Commentaires en ligne 


8 évaluations
5 étoiles:
 (5)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le système de valeurs morales de l'Amérique s'est effondré, la légende de Batman perdure.
Cela fait 10 ans que Bruce Wayne a raccroché la cape de Batman pour mener uniquement une vie civile. Il a même renoncé à son voeu d'abstinence pour goûter les plaisirs gustatifs de l'alcool. Mais cet été là, la convergence de plusieurs circonstances le fait revenir sur sa décision : il ne peut plus rester les bras ballants...
Publié il y a 17 mois par Présence

versus
1.0 étoiles sur 5 Beeurk.
Dessin affreux : les proportions ne sont pas respectées, les personnages sont difficiles à identifier. Histoire très difficile à suivre. Pénible.
Publié il y a 2 jours par Donato


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le système de valeurs morales de l'Amérique s'est effondré, la légende de Batman perdure., 9 mars 2013
Par 
Présence - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Batman The Dark Knight Returns (Relié)
Cela fait 10 ans que Bruce Wayne a raccroché la cape de Batman pour mener uniquement une vie civile. Il a même renoncé à son voeu d'abstinence pour goûter les plaisirs gustatifs de l'alcool. Mais cet été là, la convergence de plusieurs circonstances le fait revenir sur sa décision : il ne peut plus rester les bras ballants devant une société du "moi d'abord" dont les dirigeants élus guident la ville de Gotham et les États Unis sur la base de sondages de popularité. À 50 ans passés, Batman reprend du service et cette fois chaque intervention est définitive. C'est ce que vont apprendre à leurs dépends Harvey Dent, le Mutant Leader, le Joker et même Superman.

Lorsque ce comics parait en 1986, c'est une révolution. Aujourd'hui encore, il reste une des 10 meilleures histoires de Batman et un récit qui prend aux tripes de la première à la dernière page. Frank Miller ne se contente pas d'une projection dans l'avenir du personnage pour mettre un point final à son histoire avec Joker. Il fait le constat d'une ville meurtrière où chaque individu est une victime potentielle qui viendra grossir les statistiques de la criminalité (dans une ambiance paranoïaque qui rappelle les passages les plus désespérés des romans de Patricia Cornwell). Il utilise l'hégémonie de la société du spectacle pour tourner en ridicule l'utilisation des plus bas instincts de l'homme pour faire de l'audience. Dans ce contexte, la résurgence de Batman s'apparente à un retour à des valeurs traditionnelles à l'opposé des paillettes et du mercantilisme outrancier d'un capitalisme impitoyable.

Les illustrations sont également viscérales et très travaillées. De prime abord, le lecteur peut être rebuté par des dessins peu plaisants à l'oeil, voire laids dans certaines cases (l'apparence du Mutant Leader par exemple). Mais rapidement, il apparaît que Miller a mis au service de l'histoire toute l'expérience qu'il a acquise sur Daredevil et Ronin. Ce tome comprend quelques pleines pages superbes (par exemple Batman tenant le corps d'un général qui vient de se suicider avec le drapeau américain comme linceul) et beaucoup de pages comprenant de 10 à 16 cases. Là encore la forme est indissociable du fond. Les pleines pages donnent à fond dans une iconographie de superhéros déconnectée de tout réalisme : Miller s'en sert pour mettre en image la légende, le coté plus grand que nature du Batman. Les pages divisées en une multitude de cases servent à donner un rythme rapide, une sensation d'instantanéité consubstantielle de la télé en insérant des fragments de dialogues de talk-show.

L'utilisation des ces talk-shows est magistrale. Le lecteur assiste en direct à la récupération des actions de Batman par l'industrie de la télévision. Non seulement ce dispositif narratif permet au lecteur de mesurer l'impact du Batman dans la société américaine, mais aussi les différentes valeurs morales qui vont se cristalliser face à cette légende urbaine. Encore une fois, Frank Miller ne vise pas le réalisme ; il se conforme aux codes des récits de superhéros qui exigent une suspension consentie de l'incrédulité (suspension of disbelief) pour croire à ces gugusses costumés. Le fan de superhéros retrouvera tous les points de passage obligés du genre : échange de coups de poings, démonstration de superpouvoirs, résistance hors du commun du héros (Miller y va vraiment fort sur cet aspect là), etc. Il retrouvera également tout l'univers de Batman dans des versions plus ou moins déformées : la Batcave, Alfred Pennyworth (avec un humour toujours aussi sarcastique), Robin (Carrie Kelly), James Gordon, Selina Kyle, Green Arrow, etc.

Attention, ce Batman n'est pas pour les enfants. À son âge, chaque coup doit compter et il ne fait pas dans la demi-mesure : il est violent, cruel, sadique, déterminé, obsédé même par sa soif de justice et de vengeance. Là encore, à l'aide de visuels savamment pensés, Frank Miller donne une nouvelle interprétation de la chauve-souris comme animal totémique sans tomber dans le ridicule.

L'encrage de Klaus Janson est parfaitement à l'unisson des dessins de Miller. Le lecteur ne perçoit aucun hiatus entre l'illustration et son rendu encré. La fusion entre les 2 est parfaite. Et ces illustrations bénéficient de la mise en couleur de Lynn Varley qui elle aussi fait preuve d'une inventivité et d'une sensibilité adulte. Elle opte pour une palette moins agressive que les comics habituels tout en distillant quelques touches de couleurs vives qui n'en ressortent que plus.

J'ai déjà lu une bonne dizaine de fois cette histoire et je ne m'en lasse pas. À chaque fois la force du récit me prend aux tripes et m'emmène dans cette vision noire de la vie urbaine, dans cette force de la nature qu'est Bruce Wayne, dans cette critique d'une société dédiée à la poursuite du divertissement, dans ce grand défouloir ou le bon triomphe des méchants, dans cette cruauté qui imprègne chaque relation humaine (même si je ne suis pas forcément d'accord avec les prises de position de l'auteur). Frank Miller a donné une suite à cette histoire dans The dark knight strikes again.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Vision, 22 mars 2013
Par 
Tornado (Provence Côte d'Azur) - Voir tous mes commentaires
(TOP 10 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Batman The Dark Knight Returns (Relié)
Urban Comics réédite ici la saga complète "Batman : The Dark Knight Return" dans une édition magnifique qui devrait satisfaire les collectionneurs. Ce volume réunit donc les quatre épisodes de la saga dans une formule intégrale très volumineuse, dotée d’une avalanche de bonus cohérente (croquis préparatoires, dessins divers, commentaires de l’auteur, etc.), d'un très bon rapport qualité/prix. Urban a pris le parti de revenir à un papier mat, à l'opposé de précédentes éditions publiées par Delcourt puis Panini Comics.

1986. Watchmen amène la révolution dans le monde sclérosé du comicbook. Mais Alan Moore n'est pas seul. De son côté, Frank Miller enfonce le clou avec le monument qui nous intéresse ici : "The Dark Knight's Return" ("DKR").
Ce n'est pas la peine de revenir sur une histoire que tout le monde connait. Par contre, on peut insister, car on ne le fera jamais assez, sur l'aspect révolutionnaire et artistique du chef d'œuvre de Frank Miller.

Savez-vous pourquoi un joli paysage ou un beau portrait à l'aquarelle ne peut être considéré comme une œuvre d'art ? Et bien c'est parce que, au delà des questions purement esthétiques, l'art n'est pas là pour faire joli, mais pour créer, pour être le premier à le faire. "Le bon goût est l'ennemi de l'art" disait Picasso. Une phrase essentielle, qui démontre que le créateur artistique n'est pas là pour flatter le regard du spectateur, mais pour explorer les sentiers inconnus... Après tout, le véritable explorateur se défend-il d'aller explorer une région inconnue du globe s'il a peur que son public ne puisse le suivre ?
Fin du constat.
Si "DKR" est une œuvre majeure, c'est qu'elle est la première de son genre. Jusque là, et même avec "Watchmen", un comicbook était le résultat d'une association de personnes et d'une industrie. Malgré la présence de Klaus Janson & Lynn Varley, "DKR" est l'œuvre d'un seul homme, avec des collaborateurs. Quelques œuvres marquantes avaient déjà été l'apanage d'un seul auteur, comme par exemple La mort de Captain Marvel de Jim Starlin. Mais "DKR" va pourtant élever son medium -le comicbook- à un stade nettement supérieur, au point de rivaliser avec l'Art contemporain en terme de richesse formelle et thématique !
Oui, "DKR", c'est le summum, dans le monde des comics, dans la relation entre le FOND et la FORME.

- Dans le FOND, Miller injecte ses thématiques favorites et transforme la figure du super-héros en général et de Batman en particulier en véhicule pour questionner notre société. Et il le fait comme aucun auteur du médium ne l'avait fait avant lui, en jouant sur le fil du rasoir, laissant le lecteur se faire sa propre opinion. A travers cette histoire de vigilante vieillissant qui reprend du service après une longue retraite, il explore le thème de la radicalisation, qui touche les seniors dans nos bonnes sociétés démocratiques, où sont sans cesse remises en questions les notions de justice et leurs corollaires, le laxisme, la répression, la bienpensance, le fascisme.
Il explore également les dérives des médias, et le pouvoir corruptible de la sacro-sainte télévision. Cette trilogie thématique "super-héros/pouvoir/justice" accouche d'un récit à la puissance d'évocation et à la profondeur inédite, et ce bien des années avant que Miller ne se radicalise lui-même, comme une preuve tangible qu'il s'agissait là d'un questionnement très sérieux et primordial.

- Dans la FORME, Miller échappe à tous les stéréotypes des comics mainstream et innove à tout point de vue. Son dessin, en apparence plutôt esquissé, est en réalité d'une justesse étonnante. Et s'il n'est pas "esthétisant", il est d'une puissance et d'une inventivité assez impressionnante. Ainsi, plutôt que de flatter la plastique athlétique des habituels super-héros, notre homme préfère-t-il inventer une véritable alchimie entre le découpage de ses planches et l'architecture des lieux. En découle un langage corporel et une rythmique totalement inédite, baignée d'un dépouillement hérité des mangas, puisqu'il est admis aujourd'hui que Miller fut fortement inspiré par les créations nipponnes, et d'une vision particulièrement cinématographique de l'art séquentiel, à la manière d'un film de Scorcese (voix-off comprise).
Je suis personnellement un grand admirateur de ces planches expressives à nulle autre pareille, aux ombres majestueuses, qui confèrent au récit un lyrisme extraordinaire, évidemment rehaussé par le superbe encrage de Klaus Janson et la mise en couleur de Lynn Varley. Un art séquentiel d'une modernité totale, qui fera école en propulsant le comicbook à un niveau adulte auquel il n'était jusque là pas destiné.
Et bien entendu, il y a ce télescopage entre l'action, la voix-off et les commentaires télévisuels, qui offrent au lecteur des niveaux de lecture différents tout en restant dans la fluidité du récit. Toutes ces trouvailles, aujourd'hui reprises par des légions de dessinateurs, on les doit à Frank Miller.

On pourrait penser qu'après son passage, les comics n'ont plus jamais été les mêmes. Ce n'est hélas pas le cas, car il s'agit d'un univers particulièrement figé. Ainsi, de nombreux lecteurs de comics mainstream, dans un élan d'une mauvaise foi extraordinaire, taxèrent les œuvres de Frank Miller et d'Alan Moore de "grim'n gritty", ce qui ralenti fortement l'évolution du medium pour bien des années encore, obligeant tout le monde à supporter les boursouflures infantiles qui pullulent toujours aujourd'hui.
Mais "DKR" possède encore bien des qualités, notamment littéraires, avec une voix-off et des dialogues inspirés. Il y a d'ailleurs beaucoup de texte, ce qui risque de contrarier certains amateurs de bandes-dessinées réfractaires à l'écriture. Mais l'ensemble est d'une belle densité.
Enfin, c'est très divertissant, avec une montée en puissance qui va culminer sur un combat monstrueux et fratricide entre Batman et Superman, dans lequel Miller démontre qu'il n'a pas utilisé le médium du super-héros de manière biaisée, et qu'il est également là pour en explorer les ressorts mythologiques, tout en mettant un terme à toutes les problématiques soulevées plus haut.
Ainsi, parce qu'il est le fruit d'un auteur complet, doublé d'un plasticien de haut-vol, qui conçoit la réalisation d'une bande-dessinée comme une œuvre exigeante dans laquelle la FORME et le FOND sont indissociables, et surtout car il s'agit du premier de son genre, "DKR" peut être considéré comme un chef d'œuvre. Et puis, peut-être, pourquoi ne pourrait-on pas imaginer, dans cet ordre d'idées, que Frank Miller soit un des génies du neuvième art ?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Produit abimé, 24 juillet 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Batman The Dark Knight Returns (Relié)
Excellent et cultissime volume. Indispensable.

NB : Par contre, j'ai reçu un volume qui était détérioré (coin inférieur de la reliure au niveau de la couverture avant) sans emballage plastique.
Vraiment dommage.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une merveille !, 27 juin 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Batman The Dark Knight Returns (Relié)
Je n'ai jamais été un grand fan de Batman, ni de Superman d'ailleurs, le manque de profondeur des personnages DC Comics m'a toujours un peu rebuté.

Que dire du passage entre les mains de Miller ? De la même manière que pour la relecture très personnelle de Daredevil, ce Batman est une merveille. On dépasse très largement les limites imposées par l'univers du comics et on est plongés dans un véritable roman graphique dont la trame est passionnante. La densité des personnages est juste incroyable, c'en est même jubilatoire.

Attention toutefois, le principe de narration est assez particulier, il n'est pas facile d'entrer immédiatement dans le récit. Mais une fois dans l'intrigue, impossible de reposer ce monolithe avant de l'avoir totalement dévoré.

Un seul petit bémol, au fil de la lecture, on se rend compte que Miller a pris beaucoup plus de plaisir à mettre en images les parties avec Batman en costume que les autres, ça s'en ressent un peu au niveau de la constance du dessin.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Batman par Miller, 29 juillet 2014
Par 
Winter "Just A Word" (Valenciennes, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Batman The Dark Knight Returns (Relié)
Gotham. Ses tours. Ses nuits sans étoiles. Ses criminels... Mais les choses ont changé. Dans son manoir, Bruce Wayne a vieilli. Terriblement vieilli. Batman n'est plus, cela va faire dix ans qu'il a prit sa retraite. Ses vieux ennemis, le Joker, Pile-ou-Face, sont internés à l'asile d'Arkham. Ses amis eux aussi ont subi les outrages du temps : Selina Kite n'est plus Catwoman et le commissaire Gordon doit très bientôt prendre sa retraite. Mais avant cela, il doit affronter le gang des mutants, un rassemblement de jeunes mené par un leader belliqueux et brutal. Dans le même temps, Harvey Dent ressuscite par l'aide d'un psychiatre et d'un chirurgien plastique qui lui redonne un visage, un vrai, un seul. Et dans la ville de Gotham, dans la nuit, Bruce Wayne ne cesse de revenir sur le lieu où Batman est né. Il repense à la mort de ses parents ainsi qu'à la vague de crimes qui s'est abattue sur sa ville. Bruce n'est plus lui-même depuis la retraite de son alter-ego héroïque. Et si le Batman faisait son retour ?

Nous sommes en 1986. Le petit monde du comics américain fait pâle figure. Les super-héros n'ont plus le succès d'antan. Cette situation s'apprête à changer du tout au tout. D'abord grâce à un anglais génial et encore peu connu, Alan Moore. Avec son Watchmen, il malmène le mythe du super-héros et révolutionne l'univers du comics. Mais c'est cette même année qu'un autre génie choisit de remuer les lecteurs américains. Il s'appelle Frank Miller. Auteur de Ronin ou du renouveau de Daredevil, il s'attaque à une autre légende : Batman. A la fois dessinateur et scénariste, il accouche d'un électrochoc. Immensément noir, déconstruisant le mythe du justicier, The Dark Knight Returns achève de retourner l'univers du comics. Après lui, rien n'a plus été pareil. Retour sur un chef-d'œuvre total réédité dans une superbe édition par Urban Comics.

Tout commence par la vision d'un Bruce Wayne usé par l'âge. Pour déconstruire l'image du justicier de Gotham, Frank Miller place son récit dans la retraite du Batman. On assiste ainsi à un étrange spectacle en voyant un héros diminué et perclus de tous les maux de la sénescence. En outre, on redécouvre d'autres personnages tels que Gordon, Selina Kite ou encore Harvey Dent. Tout a changé, rien n'est plus pareil. C'est cette première chose qui surprend quand on aborde le comics, cette volonté affirmée dès le départ par l'auteur de rebâtir le mythe pierre par pierre. Pourtant, Miller n'a pas prévu simplement de déplacer l'univers dans le temps, il veut aussi changer totalement l'image du Batman. Pour cela, il écrit quatre tomes consacrés chacun à un arc scénaristique en particulier : Harvey Dent, le gang des mutants, le Joker et enfin Superman. Comme pour toute mécanique d'horlogerie, chaque acte a son but propre, ses points marquants et ses interrogations. Non content de cela, Miller appuie l'entièreté de son récit sur des fils rouges aussi essentiels qu'incroyablement forts.

Le premier de ces fils rouges, c'est bien évidemment la nature du Batman lui-même. Frank Miller dévoile avec cette version vieillie du justicier un héros devenu amer et de plus en plus extrémiste. Il choisit de faire mal, de ne plus prendre de précautions pour épargner les criminels qu'il pourchasse. De ce fait, The Dark Knight Returns est un récit extrêmement violent, à l'image de son principal acteur. Pourtant, loin de se contenter de cette vision simpliste, Frank Miller approfondit son propos. D'abord par l'histoire avec Harvey Dent. A l'instar de Pile-ou-Face, les changements superficiels n'ont pas réussi à effacer la véritable nature du Batman. Que ce soit la chirurgie pour l'un ou les années pour l'autre, ils restent toujours au fond d'eux ces monstres inadaptés à la vie ordinaire. L'un verse dans le crime, l'autre emploie sa violence pour combattre le mal. Cette brutalité pourtant n'est qu'un reflet. Celui d'un monde où elle s'est banalisée. L'épisode avec le gang des mutants le prouve. La violence a tout envahi et sert d'exutoire à la jeunesse en mal de repères, d'icônes. Batman apparait comme une alternative au chef des mutants, mais au risque de tomber dans un extrémisme et un endoctrinement des jeunes des plus glauques. Le fascisme n'est jamais loin. Le paradoxe ne fait que s'accentuer quand on revient sur le Batman lui-même. Au fur et à mesure, il se fait plus noir et plus désespéré. Il ne trouve plus d'autre plaisir de vivre que de se battre. Sa sortie de retraite le fait revivre. Le milliardaire a besoin du Batman comme Gotham a besoin de son sombre héros. Car sa croisade contre le mal, son obsessif combat contre les criminels a besoin d'être assouvi d'une façon ou d'une autre. Au fond, Bruce Wayne ne pense qu'à lui et qu'à ce qui a construit son univers depuis la mort de ses parents, et qui s'est encore renforcé avec la mort de Jason Todd, le second Robin. Pour Miller, Batman se résume en plusieurs mots : ambigu, violent, égoïste, ténébreux et extrémiste.

L'autre point essentiel de The Dark Knight Returns, c'est la place prépondérante des médias. Tout au long du récit, une très large part de la narration passe par le journal télévisé. Cela n'a bien entendu rien d'innocent. Déjà en 1986, Frank Miller attaque virulemment la télévision. Il l'emploie ici dans deux buts principaux : offrir une vision de la réaction de la société vis-à-vis de Batman et détruire ce média infiniment nuisible. Ainsi, on voit s'opposer différents protagonistes sur l'écran autour du comportement à adopter par rapport au retour du chevalier noir. On sent plus que jamais le clivage dans la population du fait des agissements radicaux de Batman. Mais c'est aussi cette constante intervention des médias qui fausse l'image du héros et conduit à sa marginalisation et donc son recours aux méthodes extrêmes ainsi qu'aux affrontements avec la police. Mal employée comme elle l'est, la télévision devient peut-être le plus dangereux ennemi de l'homme. La démonstration de Miller s'avère aussi terrifiante que visionnaire. Terriblement visionnaire. Il en profite également pour étriller ce courant d'analyse psychiatrique absurde (on comprendra mieux le rôle du psychiatre en lisant la belle préface de cette édition) et fustiger ceux qui trouvent des excuses envers les monstres de la société. Virulent discours mais discours juste et qui ne cessera de se justifier au fur et à mesure des pages.

Avec les deux dernières parties, on appuie encore un peu sur l'aspect politique de l'œuvre de Miller. En véritable brûlot politique, The Dark Knight Returns expose des dirigeants lâches et qui font faire le sale boulot par les autres. Aucun ne se risque à prendre position sur l'affaire du Batman jusqu'à ce qu'il n'y ait plus aucun danger à le faire. On voit dans cette œuvre un président américain imbécile et belliciste, fort de son pouvoir mais pauvre d'esprit. Miller fustige l'Amérique et ne cède pas à la mode du politiquement correct. S'il positionne deux femmes dans l'intrigue, c'est pour mieux les discréditer. Le nouveau commissaire n'est qu'un pion et la nouvelle incarnation de Robin n'est qu'une jeune écervelée groupie de Batman. La société fait passer la femme pour émancipée alors qu'au final les hommes ne le font que croire. Elles se sont laissé piéger et s'en retrouvent toujours aussi inutiles. C'est aussi les jeunes, malléables et imbéciles qui sont décriés par leur propension à se faire embobiner par le premier venu. Seul possibilité, canaliser leur violence dans un but meilleur... avec les risques de l'extrémisme non loin. Toute l'œuvre de Frank Miller joue sur le fil.

Pour achever de façon éclatante son récit, il manque encore deux choses à l'américain. D'abord, il ne pouvait pas parler de l'homme chauve-souris sans lui faire affronter son pire ennemi, le Joker. Depuis la retraite du Batman, le clown est confiné à l'asile. Et lorsque son adversaire refait surface, il reprend vie. Car le Joker n'est plus rien sans sa Némésis. Il mettra le justicier à rude épreuve et le confrontera durement à l'extrême limite qui les sépare, le meurtre. Le Joker, à l'image de son ennemi, devient de plus en plus violent et destructeur. Dans son sillage ne reste que la mort, Batman doit se résoudre à l'impensable. Poussant son héros dans ses derniers retranchements, Miller s'oriente dans une dernière voie capitale après cette confrontation.

Si The Dark Knight Returns s'est taillé une si grande réputation, c'est aussi pour le plus célèbre affrontement des comics américains qui oppose Batman à... Superman. Ce dernier, au contraire de Bruce, n'a pas vieilli et se trouve en pleine possession de ses moyens. Pourtant, Miller nous présente ce héros de l'âge d'or comme un outil du gouvernement, un toutou du président. On comprend rapidement que pour continuer leur exercice, les héros ont dû se soumettre aux autorités ou prendre leur retraite (une idée reprise bien plus tard pour le fameux Civil War). Superman s'affiche comme un play-boy obéissant docilement. Quand Batman menace l'équilibre de la nation, c'est naturellement Superman qu'on envoie. Avec l'aide de Green Arrow, Batman s'y oppose... et va mettre au héros de Metropolis la plus cuisante des corrections. Miller porte sa destruction du mythe jusqu'à ce moment précis où l'homme bat le super-héros, où Batman a ses mains autour de la gorge de Superman. Après cette confrontation épique, rien dans l'univers du comics américain ne sera plus jamais pareil.

Dernier élément, et non des moindres, le dessin. Non content de livrer un récit d'une densité proprement incroyable, Frank Miller le met en images. Son trait dur et sombre, plein de violence et de noirceur, permet d'approfondir l'impact de l'œuvre sur le lecteur. Il faut dire que Klaus Janson encre cette histoire avec un immense talent qui fera d'ailleurs défaut à sa suite, The Dark Knight Strikes Again. Certaines des planches présentes dans le comics s'avèrent d'une beauté véritablement incroyable, on pense notamment à cette scène où le Batman tient dans ses bras un corps dans un drapeau américain, comme un hymne funéraire à une Amérique que Miller rejette. Non, vraiment rien n'entache ce récit.

Œuvre fondamentale non seulement du Batman mais du comics dans son ensemble, The Dark Knight Returns envoie Frank Miller au firmament. Extrêmement dense et intelligente, transfigurant totalement la figure du justicier et se jouant du politiquement correct, l'œuvre fait date. On pourrait encore écrire des pages sur ce chef-d'œuvre mais on le résumera par un mot : culte.
Just A Word
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un chef-d'oeuvre, 1 juillet 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Batman The Dark Knight Returns (Relié)
Vous ne risquez pas d'être déçu en achetant ce chef- d'oeuvre de Frank Miller. Il plonge le lecteur dans un environnement ou Batman est plus humain et torturé que jamais. Le scénario est digne d'un film hollywoodien et le dessin vraiment atypique. Bel hommage de Miller au personnage du Chevalier Noir.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1.0 étoiles sur 5 Beeurk., 21 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Batman The Dark Knight Returns (Relié)
Dessin affreux : les proportions ne sont pas respectées, les personnages sont difficiles à identifier. Histoire très difficile à suivre. Pénible.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 frank miller for life !!, 20 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Batman The Dark Knight Returns (Relié)
j'aime beaucoup du tres grand frank miller
le batman et tres bien travaillè vieux et fatiguè
un scenario imparable ....
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Batman The Dark Knight Returns
Batman The Dark Knight Returns de Miller (Relié - 28 février 2013)
EUR 22,50
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit