undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 15 novembre 2013
Derrida a trop publié, et dans son œuvre pléthorique on trouve le meilleur et le pire : certains textes ne font que mettre en œuvre une déconstruction réduite au rang de méthode systématique s'appliquant à tout et n'importe quoi. Mais les acquis phénoménologique sont incontestables, et c'est sans doute dans la première partie de son travail que se trouve le meilleur, c'est-à-dire dans son propre débat avec Husserl et Heidegger (et aussi Levinas) dans les années 1950-1960. C'est pourquoi la parution de ce livre est un événement: il s'agit d'un cours donné par Derrida en 1965 à l'ENS et entièrement consacré à "Être et temps". Le livre est doublement passionnant: d'abord comme approche de la pensée de Heidegger, parce que Derrida est un lecteur exceptionnel, et même génial, et aussi pour comprendre comment le propre projet philosophique de Derrida s'est d'emblée situé par rapport à la "destruktion" heideggérienne de l'ontologie. C'est enfin un document important pour retracer l'appropriation de Heidegger par toute une génération de philosophe français.
0Commentaire|28 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 mai 2014
Bien qu'il ne soit paru que depuis quelques mois, ce cours de Derrida remonte au milieu des années 60. Derrida lui-même avait pensé à le publier, et en avait annoncé la publication dans le catalogue des éditions de Minuit - précision nécessaire pour rectifier ce qu'affirme l'éditeur de l'ouvrage, qui a seulement consulté les annonces publiées dans la revue Critique, et en tire la conclusion que Derrida n'avait pas projeté cette publication (soit dit sans malveillance, et sans méconnaître la valeur du travail accompli sur un manuscrit qui est quelquefois illisible - voir les pages en fac simile -, et qui appelait des notes, évidemment précieuses. Cette publication est vraiment bienvenue, à la fois comme un document sur la réception de Heidegger en France, et comme un jalon nécessaire sur la formation de la pensée derridienne.(on pourra la mettre en rapport avec un autre texte de Derrida sur Heidegger, Ousia et Grammé, qui figure aujourd'hui dans Marges de la philosophie).
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)