Commentaires en ligne


6 évaluations
5 étoiles:
 (6)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un livre indispensable, 24 mars 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Souvenirs et Solitude (Version Poche) (Poche)
Ce livre mérite d’être dans toutes les bibliothèques, la publication de ce journal Souvenirs et Solitude aux éditions Belin participe à la réhabilitation de la mémoire de Jean Zay qui défendait une certaine idée de la République. En effet, aujourd’hui, même si environ cent cinquante établissements scolaires portent désormais son nom, « Jean Zay n’occupe qu’une place modeste et secondaire dans notre mémoire politique » note l’historien Antoine Prost. Une lecture indispensable pour les jeunes générations afin de connaître l’œuvre du ministre de l’éducation et des beaux arts qui est le plus jeune ministre de la IIIième République à 32 ans et est resté 39 mois aux affaires. Malgré ce contexte politique haineux propre aux années 30, l’action ministérielle du ministre Jean Zay est retentissante et visionnaire :
• Il impulse de profondes réformes de l’enseignement scolaire et technique : il introduit dans son projet de loi scolaire, l’orientation selon les goûts et les aptitudes des élèves, éveillés par une pédagogie novatrice. Ce système éducatif profondément rénové devra s'intégrer dans un ensemble englobant de multiples activités périscolaires, notamment l’éducation physique. Il prolonge l’obligation scolaire jusqu’à 14 ans et dédouble les classes à partir de 35 élèves. Dans l’enseignement supérieur, il fait doubler le nombre de bourses et créé en juillet 1936 le comité supérieur des œuvres sociales pour les étudiants, ancêtre des CROUS.
• Il dépose un projet de loi sur la création d’une Ecole Nationale d’administration. C'est en effet à l'Etat de contrôler la formation des hauts fonctionnaires qui vont le servir, et de garantir à tous l'égalité d'accès aux carrières publiques. « Quel enfant du peuple n’a jamais pu être ambassadeur ? » dira-t-il. Le projet de loi, voté en 1938 par la Chambre, est bloqué au Sénat. Il aboutira après- guerre en 1945 dans le cadre de la mise en œuvre du programme du Conseil national de la résistance.
• Il crée avec le scientifique Jean Perrin le centre national de recherche scientifique (CNRS) et donne une définition juridique d’un statut des chercheurs. Il se bat pour une augmentation des crédits de la recherche qui passent de 15 millions de francs en 1936 à 35 millions de francs en 1939.
• Il soutient les artistes et des créateurs par un projet de réforme du droit d’auteur et du contrat d’édition venant combler un vide juridique : il participe à la naissance du droit de la propriété intellectuelle qui n’émergera en droit positif qu’en 1957.
• Il réforme les archives nationales et la bibliothèque nationale orientée sur les lectures publiques et, dans le cadre des avancées du front populaire en terme de congés payés, de la réduction du temps de travail à 40 heures, Jean Zay développe l’ouverture des musées et du théâtre aux classes populaires. Il soutient également la musique par la création des théâtres lyriques nationaux par une loi du 14 janvier 1939.
• Il est à l’origine de la création du premier festival de Cannes qui aurait dû avoir lieu du 3 au 20 septembre 1939 en réponse aux palmarès cinématographiques à orientation fasciste de la Mostra de Venise.
Après la déclaration de la seconde guerre mondiale et le périple sur le paquebot Massalia jusqu’au Maroc avec d'autres députés opposés à l'armistice. Il es renvoyé en métropole et Jean Zay est interné le 20 août à la prison militaire de Clermont-Ferrand où il rédigera son journal Souvenirs et Solitude transmis grâce à son épouse Madeleine. Dénoncé pendant des mois par une violente campagne de presse publiant ses carnets secrets, orchestrée par Philippe Henriot, ministre de l'Information du gouvernement à Vichy, qui réclame la condamnation à mort de Jean Zay comme Juif, franc-maçon, antimunichois, antihitlérien et ministre du Front populaire. Le 4 octobre 1940, le tribunal militaire permanent de la 13e division militaire, siégeant à Clermont-Ferrand, le condamne comme officier pour désertion en présence de l'ennemi à la déportation à vie et à la dégradation militaire. Le 20 juin 1944, des miliciens de Joseph Darnand viennent le chercher à la prison, sous le prétexte d'un transfert à la prison de Melun, lui laissent entendre ensuite qu'ils sont des résistants déguisés qui ont pour mission de lui faire rejoindre le maquis, et l'assassinent dans un bois, près d'une carrière abandonnée, au lieu-dit «Les Malavaux», à Molles, dans l'Allier. Exhumés fin 1947, les restes de Jean Zay sont identifiés grâce à sa fiche dentaire et aux mensurations données par son tailleur. Jugé en février 1953, le milicien est condamné à mort par le tribunal militaire de Lyon et fusillé. Jean Zay est inhumé dans le grand cimetière d'Orléans depuis le 15 mai 1948.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Sachez qui il est..., 18 avril 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Souvenirs et Solitude (Version Poche) (Poche)
On connait tous ce nom, Jean Zay, donné à une rue, une école, un équipement culturel.
Apprenez de sa plume ( ou plutôt de son crayon...) qui il fut, ce jeune homme, "liquidé" à moins de 40 ans par les sbires de Pétain tant il faisait honte à la collaboration...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Mérite le Panthéon et l'académie française., 24 mai 2013
Par 
Claude Milon (bretagne) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Souvenirs et Solitude (Version Poche) (Poche)
Grand homme d'état qui écrivait bougrement bien. Ses assassins privèrent l'humanité d'un bienfaiteur ! Fin tragique, odieuse inadmissible. Il a fait beaucoup pour l'instruction publique, le théâtre et le cinéma.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 jean zay, 29 juillet 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Souvenirs et Solitude (Version Poche) (Poche)
très belle présentation, pas de problème. Très bonne présentation quelque chose d'essentiel à lire et relire Souvenirs et Solitude (Version Poche)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Un homme digne, 17 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Souvenirs et Solitude (Version Poche) (Poche)
Digne aussi de Jules Ferry qui le précéda. Il fut un ministre de l' Education nationale et des Beaux Arts, intelligent et cultivé.
Il nous livre, dans cet ouvrage des témoignages sur sa vie en prison, avec ses humiliations, ses réglements iniques, et dans lesquels la solitude est un des maîtres-mots. Et pourtant c'était un patriote et un grand républicain, un homme respectueux des .
lois. Il a laissé une oeuvre considérable et le régime de Vichy l'a odieusement traité.
Et nous en apprenons avec lui sur les circonstances d'alors, permettant les rancoeurs, les jalousies, les haineuses représailles.
Pendant ces années, de décembre 1940 à octobre 43, date à laquelle s'arrêtent ses souvenirs, il fera preuve d'une incroyable sérénité.
Ce livre n'est pas seulement un témoignage sur sa vie en prison. La vie politique y est présentée comme aucun livre d'histoire ne pourrait le faire. Nous suivons avec intérêt tous les dessous de la politique. Passionnant.
Hélas, au bout de la solitude, la mort, violente.
Des jugements politiques ont provoqué sa mort, sa mort qui est un crime.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 emouvant, 10 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Souvenirs et Solitude (Version Poche) (Poche)
très bel ouvrage prenant et émouvant et un grand merci posthume a Mr ZAY.
A LIRE ET A CONSEILLER AUTOUR DE VOUS.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Souvenirs et Solitude (Version Poche)
Souvenirs et Solitude (Version Poche) de Zay Jean (Poche - 14 janvier 2011)
EUR 9,40
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit