Commentaires en ligne 


2 évaluations
5 étoiles:    (0)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Tests de passage
Ce tome fait suite à Super Team (épisodes 101 à 107). Il contient les épisodes 108 à 113, parus en 2011/2012. Tous les scénarios sont de Bill Willingham.

Épisodes 108 à 111 (dessins de Mark Buckingham, encrage de Steve Leialoha, finitions d'Andrew Pepoy pour 11 pages de 110 et 5 pages de 111) - Rose Red...
Publié il y a 8 mois par Présence

versus
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Une succession du vent du Nord un peu décevante....
Suite au tome 19, on était resté sur le suspense de la succession du vent du Nord, par l'un de ses petits enfants...
Les 4 premiers episodes reviennent sur ces test que doivent subir la fratrie pour designer qui mérite de devenir le nouveau Vent du Nord, tout en alternant avec les aventures de Bufkin et l'entrainement de Mlle Spratt qui continue...
Publié il y a 6 mois par Peter Guizmo


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Tests de passage, 11 décembre 2013
Par 
Présence - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fables tome 20 (Relié)
Ce tome fait suite à Super Team (épisodes 101 à 107). Il contient les épisodes 108 à 113, parus en 2011/2012. Tous les scénarios sont de Bill Willingham.

Épisodes 108 à 111 (dessins de Mark Buckingham, encrage de Steve Leialoha, finitions d'Andrew Pepoy pour 11 pages de 110 et 5 pages de 111) - Rose Red est envoyée en mission à la Ferme pour savoir si le terrain est dégagé, ou si des pièges ont été installés. Bufkin continue de mener Lily Martagon et les 3 autres au travers du royaume de Roquat le Rouge pour essayer de regagner la Terre et la communauté des Fables. Blanche Neige et Bigby sont au château de North Wind, avec leurs 6 enfants, pour déterminer qui lui succèdera en tant que maître des vents du Nord, alors que les 3 autres Vents Cardinaux viennent de s'inviter. Miss Spratt (maintenant appelée Leigh Duglas) continue d'honorer la mémoire de son défunt dans son château à New York.

Épisode 112 (dessins de Mark Buckingham, encrage de Steve Leialoha, Andrew Pepoy et Dan Green) - Il s'agit d'un nouvel épisode de Noël dans lequel Rose Red doit décider comment honorer sa parole vis-à-vis de la personne qui lui a redonné le goût à la vie. Bien sûr le Père Noël est de la partie.

Épisode 113 - il s'agit d'une collection de 4 histoires courtes dont l'une explique comment les Fables ont pu rester si longtemps indécelables en plein coeur de New York (avant la guerre contre l'Adversaire).

Plonger dans un nouveau tome de Fables suscite toujours un petit moment d'inquiétude : et si Willingham et consorts avaient perdu la main ? Et s'ils se contentaient de faire du Fables juste pour alimenter la machine ? Alors que le lecteur aurait pu craindre que la précédente histoire s'éternise, le récit est déjà passé à la suivante, ou plutôt les suivantes. D'un coté, il est évident que la mise en condition de Miss Spratt prépare une future intrigue. Mais Willingham a conservé l'art et la manière d'introduire des éléments inattendus (sans être incongrus) dans ces séquences, et cette dame en impose par son caractère. Les brèves séquences qui lui sont consacrées forment autant de respirations bienvenues dans le récit.

Les tribulations de la troupe de Bufkin occupent plus de pages et semblent surtout gentillettes, mais presque superflues. Il faut donc attendre plusieurs scènes pour se rendre compte que ces épreuves forment une sorte de pendant à toutes les catastrophes liées à l'effondrement du régime mis en place par l'Adversaire. C'est une méthode distrayante par laquelle Willingham engage le lecteur à garder à l'esprit l'évolution des territoires originels des Fables. Et petit à petit, Bufkin continue à gagner de l'épaisseur en tant que personnage, et même à apprendre une leçon sur la nature de l'héroïsme, ou au moins du courage, de la pugnacité.

Le plat de résistance est bien sûr ce qui passe dans le château de North Wind. Willingham déjoue la plupart des scènes attendues, sans pour autant prendre un raccourci. Le problème est complexe et la solution ne sort pas du chapeau. Comme toujours dans cette série, bien malin qui pourra prédire l'issue du récit. À nouveau Willingham tient son pari de raconter une histoire qui ne soit pas prévisible, et de donner une âme à ses personnages. À ce titre l'épisode majoritairement consacré à Rose Red propose un conte de Noël qui s'avère être une fable un peu noire, et plus profonde que l'ordinaire de cette série.

Mark Buckingham est en forme pour ces 5 épisodes, et l'apport d'Adrew Pepoy est indécelable pour le lecteur qui n'a pas remarqué son nom au générique. C'est toujours un grand plaisir visuel que de retrouver sa patte sur les éléments fantastiques qui contiennent à la fois une part enfantine liée aux contes, une présence incroyable sans qu'il n'y ait jamais de conflit visuel entre tous ces éléments disparates, un langage corporel adulte, une grande classe, et une humanité rayonnante. À nouveau, l'histoire met l'accent sur la cellule familiale de Blanche Neige et Bigby. Buckingham en profite pour les montrer ensemble dans un moment d'intimité ordinaire et la chaleur humaine irradie littéralement de ces cases. Les personnages rencontrées par Rose Red lors de la nuit de Noël ont également une présence visuelle imposante, à commencer par le Père Noël, mais aussi les suivants. Il a en particulier su rendre palpable toute l'horreur ordinaire de la condition de la deuxième personne rencontrée. Le charme des illustrations de Buckingham opère également sur les bâtisses ; en particulier le château de Mister Dark est splendide. Cet élément met en évidence le savoir faire de Buckingham qui trouve l'équilibre parfait entre la conception réaliste rendant plausible la structure, et l'apparence fantasmée la tirant dans le domaine de la fantaisie.

Quant au dernier épisode, Willingham s'amuse avec des histoires courtes. Les 3 pages dessinées par Philip Craig Russell sont un délice visuel, pour un petit conte rapide et ironique. L'histoire suivante est dessinée par Zander Cannon et Jim Fern pour une fable sur l'art d'être transparent pour les autres (histoire sympa, dessins ordinaires). Les 3 pages d'après sont dessinées par Ramon Bachs et encrées par Ron Randall pour un conte basé sur la dérision (sympathique également). Et l'épisode se clôt par 3 pages illustrées par Adam Hughes en grande forme, pour un conte malicieux, drôle et enlevé.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Une succession du vent du Nord un peu décevante...., 31 janvier 2014
Par 
Peter Guizmo (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fables tome 20 (Relié)
Suite au tome 19, on était resté sur le suspense de la succession du vent du Nord, par l'un de ses petits enfants...
Les 4 premiers episodes reviennent sur ces test que doivent subir la fratrie pour designer qui mérite de devenir le nouveau Vent du Nord, tout en alternant avec les aventures de Bufkin et l'entrainement de Mlle Spratt qui continue malgré la disparition de Mister Dark.

J'avoue avoir été quelque peu déçu par cette histoire de succession qui au final tourne un peu en rond, sans donner lieu à un moment inventif comme Willingham nous a habitué... en guise d'épreuve,il n'y aura au final pas grand chose à se mettre sous la dent. Bref 4 episodes qui se lisent sans déplaisir mais resteront un moment un peu creux dans cette très bonne série... Les aventures de Bufkins ne sont pas beaucoup plus motivantes... et seule le mystere de ce que prepare Mlle Spratt tient au final en haleine sur cet arc là...

L'épisode suivant, reprend une histoire de Noel assez sympathique, Willigham revisitant un peu le grand classique des contes de noel..

Le dessinateur attitré de la série (Buckingham) tient la partie graphique de tous ces episodes avec les qualités qu'il démontre depuis le début de la série..
enfin, pour terminer, on a le droit à des histoires courtes, dont le point d'orgue sera l'explication de comment les fables ont pu se mettre en sécurité dans fableville contre l'empereur.. le reste sera anecdotique.. et graphiquement on a le droit à des prestations variées..

Pas le meilleur tome de la série.. mais Fables reste malgré tout une valeur sure.. et la lecture sera plaisante.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Fables tome 20
Fables tome 20 de Collectif (Relié - 5 décembre 2013)
EUR 15,00
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit