Commentaires en ligne


25 évaluations
5 étoiles:
 (18)
4 étoiles:
 (5)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellent
Moins épais que ses autres livres consacrés au front de l'Est ce nouvel ouvrage de Jean Lopez reste du même niveau. Au delà de la description des combats qui a déjà été faite des dizaines de fois il apporte une réflexion approfondie sur la stratégie, les enjeux et la méthode. Si l'Armée rouge a...
Publié il y a 12 mois par FERRAND MARC

versus
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Un gros effort de compilation, mais limité à l'histoire militaire, et présenté comme original
Je vais déroger un peu avec les louanges des commentaires précédents, mais le livre de Jean Lopez n'est à mon avis pas des plus satisfaisants, et ce pour plusieurs raisons.

D'abord cet ouvrage a été rédigé rapidement, et non pas seul, mais à plusieurs mains, c'est utile de le rappeler. Ce n'est donc...
Publié il y a 2 mois par Stéphane MANTOUX


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellent, 11 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Opération bagration la revanche de Staline (été 1944) (Broché)
Moins épais que ses autres livres consacrés au front de l'Est ce nouvel ouvrage de Jean Lopez reste du même niveau. Au delà de la description des combats qui a déjà été faite des dizaines de fois il apporte une réflexion approfondie sur la stratégie, les enjeux et la méthode. Si l'Armée rouge a enfoncé les allemands ce n'est pas seulement parce qu'elle avait plus d'hommes, de chars et d'avions, c'est aussi parce que ses dirigeants avaient effectué un formidable travail de préparation et d'organisation.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Un gros effort de compilation, mais limité à l'histoire militaire, et présenté comme original, 9 février 2015
Par 
Stéphane MANTOUX - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Opération bagration la revanche de Staline (été 1944) (Broché)
Je vais déroger un peu avec les louanges des commentaires précédents, mais le livre de Jean Lopez n'est à mon avis pas des plus satisfaisants, et ce pour plusieurs raisons.

D'abord cet ouvrage a été rédigé rapidement, et non pas seul, mais à plusieurs mains, c'est utile de le rappeler. Ce n'est donc pas un ouvrage tant individuel que collectif. Ensuite, le fait que cet ouvrage soit quasiment le premier un tantinet sérieux en français sur Bagration ne doit pas faire perdre de vue qu'il comporte certains défauts. Enfin, le côté "novateur" de l'ouvrage souligné en introduction (notamment le fait de traiter les offensives soviétiques de l'été 1944 ensemble pour la première fois) est presque totalement artificiel.

C'est ainsi que dès le premier chapitre, Jean Lopez reprend sa casquette de "chasseur de mythes"... mythes déjà bien travaillés en anglais, par des historiens américains ou autres. Les notes permettent de voir rapidement deux choses : que Jean Lopez compile beaucoup (les travaux de D. Glantz, qu'il ne cite pas parfois directement mais en reprenant les notes de celui-ci) et aussi qu'il ne cite pas forcément les quelques ouvrages ou articles qui fournissent le gros de sa matière. L'hypothèse principale de Jean Lopez (Bagration = une diversion géante au profit de l'opération Lvov-Sandomierz) vient tout droit d'un article de R Watt du Journal of Slavic Military Studies, le journal dirigé par Glantz, daté de 2008. Jean Lopez n'y change pour ainsi dire pas une virgule ou presque. Ce faisant d'ailleurs, il continue de se placer systématiquement contre les théories du colonel Glantz, tout en semblant obsédé par la recherche d'un axe d'attaque soviétique principal et non par la théorie du front large (même problème sur Stalingrad). Ce qui entre parfois en contradiction avec sa présentation de l'art opératif soviétique (!).

Sur l'aviation soviétique, les sources n'apparaissent pas, de même que sur la présentation des groupes de cavalerie mécanisée. A propos du rôle des partisans, Jean Lopez utilise au mieux des sources incomplètes, voire franchement partiales (B. Musal, très anti-soviétique). Sur les intentions allemandes, où Jean Lopez semble conserve une vision assez monolithique de l'art de la guerre germanique, à l'instar de certains historiens américains "révisionnistes" (qui démontent le mythe d'une armée allemande invincible, pour faire court), on voit apparaître, au bout d'une centaine de pages, la source principale de Jean Lopez côté allemand : Das Deutsche Reich und der Zweite Weltkrieg, volume VIII, un tome d'une somme des historiens militaires allemands qui a fourni beaucoup de matériau à Jean Lopez. Couplée avec le récit de G. Niepold, ancien officier de la 12. Panzerdivision, on a là les deux sources principales de l'auteur tout au long du livre (les cartes sont également reprises de la somme allemande). Le Das Deutsche Reich und der Zweite Weltkrieg, volume VIII est pourtant loin d'être systématiquement cité en notes quand Jean Lopez l'utilise -abondamment. C'est le cas, pour ne prendre qu'un exemple, sur le long passage que Jean Lopez consacre à Model, qui est pour bonne partie tiré de ce livre.

Quand il est question de la Pologne et des questions politiques et diplomatiques, comme souvent, Jean Lopez est moins bon, une fois sorti de l'histoire militaire. Lev Bezymenski, un auteur soviétique qu'il cite plusieurs fois, apparaît en fait dans les notes du Das Deutsche Reich und der Zweite Weltkrieg, volume VIII dans les passages concernés. Livre qui fournit aussi matière à la description de la bataille de chars devant Varsovie début août 1944. Le sursaut allemand décrit à la fin de l'ouvrage reprend pour bonne partie le début du Berlin écrit par Jean Lopez en 2010, et le tableau n'est pas corrigé par les travaux d'historiens comme Ian Kershaw qui ont pu relativiser certaines idées défendues par Jean Lopez ("effet Nemmersdorf", etc).

En conclusion, ce qui est décevant, c'est qu'à nouveau ce qui n'est finalement qu'un gros travail de compilation (mais qui utilise un nombre de sources limitées, et très centrées sur l'histoire militaire) est présenté comme quelque chose d'original, comme cela est écrit en introduction. Or, rien n'est plus faux : un examen serré des sources mentionnées (ou non) par Jean Lopez montre combien celui-ci est redevable à des prédécesseurs étrangers. Alors première synthèse sur Bagration en français, oui. Synthèse réussie, je ne le crois pas, dans les intentions qui sont défendues en tout cas.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Bagration : la fulgurante victoire soviétique, 2 août 2014
Par 
Latour07 (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Opération bagration la revanche de Staline (été 1944) (Broché)
En moins de trois mois, fin juin - août 1944, l'armée rouge va démolir le front de l'Est sur 600 km de profondeur, pour se rapprocher de Varsovie, de la frontière avec la Prusse. Avec 28 divisions détruites, le Reich encaisse la plus lourde défaite de toute l'histoire militaire allemande. 400.000 hommes disparaissent : tués, prisonniers, blessés, soit près de deux fois plus qu'à Stalingrad. Bagration est un chef d'œuvre de supériorité stratégique et tactique soviétique sur l'Allemand. Pour la première fois, les Soviétiques ne lanceront pas leurs chars suivis de l'infanterie pour prendre possession des territoires. Cette stratégie, bien trop coûteuse en hommes, est revue en profondeur notamment par le maréchal Joukov et l'élite de la Stavka présidée par Staline. Une longue préparation de l'attaque sur plusieurs points du front tenu par le Groupe d'Armée Centre, une magistrale campagne d'intox, une superbe organisation entre armée aérienne, troupes au sol, artillerie, la combinaison jusqu'au niveau du régiment de plusieurs armes agissant de concert vont littéralement subjuguer l'ennemi.
Jean Lopez, historien spécialiste de la seconde guerre mondiale et plus précisément de la guerre germano-soviétique, nous livre un remarquable ouvrage de stratégie militaire, permettant une compréhension novatrice de cette bataille totalement ignorée des Occidentaux.

Pourtant Bagration répondait à un objectif concerté avec les Etats-Unis et la Grande Bretagne d'attaque simultanée avec le Débarquement "opération Overlord". Cette double attaque sur les fronts ouest et est a en effet gravement perturbé l'affectation des réserves de la Wehrmacht.

La force mécanique n'explique pas tout. La stratégie est maîtresse si en outre les chefs savent se comporter comme tels. Aussi l'arrivée de l'hitlérien Model à la tête du Groupe d'Armée Centre va rétablir la situation et empêcher que cette lourde défaite ne devienne un désastre total pour les Allemands. L'obstination de Hitler à conserver les territoires baltes va contribuer à cette défaite des armes allemandes.

L'attentant contre Hitler en juillet 1944 et l'insurrection de Varsovie sont directement liés à Bagration.
Hitler pensait sans doute possible cet été 1944, en conservant la poche de la Baltique (Groupe d'Armée Nord) pouvoir négocier une paix séparée avec Staline en s'en servant de monnaie d'échange. Quant aux conspirateurs officiers supérieurs et généraux, appartenant pour certains d'entre eux, à une minorité d'officiers non hitlériens (différence avec les nazis) de la Wehrmacht, c'est évidemment la peur de l'invasion de la Prusse qui les a précipités à tenter l'assassinat du Führer pour obtenir, en cas de réussite, une alliance avec les Occidentaux. L'échec de l'attentat produira le resserrement du Peuple allemand autour de son guide.
Quant à Varsovie les historiens débattent encore de savoir si Staline a fait exprès de laisser mourir le soulèvement populaire par les nazis. Jean Lopez expose avec clarté les points d'accord entre historiens et permet une vision plus claire de son combat politique.

L'auteur démontre que Bagration est le premier vrai combat de la Guerre froide, affirmant l'autorité de Staline sur les pays limitrophes à la Russie, pour éviter notamment que ces derniers ne puissent devenir des bases de départ de nouvelles attaques militaires. Chaque bloc constitue sa zone d'influence. De Gaulle, dans le tome 3 de Mémoires de guerre / Tome 3 : Le salut : 1944-1946 précisera, de sa rencontre en décembre 1944 avec Staline à Moscou, que ce dernier n'avait pas apprécié que l'occupation de l'Italie fut découpée entre alliés occidentaux, sans même en référer à l'allié soviétique.

La lecture de "Opération Bagration" est palpitante et illustre, s'il en était besoin encore, la pertinence de l'Appel du 18 Juin de De Gaulle dont je reprends un extrait :

"(...) Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l'ennemi.

Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd'hui.

Mais le dernier mot est-il dit ? L'espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non !

Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n'est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire. (...)"

C'est aussi la découverte du premier camp d'extermination de Maidanek qui va choquer profondément l'armée soviétique et renforcer sa détermination à n'octroyer aucun quartier au barbare germanique. L'auteur souligne avec intérêt que l'Occident n'a pas voulu diffuser cette information capitale, perturbant, par le doute installé via le silence épais, pour des années la compréhension de la Shoah.

Cet ouvrage rend plus sensible l'actualité en nous permettant d'apprécier avec force l'alliance franco-russe.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


23 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un thriller militaro-politique, 20 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Opération bagration la revanche de Staline (été 1944) (Broché)
C'est un livre qui se lit comme un thriller. Après avoir dévoré tous les ouvrages de Lopez, je dois constater que celui est plus politico-militaire que militaro-politique, à l’inverse de Berlin, Koursk, Stalingrad ou Tcherkassy.
Lopez, dans les décors de l'opération Bagration, met magistralement en contexte les événements-clés comme l’insurrection de Varsovie, l'attentat du 20 juillet contre Hitler, l'appel de 22 juillet (que je ne connaissais pas) etc. Sa conclusion sur le rôle et la position de l'URSS vis à vis l'insurrection de Varsovie m'a plu particulièrement (pp 346-352). Elle est à la fois forte et nuancée.
Dans la conclusion de son livre, Lopez démontre bien la place éminente qu'occupe l'opération Bagration non seulement dans l'histoire de la Seconde guerre mondiale, mais aussi dans l'histoire de la 2e moitié du XXe siècle.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un choc !, 12 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Opération bagration la revanche de Staline (été 1944) (Broché)
Après Koursk, Stalingrad, Berlin,Tcherkassy-Korsun, Jean Lopez nous gratifie avec Bagration d'un nouvel opus consacré au front de l'est. Un ouvrage majeur et bien utile, si l'on considère que l'offensive soviétique de l'été 1944 demeure pour ainsi dire totalement ignorée de nos lecteurs occidentaux . `Bagration' , déclenchée le 23 juin 1944 voit l'éclatement du front allemand, la destruction de deux armées et la `'libération'' de la Biélorussie au terme d'un déferlement incroyable de l'armée rouge. Un désastre pour la Wermacht, qui par comparaison ravale au rang d'amusement le pseudo Stalingrad de Falaise . S'ensuit l'opération Lvov-Sandomir qui amène l'Armée Rouge aux portes de Varsovie et clôture temporairement l'impitoyable cavalcade soviétique .Un récit à la fois haletant et terrifiant,raconté avec force détails et cartes, par celui que l'on doit considérer comme l'Historien majeur du conflit germano-soviétique. En outre, et ce n'est pas anecdotique au vu de la complexité des opérations décrites, un bref résumé vient clôturer chaque chapitre de ce livre en tout point remarquable. Une fois de plus, un chef-d'oeuvre de Monsieur Lopez !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'OEUVRE DE DESTRUCTION, 5 octobre 2014
Par 
XENOPHON - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Opération bagration la revanche de Staline (été 1944) (Broché)
Voilà "l'Ostheer" ramené à sa zone de départ du 22 juin 1941...Un peu plus même...Les Soviétiques font ce que les Allemands continuent à juger impensable...Combiner des opérations en coordonnant de façon efficace les Fronts sous une couverture aérienne enfin existante tout en pratiquant une exploitation en profondeur et en créant des chaudrons destructeurs...De mi-juin 1944 à mi septembre 1944,l'opération Bagration amène l'Armée Rouge sur les hauteurs de la Hongrie, au coeur de la Pologne et au bord de la Baltique. Tout le groupe d'armée Centre est anéanti, les objectifs politiques atteints et Berlin enfin envisageable.

L'ouvrage de Jean Lopez a un défaut (essentiellement inhérent à l'importance du sujet traité ; deux tomes n'auraient pas été de trop), celui d'être parfois lapidaire.

Il a trois immenses qualités :

• celui de donner une vision globale, cohérente et bien articulée de cette immense offensive ;
• celui de "contextualiser" (désolé pour le jargon) Bagration par rapport aux objectifs des alliés et de faire le lien entre politique et guerre
• celui de décrire les différents temps de l'opération avec le talent narratif qu'on lui connaît.

A lire++++
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 operation Bagration, 7 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Opération bagration la revanche de Staline (été 1944) (Broché)
Très intéressant. Ce livre dévoile la mise en place et la réussite d'une opération majeure (mais peu connue des occidentaux) de l'armée soviétique en 1944.
Elle a permis la réussite de l'opération overlord (débarquement des anglo- saxons en 1944) en empêchant le transferts des armées
Panzer d'un front a l'autre.
Très bien documenté par J.Lopez, avec des cartes assez précises
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


19 internautes sur 22 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Je le recommande vivement., 22 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Opération bagration la revanche de Staline (été 1944) (Broché)
La guerre c'est la politique, a écrit Clausewitz. Ce livre prend la phrase au pied de la lettre et s'efforce de montrer que la conception même de Bagration obéit à des visées politiques multiples. La partie "archéologie" de l'opération EDF de ce fait passionnante. La description des combats est claire et vivante. Il y a juste ce qu'il faut de détails et les va et vient entre les deux camps sont bienvenus. L'idée nouvelle -Bagration n'est que le paravent de l'opération clé de Galicie- est tout à fait crédible. Enfin l'analyse des conséquences politiques est de première force, notamment le lien avec l'insurrection de Varsovie. Pour moi, c'est le meilleur livre de J.Lopez car le plus épuré. Je le recommande vivement.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Passionnant!, 1 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Opération bagration la revanche de Staline (été 1944) (Broché)
Deuxième livre de l'auteur que je lis seulement. Le premier étant la biographie sur Joukov. Je suis pleinement satisfait de l'ouvrage. Cela m'a fait connaitre les moyens et méthodes de combat l'armée rouge contre l'armée allemande.
L'auteur nous présente bien le cadre géographique des opérations, les moyens mis en oeuvre des deux cotés, les réactions des belligérants lors de ces opérations. Cependant, ce livre demande une lecture dans un cadre "calme". Je trouve certains chapitres un peu "lourd" à lire mais nécessaire pour connaitre tout les dessous de l'opération Bagration.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 commentaire par un passionné de la seconde guerre mondiale, 16 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Opération bagration la revanche de Staline (été 1944) (Broché)
Tres bonne analyse de l'operation,claire et précise malgré son apparente complexité.J'ai particulièment apprécié la manière dont le "décor" est planté avec notamment une bonne analyse de la personnalité des grands chefs impliqués dans l'opération.A mon avis un des meilleurs "Jean Lopez" sur la guerre à l'est.A recommander à tous les passionnés de la seconde guerre mondiale.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Opération bagration la revanche de Staline (été 1944)
Opération bagration la revanche de Staline (été 1944) de Jean Lopez (Broché - 12 février 2014)
EUR 29,00
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit