undrgrnd Cliquez ici Bests nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_HPTV cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles3
4,3 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Prix:8,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 18 janvier 2014
La dernière leçon au Collège de France de Raymond Aron rayonne de clarté et d'intelligence. Il peut être ainsi possible d'aborder la question essentielle mais aussi piégeuse de la liberté, dans des termes accessibles au plus grand nombre. Se proposer de traiter non pas de la liberté mais des libertés, illustre la prise en compte par un intellectuel de sa stature du poids de la réalité. En, bref, une lecture qui est un véritable régal pour l'esprit.
0Commentaire5 sur 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 16 novembre 2014
Ce texte bref et inédit, retranscription du dernier cours donné au Collège de France le 4 avril 1978 par Raymond Aron, est brillamment préfacé par Pierre Manent.

Notre représentation du libéralisme et même de la démocratie est dominée par l'idée d'une "procédure", que ce soit celle du marché ou de la garantie des droits, qui vaudrait par elle-même et produirait ses effets quelles que soient les dispositions des sociétaires ou des citoyens. De Hayek, Aron partage la conviction que "le but d'une société libre est de limiter le plus possible le gouvernement des hommes par les hommes et d'accroître le gouvernement des hommes par les lois" mais insiste sur l'apprentissage et le maintien d'une société politique partagée : "pour laisser à chacun une sphère privée de décision et de choix, encore faut-il que tous ou la plupart veuillent vivre ensemble et reconnaissent un même système d'idées pour vrai, une même formule de légitimité pour valable".

Une société s'organise à l'encontre de l'insécurité, de la domination et de la violence. Les libertés sont celles que le pouvoir public reconnaît aux individus et leur garantit :
- libertés personnelles (sûreté ou protection des individus)
- libertés politiques (voter, protester, se rassembler)
- libertés sociales (s'instruire, se faire soigner, travailler).

Aron précisant ensuite que "la conscience de la liberté ne se sépare pas de la conscience de la légitimité de la société, et que celle-ci dépend pour une large part des sentiments que suscitent le degré d'inégalité et le système d'autorité." Aron revient enfin sur le totalitarisme soviétique et la critique libérale.
0Commentaire3 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 décembre 2013
Intéressante introduction de Manent et réflexion toujours aussi puissante d'Aron dans cette transcription. Plus accessible et concis que l'Essai sur les libertés (et peut être même moins daté).
0Commentaire4 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus