ, mais cela nous permet de nous interroger sur ce que nos parents nous ont laissé, et sur ce nous, nous laisserons à nos propres enfants.
La présence de ces parents, nous permette également de voir le regard d’une mère sur un fils qui a su grandir et évoluer, loin d’elle. De bien beaux liens.

Vaughan continue de laisser libre court à son imagination, une imagination merveilleusement bien illustrée par Fiona Staples. Si Alana est de plus en plus belle, si les personnages toujours plus reconnaissables, il est amusant de voir les délires que les deux artistes se permettent. Des dessins chocs comme avec le géant et testicules atteintes de gigantismes, des dessins qui font peur, du sexe, et des créatures toujours plus loufoques. Comme les soldats de Sextillion qui illustrent à merveille l’expression « les hommes pensent avec ce qu’ils ont entre les jambes » en leur plaçant la tête justement entre les cuisses…
Les personnages sont toujours aussi expressifs, l’action toujours aussi rythmé, et les couleurs utilisées vraiment adéquates. Les décors sont toujours très pauvres, mais les pleines pages de Fiona Staples nous en mettent plein la vue. J’adhère de plus en plus au style graphique de cette artiste.

Bref, ce deuxième tome ne fait que confirmer tout le bien que je pensais de cette série après le premier volume. Un univers toujours plus riche, des personnages toujours plus passionnants, des émotions variés et intenses, de bons points de réflexion, pour une histoire formidable.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Bien, 18 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Saga tome 2 (Relié)
Une bonne BD qui évoque des thèmes très contemporains au travers d'une histoire de guerre entre deux planètes, où un couple issu de ces deux monde essai de survivre à cause du fruit de leur impensable union. Pas le meilleur dessin à mes yeux, mais il colle bien avec l'univers proposé.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Ceci n'est pas une épée, c'est une lance., 23 septembre 2013
Par 
Présence - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Saga tome 2 (Relié)
Ce tome fait bien sûr suite à Saga tome 1 (épisodes 1 à 6). Il contient les épisodes 7 à 12, initialement parus en 2012/2013, écrits par Brian K. Vaughan, dessinés, encrés et mis en couleurs par Fiona Staples, avec un lettrage de Fonografiks. Il vaut mieux avoir lu le premier tome avant de commencer celui-ci.

Le récit s'ouvre par un petit retour en arrière sur les convictions de Barr (le père de Marko) vis-à-vis de la guerre entre Landfall et Wreath, avec des commentaires d'Hazel (la fille d'Alana et Marko). Puis il reprend son cours au présent, à bord du vaisseau spatial où Alana fait connaissance avec ses beaux-parents qui découvrent leur petite fille. Marko et Klara (sa mère) se téléportent sur une autre planète à la recherche d'Izabel, pendant que Barr et Alana restent en tête à tête pour briser la glace. Il y a 2 ou 3 retours en arrière pour montrer dans quelles circonstances Alana et Marko ont fait connaissance, et l'importance du livre "A night time smoke" de D. Oswald Heist dans leur relation. Pendant ce temps là, Gwendolyn se fait fort de remettre The Will au travail, alors qu'il continue de s'inquiéter pour Slave Girl qu'il a laissée sur Sextillion.

Dans le premier tome, le lecteur découvrait un univers très riche, dans une narration au croisement de plusieurs genres : science-fiction, magie, horreur, et comédie romantique. Vaughan et Staples continuent de construire le récit sur ces bases très ouvertes.

Du point de vue de la science-fiction, ils poursuivent leur numéro d'équilibriste entre concepts innovants et imaginatifs, et approche second degré. Dans ce deuxième registre, il y a toujours ces individus avec un écran moniteur à la place de la tête (qui affiche parfois des choses inattendues, telle celle apparaissant sur la tête de Prince Robot IV au début de l'épisode 12). Il y également cette entité qui a la forme d'un cerveau hypertrophié rose avec des tentacules, qui flotte dans un liquide dans un cylindre en actionnant des leviers de commande (épisode 8). Le bébé phoque anthropomorphe vaut également le déplacement (épisode 12), établissant que l'approche conceptuelle des races extraterrestres par Fiona Staples refuse de se conformer aux clichés en vigueur dans ce genre. Mais d'un autre côté, Vaughan et Staples continuent à tirer partie des spécificités du vaisseau spatial d'Alana et Marko, qui sort de l'ordinaire. C'est ainsi que le vaisseau communique par le biais de couleurs (pour indiquer un danger imminent), ou qu'il est tellement inhabituel qu'Alana finit par se demander si la pièce où elle se trouve est la salle des machines ou le cellier.

Toutefois l'intérêt principal du récit ne réside pas dans ces composantes de science-fiction très personnelles. Comme dans le premier tome, l'horreur se tapit au coin de la page. Elle peut prendre une forme déjà rencontrée (l'apparence toujours aussi dérangeante d'Izabel, la baby-sitter d'Hazel), ou la morphologie d'un nouveau monstre (une sorte de géant difforme affligé d'une éléphantiasis des testicules d'autant plus repoussante qu'ils pendouillent à l'air libre). Fiona Staples a choisi une approche graphique remarquable d'intelligence pour rendre compte de cette dernière horreur. Elle ne s'attache pas à l'exactitude photographique, mais plutôt à l'impression générale que peut provoquer cette difformité. De près, les traits représentent vaguement ce qu'il en est ; avec un peu de recul l'impression produite devient insoutenable. Il peut donc s'agir d'une forme d'horreur très visuelle (un soldat dont le corps explose), ou plus psychologique (la prostitution infantile).

Là encore, la composante horrifique n'écrase pas les autres et c'est un vrai plaisir de retrouver ces personnages si attachants, faillibles et touchants. Il serait facile de ne s'attarder que sur la composante sexuelle des relations d'Alana et Marko (usage très original des cornes de Marko, épisode 11). D'autant que Vaughan et Staples n'ont pas peur d'être explicite, en mots comme en images. Il y a donc cette fellation très inattendue en début de chapitre 12, les testicules d'un monstre (épisode 8), mais aussi les commentaires de Marko sur le fait qu'il ne se soit pas retiré avant d'éjaculer, ou les commentaires d'Hazel (jeune enfant) déclarant que ses parents ont eu des relations sexuelles. Le savoir-faire et la sensibilité des auteurs font que ces moments sont naturels : il ne s'agit pas d'un dispositif pour choquer ou racoler, pour conserver l'attention du lecteur. C'est un aspect de leur histoire parmi d'autres, tout aussi émouvants, touchants et parlants. En fonction des séquences, le lecteur pourra apprécier le caractère de Marko qui préfère établir un contact et communiquer d'abord, plutôt que de commencer par frapper et discuter ensuite (et ce n'est pas parce qu'il manque de puissance physique ou plutôt magique). Il découvrira ce qui a révélé l'amour que se portent Alana et Marko, et que cet amour n'est pas aveugle ou idéalisé (Alana a conscience des défauts de Marko, et elle ne supporte pas son habitude de rire à ses propres blagues).

Les relations mises en scène par Vaughan et Staples ne se limitent pas à épingler ou retranscrire de petits travers, ou des moments d'intimité fragile, elles évoquent également des aspects plus complexes tels que les relations entre parents et enfants (une prise de conscience touchante quand Klara se rend compte que son fils a continué d'apprendre après être devenu indépendant). Les auteurs réussissent à évoquer l'incidence des différends de la génération précédente (et même un peu plus que des différends puisqu'il s'agit d'une guerre) sur la génération d'après qui se retrouve à devoir vivre dans le cadre contraignant des haines héritées de leurs parents. Comme dans ses séries précédentes (Y Le dernier homme et Ex Machina), Vaughan insère un élément venant expliciter sa démarche de scénariste. Ici, il est possible de voir dans l'usage du livre fictif "A night time smoke", un commentaire sur l'importance des ouvrages de fiction. En particulier, Vaughan insiste sur la valeur métaphorique de cet ouvrage, et sur le partage qui en découle entre Alana et Marko, un partage d'idées, un développement individuel sur la base d'un même ouvrage, ensemble, ce qui les rapproche, ce qui leur révèle des atomes crochus, une façon de voir la réalité assez semblable.

À nouveau, ces éléments de réflexion, d'introspection ne constituent pas la composante essentielle du récit, n'écrasent pas les autres. En particulier, ce tome représente aussi une lecture très drôle. Alana a conservé son franc parler, quitte à froisser le père de Marko, Gwendolyn traite Mama Sun de Mama Cellulite pour un effet des plus cocasses, les réparties de Lying Cat (détecteur de mensonge incarné sous forme féline) font mouche à chaque fois en mettant à nu l'hypocrisie d'un interlocuteur, et Staples n'est pas en reste avec cette apparition ectoplasmique qui fait un doigt d'honneur discret.

L'aspect purement graphique du récit s'est amélioré par rapport au tome précédent. Staples se montre plus habile et sophistiquée dans sa façon de dessiner les éléments les plus extravagants du scénario (oui, je pense encore à ces testicules), ou les plus malins. Vaughan s'amuse à montrer que les personnages ne parlent pas tous la même langue (certains parlent bleu, littéralement, c'est-à-dire que le texte dans le phylactère est écrit en couleur bleu). Staples a amélioré en particulier sa conception des arrières plans, et son dosage entre leur aspect détaillé, ou leur caractère flou comme si la mise au point était mal faite. Elle a atteint un point d'équilibre où son travail à l'infographie présente le bon niveau d'information visuelle en fonction des nécessités de la séquence. L'encrage n'est utilisé que pour détourer les silhouettes des personnages, pas pour les décors. Ces derniers sont représentés directement à la couleur, les différentes teintes permettant de distinguer une forme d'une autre, de figurer les variations de luminosité et d'installer une ambiance spécifique par l'usage de plusieurs nuances d'une même teinte. Par l'utilisation de couleurs identiques, elle peut ainsi évoquer rapidement le décor détaillé de la case précédente par quelques aplats géométriques, en focalisant l'attention du lecteur sur les personnages au premier plan, établissant ainsi une hiérarchisation de l'information visuelle.

Avec ce deuxième tome, Brian K. Vaughan et Fiona Staples intègrent harmonieusement toutes les composantes de leur récit dans une narration riche, originale, élégante et très personnelle. Vaughan prouve qu'il a progressé en tant que scénariste, ses 2 précédentes séries souffrant un peu de l'alternance systématique de parties portées soit plus par l'intrigue, soit plus par une thématique (l'exercice du pouvoir et ses responsabilités, ou la place de la femme dans la société). Staples a également progressé dans sa maîtrise de l'outil infographique pour des planches mieux équilibrées, plus sophistiquées sans être surchargées, plus efficaces et tout aussi séduisantes.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Saga tome 2
Saga tome 2 de Fiona Staples (Relié - 19 septembre 2013)
EUR 15,00
Habituellement expédié sous 2 à 3 semaines
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit