undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles29
4,6 sur 5 étoiles
Format: Relié|Modifier
Prix:11,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

C'est sûr: Rome ne s'est pas faîte en un jour . Mais avec un album tous les trois ans , les auteurs de Murena ne sont pas loin des délais de reconstruction d'une ville brulée ! Cependant , l'attente est à la hauteur des espérances de la secte adorant cette remarquable BD , après un volume 8 terne et un peu enfumé .

Comme la fameuse série Rome - L'intégrale , Dufaux et Delaby mêlent la fiction à la réalité historique avec maestria . A la fin des 46 pages de chaque volume de Murena , le lecteur se sent diverti mais aussi plus érudit , intelligent et au clair avec le règne de Néron dont cette saga passionnante fait la "réhabilitation" .

Si l’empereur , comme tous les césars a du sang sur les mains , il n'est pas cet être sanguinaire et dépravé de la légende . Dufaux et Delaby le dépeignent au contraire comme un jeune homme de bon sens déchiré entre la raison , la passion et ses responsabilités politiques . Un homme dont la cruauté obligatoire compte tenu du contexte de l'époque le dispute à la bonté sincère .

Et c'est ce qui fait le ressort de toutes les tragédies depuis l'antiquité : le jeune empereur manipulé par un entourage vil et sournois sombre peu à peu dans la folie , lui qui a indirectement été à l'origine de la mort de ceux qu'il aimait ( Britanicus ) , lui qui a ordonné la mort de sa mère qui sapait son autorité , lui qui , sous la pression populaire va signer l'arrêt de mort des Chrétiens et de Saint Pierre qu'il aime profondément . Comment ne pas penser à l'indécision de Pilate qui fut contraint pour maintenir l'ordre public de tuer un Nazaréen 60 ans auparavant ?

La crucifixion du premier pape de la chrétienté est montrée dans toute sa cruauté avec des détails qui en font le pivot de l'histoire , voire de la série . Face à cette violence assez insupportable , Néron passe du statut de matricide à celui de criminel contre l'humanité ( terme à prendre avec des pincettes , puisque cette notion n’apparaitra que 2000 ans plus tard dans le droit international ) . Il décime en effet des innocents sans aucune preuve , et tue un apôtre . Le talent des auteurs est de pouvoir rendre le drame de ces décisions et leurs conséquences aussi bien pour les coupables que les victimes . Pourquoi cette histoire est elle si puissante ? Parce qu'elle y mèle habilement histoire , politique et la naissance d'une religion dont on connait l'importance dans la suite de l'humanité .

Les dessins de Delaby sont à la hauteur des ambitions de la série . Des plans de Rome élaborés par Néron à l'identité visuelle travaillée pour des personnages d'arrière plan , des détails de la conception de la croix à la couverture , on est dans le haut de gamme . Regardez cette main qui se tord de douleur . Elle raconte une histoire d'un homme sans visage . Est il mort ? Ou vient t'il d'être mise en croix ? Toujours est il qu'un simple détail entre les mains ( sic ) de ce dessinateur devient la nourriture pour le cerveau et l’imagination du lecteur.

A la fin de Murena , les personnages sont épuisés , brisés en quête d'une rédemption dont on sait qu'elle ne viendra pas . La chute promet d'être terrible ....
1010 commentaires|23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 juin 2013
l 'un des évênements majeurs dans le domaine de la bd de cette année 2013 ( il y en aura d 'autres d 'ici la fin de l 'année) .rome a brûlé ; l 'empereur se voit recommandé par une partie de son entourage de faire porter le chapeau à la population juive et aux chrétiens ( donnes au peuple du pain et des jeux , il ne se révoltera pas ...).des crapules profitent du malheur de la population pour s 'enrichir sur l 'immobilier ( non!).balba affronte une nouvelle fois le terrible massam dans un duel a mort .lucius murena aime claudia ( si vous voulez avoir une idée de la beauté des femmes de l 'époque , outre cette série , allez au musée d 'art moderne à rome) qui veut le dissouader de rencontrer a nouveau l 'empereur .des intrigues se nouent .riche en détails , bien documentée , on attend la suite avec impatience .indispensable dans toute bdthèque qui se respecte .
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 juin 2013
Un des meilleurs tomes de cette série époustouflante à tous points de vue :décors, personnages, intrigues, rebondissements, psychologie, détails de chaque case...
Rome a brulé et tout doit être reconstruit. Pas seulement les bâtiments mais aussi les êtres. Néron pense à sa postérité mais se heurte aux intérêts de sa cour et se laisse dicter l'extermination des chrétiens guidés par l'apôtre Pierre. Quant à Murena, il tente de rebâtir le quartier, sa domus et d'oublier sa haine de l'empereur dans les bras de la jolie Claudia.
Une scène de combat épique entre les 2 ennemis jurés Balba et Massam rompt la linéarité du récit. La place des personnages est remarquablement équilibrée. Les cadrages, les images avec multiples personnages, le dessin de couverture (comme toujours), le portrait de Pierre en page intérieure... tout côtoie la perfection ! En plus, on a vraiment l'impression que l'intrigue avance, plusieurs personnages meurent, ça sent l'affrontement final !
Personnellement, je n'ai rien trouvé de choquant dans la (désormais) fameuse scène de sexe, c'est tout simplement beau.
Bref dessinateur, coloriste, scénaristes sont tous à féliciter pour continuer à nous procurer autant de plaisir de lecture.
Sans conteste, pour moi une des meilleures séries BD.
PS : seul bémol, on ne rigole pas beaucoup dans ce "Murena" mais j'ai trouvé une case à sourire page 5 : je trouve que Tigellin ressemble un peu à notre ancien président (la barbichette en plus)!!
33 commentaires|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 juillet 2013
Déjà, voir ci-dessus, mais de plus intrigue mêlant superbement adaptation et vérité historique, équilibre entre séquences érotiques (terriblement sensuelles) et les scènes d'actions. Par rapport aux scènes "chaudes", j'ai appris que deux planches avait été censurées car jugées too hot et qu'elles feraient l'objet d'une publication en novembre 2013, grand amateur d'érotisme, je les attend avec impatience.
Je recommanderais ce titre ainsi que toute la série à tout amateur de vérité historique adapté à une intrigue tenant le lecteur en haleine.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
"Revanche de cendres", le 8ème chapitre, marquait une fin de cycle. Rome venait de se consumer lors du terrible incendie causé accidentellement par Lucius Murena.

Dans ce 9ème volume "Les Epines", on découvre les desseins de Neron qui veut reconstruire une ville à sa mesure et trouver un coupable à offrir à son peuple. Poussé par son cruel conseiller, il va accepter de sacrifier les chrétiens. Les croix de Tau vont "pousser" sur les ruines de Rome.

Contrairement à beaucoup qui "donnent tout" pour le dessin de couverture et se contentent du minimum à l'intérieur, le dessinateur Philippe Delaby ne triche pas pour attirer le chaland. Les 46 pages sont toutes splendides. Le trait est fin, précis, d'une lisibilité constante. Découpage, perspectives, rendu des mouvements...On frôle la perfection.
Le plus grand dessinateur actuel ? Peut être bien.

De son côté, le scénariste Jean Dufaux continue à jouer -respectueusement- avec l'Histoire, tout en gardant à son récit, beaucoup de rythme, ce qui manquait un peu dans les volumes précédents. Les caractères de ses personnages sont fouillés, leurs faiblesses (les doutes de Neron, l'humaine lâcheté du Centurion Rufalo, la haine qui consume Murena...), comme leur grandeur (le courage de Pierre, la bravoure de Balba...), sont exposées avec beaucoup d'intelligence et de crédibilité.

Après Jérémy Petiqueux, c'est maintenant Sebastien Gérard qui assure la mise en couleurs pour un résultat tout aussi remarquable. Aucun souci de continuité n’entache donc la série.

Que dire de plus, sinon que Murena fait partie de ces séries qui font parfois la grandeur de la bande dessinée et qu'elle est absolument indispensable.

Reste à évoquer maintenant l'incroyable pataquès autour des scènes de sexe qui auraient du figurer dans cet album (et notamment un trio avec instrument qu'on devine page 34). Dargaud a refusé et après concertation, un compromis a été trouvé : la scène entière accompagnée d'un cahier sur la sexualité romaine, sortira en novembre, sur un tirage spécial de ce 9ème volume.

Je trouve cet épisode ridicule.

Dans cette édition "censurée", on a droit à un peu de nu (très joli), on devine que la dame joue bien du buccin, qu'il n'y a pas que les croix qui se dressent dans Rome et que la servante va utiliser ce qui n'était pas encore un canard. Je ne sais pas ce qui nous attend en septembre, mais je sais que ce sera sans moi.

Murena est une série historique, qui comporte des scènes assez violentes et aussi, parfois du sexe, mais le tout dans des proportions telles que jusqu'à présent, on pouvait laisser traîner la BD chez soi, sous les yeux des enfants. En novembre, on est censé faire quoi ? Et pourquoi ne pas signaler cette option à l'acheteur du mois de juin : on est à court de stickers chez Dargaud ? Ou mieux, pourquoi n'avoir pas proposé en même temps la version "normale" et la "spéciale" ?

Mais c'est surtout la justification par Dufaux, des scènes de c.l (à venir) qui me hérisse le poil : le sexe était important à Rome, la notion de péché n'existait pas, bla bla...Donc, il est normal de montrer cet aspect, bla bla.

Peut être.
Mais la question principale n'est-elle pas davantage : ces scènes (comme d'autres), apportent elles un "plus" ? Est-ce que cela va renforcer la cohésion de l'histoire ? Dufaux fait référence dans ses interviews, à la série "Le Trône de Fer" pour son mélange réussi selon lui, de sexe et de violence, en négligeant le fait que cette série a justement, gommé certains excès dans sa 2ème saison (mais ils ont repris depuis), mais surtout le fait qu'elle est interdite aux - 16 ans.

Est-ce que pour satisfaire au souci de réalité, il faut aligner les cases blanches au motif ou que souvent il ne se passait pas grand chose dans une journée, orner toutes les cases de tripes au motif que l'époque était violente ? Avec un raisonnement pareil, toutes les pages d'histoire de l'humanité traitées en BD, seraient rouge sang.

Je sais bien qu'il est toujours de bon ton de s'élever contre la censure, mais dans cette affaire, je trouve que la position initiale de Dargaud (maison clairement située dans la production d’œuvres grand public) était cohérente et que le compromis trouvé est particulièrement bancal. S'il s'était agi d'un album entier de sexe, j'aurais compris la nécessité d'un tirage à part, mais là, pour quelques cases...Dufaux s'était montré quand même moins pointilleux dans le tome 6 ("Le sang des bêtes")où il traitait déjà du trio d'amoureux avec servante.

Bon allez, on attend quand même avec impatience le 10ème volume.

Mais, s'agissant d'épines, je me contenterai de celles de cette version.
88 commentaires|20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Murena repart sur des très bonnes bases. Après l'incendie, rome doit être reconstruite et des responsables doivent être trouvés! les responsables, les chrétiens bien sur... L'histoire est toujours enlevée, les dessins sont toujours aussi sympathiques et en fermant le tome, on attend la suite! c'est tout se qu'on demande d'une bande dessinée!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Après la « Revanche des cendres », Rome renaît de ses cendres dans « Les épines ». Suite à l'incendie, Néron se retrouve face à l'épineuse situation d'une tragédie humaine sans coupable. Il doit donc trouver un bouc-émissaire et entre les Juifs et les Chrétiens, son coeur balance...

Ce neuvième opus est aussi bon que les précédents. Les créateurs de la BD dépoussièrent avec une remarquable rigueur documentaire les poncifs de l'Histoire. La personnalité de Néron apparaît plus complexe et les questions politiques très actuelles. Les dessins sont réalistes et sensuels.

J'ai une seule critique. Plus de 3 ans d'attente entre les tomes 8 et 9, ne serait-ce pas trop long pour les lecteurs même patients ?
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 juillet 2013
Pour les fans qui ont suivi depuis le début et qui se passionnent pour cette histoire dure mais néanmoins très belle...
Dessins magnifiques et intrigue qui se laisse apprécier..
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 août 2013
il y a des bd qui se déprécient par pur business, celle ci se bonifie. Les dessins sont très soignés tant au niveau de l'architecture impressionnante que des couleurs et des détails. Le scénario est toujours fidèle à la réalité avec quelques adaptations qui ne peuvent être contredites (notamment Néron), on appréciera la qualité de la recherche historique, l'exactitude architecturale.
Ah! se retrouver dans la Rome de Néron quel merveilleux rêve.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 21 décembre 2015
Tome 9 de cette superbe série. Nous sommes toujours impatients de lire la suite et la fin des aventures de Lucius Murena. Il a fallu trois ans pour voir apparaître ce tome et nous sommes déjà à deux ans et demi depuis sa publication. C’est avec patience que nous attendrons le tome 10. J’espère néanmoins que cette série ira jusqu’au bout.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)