Commentaires en ligne 


7 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (2)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


27 internautes sur 36 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellent livre d'économie
Le livre de Salin est excellent. Le commentaire de Latour est mensonger, et de toute évidence il n'a pas lu le livre. Il parle en idéologue borné, anti-libéral.

L'approche de Salin est celle d'un scientifique, économiste, qui met ses théories à l'épreuve des FAITS. La théorie qui permet le mieux...
Publié le 17 mars 2010 par Unger

versus
1.0 étoiles sur 5 Une vaine nostalgie...
Pascal Salin dans "Revenir au capitalisme" fait quelque chose d'assez rare dans la pensée moderne : il propose un retour en arrière. Cela fait certainement de lui un penseur courageux, à défaut d'un penseur lucide. L'auteur a la nostalgie du vrai capitalisme, celui de nos grands-parents (je suis quinquagénaire, calculez donc). De quel...
Publié il y a 1 mois par Boileau0663


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

27 internautes sur 36 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellent livre d'économie, 17 mars 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Revenir au capitalisme, pour éviter les crises (Broché)
Le livre de Salin est excellent. Le commentaire de Latour est mensonger, et de toute évidence il n'a pas lu le livre. Il parle en idéologue borné, anti-libéral.

L'approche de Salin est celle d'un scientifique, économiste, qui met ses théories à l'épreuve des FAITS. La théorie qui permet le mieux d'expliquer la mise en place des crises est la théorie autrichienne des cycles. Mais pour comprendre cela, il faut lire le livre.

Recommandé pour tous ceux que la réalité intéresse. La principale cause de la crise est la politique monétaire totalement inflationniste qui a permis une création monétaire sans précédent dans l'histoire, tout en garantissant les banques contre les faillites. Toutes les conditions étaient réunies pour favoriser l'irresponsabilité, et les prises de risques excessives. Ce qu'un capitalisme "normal" n'aurait jamais rendu possible : l'autorégulation par la faillite est l'essence du capitalisme, basé sur le respect des droits légitimes de propriété. Jamais un dirigeant propriétaire de ses fonds - donc responsable - n'aurait pris les risques qu'ont pris les salariés aux commandes de grandes banques dont l'actionnariat est très dispersé.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1.0 étoiles sur 5 Une vaine nostalgie..., 24 juin 2014
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Revenir au capitalisme: Pour éviter les crises (Format Kindle)
Pascal Salin dans "Revenir au capitalisme" fait quelque chose d'assez rare dans la pensée moderne : il propose un retour en arrière. Cela fait certainement de lui un penseur courageux, à défaut d'un penseur lucide. L'auteur a la nostalgie du vrai capitalisme, celui de nos grands-parents (je suis quinquagénaire, calculez donc). De quel capitalisme s'agit-il donc ? De celui qui refuse l'hédonisme et la satisfaction immédiate ; de celui qui aime l'épargne et la parcimonie ; de celui qui ne jure que par l'effort et le travail honnêtes ; de celui qui va jusqu'à l'esprit de sacrifice lui-même. Finie donc la consommation à tout crin, hic et nunc ! Tout comme il existe un authentique amour du loup pour l'agneau selon la formule amusante de Socrate dans le Phèdre, il existe un héroïsme libéral, et Pascal Salin est convaincu que si le capitalisme pouvait retrouver ses racines écossaises et puritaines (l'idée des racines écossaises et puritaines est de moi, attention !), notre monde irait beaucoup mieux, et la crise (due entièrement à un excès de réglementation) ne serait plus qu'un mauvais souvenir.

C'est ici que la lecture de Jean-claude Michéa s'avère indispensable, notamment de son meilleur livre (à mon humble avis), "L'Empire du moindre mal". Je reconnais que la façon d'écrire de Michéa est disons assez brouillonne et que ces analyses gagneraient à être étoffées, mais c'est un philosophe qui a l'immense et rare avantage de la clarté et qui dit des vérités que l'on ne trouve pas ailleurs. Ainsi, en un paragraphe bien enlevé, Michéa nous explique indirectement pourquoi le rêve de Pascal Salin relève de l'utopie : le capitalisme a détruit les vertus mêmes sur lesquelles il s'est appuyé pour prendre son essor. Autrement dit, si le capitalisme a pu avoir un tel succès pendant presque deux siècles, c'est tout simplement parce qu'il a sucé jusqu'à la moelle les forces vitales de l'Ancien Régime et profité jusqu'à la dernière goutte de ses vertus, tout en ne cessant de le de dénigrer et de s'ingénier à le détruire.

On nous rétorquera avec hauteur que Hayek a humanisé le libéralisme et qu'avec l'école autrichienne l'existence des traditions et des vertus traditionnelles est (re)devenue acceptable. Hélas, il est trop tard, car le libéralisme et son individualisme forcené ont déjà complètement empoisonné le corps social. D'ailleurs, il est plus que douteux que l'on puisse faire coexister le marché, la sphère de tout ce qui a un prix, avec la sphère de l'Essentiel, c'est-à-dire la sphère de tout ce qui a de la Valeur, surtout lorsqu'on donne la primauté absolue à la première de ces sphères. En vérité, ces deux sphères sont antagonistes, mais cela échappe évidemment aux libéraux pour qui tout est fondamentalement neutre. Ne nous laissons pas berner par les chants de sirène venus de Vienne : Hayek n'a jamais dit quelles traditions ni quels principes moraux devaient être préservés. Il n'a fait qu'expliquer leur genèse "spontanée" et la façon dont ils fonctionnent, et mis en garde contre leur mise au rancart au profit d'une réorganisation de la société selon des principes purement rationnels.

Pour le dire simplement, ce n'est pas les contrats qui permettent à la société de conserver sa solidité, c'est plutôt à la solidité de la société, à son intégrité morale, que l'on doit le respect des contrats. Or les libéraux n'ont jamais été capables de proposer la moindre moralité digne de ce nom, en dehors de l'idée que l'on ne doit pas obliger les autres à faire les mêmes choix que soi. Herbert Lawrence donne une réponse magistrale au libéralisme soi-disant conservateur de Hayek et Consorts dans "L'Amant de Lady Chatterley". Le mari de l'héroïne, Clifford Chatterley, lui dit que "les gens peuvent être ce qu'ils veulent, ressentir ce qu'ils veulent et faire ce qu'ils veulent, d'un point de vue strictement privé, tant qu'ils conservent intacts la forme de la vie et son appareil". A quoi sa charmante et perspicace épouse répond : "C'est comme si vous disiez que des oeufs peuvent être aussi pourris que ça leur plaît, pourvu qu'ils conservent leur coquille intacte. Or les oeufs pourris finissent toujours par se casser." Tout est dit, ite missa est !

Une question que je me suis longtemps posé après avoir lu "Revenir au capitalisme" est : qui donc va acheter les masses de produits qui sortiront par divisions entières des usines si tout le monde revient à la sobriété de fourmi de nos ancêtres ? La réponse est venue récemment de l'auteur lui-même, qui a déclaré sur radio Courtoisie que "toute production engendre automatiquement sa demande". Que je suis donc bête de ne point y avoir songé plus tôt !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


24 internautes sur 33 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Une bouffée d'oxygène libérale, 18 mars 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Revenir au capitalisme, pour éviter les crises (Broché)
Chacun pense ce qu'il veut de Pascal Salin et du contenu de ses ouvrages. Pour ma part, l'ayant lu avec un grand intérêt, même si je ne partage pas toutes ses analyses, je dois lui reconnaitre le mérite d'exister et de proposer une analyse différente du matraquage keynesien insupportable dont nous abreuvent les médias et les politiques depuis toutes ces années, et que l'on devrait avaler sans broncher comme la seule vérité universelle.

Pascal Salin nous propose dans cet ouvrage une analyse de la crise complètement à contre courant de ce que l'on peut lire et entendre à longueur de temps, et propose des solutions pour le moins iconoclastes, qui pourraient choquer les bonnes âmes keynésiennes.

J'ai fait mes études d'économie dans un bastion keynésiano-marxiste (Bordeaux 4 pour ne pas la nommer) et la lecture du livre de Pascal Salin représente pour moi une bouffée d'oxygène dans la puanteur étouffante de la pensée unique.

Merci Professeur Salin pour ce petit voyage au pays de la liberté et de la responsabilité !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un livre qui montre les limites du keynésianisme mais ne propose rien à la place, 2 juin 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Revenir au capitalisme, pour éviter les crises (Broché)
L'ouvrage de Pascal Salin a plusieurs mérites qui justifient d'emblée sa lecture: sa clarté et sa pédagogie et surtout son positionnement libéral. Si vous voulez connaître et comprendre les arguments des économistes les plus libéraux, Pascal Salin est votre homme, tant il est vrai que la production économique actuelle pour le commun des mortels est marquée par un retour écrasant du keynésianisme plus ou moins light.
Sur le plan du contenu, l'explication de la crise est assez convaincante (les exigences politiques des gouvernements américains expliqueraient pour lui la bulle immobilière et les mauvais prêts) et tranche avec l'hypocrisie qui porte à concentrer les critiques sur le secteur bancaire. Néanmoins sur cette partie de l'ouvrage on peut au moins faire deux critiques, l'auteur ne remet pas la crise dans un contexte plus global de stagnation des revenus et d'inégalités croissantes (comme l'ont pu faire Stiglitz ou Artus en France)et il semble sous-estimer les facteurs qui rendent les marchés de capitaux fondamentalement moins efficients que les marchés traditionnels. La grande faiblesse de son ouvrage réside dans les solutions qu'il propose: par une approche trop extrême (il affirme sans ambages que consommer c'est de l'argent perdu) et trop déconnectée des enjeux de société qui ne sont pas purement économiques (dans la lignée de Hayek dont il se réclame il semble repousser toute idée de justice sociale ou même de redistribution légitime des revenu) il est amené à préconiser une augmentation du taux d'épargne, nécessaire au fonctionnement du capitalisme, par un abandon de la retraite par répartition et du peu de redistributivité qu'il reste dans notre système fiscal.
En fait les pages le plus instructives sont celles destinées à démonter ce qu'il appelle l'illusion keynésienne: il montre pourquoi il est impossible d'augmenter le revenu et la consommation sans augmenter le revenu global et il dénie toute pertinence à l'utilisation d'agrégats macroéconomiques (comme le taux d'utilisation des capacité de production) pour motiver des politiques d'intervention publique.
In fine ce livre est intéressant parce qu'il permet de comprendre simplement la théorie de l'école autrichienne et parce qu'il fait naître le débat sur des évidences économiques largement acceptées. Il n'y a pas de quoi crier à l'imposture intellectuelle (même si certaines facilités de langage auraient dû être évitées).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un très bon livre écrit par un grand économiste, 18 avril 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Revenir au capitalisme, pour éviter les crises (Broché)
Pascal Salin est certainement l'un des économistes français contemporains les plus connus et respectés au monde. Pour rappel, Pascal Salin fut le Président de la prestigieuse Mont Pélerin Society fondée par Friedrich von Hayek, Karl Popper, Ludwig von Mises et Milton Friedman et dont les membres ont compté, entre autres, Maurice Allais, Michael Polanyi, George Stigler et Lionel Robbins.
Ce qui peut paraitre paradoxal cependant est le relative manque de reconnaissance dont il bénéficie dans son propre pays.

Pour faire court, le livre de Pascal Salin mérite l'attention car il expose un point de vue intéressant et original des causes profondes de la crise actuelle. Ce point de vue s'appuit notamment sur une théorie des cycles économiques développée par deux des plus grands économistes: Ludwig von Mises et Friedrich von Hayek (prix Nobel d'économie).
Lire le livre de Pascal Salin ne peut qu'encourager la réflexion, stimuler l'esprit critique et inciter à relire ou découvrir certains des grands classiques de la littérature économique.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une bonne leçon d'économie, 25 avril 2010
Par 
Rene Descamps (France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Revenir au capitalisme, pour éviter les crises (Broché)
Pascal Salin montre, de façon convaincante, comment et pourquoi l'économie est déréglée, jusqu'à des crises majeures, par des décisions étatiques ignorantes et brouillonnes. Il convient donc de laisser agir les régulations automatiques en régime capitaliste libéral, en maintenant aussi constants que possible des paramètres essentiels comme le taux d'intérêt et la masse monétaire. L'auteur, professeur d'économie à l'Université, disciple de l'Ecole autrichienne fondée par Von Mises, est évidemment à l'opposé de la "pensée unique". Mais cette lecture sera fort utile à qui veut comprendre, sans préjugés, les rouages de l'économie.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


16 internautes sur 67 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Salin, le comique troupier libertarien, 11 mars 2010
Par 
Latour07 (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Revenir au capitalisme, pour éviter les crises (Broché)
Pascal Salin officie, pontifie, dans le temple libéral de la prestigieuse université Paris-Dauphine qui a l'heur (bon) de connaître de véritables et bons professeurs d'économie (loin d'être unanimement libéraux).

Pascal Salin se définit comme libéral, disciple de l'école autrichienne. Il est en réalité libertarien. Réduire le libéralisme au libertarianisme serait une grave erreur, une offense à la pensée. Autant j'aime à discourir avec des libéraux, autant, comme avec les staliniens (dans mon passé de lutte contre le communisme), je ne puis parler, étant disqualifié d'office. Le libertarien est un absolutiste du libéralisme.

Pour reprendre la définition, synthétique proposée sur wikipedia, "les libertariens, sont favorables à une réduction, voire une disparition de l'État en tant que système fondé sur la coercition, au profit d'une coopération libre et volontaire entre les individus."

Pascal Salin, dans la présentation de son ouvrage ("La Tribune" du 19 février) explique ainsi :

"La pensée libérale, en particulier celle issue de l'école autrichienne, est fondée sur une méthodologie et un raisonnement cohérents qui correspondent à la réalité du comportement humain. Elle est donc réaliste. Il n'y a de responsabilité qu'individuelle, car seuls les individus agissent."

Pour Pascal Salin, la crise des subprimes est la conséquence non pas de la libéralisation excessive des marchés financiers globalisés, mais de la sur-réglementation ! Vous avez bien lu.

Pascal Salin fustige ainsi l'incorrigible volonté des Etats à intervenir pour corriger les défauts de fonctionnement des marchés financiers. Par son intervention même, illégitime sur le plan de la doctrine libertarienne, l'Etat perturbe le fonctionnement du marché. L'autorégulation du marché étant considérée comme vérité non critiquable, l'Etat, agent perturbateur, hors marché, ne doit donc jamais intervenir d'après Salin.

Il aurait fallu aller jusqu'au bout, et accumuler les faillites bancaires, l'implosion du système économique, assurer la déflation (baisse des salaires, des retraites, suppression de la Sécurité Sociale, augmentation du chômage), provoquer le risque de guerre civile pour qu'enfin, l'autorégulation puisse s'affirmer. Non, "l'incorrigible" Etat est intervenu, comme nous le savons tous (pourtant la propagande libérale nous tambourinait à longueur de temps que l'Etat était "en faillite" ; il a dans les faits su emprunter et non créer de la monnaie pour renflouer la liquidité des banques).

Ce que Salin ignore, comme tout idéologue fanatique, c'est la réalité qu'il prône pourtant à tout bout de champ. La réalité, c'est que les marchés financiers ne s'auto-régulent pas (cf. l'admirable analyse de l'économiste André Orléan De l'euphorie à la panique : penser la crise financière), c'est aussi que le comportement humain est plus complexe qu'une somme d'équations : les ouvrages abondent sur la finance comportementale, le mimétisme (Keynes, René Girard), la fraude (Jean de Maillard).

Refonder le capitalisme sur la responsabilité individuelle contre / sans l'Etat est un mythe dangeureux que véhicule à longueur de conférences, de cours et d'ouvrages, ce fonctionnaire de l'Etat qui le rémunère pourtant chaque mois.

Ce que Salin, accessoirement ignore aussi, c'est que depuis 1973, l'Etat français ne bat plus monnaie. L'Etat (c'est-à-dire nous, citoyens) s'est dessaisi de son droit régalien au profit (généreux) des banques privées (cf. La dette publique, une affaire rentable : A qui profite le système ?). Professer qu' "il n'y a jamais eu autant d'inflation et d'instabilité monétaire que depuis l'époque où les Etats ont pris le contrôle de la création monétaire" est une idiotie historique (depuis que l'homme est homme ? depuis l'époque de ma grand-mère ? assimilable à "de tout temps, l'Etat ..."), un délire, un mensonge.

Nous sommes installés avec Salin dans le Mensonge idéologique qui -souvent d'ailleurs - me fait déclencher le rire.

Car Salin ose dire n'importe quoi; avec sérieux : il est un comique troupier malgré lui.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Revenir au capitalisme, pour éviter les crises
Revenir au capitalisme, pour éviter les crises de Pascal Salin (Broché - 25 février 2010)
EUR 25,90
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit