undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles11
3,7 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Ce livre, qui valut le Prix Goncourt 1990 à son auteur, ouvre un cycle consacré à la famille de celui-ci. Il n'y a pas d'intrigue à proprement parler, juste une succession de souvenirs un peu décousue, mettant en scène des gens simples, originaires de Loire-Atlantique, le tout sur un mode narratif et sans dialogue.

Les quelques 180 pages présentent le mérite de créer une atmosphère à la fois nostalgique et vivante. Dommage que l'on ne sache jamais vraiment où l'on va et que l'on se perde un peu dans la généalogie des personnages ou dans la chronologie des événements. Quant au style de l'auteur, travaillé, il semble en cours de construction, abusant parfois de termes savants et de métaphores.

Malgré ces critiques, au bout du compte, c'est une lecture que je ne regrette pas, puisqu'elle donne l'impression d'avoir fait la connaissance de gens authentiques, issus d'un temps proche et néanmoins révolu. Certaines fins de chapitre, notamment, sont très jolies.

Portrait du grand-père, dans les premières pages du livre :

"Un vieil homme secret, distant, presque absent. Et ce détachement allié à un raffinement extrême dans sa mise et ses manières avait quelque chose de chinois. Son allure aussi : des petits yeux fendus, des sourcils relevés comme l'angle des toits de pagode, et un teint jaunâtre qu'il devait moins à une quelconque ascendance asiatique (ou alors très lointaine, par le jeu des invasions - une résurgence génétique) qu'à l'abus des cigarettes, une marque rarissime qu'on ne vit jamais fumer que par lui - des paquets vert amande au graphisme vieillot, qu'il prétendit une fois à notre demande faire venir de Russie, mais une autre fois, avec le même sérieux, de Pampelune derrière la lune. On arrêta sans doute la production à sa mort. De fait, il fumait bien son champ de tabac à lui seul, allumant chaque cigarette avec le mégot de la précédente, ce qui, quand il conduisait, embarquait la 2 CV dans un rodéo improvisé."
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Niveau de classe 3e-2e récit catégorie autobiographie réaliste Titre Les Champs d'honneur

Présentation Ce livre, le premier d'une série de cinq, évoque la vie de la famille de l'auteur dans la campagne près de Nantes, au cours du XXème siècle. À travers une série d'anecdotes le portrait de divers membres de la famille est esquissé, avec émotion, beaucoup de tendresse et une pointe d'humour. Ce sont des gens simples dont la vie, pour ceux qui sont nés à la fin du XIXème siècle, est bouleversée ou anéantie par la guerre de 14-18.

Commentaire La Grande Guerre est suggérée dès le titre mais n'apparait pas de prime abord comme le sujet essentiel du livre : toutefois elle est évoquée en filigrane tout au long de ce "voyage autobiographique" pour exploser littéralement aux yeux du lecteur dans les derniers chapitres où l'auteur retrace la mort de ses deux grands-oncles. L'un, Joseph, gazé en 1916 à Ypres, va agoniser dans d'atroces souffrances dans un hôpital à Tours où il a été évacué ; l'autre, Emile, tombé en 1917, a été enterré à la hâte dans une forêt de Lorraine, et son corps ne sera exhumé et enterré correctement que dix ans après. Ces deux poilus sont le symbole de toutes les souffrances endurées par ceux qui sont morts ou devenus des "vieillards de vingt ans" lorsqu'ils sont revenus du front. Ce livre requiert une lecture patiente et attentive : les digressions sont nombreuses, on peut parfois se perdre un peu dans la généalogie mais on y trouve des évocations particulièrement marquantes, que ce soit celle de la pluie au début du livre ou de la guerre à la fin.

Point(s) particulier(s) Ce livre a obtenu le Prix Goncourt en 1990. L'auteur a participé à son adaptation en BD en 2005 chez Casterman (dessinateur Denis DEPREZ). Les dernières pages de cette BD sont consacrées à la guerre de 14-18 évoquée de manière particulièrement saisissante.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
100 PREMIERS RÉVISEURSle 16 avril 2014
Ce livre a reçu le prix Goncourt en 1990- ce qui n'est pas toujours synonyme de qualité- mais ici c'est le cas. C'est tout simple comme récit.
La vie de quelques personnes de la même famille, portraits de gens ordinaires qui ont mené une vie simple, faite de bonheur mais aussi des peines terribles. Le narrateur nous présente son grand-père, sa grand-mère, une vieille tante (plutôt grand-tante) née fin du 19ème siècle, le décès de son père à quarante ans et aussi la vie mais surtout la mort de deux frères de la vieille tante lors de la Grande Guerre- sur le front, tout deux, ils sont morts au Champ d'Honneur. C'est cette partie finale du livre (le dernier quart) qui a donné certainement le titre du roman et à l'éditeur le choix de cette couverture. Cependant, ce choix est un peu abusif car il ne reflète pas vraiment le thème du livre.
Cette histoire est intimiste, douce et simple avec parfois un goût de sucre, de cannelle mais parfois une saveur très amère comme du jus de pamplemousse. De fines touches d'humour très léger, d'ironie non méchante se mélangent dans ce récit fait de tendresse. Nous voyageons de la fin du 19ème siècle au milieu du 20ème pour notre plus grand bonheur, nous partageons l'espace de quelques pages, le quotidien de gens simples mais que la vie n'épargne pas...
Belle lecture très intime !
La photo du soldat en couverture revient souvent illustrer des ouvrages consacrés à cette guerre. Ce soldat qui est un chasseur- voir l'insigne de son casque, un cor- est un anonyme parmi tant d'autres et pourtant il est devenu en quelque sorte l'"icône" de la GG du côté français. Malgré toutes mes recherches, je ne suis pas parvenu ni à l'identifier, ni à localiser ni à dater cette photo- qui est cependant du dernier tiers de guerre- voir forme de ses galons.
11 commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 juillet 2015
Très bon état livre qui a répondu parfaitement à mes attentes dans le cadre d'un travail sur la première guerre mondiale !!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 17 octobre 2011
Ce livre est la chronique douce-amère de gens ordinaires, quelque part en Loire-Inférieure. Succession de souvenirs, évocations patinées par un style remarquable qui emporte l'adhésion presque immédiatement. Il y a encore des écrivains.. qui savent écrire ; Jean Rouaud en fait indéniablement partie.
Prix Goncourt, ce livre marque le début d'une "trilogie familiale" avec le grave "Les hommes d'honneur" et le léger "Le monde à peu près", qui permettent de poursuivre sur des registres un peu différents ce plaisir de lecture.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce livre narre l'histoire assez douloureuse d'une famille, dans la région nantaise, juste après la guerre, dont trois membres meurent à de courts intervalles, le père du narrateur (Joseph), sa tante (Marie) très dévôte et le grand-père maternel (Alphonse).

S'incluant dans le groupe de soeurs et de cousins, le narrateur raconte les événements qui remontent jusqu'à la première guerre mondiale, dont il parle sur un ton émouvant, parfois poignant.

Cela ressemble à des souvenirs d'enfance, mais "étoffés", explicités, analysés par le regard de l'auteur adulte, non pas dans un récit allant droit, mais comme au hasard d'objets apparemment sans grande importance : photos, ou dentier par exemple. Chaque objet est alors l'occasion de reconstitution des événements qu'il évoque.Et le tout forme comme un puzzle du passé, de l'histoire de la famille.

Prix Goncourt 1990, et premier roman de Jean Rouaud, ce livre révèle une écriture prolifique et poétique à sa façon. C'est toute une époque qui renaît sous vos yeux ébahis ; on se retrouve transporté dans des familles où le grand père devient presque le vôtre, où la 2cv magique est là presque palpable et où les gouttes qui tombent vous font partager cette impression de fraîcheur... où le grenier du grand père est ce refuge où, enfant, vous alliez épier et vous cacher, et puis il y a la guerre et l'hommage à ceux qui... Même si, parfois, l'enchevêtrement de toutes ces histoires vous fait perdre un peu le fil, il suffit d'accepter d'être porté sans résistance pour découvrir la joie de lire un auteur digne de ce nom.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 juin 2010
Oui, ce roman est tellement beau à lire que s'en est une douceur.
Je ne connaissais pas l'auteur c'est donc le premier livre que je lis de lui.
Je pensais lire un bouquin parlant de la vie des poilus, il n'en n'est rien si ce n'est au dernier chapitre.
Au lieu de cela, je lis le quotidien d'une famille qui voit partir ses proches les uns après les autres.
Mais ce n'est pas larmoyant, parfois un peu triste, mais souvent burlesque.
L'auteur relate avec force détails, beaucoup de tendresse, une grande sensibilité les habitudes et les caractères des uns et des autres.
Je suis restée très agréablement surprise. De plus le bouquin est vite lu car peu épais. Bonne pioche !
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 octobre 2014
J'avoue avoir été un peu déroutée au début du livre suite à ces longs portraits sur les membres d'une même famille, décédés à quelques mois d'intervalle... Mais si le démarrage est un peu lent, l'entrée dans le vif du sujet, à savoir, l'explication de ce drame de famille, lié à la Grande Guerre, n'en est encore que meilleure. Je le recommande vivement.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 décembre 2014
Je relis ce livre souvent et je viens de l'offrir à mon fils.
Un hommage à un grand-père sans précédent dans la littérature et une écriture à la fois fluide et dense.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mai 2014
Bien que comme pour les précédents de la saga cela semble dépassé, on est pris sous le charme des personnages, notamment de la vieille tante et du père.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)