undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

15
4,1 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

20 sur 20 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
VINE VOICEle 14 juillet 2008
Nous sommes en 1948. Jean-Marie Le Clézio a huit ans. Avec sa mère et son frère, il quitte Nice pour rejoindre son père qui est médecin au Nigeria et qui y est resté pendant tout le temps de la guerre, loin de sa femme qu'il aime et de ses deux enfants qu'il n'a pas vu grandir. Deux rencontres fondamentales ont ainsi lieu simultanément : celle de l'Afrique et celle du père. Comme deux pays rêvés, attendus, espérés. C'est la rencontre avec l'Afrique qui ouvre ce livre en forme d'autoportrait : l'Afrique dans ce qu'elle a de plus violent, de plus éclatant, de plus saisissant : la liberté des corps, la matière magique d'un pays où tout est excessif, le soleil, la végétation, la pluie, les insectes.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
25 sur 26 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Une fois ce livre terminé qui ne comporte qu'une centaine de pages et qui peut se lire d'une traite, on se pose des tas de questions. Un plaisir de découvrir ce pays l'afrique "Le cameroun" et toute cette description que nous apporte l'auteur. L'émotion de cet enfant qui découvre son père à l'âge de huit ans dans un autre pays. Un père sévère, autoritaire, qui a beaucoup souffert et qui a vu la souffrance auprès des malades qu'il a soigné.Ce livre est tellement intense qu'on s'y croit vraiment on arrive à tous ressentir et on sent même ses odeurs qu'on nous décrit. Magnifique livre mais également un peu triste.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
8 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 mars 2009
Récit autobiographique. En 1948, à l'âge de 8 ans, l'auteur quitte Nice avec son frère et sa mère pour rejoindre son père, médecin au Nigéria. La puissance et la beauté de se livre, son émotion aussi, résident dans la rencontre de ces deux inconnus : l'Afrique et le père.
Récit intimiste dans lequel LE CLEZIO se dévoile. De superbes descriptions. On ne lit pas l'Afrique, on est en Afrique.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 décembre 2010
J'ai toujours eu d'énorme difficulté à appréhender l'univers de Le Clézio que je trouve souvent très superficiel. Par contre, dans cet ouvrage rien n'est superficiel, tout est mesure et profondeur, c'est pour moi, le meilleur de cet auteur.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
L'Africain est une situation classique et oh combien humaine : après la mort d'un être proche, ou qui aurait du l'être tel le père, le regret vient de ne pas l'avoir mieux connu et de n'avoir pas su le comprendre et établir le dialogue tant qu'il était encore là.
Le Clézio trace ainsi à grands traits et en grandes étapes le parcours de son enfance en y mêlant les éléments de biographie de son père dont il a eu connaissance. Se détache progressivement une figure à la fois émouvante, rigoureuse et héroïque sur fond d'une Afrique représentée avec sa richesse humaine et sa nature grandiose, un décor fait d'images fortes et parfois un peu stéréotypées. Des phrases et descriptions d'une grande sensibilité soulignent cette double rencontre de l'enfant de 8 ans avec son père et avec l'Afrique. Et pourtant comme souvent dans Le Clézio le style a un côté superficiel comme si il ne voulait pas aller au fond des choses, et le ton a le côté un pénible, un peu péremptoire et un peu militant, de l'intello.
Le roman se lit vite et donne parfois l'impression d'un exercice de témoignage obligé dans le récit de cette relation difficile avec un père que la guerre a empêché de voir naître et grandir ses enfants, que la misère africaine a endurci, et que son fils ne veut pas laisser sombrer dans l'oubli.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
16 sur 18 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 6 octobre 2004
Un voyage bref mais touchant dans le passé de l'écrivain, qui essaie, à travers les souvenirs de sa jeunesse en Afrique, de dresser le portrait d'un père qu'il a mal connu et qui pourtant lui a communiqué sa vision d'un monde sauvage, insaisissable, un monde que l'on retrouve dans l'œuvre de JMG Le Clézio.. Avec sa mère et son frère, il est arrivé au Nigéria à l'âge de huit ans, et c'est à ce moment-là qu'il a connu son père, médecin de brousse, autoritaire, froid, dur. C'est aussi l'âge de mille découvertes, physiques, sensorielles. Le premier contact avec la mort, avec la vieillesse, avec la peur. Ce qui m'a frappée dans ce livre, à part l'écriture qui est simple et belle, à part les belles images d'Afrique sorties tout droit des archives de Le Clezio, c'est surtout que ce livre est personnel et très pudique à la fois. On ressent l'émotion du narrateur dans ce qu'il nous raconte, mais aussi dans tout ce qui est omis, dans tout ce qui n'est pas dit. Ce n'est pas seulement un récit autobiographique, c'est aussi une histoire qui est belle et qui a été remaniée très élégamment. Joli livre pour la rentrée.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 1 février 2009
C'est la sincérité qui m'a le plus touché dans ce livre, j'ai eu le sentiment d'être le premier à qui Le Clezio racontait l'histoire de son enfance et de ses parents. J'ai beaucoup aimé ce voyage dans une Afrique que je ne connaissais pas, et j'ai compris pourquoi elle avait tant fasciné cette famille.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 14 mai 2013
Dans ce livre de JMG le Clézio on penserait avoir vécu notre enfance en Afrique.
Même si son style d'écriture avec des phrases à rallonge peut paraitre compliqué au premier abord.
Il nous perd un peu avec des descriptions très détaillées ( je pense au nom de villes, fleuves...)
L'histoire reste très prenante, intrusive et captivante.
Historiquement riche.

En ce qui concerne l'émetteur, j'ai reçu le colis le lendemain.
5/5.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
9 sur 12 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 21 mars 2004
Le Clézio nous raconte sa jeunesse en Afrique, et surtout la découverte d'un père que sa famille rejoint sur ce continent et qu'il n'avait encore jamais vu. L'homme est autoritaire, dur et usé par ses années passées en tant que médecin auprès des africains. L'auteur nous narre alors ce qui a amené ce père à partir en Afrique avec son épouse, leur découverte de ces pays sauvages administrés par les colonisateurs anglais et français ; puis le retour en France de sa femme à l'aube du déclenchement de la seconde guerre mondiale qui ne tarda pas à marquer profondément cet homme. A noter que le livre est agrémenté de photos de l'époque, issues des archives de Le Clézio.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 12 juin 2014
J'adore cet auteur et son style poétique. J'ai lu des extraits de ce livre dans un manuel scolaire ça m'a donné envie de le lire. Pas déçue ! Sympa et court... Critère de choix pour mes élèves ! Ça m'a donné envie de lire novelas que j'ai adoré aussi !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Le Chercheur d'or
Le Chercheur d'or de Jean-Marie Gustave Le Clézio (Poche - 1 janvier 1988)
EUR 8,50

Onitsha
Onitsha de Jean-Marie Gustave Le Clézio (Poche - 23 avril 1993)
EUR 8,00

Désert
Désert de Jean-Marie Gustave Le Clézio (Poche - juin 1987)
EUR 8,50