Commentaires en ligne 


19 évaluations
5 étoiles:
 (14)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


23 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A la recherche du sens du travail
Voici une livre rare, bien écrit, bien traduit et qui, avec un humour qui affleure à l'occasion, donne matière à réfléchir et à comprendre certaines composantes du malaise ressenti dans le monde du travail aujourd'hui.
L'auteur philosophe de formation, découvre après quelques mois d'activité...
Publié le 5 juillet 2010 par D. Arrighi

versus
30 internautes sur 34 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Mitigé
Bien écrit, peut-être, bien traduit permettez moi d'en douter. On imagine plutôt là - ô ironie - l'œuvre d'un traducteur automatique, tellement peu sûr que des termes originaux sont rappelés à de nombreuses reprise en italique et entre parenthèse ! Et avec surtout cette propension systématique à remplacer le terme...
Publié le 29 juillet 2010 par Foksadure


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

23 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A la recherche du sens du travail, 5 juillet 2010
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge du carburateur (Broché)
Voici une livre rare, bien écrit, bien traduit et qui, avec un humour qui affleure à l'occasion, donne matière à réfléchir et à comprendre certaines composantes du malaise ressenti dans le monde du travail aujourd'hui.
L'auteur philosophe de formation, découvre après quelques mois d'activité l'inanité de sa fonction de directeur d'un think tank à Washington et s'en va s'épanouir dans un atelier de réparation de motos.
Cet ouvrage relate son expérience et décortique les vertus de travail manuel. Car son analyse ne se limite pas à une apologie des compétences requises pour ce type d'activité, il met en évidence la complexité des processus cognitifs ainsi sollicités, mais aussi les dimensions morale et politique qui leur sont associées.
La matière résiste. La défaillance d'une vis, nous conduit à 3 possibilités : jeter l'objet, ce à quoi nous incite la société de consommation, le confier à un réparateur ou entrer dans la logique de la conception de cet objet, en comprendre la structure pour pouvoir poser un diagnostic et réaliser la réparation. Dans cette troisième manière de faire, le rapport à l'objet s'en trouve changé, il n'est plus extérieur à soi, mais apprivoisé et intériorisé. Il y a un bonheur à trouver les causes de la panne et la bonne manière d'y remédier proche de ce Mihaly Csikszentmihalyi appelle le flow.
Matthew B Crawford met l'accent sur le sens de la responsabilité qui est ainsi cultivé, responsabilité de l'objet et de son bon fonctionnement, responsabilité envers soi et envers ceux qui auront à l'utiliser. Ce souci de comprendre l'objet pour pouvoir le produire ou le réparer au mieux fait entrer dans une communauté d'expertise dans laquelle les échanges de tuyaux sur les manières de faire font office de formation voire de processus initiatique.
L'auteur critique les fondements de l'organisation de notre société, d'une division du travail qui conduit à une confiscation par un petit nombre de la vision complète du processus de production. Celui qui produit est séparé de l'acheteur et ne peut mesurer les bienfaits réels pour ce dernier de son labeur. Marx, avec le concept d'aliénation, et Alasdair MacIntyre, accompagnent la réflexion de l'auteur, dont on apprécie qu'elle soit en permanence nourrie par ce qu'il vit.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


16 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une introduction pratique au sujet, 6 août 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge du carburateur (Broché)
Avec une 4e de couverture attirante (sujet riche par un abordage non pompeux), je me suis laissé tenté par ce livre qui est pourtant une traduction des éditions Penguin, dont je me méfie par la disparité de qualité des ouvrages : souvent des essais originaux, pas trop mal étayés, mais qui dans un souci de vulgarisation ne se jettent pas assez à l'eau, ou du moins pas assez profondément.

Je pourrai dire que celui-ci ne déroge pas à la règle, et pourtant ce livre m'a laissé de très bonnes impressions. Et d'autres moins bonnes.
- La thèse (la plus importante) selon laquelle le travail d'artisanat pris dans un sens général est déprécié à tort est convaincante.
-Il est vrai que les passages sur la mécanique trahissent la passion de l'auteur, et peuvent attirer les mécaniciens (je pense à certains de mes proches réticents à la lecture mais passionnés des moteurs) dans un souci "pédagogique" de philosophie du métier, mais ce serait prendre les choses avec beaucoup de condescendance. Les prendre comme illustration d'une pensée me parait cependant un peu poussé. Ils sont de fait dispensables.
- La réflexion sur le travail est contemporaine, actualisée, mais n'est pas fondamentalement différente des analyses marxistes et plus récemment des travaux de socio-psychologie du travail. Le style de ces passages est étrangement clair au début, puis plus technique vers la fin (j'ai cru par moments lire du JC Michéa : un condensé d'idée qu'il faut travailler et méditer).
- La vision du capitalisme ravira les amateurs d'essais sur l'absurdité du monde libéral contemporain. Dans la droite lignée de Christopher Lash, JC Michéa, etc.
- La traduction est effectivement assez mauvaise, les termes anglais conservés n'ont aucune utilité vu l'absence d'ambiguïté des concepts.
- L'auteur est séduisant : on sent une volonté humble de partager sa passion, une vision critique du monde, un calme et une pondération élégante.

Au final, le dilettante trouvera un agréable ouvrage propice à la réflexion sur le travail, une thèse convaincante et précise. L'étudiant une bonne réflexion sur son orientation, vraiment saine à mon avis. L'amateur de mécanique (plus que de moto) un ouvrage qui met en valeur son métier. Les professionnels de la réflexion sur le travail un ouvrage de plus pour leur bibliothèque dans le genre : thèse intéressante, introduction pratique au sujet.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Philosophie sans prise de tête, 8 juillet 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge du carburateur (Broché)
C'est l'éloge d'un travail où on prend plaisir à un travail bien fait . Il dénonce le travail fractionné décomposé en tâches sans intérêt .. mais faisables par n'importe qui! Et ce qui se passe actuellement, c'est que ça a d'abord concerné les tâches manuelles déshumanisées; maintenant cela concerne aussi les travaux "intellectuels" .Celui qui explique cela prend l'exemple qui le motive le plus , son atelier de réparation de motos . C'est une chronique radio qui m'a donné l'idée de l'achat. Cet auteur écrit très bien ce que je pense après une vie de travail et mon écoeurement de voir démolir l'enseignement technique qui a permis à tant de gens de trouver un boulot qualifié dans de petites et moyennes entreprises alors que les grandes à très grandes augmentent la productivité et la pression sur les salariés ...et licencient pour maintenir la rémunération des actionnaires.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


30 internautes sur 34 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Mitigé, 29 juillet 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge du carburateur (Broché)
Bien écrit, peut-être, bien traduit permettez moi d'en douter. On imagine plutôt là - ô ironie - l'œuvre d'un traducteur automatique, tellement peu sûr que des termes originaux sont rappelés à de nombreuses reprise en italique et entre parenthèse ! Et avec surtout cette propension systématique à remplacer le terme récurrent "self-esteem" par "auto-estime" (sic), là ou "estime de soi" ou "amour propre" auraient suffit. Passons sur la traduction littérale des termes de mécanique : on peut être traducteur et ne pas savoir ce qu'est une culasse ou un cache-culbuteurs, mais voilà exactement l'illustration de ce que dénonce l'auteur lorsqu'il parle de la rédaction des manuels d'atelier. Bref, si le fond de l'ouvrage est intéressant, sur sa dénonciation du "tout jetable" de la société de consommation ou de l'inanité de toute tentative d'évaluation objective des performances individuelles et collectives dans les organisations non productives (pourtant vantées par les managers de tout poil - publics et privés), reste que le contraste entre les chapitres philosophico-économiques bourrés de références, et les parties de vulgarisation qui ne parleront vraiment qu'aux férus de culture automobile américaine, amateurs de hot-rod et de customisation, ce constraste donc fait qu'on reste un peu sur sa faim. Gentil travailleur manuel intuitif et débrouillard contre travailleur intellectuel hyper-spécialisé déconnecté des réalités et incapable de déboucher son évier. Bof. L'ironie serait de trouver cet ouvrage au rayon "développement personnel" aux côté des manuels de management...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 De la philosophie en col bleu, 15 novembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge du carburateur (Broché)
Trouvé par hasard dans un vide grenier, j'ai d'abord pris ce bouquin pour un gentil plaidoyer de la reconversion professionnelle... J'étais bien en dessous de ce que j'allais lire et apprécier. Contrairement à ce qu'énonce la quatrième de couv', notre mécano passionné n'a pas opéré de reconversion, mais est simplement retourné faire quelque chose qu'il faisait déjà depuis son adolescence, démonter et remonter des moteurs, tout en suivant de brillantes études. Diplôme en poche, il n'a effectivement opéré que cinq mois, ne trouvant aucun sens à ce travail "intellectuel" pourtant grassement rémunéré. Et le voilà parti à nous raconter son amour du travail manuel, bien plus censé et loin d'être sans aspect intellectuel puisqu'un mécano doit mobiliser non seulement du savoir faire, du savoir être mais aussi savoir s'adapter à chaque situation nouvelle, ce qui est quasiment le cas à chaque panne. Et au fil des pages, voilà que se dresse devant nous une critique sévère du monde du travail et de ses mutations, du taylorisme au management moderne plus proche de la thérapie de groupe que de la conduite de projet. C'est pertinent et corrosif ! Quant aux anecdotes qu'il nous narre, elles sont non seulement souvent drôles, mais elles servent le propos avec pertinence. Absolument pas réservé aux passionnés de motos, cette analyse convaincante est bien écrite, et a le mérite de réunir dans une même vision du monde matière grise et huile de coude. De la philosophie par un col bleu... Bravo !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 De la nécessité de savoir utiliser sa tête et... ses mains...., 15 avril 2011
Par 
Darko (Bretagne - France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge du carburateur (Broché)
Un ouvrage interessant qui part de l'idée que nous avons tous besoin de faire quelque chose de nos mains pour mener une vie épanouie et qui oppose de manière subtile l'intelligence et la richesse du travail manuel par opposition à l' appauvrissement et la prolétarisation de certains métiers reputés intellectuels.

Dommage que la traduction ne soit pas à la hauteur.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Ethique et travail manuel, 9 octobre 2010
Par 
Jean-paul Lacharme (Marseille, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge du carburateur (Broché)
Voilà un livre original et bien écrit (à quelques exceptions près) par un « ouvrier philosophe », ou plutôt par un docteur en philosophie capable d 'utiliser ses dix doigts ce qui n'est pas si courant. Après quelques expériences critiques d'emplois de « col blanc », l'auteur a fini par conclure que loin d'être dénué de la noblesse dont l'activité intellectuelle s'enorgueillit au sein de la pensée dominante, le travail manuel autonome illustré par l'artisan (non pas celui, taylorisé et aliéné du prolétaire sur sa chaîne de montage auquel il est demandé de ne surtout pas réfléchir) est la seule activité humaine réellement intelligente. En effet, c'est la seule qui confronte l'esprit humain -la main guidée par le cerveau- à la sanction massive du réel sous contrainte des exigences d'un client aussi proche qu'identifiable, tout le contraire de ces activités dites intellectuelles envahissant peu à peu les sociétés occidentales, activités noyées dans le virtuel, sanctionnées par les exigences du profit d'investisseurs anonymes et lointains au service de consommateurs non moins anonymes et lointains. Point fondamental : le travail manuel donne immédiatement à son auteur la notion de bien et de mal. La conscience aiguë du bon travail ou au contraire du travail salopé s'impose à l'artisan de façon forte et naturelle. Cette conscience intime est pratiquement absente des activités virtuelles mise en œuvre massivement au sein de nos sociétés [post-]modernes.

Pour illustrer son propos, l'auteur nous parle du métier qu'il a choisi : réparateur de motos anciennes. La philosophie d'Aristote ou de Platon rejoint ici des considérations diverses sur les problèmes de carburateurs, de pistons, de soupapes. Ceci donne parfois un aspect décousu à l'ouvrage, mais je n'ai jamais trouvé ceci gênant. On y trouvera également de nombreuses référence à un ouvrage ancien sur le sujet : Traité du Zen et de l'entretien des motocyclettes de R. Pirsig. A lire absolument si on s'intéresse à l'éthique.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Eloge du travail manuel, mal traduit en Français par un intellectuel!!, 24 novembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge du carburateur (Broché)
Ca commence par le commentaire Amazon:vous parlez de <<la caisse du moteur>>engine case = carter moteur en Français.
C'est un bon bouquin sur l'éloge du travail manuel...traduit par un intellectuel!!
Conseil à ceux qui le peuvent:lisez le en version Américaine!!Je vais demander une place de mécano consultant à l'éditeur!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Quelle analyse !!!, 8 octobre 2010
Par 
Virot François (France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge du carburateur (Broché)
Je ne suis pas un grand lecteur, mais ce livre ma captivé ! L'auteur fait preuve d'une maitrise du language qui force parfois à relire un paragraphe pour le comprendre, mais c'est le prix pour une description chirugicale du monde du travail.
Ce livre parsemé d'anecdote cocasses reste cependant un excellent divertissement. Il force à l'introspection sur son propre emploi et les affinités que l'on possède avec cet emploi.
Ce n'est pas un livre prise de tête, et l'aide à la perception du travail qu'il apporte au lecteur est une vrai thérapie du bonheur.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Très bon livre, 5 mars 2012
Par 
Ernoult Nicolas (Caen, Calvados, France) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge du carburateur (Broché)
L'auteur pose un regard pragmatique sur le monde qui nous entoure. Lui qui a quitté un emploi bien payé mais superficiel pour allez "bricoler" des motos dans un garage, nous offre une vision profonde du monde actuel et de cette course à la réussite, vide de sens, qui nous accable tous. Il prône le retour à des valeurs simples, des échanges simples, ... bref une vie plus simple ! Je le recommande aux fans de motos, mais aussi à ceux qui cherche un vrai sens à leur vie.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Éloge du carburateur
Éloge du carburateur de Matthew B. CRAWFORD (Broché - 25 mars 2010)
EUR 19,30
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit