undrgrnd Cliquez ici Baby RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

18
4,3 sur 5 étoiles
Un éternel Treblinka
Format: BrochéModifier
Prix:20,80 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

52 sur 52 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ce livre constitue une recherche approfondie ( 240 livres cités en bibliographie) qui démontre comment les évènements tragiques de la Shoa furent le prolongement inéluctable de cette pensée qui justifie la suprématie d’une catégorie d’êtres sur d’autres et comment le traitement des animaux d’élevage aux Etats-Unis au début du XX siècle servit de modèle aux nazis par la suite…

La première partie explique l’origine historique, philosophique et religieuse de cette aptitude contre nature à ne plus rien ressentir vis-à-vis de la souffrance des animaux. Les bases de l’exploitation sans retenue des animaux furent alors établies et l’inconscient collectif de notre monde actuel forgé. Ensuite cette barbarie contre les animaux précède la barbarie contre les humains, car la structure de raisonnement est la même : si une partie de l’humanité ( femmes, autres peuples) est par essence inférieure , il n’y a plus aucun problème pour l’exploiter, la torturer et la réduire en esclavage. .

La deuxième partie montre comment les techniques d’amélioration génétiques des troupeaux aux Etats-Unis à la fin du XIX furent largement étendus à l’homme avec l’eugénisme. C’est aux USA que l’on commença à stériliser en masse les malades mentaux et à recommander les mariages « sains » pendant les 35 premières années du XX ème siècle. Cela provoqua l’admiration des nazis par la suite, qui reprirent les méthodes et les adaptèrent, parfois financés par des organismes américains…
En passant, un démenti complet que Hitler soit végétarien et aime les animaux (en 1926, il battit presque à mort son propre chien pour séduire une femme)

La troisième partie montre que de nombreux fondateurs de mouvements de libération des animaux étaient des rescapés ou étaient liés par liens familiaux à la Shoa, mais aussi des Allemands…
Entre autre un vibrant hommage par citations de ses œuvres à Isaac Bashevis Singer, celui qui fit la citation en parlant des animaux « …Pour toutes ces créatures, tous les humains sont des nazis ; pour les animaux, c’est un éternel Treblinka »

En résumé, ce livre est excellent, on pourrait le compléter par la vision du film « Earthlings » ( Terriens) pour apprécier l’ampleur de la barbarie humaine et prendre entre autre la décision de devenir végétariens.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
40 sur 40 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 15 mai 2009
Si vous avez toujours vécu sans questionner votre mode de vie, sans penser un seul instant aux implications pour les animaux ou du moins que vous les avez toujours minimisées... Eh bien ce livre est fait pour vous car il bousculera un tas d'idées préconcues, souvent le fruit de la banalisation à outrance de l'acte de tuer, en particulier sur les animaux. Avec ce livre, on grandit, on s'humanise...
Ce livre est très facile à lire, très riche en informations, très bien documenté et reste à mon sens une oeuvre de philosophie incontournable.
Ayant moi aussi perdu une partie de ma famille dans les camps de concentration, je me permet de dire que ceux qui s'offusquent de la comparaison avec la Shoah sont aussi ceux qui n'ont pas compris que l'humanité grandira lorsqu'elle aura de la compassion et du respect pour les êtres vulnérables, fragiles, et pas seulement les humains. Ce livre apportera un tournant certain à votre vie.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
24 sur 24 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 7 avril 2009
C'est une activiste montrant des photos de l'industrie de la mort animale dans la rue qui m'en a parlé et m'a donné envie de le lire... Et me voilà ici en train de faire un commentaire élogieux sur ce livre qui est tout simplement un "must read" !

La couverture est géniale, le titre éloquent, le contenu bien détaillé avec plein de références bibliographiques et l'argumentation sans failles. Il devrait être lu en terminale par chaque petit français...

En ce qui me concerne, je vais donc changer mes habitudes de consommation par rapport à la viande, c'est certain ! Et je vais même convertir le plus de personnes possibles dans mon entourage.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
43 sur 44 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 12 janvier 2008
Charles Patterson traite d'une question dont on peut effectivement dire qu'elle est taboue, le rapport de l'être humain avec les autres espèces animales. Comme il le montre avec brio, c'est pourtant la question morale fondamentale, car tout le reste en découle. "A Auschwitz, nous étions comme des animaux", déclarait Simone Veil dans les années soixante-dix. En vertu de quelle logique cette comparaison entre les déportés et les animaux vaudrait dans un sens et pas en sens inverse? Autrement dit, comment peut-on trouver naturel de comparer le camp de concentration à l'élevage en batterie, et scandaleux de comparer l'élevage en batterie au camp de concentration? Patterson nous explique de quelle façon la Shoah est historiquement et techniquement liée à l'industrialisation des élevages. Nous découvrons par exemple qu'Hitler avait confié la "Solution finale" à un pionnier des élevages en batterie: anecdote ô combien éclairante.

Il est bien temps de remettre en question notre conception anthropocentrique du monde et de comprendre que lorsque nous pratiquons une discrimination morale entre notre espèce et les autres, la logique qui est à l'oeuvre est identique à celle qui conduit certains à pratiquer une discrimination entre leur groupe humain d'appartenance et d'autres. Certes, une telle remise en question va à contre-courant de toute l'histoire humaine (comme le montre l'auteur, l'asservissement des animaux a servi de modèle à l'asservissement d'autrui). Elle n'en est pas moins indispensable.
Ecrit avec talent et avec clarté, original dans sa forme et bien documenté, ce livre dit ce qu'aucun livre n'a jamais dit jusqu'ici. A lire absolument et à méditer.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 août 2013
Une œuvre que tout le monde devrait lire même sans forcément aimer les animaux.

L'auteur met le doigt sur la genèse de la cruauté humaine et du pourquoi et comment l'humanité en est venu, et continu, à commettre de les pires exactions que ce soit envers les animaux ou envers ses semblables...
La croyance d'une supériorité humaine sur l'ensemble de la création donne l'illusion d'avoir tous les droits. La croyance d'une supériorité d'une nation sur une autre, La croyance d'une supériorité d'un genre sur un autre, La croyance d'une supériorité religieuse sur une autre, etc.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 28 juillet 2012
La première fois que j'ai lu le résumé, j'ai été choqué par le rapprochement fait entre la Shoah et le sort réservé aux animaux d'élevage. Ce choc s'est ensuite transformé en horreur face à la réalité de l'élevage. C'est un livre très dur, mais qui est essentiel à lire.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 24 décembre 2013
Voilà, je l'ai fait : j'ai lu "Un éternel Treblinka".

Cela faisait plusieurs mois que j'y pensais ; étant convaincu a priori, mais ayant quelques réticences à aller fouiller dans la boue de la 2e guerre mondiale, avec des descriptions d'abattoirs, de camps, et tout ce qui va avec à la clé.

Mais au final, le livre va plus loin que cela : toute l'histoire du colonialisme et de la relation à l'autre (l'autre race, l'autre espèce) est décortiquée par Charles Patterson. C'est vivifiant, fort, conscientisant.

Et il y a un magnifique chapitre en hommage à Isaac Bashevis Singer, prix Nobel de littérature, qui est l'auteur de la phrase : "... pour les animaux, c'est un éternel Treblinka". Singer a toujours défendu les animaux dans ses romans et nouvelles, de la plus belle manière, en les considérant comme étant le divin sous sa forme la plus immédiate.

Un must, donc.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
17 sur 19 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
La première moitié de cet ouvrage est parfaite, un petit tiers rébarbatif et la conclusion un mélange des deux. C'est en tout cas mon sentiment.

Puisqu'il s'agit d'un essai on peut aussi juger sur le fond: la comparaison entre les animaux enfermés dans les abattoirs pressentant la douleur d'une mort prochaine (puisqu'on ne fait rien pour la leur cacher) et la shoah appliquée aux juifs et autres indésirables, dans les camps pendant la guerre, n'a rien d'excessif!! Pour moi un animal, mammifère de surcroît, ça vit, ça pense, ça gèle en hiver, ça crève de chaud en été, ça a confiance en l'être humain la plupart du temps (je l'ai vu en particulier pour les jeunes veaux qu'élevaient mes parents) alors pourquoi ? Pourquoi les exterminer à la chaîne sans même avoir l'hypocrisie de le leur cacher jusqu'au bout ? Uniquement pour remplir, et bien, nos estomacs de nantis.

A ce stade là, Charles PATTERSON me convainc d'être végétarien. Mais quant à avoir la même pitié pour les mouches et quantité d'animaux que nous qualifions de plutôt nuisibles, c'est de l'extrêmisme et là, je ne suis plus : il a beau invoquer des plumes célèbres et en particulier celle d'Isaac Bashevis Singer, rien n'y fait. L'homme ne peut pas être le seul animal à encenser tous les animaux de la création, sinon son territoire se réduirait à peau de chagrin et faute de se défendre dans l'écosystème, il disparaîtrait aussi sûrement que tant d'autres espèces l'ont fait avant lui. Certes j'ai vu le titre d'un bouquin "L'humanité disparaîtra, bon débarras" mais bon ce n'est pas mon point de vue.

Reste la première partie du livre consacrée à la domination de l'homme par l'homme, à l'eugénisme et à l'euthanasie: ces pages sont particulièrement instructives: elles rappellent en effet que nous avons été capables de considérer nos semblables tels des animaux en troupeaux en leur appliquant les principes de l'élevage en vue de l'amélioration de la race -si on peur parler ainsi-. HITLER n'a malheureusement pas été un précurseur en la matière et l'idée vient bien de cette Amérique de la seconde moitié du XIXé siècle; il a "seulement" contribué à mettre en pratique et à l'échelle X fois supérieure les "trouvailles" d'autres dont un certain FORD paraît-il inspiré par les chaînes d'abattage de porcs à CHICAGO. Cela ne l'exonère en rien de son crime, et devrait amener nos médias à être très vigilants et, entre autres, à éviter de trop mettre en exergue des cas douloureux certes mais isolés, pour monter une campagne en faveur de l'euthanasie, car si on sait où cela peur commencer...

Cet essai reste indiscutablement un bon sujet et il serait infiniment souhaitable qu'un maximum de jeunes le lisent afin d'envisager à l'avenir de se débarrasser de nos habitudes carnivores et amener progressivement l'homme à respecter et à aimer les animaux, puisque l'homme actuel n'a pas su ou voulu le faire.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
17 sur 19 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 janvier 2008
une pensée forte, engagée sur la façon dont l'homme traite l'animal qui dérange. un superbe livre à lire en urgence
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 novembre 2013
Voulez-vous devenir végétarien ou même végétalien ? alors lisez ce livre car il montre comment l'acceptation
de la souffrance animale conduit à la violence contre les humains. La violence arbitraire et sans recours possible
dont les animaux sont victimes dans notre monde est inacceptable.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Bidoche : L'industrie de la viande menace le monde
Bidoche : L'industrie de la viande menace le monde de Fabrice Nicolino (Poche - 1 septembre 2010)
EUR 9,70


La Libération animale
La Libération animale de Jean-Baptiste Jeangène Vilmer (Broché - 17 octobre 2012)
EUR 10,65