Commentaires en ligne


26 évaluations
5 étoiles:
 (17)
4 étoiles:
 (4)
3 étoiles:
 (4)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


83 internautes sur 87 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A LIRE A RELIRE ENCORE ET ENCORE
Ce qui terrifie le plus ce n'est pas la souffrance, ce n'est pas le nombre hallucinant de victimes, ce ne sont pas les trésors d'ingéniosité développés pour tuer le plus grand nombre en un minimum de temps, et sur un mode économique... C'est l'aspect pratique, méthodique et consciencieux de Rudolf Hoess investit d'une...
Publié le 16 janvier 2005 par Ramone the Snake

versus
3.0 étoiles sur 5 Une évaluation?
Peut-on évaluer un tel contenu, certes tout est faisable mais le fond du sujet reste inhumain. Un homme formaté aux idées les plus sombres qui s'est laissé sombrer dans l'abominable par crainte de désobéir. Combien de SS sont dans ce cas? presque tous. Ils se présente comme un soldat, un simple soldat désireux de...
Publié il y a 1 mois par Henri


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

83 internautes sur 87 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A LIRE A RELIRE ENCORE ET ENCORE, 16 janvier 2005
Par 
Ramone the Snake (France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le commandant d'Auschwitz parle (Poche)
Ce qui terrifie le plus ce n'est pas la souffrance, ce n'est pas le nombre hallucinant de victimes, ce ne sont pas les trésors d'ingéniosité développés pour tuer le plus grand nombre en un minimum de temps, et sur un mode économique... C'est l'aspect pratique, méthodique et consciencieux de Rudolf Hoess investit d'une mission d'extermination. C'est cette "tâche à accomplir" par un homme qui pourrait être un ouvrier spécialisé, un chercheur, un mathématicien, qui rend ce récit à la limite du soutenable. C'est aussi ce qui en fait un livre indispensable pour tous, et pour longtemps, afin de ne pas oublier.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


40 internautes sur 42 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Très utile, 28 juillet 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le commandant d'Auschwitz parle (Poche)
Hoess raconte l'histoire d'un fonctionnaire zélé qui souhaite remplir au mieux ses fonctions.

Ceci est utile à plusieurs égards :

En premier lieu, c'est une mise en garde contre ceux qui s'imaginent n'être pas pleinement responsable des ordres qu'ils exécutent.

Ensuite, d'un point vu historique, le récit de Hoess nous permet de comprendre la lecture du monde des nazis et plus particulièrement des SS.

Enfin, on assiste au fur et mesure du récit, à la détérioration morale de Hoess que lui-même semble comprendre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


25 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La banalité du mal, 3 août 2005
Par 
Latour07 (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le commandant d'Auschwitz parle (Poche)
"La banalité du mal" est ce qui me vient à l'esprit. Ce concept fut développé par Anna Harendt lors du procès du criminel nazi Eichmann en Israël en 1961 - 1962. Ainsi estimait-elle qu'Eichmann, loin d'être le monstre sanguinaire qu'on a décrit, est un homme tristement banal, un petit fonctionnaire ambitieux et zélé, entièrement soumis à l'autorité, incapable de distinguer le bien du mal. Eichmann croit accomplir un devoir, il suit les consignes et cesse de penser. Ce constat est celui que l'on ressent de Hoess. Le remord s'aperçoit parfois, très timidement, vers la fin, pour être évacué aussi radicalement qu'il se montrait. L'écoeurement se dispute à la révolte en lisant cette auto-biographie. Nécessaire et saine lecture.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


16 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un témoignage historique incomparable, 26 octobre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le commandant d'Auschwitz parle (Poche)
Sidérant, effarant... Difficile de trouver les mots pour qualifier ce témoignage.
Rudolf Hoess n'éprouve aucun regret et essaye de se disculper en ce qui concerne les horreurs commises dans son camp.
Mais le plus effroyable, et c'est à rapprocher des analyses d'Hanna Arendt, on a le sentiment que Rudolf Hoess était prêt à faire n'importe quoi simplement parce que c'était les ordres de ses supérieurs et qu'il fallait bien les exécuter...
A noter que Robert Merle s'est inspiré de ce témoignage pour écrire "La mort est mon métier".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


15 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Indispensable, 8 août 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le commandant d'Auschwitz parle (Poche)
Peu de chose à dire de plus: même blindé, la lecture de ce témoignage fait froid dans le dos, moins à cause des descriptions pourtant insoutenables concernant la vie dans les camps, qu'à cause du "professionnalisme" et du "détachement" qui transpire dans ce récit. La justification méthodique et industrielle de la mort, expliquée avec, en filigrane, le pire: le soucis qu'il avait du "travail bien fait" . Terrifiant, indispensable.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 à chacun son histoire, 26 juin 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le commandant d'Auschwitz parle (Poche)
depuis 30 ans "la mort est mon métier" est mon livre de chevet, plus un roman que des faits. j'ai eu une autre version avec ce livre, ils se complètent bien. les préfaces sont très pertinentes.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un homme au service de la barbarie., 11 octobre 2009
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le commandant d'Auschwitz parle (Poche)
Pendant plus de trois ans, Hoess fut le commandant du plus grand abattoir humain du 20ème siècle.
Etait-il pour autant un sadique, une brute sans conscience, un être malfaisant et violent ?
Malheureusement la réponse est négative : à l'instar de bon nombre de ses collègues, il était d'abord un personnage convaincu du bien fondé des thèses du national socialisme et de la nécessité des les mettre en oeuvre, et un soldat pour qui le devoir d'obéissance envers ses chefs et les ordres donnés était sacré. On lui avait enseigné que les juifs étaient l'ennemi éternel de l'Allemagne et que seul leur anéantissement pouvait sauver son pays : il accomplirai donc son devoir.
Dans ses écrits, Hoess évoque parfois les doutes qui l'ont assaillis quant à "l'impérieuse nécessité de son action", à la fin il reconnaît même que ce massacre des Juifs fut une erreur totale, cependant il ne renie rien, ni Hitler, ni Himmler, ni le nazisme, et ne montre apparemment pas de regrets.
Hoess n'avait pas le sadisme d'un Wirth ou d'un Franz, la brutalité d'un Kramer ou d'un Koch, il n'a pas fait partie des effectifs des centres d'euthanasie au début de la guerre, il n'a pas commandé un Einsatzgruppe sur le front de l'est; mais la finalité de son action fut la même, et dans des proportions bien plus importantes.
Il nous montre ce qu'il était : le visage banal du mal, animé par la conviction profonde et inébranlable d'agir pour le bien et la sauvegarde de son pays.
Evidemment son livre ne suffit pas à appréhender toute l'horreur de la shoah, mais il reste un témoignage clé, livré par l'un des acteurs centraux du génocide.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


16 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un visage de l'horreur, 28 avril 2007
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le commandant d'Auschwitz parle (Poche)
Une autobiographie terrifiante d'horreur. L'auteur cherche avant tout à se dégager de la responsabilité du masacre, mais en réalité sans le remarquer il se dévoile sous un jour tout à fait terrible. Il nous parle de son enfance, de sa femme et de ses enfants. Mais bientôt on est placé au coeur même du fonctionnement des camps de concentration puis d'extermination, de leur administration. On a l'impression de lire l'histoire d'une vaste industrie et s'en est d'autant plus terrifiant. L'écriture est simple et crue.

La préface et la postface de Geneviève Decrop de cette édition présente une bonne approche des avancées récentes de la recherche sur la question.

Un livre édifiant sur le sujet, mais qui fait vraiment peur, qui révèle ce que l'homme a de pire en lui.

Je ne voulais pas mettre de note à ce commentaire: en effet, que juger? l'horreur? l'écriture? l'auteur? Finalement, je lui donne 5 étoiles pour le témoignage historique...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une édifiante banalité du Mal, 16 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le commandant d'Auschwitz parle (Poche)
A Auschwitz, alors que la plus absolue des barbaries se commettait dans le camps, son commandant n'avait pour seuls soucis que le strict respect des ordres, les problèmes matériels auxquels il avait à faire face, le bien-être de sa famille (la passion de sa femme pour son jardin de la maison jouxtant le camps...). Edifiant.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le Diable donne sa version des faits, 10 septembre 2010
Par 
Walterjovi - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le commandant d'Auschwitz parle (Poche)
Rudolf Hoess a fait preuve d'un mauvais esprit total : outre le fait qu'il a justifié ses actes par ses obligations de subordonné militaire qui a obéit aveuglément, il a tenté d'humaniser sa position, en faisant croire qu'il avait essayé d'obtenir les meilleures conditions possibles pour les prisonniers. Et tout le monde sait très bien qu'Auschwitz était bien pire que l'Enfer à tout niveau, entre les maltraitances, les maladies, le manque d'hygiène, la faim, les chambres à gaz puis ces fours qui engloutirent des dizaines de milliers de persécutés par un régime fou...
Hoess a éludé certaines choses néanmoins, comme les "travaux" de Josef Mengele, le tortionnaire des jumeaux, médecin-chef du camp qui "joua" avec ses victimes. Son surnom, "L'ange de la mort", convenait parfaitement à ses penchants sadiques qui causèrent la perte de dizaines d'innocents.
Hoess n'hésite pas à se déssolidariser des actes commis soit-disant dans son dos par des gardes trop zélés, ne pouvant avoir les yeux partout. Il n'éprouve pas la moindre compassion pour le sort des victimes allant au crématoire, tout au plus raconte-t-il que ce n'était pas la solution de mener le peuple Juif à sa perte ainsi.
Mais le dédain, la désinvolture et cette pseudo-justification sont autant d'élements qui rendent mal à l'aise, car Hoess était un SS et croyait profondément au régime nazi. Son penchant pour l'agriculture, les quelques lignes ou il évoque son épouse ne parviennent pas à rendre plus humain ce criminel qui vit passer entre ses mains la vie d'un million de personnes. Il a grandement contribué à "améliorer" toutes les capacités du camp qui a permis la destruction de tant de vies et ce livre, uniquement écrit pour le dédouaner au maximum des charges retenues contre lui, est une autobiographie saisissante de vérité, tout en étant un mensonge personnel. Hoess était un maillon dans une machine bien huilée, mais ce maillon a aimé son rôle, a amplifié l'Enfer sur Terre par dévouement et si le Diable était en Pologne, il y a de fortes chances qu'il se soit incarné en Rudolf Hoess...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Le commandant d'Auschwitz parle
Le commandant d'Auschwitz parle de Rudolf HOESS (Poche - 1 janvier 2005)
EUR 11,70
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit