undrgrnd Cliquez ici Baby RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

7
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Transmetropolitan tome 1
Prix:22,50 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Faire un comics en créant un héros très fortement inspiré de l'inventeur du journalisme gonzo Hunter S. Thompson, il falait non seulement oser mais aussi avoir cette idée tordue. Le résultat est hallucinant et à l'image de Thompson: bourré d'humour, original bien entendu, cynique, tendu, violent, délirant et frappadingue. Ca dégomme à tout va, part dans toutes les directions en maintenant tout de même une ligne directrice et présente un futur fantasmé mais mettant en exergue toutes les tares sociétales possibles. Bref, c'est intelligent tout en restant complètement fun, action et humour accompagnant les péripéties loufdingues et urbaines du journaliste sous perpétuelle tension. Le dessin est à la hauteur, dans la pure tradition des comics américains, très coloré et fourmillant de détails sans créer de surcharge. En un mot: rock'n'roll. Et bien jouissif.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 12 février 2014
"Transmetropolitan" est une série débutée en 1999 par le scénariste Warren Ellis et le dessinateur Darick Robertson sous le label Vertigo, la branche adulte de l'éditeur DC Comics, réservée aux auteurs et à leurs créations personnelles. Il s'agit de l'une des séries phares de Warren Ellis, qui demeure l'un des meilleurs scénaristes du monde des comics.
Cette nouvelle collection de l'éditeur Urban Comics est très différente de la précédente (parue chez Panini Comics) puisque le format "deluxe" est beaucoup plus grand et que toutes les planches ont été imprimées sur papier mat.

C'est l'histoire de "Spider Jerusalem", un journaliste d'investigation à l'esprit punk hardcore, passablement drogué et caractériel, qui exerce ses fonctions dans le New-York du futur, devenu une mégalopole si grande et désincarnée, qu'elle a été rebaptisée purement et simplement "The City".
D'abord exilé à la campagne, puis forcé de revenir à la ville pour y honorer un ancien contrat, le "journaliste Gonzo" (spécialisé dans les articles ultra-subjectifs) succombera à sa nature subversive et entreprendra un combat sans merci pour la vérité en s'élevant contre la corruption des autorités et en dénonçant les abus de pouvoir du président des Etats-Unis en personne...

Du début à la fin, "Transmetropolitan" est une série irrévérencieuse, pour ne pas dire scabreuse, insolente, crade, ultra-provocatrice, destroy, obscène, décadente, et réservée aux adultes...
C'est méchant, vicieux et sadique (petit chien écrasé, enfant violé...), mais c'est bourré de réflexions sur nos sociétés modernes.
Derrière des atours science-fictionnels, Warren Ellis brosse un tableau acide de nos sociétés contemporaines, dont la série n'est en définitive qu'une simple parodie, tel un miroir déformant à peine les traits.
Mais le thème le plus fort de la saga demeure celui du "poids des mots", qui s'impose en réalité comme le principal "super-pouvoir" de son héros, et fait ainsi écho à la force de Warren Ellis en position d'auteur, qui utilise son récit à des fins divertissantes certes, mais avant tout comme une réflexion sur la nécessité d'une société basée sur la vérité et la force de l'écriture comme arme de défense ultime.
A l'arrivée, "Transmetropolitan" est un concept puissant, qui opère une boucle en faisant du héros l'avatar de son scénariste. Ce dernier, tel les grands auteurs de science-fiction, utilise son médium comme une parabole afin de prévenir les maux de notre société en devenir, déjà à l'œuvre au temps présent...

Le personnage de "Spider-Jerusalem", bourré de défauts et de tares immondes, devient paradoxalement très attachant au fil du récit. Il nous guide au travers des 60 épisodes que comporte la série (5 tomes en français), jusqu'à ce que sa quête de vérité totale dans un monde ultralibéral où le mensonge est roi devienne vraiment passionnante.
Dans ces premiers épisodes, le lecteur fait connaissance avec le personnage principal qui vit au départ reclus dans un chalet à la montagne sous les traits du scénariste Alan Moore ! Passé cet hommage à son ainé, Warren Ellis débarrasse son héros de ces premiers atours hirsutes et opère un virage à cent-vingt degrés en le rasant complètement pour lui offrir en définitive l'allure d'un punk new-âge...
Dans les prochains tomes, des arcs à la narration classique jubilatoires s'entremêleront avec des épisodes indépendants de facture plus "expérimentale", beaucoup plus opaques, mais très originaux.
La saga dans son ensemble s'impose de toute manière comme un grand moment de l'histoire du comicbook pour adulte.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ce tome regroupe les épisodes 1 à 12 de la série du même nom, initialement parus en 1997/1998, soit les 2 premiers de l'édition américaine. C'est donc le début de Transmetropolitan écrit par Warren Ellis et dessiné par Darick Robertson.

-
- Back on the streets (épisodes 1 à 6) -
-

Suite à un suicide collectif dans lequel il a sa part de responsabilité, Spider Jerusalem a choisi de se retirer dans les montagnes où il coule une vie heureuse faite de beuveries, de drogues et d'air pur, pendant 5 ans. Malheureusement, il doit encore 2 livres à son éditeur qui trouve le moyen de l'obliger à retourner à la Ville (une version futuriste de New York). Spider Jerusalem est adepte du journalisme gonzo. Dans les 3 premiers épisodes il se fait réembaucher par un grand quotidien et il couvre une révolte organisée dans un quartier de la Ville qui veut faire sécession. Dans le quatrième épisode, son employeur lui affecte une assistante dénommée Channon Yarrow et ils s'en vont interviewer le président des États-Unis. Dans le cinquième épisode, Spider Jerusalem prend l'un des plus gros risques de sa vie : il décide de passer une journée à regarder la télévision. Dans le sixième épisode, il se lance à la recherche d'une religion valable parmi toutes celles qui sont présentes dans la Ville.

"Transmetropolitan" est une série parue de 1997 à 2002 qui comprend 60 épisodes regroupés en 11 tomes (numérotés de 1 à 10 + le tome 0). Dans un premier temps, Warren Ellis a souhaité rendre hommage au journalisme Gonzo popularisé par Hunter S. Thompson (au-delà de ses écrits, le film Las Vegas Parano peut donner une petite idée du concept.). Le journalisme gonzo est une méthode d'investigation journalistique axée sur l'ultra-subjectivité : informer le plus possible le lecteur sur la nature et l'intensité des facteurs déformant son point de vue pour recomposer une image vraisemblable de la réalité. Donc Spider Jerusalem est adepte des drogues qui transforment la vision de la réalité, il n'hésite pas à mouiller sa chemise en étant au coeur de l'action, voire parfois en en étant son catalyseur ou même son acteur. Il est à la recherche de la vérité et rien de l'arrêtera pour exposer les faits. Warren Ellis s'en donne à coeur joie pour tirer à boulet rouge sur tout ce qu'il n'aime pas. Son personnage en quête d'absolu dénonce tout ce qu'il croise sur son chemin : les manipulations politiques quand la fin justifie les moyens, la nature terriblement humaine de nos dirigeants, la société de spectacle télévisuelle, le besoin artificiel d'églises toutes plus loufoques les unes que les autres et la mascarade des faux prophètes.

De son coté, Darick Robertson a la tâche peu enviable de créer un univers visuel cohérent à partir de tous ces éléments. Et le résultat est tout à fait convainquant. Le personnage de Spider Jerusalem frappe l'imagination avec sa petite silhouette, ses expressions faciales décidées et sarcastiques et ses superbes tatouages tribaux (qui restent consistant d'une illustration à l'autre). Sa conception d'un futur proche et probable plonge le lecteur dans une anticipation plausible, sans ridicule (sauf peut être pour le chat à 3 yeux et 2 bouches, mais on peut penser qu'il s'agissait d'une exigence du scénario). En particulier, Robertson a très bien représenté la surcharge d'informations visuelles liées aux publicités agressives. Les décors regorgent de détails qui leur donnent une densité et une réalité palpable qui provoque une immersion totale dans ce monde. Et puis chaque émotion traverse les visages des personnages d'une manière très expressive et très réaliste (avec une réussite exceptionnelle pour le marathon télé). Cette capacité à représenter les émotions provoque une empathie totale avec l'état psychologique des personnages et de Spider Jerusalem en particulier. Il sait parfaitement doser les éléments informatifs avec quelques touches d'humour visuel qui viennent compléter l'histoire sans la phagocyter (page 38, la semelle de Spider est magnifique, les attributs des différents prêtres sont inventifs, etc.).

En tant qu'introduction, ce tome est une vraie réussite : personnage principal abouti, abrasif et unique + environnement captivant. En tant qu'histoires en elles mêmes, je reste un tout petit peu sur ma faim. Warren Ellis pointe du doigt plusieurs travers de nos sociétés, en restant sur un mode destructif qui ne propose rien à la place.

-
- Lust for life (épisodes 7 à 12) -
-

Dans l'épisode 7, Channon Yarrow explique à Spider Jerusalem que son ex-petit ami a choisi de se faire télécharger (download) ; elle ne sait pas très bien ce à quoi cela correspond. Il se trouve que l'entreprise qu'il a choisie pour ce téléchargement est gérée par une vieille connaissance de Jerusalem. Ce dernier fait en sorte que Channon puisse assister à l'opération.

Dans l'épisode 8, Warren Ellis nous invite à suivre Spider Jerusalem lors de ses recherches pour l'écriture d'un article sur les personnes cryogénisées qui sont ramenées à la vie pour être guéries et rendues à la société.

Toujours dans le cadre de l'écriture d'un article, Jerusalem enquête et se rend dans les réserves de protection de civilisations qui existent dans la Cité.

Ce tome se conclut par une histoire en 3 parties dans laquelle Spider Jerusalem doit faire face aux conséquences d'un de ses articles qui dénonçait les pratiques abusives d'une entreprise, au risque du retour de son ex-femme et à un enfant qui semble être de lui. Et comme une catastrophe n'arrive jamais seule, il a également été déconnecté du réseau et un flic d'une race inattendue est à ses trousses.

Avec cette deuxième partie, Warren Ellis passe la vitesse supérieure et aborde de front de possibles avancées technologiques avec une prise de position marquée. Par exemple, la désincorporation du petit ami de Channon aborde la question de la nature de l'être humain et d'une certaine manière de son âme (sans connotation religieuse), tout en faisant miroiter une application possible du tout électronique. Le retour à la vie des cryogénisés revient sur un thème de science fiction classique avec une approche sociétale inattendue, tout en étant en parfaite cohérence avec le personnage de Spider Jerusalem. Les réserves de civilisation en voie de disparition emmènent le lecteur dans une direction inattendue, tout en continuant à insérer des variations sur le questionnement de "Que devenir quand la science permet tout ?".

L'histoire finale constitue un mélange de 3 histoires racontées simultanément et qui ne semblent avoir été mélangées que pour tenter une structure narrative différente. Je ne suis pas vraiment convaincu par cette structure. Par contre Ellis continue de donner un point de vue original sur l'impossibilité d'accéder au réseau, sur une nouvelle race de policiers et sur une nouvelle variation de choix de vie sur la base de convictions personnelles déconcertantes, choix rendu possible à nouveau par une technologie d'anticipation.

Même s'il est facile de l'oublier tellement le scénario est fort, Darick Robertson accomplit un travail ahurissant de création d'images à la hauteur des concepts et des scènes comiques du scénario. Spider Jerusalem continue d'avoir une apparence très particulière (les tatouages y sont pour beaucoup), mais aussi un langage corporel spécifique avec des attitudes qui n'appartiennent qu'à lui (en particulier sa sale habitude de mordre les filtres). Chaque vision d'un nouveau quartier de la Ville apporte une atmosphère particulière très forte et pleinement habitée par les particularités de ce quartier et de ses commerces. La visualisation des êtres désincorporés suggère des possibilités qui complètent les éléments contenus dans les dialogues. Les expressions faciales des êtres décryogénisés brillent par leur justesse et leur densité émotionnelle. Et les personnages créés pour la dernière histoire resteront longtemps dans ma mémoire que ce soit le policier Stomponato, l'ex-stagiaire de Jerusalem, et les membres du culte bizarroïde. Le boss de Spider a droit à de superbes pages et Spider lui-même a droit à une séquence mémorable dans des sanisettes.

Warren Ellis ne se limite pas à inventer des technologies futuristes, à sonder leurs implications pour l'homme de la rue, il raconte des histoires captivantes avec un humour à froid très anglais, très incorrect et très drôle. Avec cette partie, j'ai découvert que cette série n'a pas volé sa réputation.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 4 mars 2015
ça faisait un moment que cette bd m'attirait mais j'avais peur d'être déçu. Et bien non! C'est énorme! Le "héros" est déjanté à souhait et la 1ère histoire vraiment bien ficelée (y'a du remplissage en 2ème moitié de bouquin mais ça se lit). Les dessins sont sympa sans être sensas'. Le cyberpunk présent sans être trop cradingue (malheureusement). Maintenant, il me faut le tome 2! :-)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 27 août 2014
A lire, à conseiller, à offrir, à prêter absolument.
Les comics ce n'est pas que des superhéros, c'est aussi des brulots fantastiques comme ce Transmetropolitan. Du grand Ellis. Un incontournable.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 14 juin 2015
On ne présentera plus Spider Jerusalem, personnage carrément drogué, déjanté, tatoué, psychédélique. On lit, on dévore, on adhère, on ne décroche plus, on se roule par terre en attendant d'acquérir le tome 2 !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 1 septembre 2014
Grand moment de détente pour les aventures du très caustique journaliste dans un univers post-moderne qui fourmille de détails savoureux.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Transmetropolitan tome 2
Transmetropolitan tome 2 de Warren Ellis (Relié - 10 juillet 2014)
EUR 28,00

Transmetropolitan tome 3
Transmetropolitan tome 3 de Nathan Eyring (Relié - 6 février 2015)
EUR 22,50

TRANSMETROPOLITAN tome 4
TRANSMETROPOLITAN tome 4 de Warren Ellis (Broché - 19 juin 2015)
EUR 22,50