Commentaires en ligne 


13 évaluations
5 étoiles:
 (8)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Augmentons le pouvoir d'achat... Est-ce une bonne idée?
Ce livre se lit très bien, en fait on le dévore tellement on apprend des choses (pour ma part). Il nous montre comment réfléchir différemment, comment la vision que nous propose nos politiques est irrationnelle. De plus comment le modèle de développement économique basée sur les énergies fossiles est...
Publié le 14 juin 2011 par Caroulette

versus
2 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 La taxe carbone défendue pour de mauvaises raisons
Dans ses autres livres et sur son blog, JMJ a souvent plaidé pour limiter les émissions de CO2 pour des raisons climatiques. Ce livre se distingue car les aspects climatiques y sont moins développés, et on se concentre sur les aspects économiques. La thèse est qu’une raréfaction de l'énergie fossile est...
Publié il y a 16 mois par Gu Si Fang


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Augmentons le pouvoir d'achat... Est-ce une bonne idée?, 14 juin 2011
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Changer le monde: Tout un programme ! (Broché)
Ce livre se lit très bien, en fait on le dévore tellement on apprend des choses (pour ma part). Il nous montre comment réfléchir différemment, comment la vision que nous propose nos politiques est irrationnelle. De plus comment le modèle de développement économique basée sur les énergies fossiles est déséquilibré et surtout voué à l'échec.

En bref vraiment très intéressant et riche de connaissances. Il faut j'imagine une petite culture scientifique pour pouvoir digérer tous les chiffres et graphes que l'auteur nous propose. Car en effet, l'auteur se sert de chiffres pour illustrer ses propos, mais je vous rassure, pas à l'image de certains groupes politiques ou économiques qui manient très bien les statistiques pour pouvoir nous indiquer un chemin qui leur est profitable.

Conclusion : Ca serait profitable que plus de monde est accès à ce livre!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'expert, 11 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Changer le monde: Tout un programme ! (Broché)
Super livre, l'auteur parle de ce qui compte vraiment, expose les ordres de grandeurs, synthétise à merveille et propose un vrai projet de société. Je recommande, vous ne perdrez pas votre temps
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 fondamental, 31 juillet 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Changer le monde: Tout un programme ! (Broché)
Sa lecture devrait être obligatoire pour tous les responsables politiques, du maire au président. Des données fondamentales, non susceptibles de spéculations, sur l'énergie et les matières premières. Si l'adaptation n'est pas volontaire, elle sera subie dans le drame.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


22 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellent ouvrage, à lire absolument, 15 mai 2011
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Changer le monde: Tout un programme ! (Broché)
Jean-Marc Jancovici, diplômé de Polytechnique et de Télécom, est consultant, enseignant et conférencier. La spécificité du livre de Jean-Marc Jancovici, c'est que l'analyse y est présentée par un physicien et qu'elle repose sur les concepts de la discipline scientifique qu'est la physique. Pour ce faire, l'auteur élude largement l'économie ou la démographie pour centrer son analyse sur son domaine d'expertise (changement climatique et émissions de gaz à effet de serre, intensité énergétique des organisations, pétrole et combustibles fossiles).

La première partie développe le sort contrasté que notre société fait entre le travail, qui est le produit de la force par le déplacement, et l'énergie, grandeur physique équivalente au travail. L'auteur démontre que les gains spectaculaires de productivité que nous avons connus en passant du travail de l'homme, du cheval, du vent et de l'eau (moulins), à celui de la machine à vapeur (énergie du charbon), du moteur à explosion (énergie du pétrole) et du moteur électrique, traduisent pour l'essentiel le remplacement du travail mécanique par l'énergie tirée des combustibles fossiles. Il suffit, pour saisir les ordres de grandeur, de comparer la quantité d'essence nécessaire pour faire avancer une voiture sur 1km à la fatigue du conducteur s'il doit la pousser à la main sur la même distance... Le miracle économique repose sur un tour de passe-passe, les combustibles fossiles étant considérés comme un bien donné, gratuit et inépuisable, qu'il suffit de tirer du sol : c'est là que réside, en dernière analyse, ce qui a rendu possible le miracle économique de la croissance, chère aux économistes.

Or, les combustibles fossiles étant en quantité finie, tout usager des mathématiques sait que le taux d'extraction, après une période de croissance, atteint nécessairement un maximum avant de décroître jusqu'à zéro : faire reposer le fonctionnement de notre société sur la croissance conduit irrémédiablement droit dans le mur, à une vitesse d'autant plus grande que la croissance cherchée sera plus rapide. Le mécanisme du crash est clair pour le futur proche : montée rapide du prix du pétrole liée à l'excès de la demande sur l'offre, crise économique et récession. Seule solution pour limiter la casse : freiner la demande en taxant fortement, de façon à imposer une décarbonisation de l'énergie au profit d'autres sources d'énergie. Mieux vaut anticiper l'accident qu'attendre qu'il se produise, mieux vaut encaisser la taxe chez nous plutôt qu'enrichir les pays producteurs.

À cette situation, bien connue, se superpose un effet désormais familier aux physiciens, mais encore très mal compris du grand public et des responsables politiques : l'effet de serre. Certes, tout le monde sait, plus ou moins confusément, que la combustion d'un atome de carbone, qu'il provienne du pétrole, du charbon ou du gaz, produit une molécule de CO2 qui part dans l'atmosphère. Mais l'ampleur des changements climatiques qui vont résulter d'un accroissement effréné de la teneur de l'atmosphère en CO2, CH4 et N2O*, se heurte à une incompréhension profonde, qui traduit la profonde inculture scientifique d'une grande part de la population et de ses représentants politiques, y compris de ceux qui se revendiquent de l'écologie tout en ignorant les lois de la physique. Jean-Marc Jancovici rappelle (certains semblent l'oublier) que la production d'une éolienne tombe à zéro quand le vent s'arrête, que celle d'un panneau solaire fait de même la nuit, et que la physique n'offre pas de moyen de stocker l'électricité à grande échelle, hormis avec l'hydroélectrique dans les barrages en accumulant de l'eau. Adosser la capacité de production de l'éolien et du photovoltaïque à autant de centrales thermiques capables prendre le relais ne peut se défendre que si ces centrales enfouissent le gaz carbonique qu'elles produisent, technologie gourmande en énergie, mais qu'il convient de développer, compte tenu notamment de la pression à venir pour utiliser encore plus massivement le charbon.

L'importance du problème de l'incontournable décarbonisation de l'économie, qu'elle plaise ou non, est au cœur du métier de l'auteur, spécialiste et promoteur du "bilan carbone". Jean-Marc Jancovici en détaille les principes, soulignant la puissance de l'outil, par opposition à la simple considération du CO2 émis par pays. L'exemple des panneaux solaire le montre. En effet, la construction d'un panneau solaire implique, pour fondre le silicium, une quantité d'électricité égale à 3 ans de l'électricité qu'il produira ensuite. Le comble de la stupidité, pour un Français écologiste, est alors d'acheter ce panneau en Chine, où l'électricité est à 80% produite à partir du charbon, et de revendre ensuite à EDF l'électricité qu'il produira, dans l'idée de remplacer une production nucléaire qui, elle, ne pollue pas en CO2. Le "bilan carbone" montre que la stupidité est commise en France, bien que l'émission supplémentaire de CO2 ait lieu en Chine. Le livre dresse la liste des pays signataires de Kyoto qui n'ont pas tenu leurs engagements. On y trouve notamment deux pays qui font pourtant l'admiration de certains écologistes : le Danemark et l'Espagne. L'Allemagne ne fait pas l'objet, dans le livre, de reproches soulignés, malgré son recours important au charbon : c'est un fait que l'éolien et le photovoltaïque y diminuent, quand il y a du vent et du soleil, la consommation de charbon qui aurait été faite autrement.

On ne sera pas surpris de trouver, sous la plume de Jean-Marc Jancovici, une défense élogieuse de la filière électronucléaire française : il est un fait qu'elle marche bien et situe la France en bonne place pour ce qui est de la pollution au CO2. Par rapport aux dégâts et aux morts du tsunami, si l'on veut bien s'en tenir aux faits, Fukushima a fait peu de dégâts et aucun mort. L'attitude qui consiste à accepter comme normaux les risques de mort que prend un Japonais en s'installant en bord de mer, tout en rejetant l'usage de centrales nucléaires incapables d'assurer qu'elles feront zéro mort à l'avenir, est irrationnelle. A-t-on interdit l'industrie chimique après Bhopal? Veut-on interdire la voiture à cause des morts, le train après les accidents, le pétrole après les marées noires? L'auteur préconise un gros effort d'investissement pour mettre au point plus rapidement un réacteur nucléaire de 4ème génération.

Après un récit de l'aventure du "Pacte écologique", vécu de l'intérieur, et des avatars du "Grenelle de l'environnement", le livre se termine par des propositions chiffrées pour diminuer la consommation énergétique (gros investissements souhaités pour améliorer, à grande échelle, l'isolation thermique de l'habitat) et pour sortir, dans les années qui viennent, notre pays de l'énergie carbonée. Vaste chantier auquel nous ne couperons pas, que cela plaise ou non : "tout un programme!", en effet.

NB * Ce N2O est principalement émis par les cultures soumises à un usage intensif des engrais azotés. L'auteur souligne la nécessité de mettre fin à ces pratiques. Il estime nécessaire, par ailleurs, de diminuer très fortement la consommation de viande de bœuf, la filière bovine représentant la moitié de l'effet de serre du poste alimentation (CO2 de la production de nourriture et des transports, N2O de l'usage des engrais azotés, CH4 émis par les ruminants).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Changer le monde de manière pragmatique, 18 juin 2011
Par 
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Changer le monde: Tout un programme ! (Broché)
Jean-Marc Jancovici est un excellent pédagogue que ce soit à l'oral ou à l'écrit.
Dans cette ouvrage, l'auteur nous rappelle les fondements de nos sociétés actuelles, la fragilité de leur socle et les mesures à mettre en place pour éviter une crise majeure.
L'intérêt de ses démonstrations est renforcé par leurs pragmatismes et la clarté des exemples choisis.
Il démonte quelques idées reçues sur l'intérêt de certaines énergies renouvelables comme le photovoltaïque ou l'éolien.
Le seul reproche que je ferais à l'auteur est la reprise du rapport contesté de l'OMS sur les conséquences de l'accident de Tchernobyl pour justifier le risque sanitaire, selon lui relatif, du nucléaire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Troublant, 27 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Changer le monde: Tout un programme ! (Broché)
J'ai lu quelques ouvrages sur le sujet, avec des avis diametralement opposés,eh bien, avec ma petite culture générale, bien difficile de se faire une idée claire de la situation.
Ici, Monsieur Jancovici est assez précis sur l'état des lieux à base de chiffres... mais si nous le suivons; bonjour l'angoisse: plus d'energie à cours terme = effondrement de notre civilisation!
Et il serait quasiment le seul à en parler ?... peut etre, les interets economiques immediats ont une telle importance.
Ce qui pèse un peu contre lui, je trouve, est son modèle politique présenté en fin de livre. Un peu simpliste, d'abord dictatorial, bien sur, il y a urgence.
Et puis, allez dire aux 100aines de milliers de personnes qui ont du mal à joindre les 2 bouts qu'il faut reduire drastiquement le pouvoir d'achat pour faire changer les habitudes....
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Changer la vision du monde, 6 août 2012
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Changer le monde: Tout un programme ! (Broché)
Après avoir écouté en conférence Monsieur Jancovici , j'ai eu envie d'approfondir sa thèse et sa vision:

le fonctionnement de l'économie actuelle repose sur l'accès facile aux énergies fossiles :)
Deux problèmes majeurs : l'utilisation des pétroles , charbons et gaz entraine la production de beaucoup de CO2 favorisant le réchauffement climatique. D'autre part , les réserves sont non renouvelables et en voie d'épuisement.

Comment anticiper ? En augmentant le coût de l'énergie , en développant le nucléaire en France , en réalisant le bilan carbone de nos activités,.... JMJ dresse tout une palette de solutions en expliquant qu'il n'y a pas qu'une solution et qu'il faut rester pragmatique.

La lecture de ce livre ne m'a pas laissé un très bon goût dans la bouche .
Il me semble que nous sommes trop drogués aux hydrocarbures pour pouvoir nous limiter.
C'est le marché qui , de lui-même , va nous imposer sa Loi et ça risque de faire mal : crises qui vont s'accentuer , guerres civiles ou inter-états , troubles climatiques , famines , épidémies ,...

Ce qui manque peut-être à ce livre c'est de l'optimisme et de la joie de vivre (même s'il y a des solutions aux problèmes exposés)
Pour celui qui n'est pas au courant de la situation , c'est une mine d'informations .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Lutter contre la "carbonisation" de notre univers : s'ouvrir les fenêtres de notre avenir, 11 février 2012
Par 
Latour07 (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Changer le monde: Tout un programme ! (Broché)
Jean-Claude Jancovici est un ancien élève de Polytechnique, Télécom, consultant et enseignant. L'éditeur nous précise qu'il a collaboré à l'élaboration du "Pacte écologique" de la Fondation Nicolas Hulot. Il est le responsable animateur du site Manicore, qui de l'avis d'un bon ami, ancien de l'X, spécialiste de l'énergie, propose une lecture décomplexée, originale, pertinente de ce carburant de notre révolution industrielle, économique et sociale des deux derniers siècles.

Je cite et complète le commentaire que je trouve pertinent de mon ami Thomas Bouvet qu'il a rédigé sur le site Internet de la DFCG ; ce qui m'évite un travail fastidieux, pour revenir sur l'essentiel :

"Changer le monde de Jean-Marc Jancovici (Calmann-Lévy 2011) est un ouvrage dont la lecture devrait être imposée à tout économiste. Son caractère partisan peut en rebuter certains, mais Jancovici pourrait être à l'économie ce que Pasteur a été à la médecine : sa science, dans un domaine essentiel, en l'occurrence l'énergie, apporte, sans jeu de mots, un éclairage convaincant et d'une grande pertinence dans l'analyse économique.

L'énergie est LA richesse économique. Ce sont les progrès que l'homme a réalisés dans sa capacité à capter et à utiliser cette énergie qui explique l'amélioration du pouvoir d'achat. C'est l'énergie plus facilement disponible qui a permis l'abolition de l'esclavage ou qui est à l'origine de la hausse des divorces... Mais la planète à l'échelle de l'humanité est désormais un univers fini. Ceci à double titre : l'énergie disponible par tête aurait à présent atteint un maximum (le pétrole disponible par terrien serait même en baisse depuis 1979) ; la consommation ne peut plus être augmentée massivement sans dommage. Le paradigme de la hausse perpétuelle du pouvoir d'achat est donc confronté à une réalité énergétique nouvelle. Le constat justifie de Changer le monde.

Pasteur laissait aux médecins le soin de mettre en pratique ses apports, il eut été préférable que Jancovici ne s'attaquât pas seul aux solutions. Ses propositions sont parfois approximatives. Ce qui n'empêche nullement, pour le diagnostic fourni, l'ouvrage d'être est un incontournable."

L'innovation ne s'est jamais aussi bien portée que lorsqu'elle était financée d'une part et dans un environnement de contrainte d'autre part. Que les prérogatives liées à l'énergie soient du domaine régalien est une nécessité en effet. Développer des nouvelles technologies de pièges - carbone, du solaire thermodynamique, du nucléaire post-EPR, ne peut s'envisager que sur plusieurs décennies, hors champ d'intérêt de fonds d'investissement type capital-risque, ou bien d'entreprises privées (hors bénéfice de la délégation de service public / DSP). L'auteur propose une véritable réflexion sur l'écologie sociale qui, contrairement à de nombreux écologistes pour lesquels l'homme est une nuisance à la nature, assume l'homme dans son environnement.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 A lire absolument, 7 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Changer le monde: Tout un programme ! (Broché)
Une analyse très structurée de chiffres communiqués par un spécialiste des questions énergétiques qui pousse un nouveau cri d'alarme pour un changement dans nos habitudes de consommer. Malgré les dernières analyse du GIEC les climato-sceptiques le restent. L'homme ne va-t-il pas trop attendre avant de réagir? Le défi est lancé.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Changer le Monde, 4 août 2013
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Changer le monde: Tout un programme ! (Broché)
La pertinence des propos et des arguments développés par Jean-Marc Jancovici est extraordinaire. Un vrai visionnaire à plus d'un titre. A lire de toute urgence !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xb5a30978)

Ce produit

Changer le monde: Tout un programme !
Changer le monde: Tout un programme ! de Jean-Marc Jancovici (Broché - 4 mai 2011)
EUR 17,34
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit