undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

3,0 sur 5 étoiles22
3,0 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:15,20 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Le livre conte l'histoire de Simone, la femme de Claude, un entraîneur sportif en phase terminale d'un cancer du poumon. Phase terminale qui conduit Claude à rencontrer Gaël, son fils, né d'une liaison sans lendemain, il y a onze ans avant sa rencontre avec Simone. Oui mais voilà, ça se passe mal, Claude reste sévère, Simone est déprimée et le petit garçon ennuyé et/ou ennuyeux, c'est selon. Le décor est ainsi planté lors des premières pages.

Si vous aimez les livres sur la maladie, ce livre est pour vous, vous verrez comment le cancer ne détruit pas seulement un être humain mais son entourage, comment il élève des barrières entre les gens. Bref, ce livre retrace bien le malaise ambiant, l'angoisse des personnages face au malade qui refuse de se soigner et qui refuse d'évoluer.

Ce livre n'est pas plaisant à lire, je me suis toujours évadée par la lecture, y compris la lecture de livres durs mettant à vif l'être humain dans ses facettes les plus sombres, et là, je me suis sentie emprisonnée dasn un monde sclérosé qui ne m'apportait rien. Une fois lue la 133ème et dernière page, j'ai été soulagée d'en avoir terminé avec ce livre qui n'en finissait plus... livre que je ne souhaite pas garder et que je ne recommande à personne.

Enfin, le style est si particulier que j'ai souvent eu du mal à comprendre, j'ai du relire des passages plusieurs fois pour saisir ce que voulait dire l'auteur.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
quand j ' ai lu la 4eme de couverture ,j' ai cru que c' était l ' histoire d' un homme qui rencontre son fils de 11 ans qu' il n' a jamais vu et qu' accessoirement , il soit malade .
Or, je trouve que ce fils passe au second plan ,et que ,c' est en fait , le long et difficile chemin vers la mort et sa dégradation physique et psychique , vues par sa compagne :'il est mourrant comprit elle pour la 1ere fois ,vraiment consciente .Désormais , nous allons nous mentir ".
Pour cette raison ,je trouve que ce n 'est pas le bon titre .Bien sur,cet homme a des raisons d' être ébranlé,mais je trouve qu' il est plutôt "dévoré".
Mais , cette "fin de vie" est très bien vue , avec ses colères ,ses hésitations, sa tristesse , ses "non dit"et ses courages de la dernière chance .....Et j' ai adoré : je ne l'ai pas laché avant la fin .
Page 70 ,2eme ligne, il y a 1 faute d' orthographe à BOND.
Page 124,9 eme ligne , il y a 1 mot de trop : "de"
Voilà , c' est ,malgré le sujet traité ,qui a tendance à demeurer tabou ,dans notre société ,1 excellent livre , interressant ,enrichissant .A LIRE
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Un couple , lui Claude atteint d'un cancer du poumon phase terminale , elle , Simone qui essaye d'accompagner son compagnon jusqu'à sa mort ; arrive Gael , fils que Claude a eu d'une premiére compagne Jovana, avant Simone ;le livre très statique , au style compact tente de nous intéresser à l'évolution dramatique de la situation , l'état de Claude se dégrade et nous avons droit à des descriptions très crues de son état physique , tandis que Gael s'ennuie de rester avec ce couple à la dérive et tout se passe mal ;on sort , avec quel mal de ce roman indigeste , comme le disait Rivarol "écrit avec de l'opium sur une feuille de plomb".
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Voilà un livre dans lequel on a l'impression qu'il ne se passe rien. Le style hyper descriptif y est pour beaucoup, l'absence de dialogues et l'utilisation du passé aussi. Je me suis ennuyée du début jusqu'à la fin (mais il est court alors j'ai tenu à finir), caressant l'espoir permanent de ressentir une émotion qui n'est pas venue. Pourtant, le sujet s'y prête : Claude, malade du cancer, reçoit pour quelques jour son jeune fils qu'il ne connaît pas. Avec ce thème, il était possible de faire vibrer le lecteur à mon sens. Mais là, c'est loupé. Il y a trop de descriptions de scènes quotidiennes qui n'apportent rien au scénario, pas d'actions, tout le long du livre, cette impression de "traîner" ne nous quitte pas. Bref = boaf !
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Très beau roman, intimiste, sincère, impudique, photo instantanée de la vie d'un homme qui lutte contre son cancer et prend tout à coup conscience de l'existence de son fils.
Très prenant, sincère, parfois énigmatique, et violent dans la brutalité des sentiments, de la réalité du quotidien d'un cancéreux. J'aurai aimé en savoir plus sur le destin de ce couple, notamment sur le devenir de Simone. Je "reste donc un peu sur ma faim" à la fin du livre et c'est la raison pour laquelle je ne lui ai pas accordé la note maximale.

J'ai apprécié le fait que l'auteur s'intéresse également au statut du compagnon du malade. Il est curieux que je me suis plus attachée à sa compagne Simone plutôt qu'à Claude dont le titre du roman lui est dédié. Il semble que Simone se livre beaucoup plus au niveau de ses sentiments : elle se présente donc de façon plus humaine, plus sensible, du côté de l'avenir, des vivants, alors que Claude n'en finit pas de se débattre avec les affres des effets secondaires de ses traitements de chimio et avec la maladie elle-même, et se trouve donc du côté des sursitaires, ayant un pied déjà dans la zone de non-retour.

Seul conseil personnel : à ne pas offrir à un ami en déprime.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 février 2014
Le sujet n'était pas facile, construit autour de la maladie,le passé et le cancer... mais Pascal Kramer a su bâtir une histoire émouvante sans jamais tomber dans le pathétique. Des personnages vrais, sensibles et une histoire très émouvante.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Sur un thème difficile : la maladie, en l'occurence le cancer, et ses implications, l'auteur ne parvient pas à captiver l'attention ni même à attendrir. Le style est pesant, parfois même un peu prétentieux. Les descriptions "médicales" se répètent à l'infini. On reste hermétique aux différents personnages. L'ensemble était déjà laborieux, mais l'auteur a néanmoins pris le parti d'intégrer les rares dialogues dans le récit, renforçant la monotonie de l'écriture. Bref, on peine à boucler la lecture de ce roman.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Le livre de Pascale Kramer n'est certainement pas à lire un soir de déprime. L'auteur nous conte en effet l'histoire d'un couple dont le mari, Claude, est atteint d'un cancer en phase terminale. Sa compagne, Simone, subit en silence et en souffrance psychologique les derniers moments de ce dernier. Survient alors un enfant, Gaël, issu d'une vieille relation que Claude n'avait jamais reconnu. Au crépuscule de sa vie, il décide de le rencontrer. Ce trio va alors tenter de vivre ensemble, alors que le spectre de la mort rôde de partout dans la maison.

De ce postulat tragique, Pascale Kramer fait un état des lieux terrible quant aux malades en fin de vie. Tout est sombre, rien ne parvient à éclairer la vie de Claude : il va (probablement) mourir jeune (45 ans), les flashbacks sur sa vie lui montre uniquement ses douloureux ratés, sa vie de couple était un second choix mal assumé, ... La réussite de l'auteur est qu'elle parvient à instaurer une réelle chape de plomb sur toute sa narration et qu'on ressent bien le mal-être qui règne dans cette maison. Si le livre est noire et déprimant au possible et correspond probablement bien à la fin de vie de nombreux malades, l'auteur évite toutefois l'écueil du larmoyant pour se concentrer sur la dure réalité.

En revanche, le style littéraire est parfois un peu ampoulé, ce qui se traduit par un ennui certain qui s'installe chez le lecteur. De plus, le choix de l'auteur de ne faire aucun compromis quant à la dureté de la situation qu'elle narre finit par lasser. Oui, la vie est dure, et parfois elle n'est QUE moche. Mais sur 140 pages, c'est un peu longuet...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
A cinquante ans, Claude, atteint d'un cancer aux poumons, profite de sa maladie pour s'évader d'un monde qui part à la dérive et qui lui déplaît. Il refuse de se soigner jusqu'au moment où il retrouve Gaël, son fils de onze ans.
C'est à travers l' œil de Simone, sa femme, qu'on assiste à la lente dégradation du corps de Claude ainsi qu'à l'évolution des sentiments des personnages.
Ce roman est dur à lire car il nous confronte aux réations négatives que l'on peut avoir quand on partage le quotidien d'un malade en fin de vie.
On est en permanence mal à l'aise dans cette lecture mais on se laisse enfermer dans cette ambiance pesante de huis clos.
Le manque de dialogue alourdit encore plus l'atmosphère du livre.
L'auteur est sans concession dans la description de la maladie, mais jamais trivial.
Le style est froid, clinique, et de ce fait on ne ressent aucune empathie pour aucun des personnages. On les regarde évoluer sans jamais s'identifier à aucun d'eux.
L'écriture fluide et agréable déchiquette cependant les sentiments les plus nobles comme les plus inavouables.
Ce roman est noir; il pourrait être rebutant, mais le style original de l'auteur nous pousse à le lire jusqu'à la dernière page.
Après une période d'hésitation (j'ai commencé le livre puis je l'ai laissé de côté, car dérangeant),je me suis laissée captiver. Je reconnais qu'il ne faut pas être en période de déprime pour le lire !!!
Je le recommande quand même.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Je n'ai pas souvenir d'avoir jamais mis autant de temps à lire un livre ! Dans le non-évènement que raconte l'auteur, on a vite renoncé à attendre qu'il se passe quelque chose et on n'est même pas motivé par l'envie de savoir comment va se terminer l'"histoire" puisqu'il n'y en a pas vraiment. Claude a un cancer, à un stade si avancé que la mort paraît la seule issue et qu'il l'attend ainsi que ses proches. Voilà qu'il décide subitement de renouer avec Jovana, jeune femme avec laquelle il a eu une aventure une douzaine d'années plus tôt et de qui il a un fils qu'il n'avait jamais rencontré jusque là. Le livre commence avec la rencontre du père et du fils et sur la souffrance de l'épouse légitime qui se voit imposer cet enfant pendant que sa mère, saisissant l'aubaine, part une quinzaine de jours en vacances à Belgrade... Du coup, Claude décide de se soigner et entreprend une chimiothérapie qui le rend particulièrement malade, le diminue encore davantage et vient retarder cette fin que tout le monde attendait comme une délivrance. À partir de là, le livre décrit avec une extrême minutie et sans concessions les ravages de la maladie et de la chimiothérapie, analyse avec la même minutie (et certes beaucoup de finesse) l'état d'esprit des uns et des autres : chagrin, souffrance, lucidité, honte, vexations, chagrin, souffrance, lucidité etc.
Pour que l'environnement soit en adéquation avec tant de gaieté, Claude et son épouse habitent un quartier aux nuits troublées par des émeutes qui replongent Claude dans son ancien univers d'entraîneur sportif et les déboires qu'il a connus avec les jeunes de la cité. S'ajoutent donc la peur, les ragots et les rancoeurs de voisinage... Pour ne rien arranger, le style usant et abusant des expansions du nom est "fatigant" ("Elle lui souhaita que ce ne soit pas la culpabilité, compliquée d'irréparables remords et inquiétudes, qui l'obligeât à souffrir le délabrement dont il observait minutieusement les progrès (...) Il y eut un chahut de merles s'arrachant à la profondeur enchevêtré des buissons." C'est joli mais à forte dose, ça lasse !)
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)