undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles1
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Broché|Modifier
Prix:8,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Ce petit livre est la restitution de quelques passages de conversations menées avec Paul Ricoeur, peu après la parution de l'ultime ouvrage de François Furet "Le Passé d'une illusion : essai sur l'idée du communisme au Xxe siècle". Seuls les propos de ce dernier sont reproduits, dans un mélange de restitutions à l'état brut des bandes sonores et de passages revisités par le célèbre historien de la Révolution française. Un travail inachevé, en raison du décès de François Furet en 1997.

Cette suite de réflexions vise à tenter de trouver des explications à l'illusion et l'enchantement communistes.
Qu'est-ce qui a pu ainsi conduire à une telle force d'attraction et de séduction, malgré tout ce que l'on sait aujourd'hui de ses ravages ?
Au-delà des mensonges, manipulations, effets de la propagande, c'est l'emprise de l'imagination qui a permis de créer cette force d'attraction. Mais par quels mécanismes, s'interroge François Furet, malgré tous les démentis des faits et de l'histoire ?

Les parallèles avec la Révolution française sont instructifs, même si l'auteur en montre aussi les différences, de même que l'étude des socialismes et du sentiment d'universel, qui se sont régulièrement heurté à la force des passions nationales et au manque de réalisme, tandis que l'auteur montre, chose très intéressante, que l'idéologie actuelle des "droits de l'homme" serait en passe de prendre le ralais de ces formes passées de dérives.
Terreur, exaltation de l'Homme nouveau, constructivisme, autant d'éléments qui mènent au totalitarisme, dans ce qu'il a de commun notamment avec le nazisme.
Un rapprochement qui continue d'être récusé en référence à l'affrontement du nazisme et du communisme sur les champs de bataille durant la seconde guerre mondiale , malgré les collusions évidentes révélées par de nombreux intellectuels durant l'entre-deux-guerres, oubliées aujourd'hui.
Or, l'anti-fascisme est une construction intellectuelle forgée de toute pièce par les communistes, qui ont fait du fascisme le produit du capitalisme financier dans sa phase ultime et ont donc bâti un mythe anti-capitaliste absurde, mais tenu pour vrai, qui relève de la passion et rend ainsi taboue la comparaison entre nazisme et fascisme.

Quoi qu'il en soit, François Furet s'interroge sur les ressorts de la détestation de la société bourgeoise qui, au-delà de son caractère "normal" selon lui, qui dure depuis deux siècles, a laissé place à des idéologies extrémistes comme le fascisme et le communisme, au point d'aboutir aux folies collectives et criminelles que l'on connait.
Comment autant d'esprits aussi bien "primitifs que sophistiqués et venant d'horizons divers" ont-ils pu succomber à l'attrait de ces idéologies ? Telle est l'énigme qu'il cherche à élucider.

Enfin, ce qui inquiète véritablement François Furet et motive son écrit est le peu de réflexion qui existe sur l'histoire du XXème siècle et, au-delà, l'oubli de l'histoire tout court, les individus en étant de plus en plus coupés, prisonniers qu'ils sont de la technique, des superstitions, ou de leur mode de vie.
Qui saura encore, bientôt, ce qu'est le communisme ? La "religion civile" des droits de l'homme sera-t-elle "la seule idée qui restera" aux jeunes générations ?
Là s'arrête la réflexion de François Furet, puisque cet écrit restera inachevé, pour les raisons que l'on sait...
1414 commentaires|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)