Commentaires en ligne 


10 évaluations
5 étoiles:
 (9)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


5.0 étoiles sur 5 Le sens de la vie selon le Joker
Ce tome est la réédition version luxe d'un comics de 46 pages paru en 1988. L'histoire commence avec Batman qui se rend compte que le Joker s'est échappé une nouvelle fois d'Arkham. À partir de ce point de départ le lecteur est invité à assister aux exactions sadiques du Joker perpétrées à...
Publié il y a 5 mois par Présence

versus
3.0 étoiles sur 5 Un peu déçu
Je suis un peu déçu de ce livre, je pensais qu'il se centrais uniquement sur le passé du Joker. C'est en fait une histoire "standard" de lutte entre Batman et son pire ennemi, entrecoupé de 5 ou 6 pages de flashback sur la vie du clown prince du crime. Killing Joke n'en reste pas moins un classique à posséder.
Publié il y a 1 mois par LOSOAZ


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

5.0 étoiles sur 5 Le sens de la vie selon le Joker, 10 mars 2014
Par 
Présence - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Batman : Killing Joke (Relié)
Ce tome est la réédition version luxe d'un comics de 46 pages paru en 1988. L'histoire commence avec Batman qui se rend compte que le Joker s'est échappé une nouvelle fois d'Arkham. À partir de ce point de départ le lecteur est invité à assister aux exactions sadiques du Joker perpétrées à l'encontre de James et Barbara Gordon, à la confrontation qui s'en suit avec Batman et à découvrir l'une des origines possibles du personnage.

Les exégètes estiment qu'Alan Moore n'était pas au meilleur de sa forme quand il a écrit ce scénario. Néanmoins le personnage du Joker et sa psychologie sont admirablement bien rendus. La folie destructrice du Joker est palpable, ses exactions font naître un vrai malaise et une répulsion horrifiée chez le lecteur. Batman est sombre et ténébreux à souhait, même si Alan Moore bafoue quelques traditions comportementales (Il entre par la porte au lieu d'utiliser les fenêtres). Cette histoire se situe bien au dessus du reste de la production et elle mérite sans conteste sa place parmi les 10 meilleures histoires de Batman. De plus les atrocités commises par le Joker envers Barbara Gordon ont imprimées une marque indélébile sur ce personnage, sur Gotham et sur l'univers DC en général.

À eux seuls, les dessins de Brian Bolland font gagner ses 5 étoiles à cette histoire. Ce dessinateur rare réalise des planches d'une beauté exquise et d'une méticulosité à nulle autre pareille. Chaque expression faciale est travaillée pour devenir unique, chaque posture trouve l'équilibre parfait entre le caractère du personnage et l'efficacité de l'action, sans tomber dans le maniérisme. Chaque planche bénéficie d'une composition étudiée, privilégiant l'efficacité et la sobriété, sans tomber dans le tape-à-l'œil. Chaque case est d'une finesse extrême. C'est un délice rare pour les yeux.

Cette édition est dite "deluxe" pour les raisons suivantes. (1) Brian Bolland a refait la mise en couleur en adoptant des tons plus nuancé et moins criards. (2) Il a retouché une partie des dessins en particulier en supprimant l'ovale jaune qui servait de fond à la chauve-souris sur le costume de Batman. (3) Certains croquis et esquisses préparatoires ont été insérés à la fin du volume. (4) Une autre histoire de Batman (8 pages) illustrée par Brian Bolland a été mise en couleurs et intégrée. (5) Le format adopté est plus grand que celui des comics traditionnels.

La découverte ou la relecture de cette histoire permet de découvrir le sort de Barbara Gordon et de rencontrer un Joker inquiétant, dérangé, sadique, fou, voulant à tout prix imposer sa vision de la vie à son ennemi de toujours.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 C'est l'histoire de 2 fous ..., 26 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Batman : Killing Joke (Relié)
Killing joke est un comic book de Alan Moore, il s'agit ici de la version rallongée de l'histoire de base.
Ce comics établis les origines definitives du Joker sous forme de flashback géniaux de par l'ecriture et la mise en scene (passage au noir et blanc, la seule couleur est le rouge) qui ont lieux pendant que le Joker veut mettre a mal Gordon et sa fille Barbara.
Passé la blague des moins scrupuleux " 72 pages pour 13€, c'est ca la killing joke ", on se plonge dans cette oeuvre. Et quelle oeuvre ! Le scénario est géniale, la mise en scene et excellente, cette BD etablis la relation de dépendance et de haine complexe entre le chevalier noir et le Joker qui n'est au final qu'une victime poussée dans la criminalité. Ces 72 pages sont des pages d'une immense qualité, la quantité n'est meme plus un argument de critique de ce comic book tant sa qualité d'écriture est importante, c'est tout simplement un chef d'oeuvre et un monument de la BD, vous aimez Batman, mieux vous aimez le joker ? Alors cette BD deviendras votre saint graal et votre bible.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Comme au cinéma, 6 mars 2014
Par 
Tornado (Provence Côte d'Azur) - Voir tous mes commentaires
(TOP 10 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Batman : Killing Joke (Relié)
"Batman : Killing Joke" est un graphic-novel réalisé en 1988 par le scénariste Alan Moore et le dessinateur Brian Bowland.
Il s'agit d'un récit important pour la continuité, qui revisite les origines du "Joker" et propose une approche conceptuelle des personnages.
Alan Moore n'a écrit que deux histoires sur la figure de "Batman". La première, "Mortal Clay" (Batman Annual #11, 1987), un court mais brillant récit de 23 pages, est disponible dans l'anthologie L'univers des super-héros DC...

Tous les goûts sont dans la nature. Ainsi, "The Killing Joke" ne fait-il pas l'unanimité et certaines personnes contestent son aura.
Il faut tout de même remettre les pendules à l'heure à destination de ceux qui parlent de cette œuvre avec mépris. Certains critiquent d'ailleurs ce comicbook sans l'avoir lu, ou bien en l'ayant juste survolé ! Et puis aujourd'hui, on assiste à un retour en force du public mainstream qui plébiscite les comics infantiles et un grand nombre de ces lecteurs snobent Alan Moore par principe, jugeant ses dernières œuvres pompeuses et obscures.

Mais revenons à l'œuvre en question.
Rarement récit aussi court aura été aussi intense. Toute la quintessence de "Batman" est présente ici, en seulement 46 pages.
Comme dit plus haut, Alan Moore revisite les origines du "Joker". L'auteur de Watchmen (paru seulement deux ans auparavant) imagine le passé du vilain sur un mode triste et déchirant. Le personnage devient évident, palpable, naturel. Par une série d'ellipses et de sauts dans le temps, le lecteur découvre comment la Némésis de l'Homme chauve-souris a sombré dans le chaos et la folie meurtrière. Une mise en scène aussi simple que prodigieuse qui semble résister à l'épreuve du temps.
La figure de "Batman", sous une forme épurée, est également très bien assimilée. L'homme est sinistre, brutal et assez basique. Mais il cache sous une façade de marbre les mêmes névroses et les mêmes douleurs que ses ennemis. En ressort une vision iconique et monolithique du héros nocturne, peut-être un peu simple en définitive, mais parfaitement adaptée au mythe du personnage.

La virtuosité se trouve ici partout : Dans le scénario, dans le dessin (sacrée leçon de graphisme old-school infligée par l'immense Brian Bolland), dans la mise en scène, le découpage et l'ambiance. C'est tragique, profond et glauque (Il faut voir cette planche entière nous montrant le Joker abattant "Barbara Gordon" !). C'est également créatif au plus haut point, car si à la première vision le découpage peut paraître classique par sa symétrie, il recèle en vérité des trésors de trouvailles et de points de vue inédits, le montage étant pensé comme au cinéma, avec fondus enchaînés et ellipses de pure écriture cinégénique !
Enfin, la construction de l'intrigue en boucle bouclée autour du titre original "The Killing Joke" nous dévoile une confrontation "héros/vilain" anti-manichéenne telle qu'elle ne sera jamais égalée par la suite.
Et tous les auteurs de la série, depuis, considèrent cette histoire comme une pierre angulaire de la continuité "batmanienne"...

En 1988, alors que se profilait à l'horizon le premier film de Tim Burton dédié au personnage (Batman) et que la "Batmania" menaçait de tout emporter sur son passage, une rumeur circulait sur la possibilité que le scénario du long métrage adapte la trame de "The Killing Joke", entérinant le fait qu'Alan Moore avait écrit un récit très cinématographique ! Ce postulat, hélas, ne dépassa jamais le stade du fantasme...
Urban Comics reprend l'édition précédente éditée par Panini Comics (couleurs refaites -moins criardes- ; bonus divers -dont une courte histoire bonus de Brian Bolland himself !- ; galerie de croquis, couvertures alternatives et introduction de Tim Sale), mais en format deluxe (grand format). Une fois n'est pas coutume, l'ensemble est publié en papier glacé.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Incroyable, 12 août 2014
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Batman : Killing Joke (Relié)
On découvre la personnalité du personnage et nous apprenons comment il en est arrivé la.
Nous découvrons aussi la complicité et une étroite relation entre les deux personnages.
On arrive à comprendre le personnage mais je vous laisse le découvrir
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Un peu déçu, 9 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Batman : Killing Joke (Relié)
Je suis un peu déçu de ce livre, je pensais qu'il se centrais uniquement sur le passé du Joker. C'est en fait une histoire "standard" de lutte entre Batman et son pire ennemi, entrecoupé de 5 ou 6 pages de flashback sur la vie du clown prince du crime. Killing Joke n'en reste pas moins un classique à posséder.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Très bon volume, 23 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Batman : Killing Joke (Relié)
A lire absolument quand on est fan du genre. Bon scénario magnifiques colorisation. Un incontournable à ne pas manquer.
Bonne lecture!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 envoi rapide trés bien protégé parfait, 27 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Batman : Killing Joke (Relié)
un chef d'œuvre recolorisé,1 histoire de fous, un joker qui se révèle. sublime, inoubliable ,scénario et dessins au top à lire d'urgence
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 "Souriez !", 1 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Batman : Killing Joke (Relié)
Très bon comic qui retourne aux sources puis explique le passé des deux ennemis jurés. Curieusement le Joker a vraiment de l'énergie à vendre et à revendre (et c'est un peu normal puisque celui-ci est tombé dans une cuve d'acide.) De la fête foraine au fonctionnaire turpide il n'y a qu'un pas, n'est-ce pas ? Quel guichet choisir je me le demande...

Enfin c'est étrange comme les costumes de carnaval ont parfois l'air de tenues les plus sérieuses, tout comme d'ailleurs le criminel peut avoir l'aspect d'un innocent et le fou celui d'un juge juste et bon. Parfois le destin nous joue des tours et nous nous retrouvons absolument seuls, et de l'esprit jusqu'à la folie il n'y a soudain qu'un bond !

D'autre part il s'agit bien d'une des plus ambigues graphic-novel avec Batman, puisque les vues de nos deux héros semblent se rejoindre à la toute fin et ce sans pour autant considérer la vérité telle une courtisane de bas-étage - puisque de toute façon il s'agirait d'une gueuse appartenant quelque grappe... Bientôt le mariage donc ? En tout cas ce ne sont pas leurs grossiers poursuivants qui les attraperont un jour, ni non plus ces films débiles qui exploitent la batmania.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Culte!, 21 mars 2014
Par 
Biggy - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Batman : Killing Joke (Relié)
Quarante six ! Quarante six pages ! C’est le nombre de pages qu’il aura suffit à Alan Moore pour nous offrir l’un des plus intenses, des plus cornéliens tête-à-tête entre Batman et son meilleur ennemi. Quarante six pages pour permettre, une fois de plus, à Alan Moore de nous émerveiller.

Le Joker s’est à nouveau échappé de l’asile d’Arkham. Il a cette fois pour objectif de prouver la capacité de n’importe quel être humain de sombrer dans la folie après un traumatisme. Pour sa démonstration, il capture le commissaire Gordon et le soumet aux pires tortures que l’on puisse imaginer, à commencer par s’attaquer à sa chère fille, Barbara Gordon. (Contenu : Batman — The Killing Joke Deluxe Edition)

Batman apprend que le Joker s’est de nouveau évadé de l’asile d’Arkham ! L’éternel jeu de du chat et de la souris recommence donc à nouveau. Et Batman se demande, s’interroge sur comment cela finira entre eux deux. Il y a-t-il un autre terminus que la mort qui les attend dans leur lutte permanente ?

Mais ce n’est pour une énième confrontation lambda qu’Alan Moore permet au Joker de s’évader, non, loin de là. Son Joker veut prouver que ce qu’il est, est un simple concours de circonstances, que cela aurait pu être n’importe qui à sa place. Et nous comprenons cela grâce à une suite de flashbacks, où nous découvrons le vrai visage de celui qui allait devenir le Joker, et comment une suite de mauvais évènements l’on conduit à devenir celui qu’il est aujourd’hui. Véritables origines, ou une de plus sortie de l’esprit tordu du Joker, à chacun de voir ce qu’il souhaite.

Ces flashbacks merveilleusement mis en image par Brian Bolland ! Si Killing Joke est une pure réussite grâce à Alan Moore, c’est une perfection niveau graphisme grâce à Bolland. Rien que ses dessins donnent la note maximale au titre. Ses flashbacks sur le Joker en noir et blanc, avec quelques rares objets dans les tons rouge afin de donner une importance toute particulière au casque de Red Hood. Tout est maîtrisé du début à la fin ! L’agression de Barbara est tellement bien retranscrite, tout est là, la surprise, l’ambiance tragique et glauque, le découpage adéquat. C’est simple, on se croirait au cinéma, des arrêts sur images d’un vieux polar d’antan. L’action est fluide, limpide et ne souffre d’aucun défaut.
Un style old school qui est un ravissement pour les yeux ! Ses personnages sont en adéquation parfaite avec ce qu’ils sont, ce qu’ils représentent. Batman est grand, massif, brutal et cache ses failles sous un costumes terrifiant lui servant à être impassible, s’empêchant toute excentricité. Le Joker est maigrelet, semble fragile, fou, déjanté et caches ses failles sous son costume de clown lui servant à faire le pitre et ne pas se prendre au sérieux.

Le Joker s’échappe donc, et décide de montrer que chacun peut être le Joker, s’il vit les mêmes choses que lui. Et sa cible sera le commissaire Gordon. Après avoir tiré sur sa fille à bout portant sous ses yeux, Gordon va vivre une expérience traumatisante, malsaine, dérangeante et absolument insoutenable pour n’importe quel père, humiliante pour n’importe quel homme. Le Joker veut le faire craquer, il veut le voir se transformer comme lui s’est transformer en perdant les êtres les plus chers à son cœur avant de perdre son visage et sa raison.
Bien entendu, Gordon peut compter sur Batman, qui a son tour va avoir le droit à un monologue du Joker, laissant supposer que Batman est tout aussi fou que lui, mais ne l’accepte pas, ou pire ne le sait même pas. Les deux meilleurs ennemis se retrouverons alors face à face, et le Joker ira à raconter une blague à Batman, et tous deux se laissant aller à rire de bon cœur comme deux amis de longue date. Alan Moore arrêtant son récit là-dessus, laissant aux lecteurs tout le loisir de penser, d’imaginer la fin qu’ils veulent. Grant Morrison, dira en 2013, qu’en fait pour lui, Batman tuerait le Joker après cette blague. Ce qu’il en est vraiment, nous ne le saurons jamais. Cela est la propriété de chacun. Chacun ayant sa vision des choses.

Que dire si ce n’est que c’est un classique, que c’est culte, que c’est admirablement bien écrit et pensé, que c’est parfait au niveau des dessins, qu’Alan Moore nous offre une confrontation entre Batman et le Joker jamais vue et que l’on ne reverra jamais, qu’Alan Moore nous présente un Joker terriblement malsain, complètement fou et totalement déjanté. Du moins en apparence, peut-être. Avec Killing Joke, nous sommes en droit de nous demander si le Joker n’est pas tout simplement malheureux, et s’il ne cache pas cette tristesse sous un humour détestable afin de se venger du reste du monde, de se venger d’avoir vécu tout ça et d’être devenu celui qu’il est. Triste mais pas fou donc, il ferait tout cela en pleine conscience ! Cela le rend sans doute encore plus dangereux et plus néfaste !

Une superbe édition, avec la version recolorisée par Brian Bolland, une histoire courte de Bolland lui-même, où un anonyme se rêve en étant l’assassin de Batman, une préface de Tim Sale, les mots de Brian Bolland lui-même, une flopée de couvertures, des croquis…

Bref, Killing Joke offre la plus belle confrontation entre Batman et le Joker, des scènes chocs et violentes, une fin ouverte, des origines intenses, une œuvre qui se doit d’être dans votre bibliothèque ! Alan Moore nous offre sans doute le Joker le plus fous que l’on puisse voir mais également le plus humain.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Souriez, 23 mars 2014
Par 
Thierry "Thierry" (Lyon, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Batman : Killing Joke (Relié)
La réédition de ce comics mythique est bienvenue. Cela fait 25 ans que j'attendais de pouvoir relire cette BD qu'on ne trouve plus qu'en occasion.
Elle n'a pas pris une ride ! C'est toujours la même claque.
Certaines BD ont très mal vieilli, là le trait est incroyable de précision. La narration est moderne et surtout la violence est terriblement présente. Et c'est peut-être le seul élément qui nous ramène dans le passé. Je ne sais pas si aujourd'hui une telle violence serait autorisée ou si elle passerait à la censure.
C'est un de mes épisodes de Batman préféré avec le DarkKnight de Franck Miller.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Batman : Killing Joke
Batman : Killing Joke de Alan Moore (Relié - 6 mars 2014)
EUR 13,00
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit