undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles31
4,7 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:8,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 11 février 2009
J'ai envie de dire que ce livre laisse sans voix. Par contre les personnages (réels bien sur) nous en disent beaucoup. Leur vie dépasse notre imagination restreinte, leur force, leur volonté, leur conviction dépassent notre entendement.
On se prend d'affection pour Agafia (que l'on voit sur la couverture).
Et on est profondément reconnaissant pour la discrétion et le respect dont fait preuve l'écrivain à travers ses relations avec cette famille et à travers son écriture.
Vraiment, vraiment, un livre à lire et à offrir mais attention : pas pour un divertissement banal. Non, une telle lecture va beaucoup plus loin. Elle touche à l'essentiel.
0Commentaire|37 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Vassili Peskov est né en 1930 à Orlov. Il fut grand reporter à Komsomolskava Pravda. Outre ses interviews, on lui doit des livres sur la faune du monde et d'étonnantes histoires sibériennes. Ermites dans la taïga est paru en 1992.
En 1978, un petit groupe de géologues découvre une famille vivant au cœur de la Sibérie, à 250 kilomètres de toute présence humaine, depuis 1938. Les Lykov vivent en autarcie totale sous la tutelle du père. Karp déjà âgé qui a perdu sa femme quelques années plus tôt et ses enfants, Savvine l’aîné et Dmitri pour les fils, Natalia et Agafia la cadette pour les filles. Leur choix de vie a des origines religieuses, un schisme remontant à Pierre 1er, où les orthodoxes vieux-croyants se sont séparés de l'Église orthodoxe russe en refusant les réformes introduites par le patriarche Nikon en 1653. Les Lykov s’inscrivant dans la tradition des vieux-croyants défendent la théorie selon laquelle leur salut résiderait dans l’ermitage.
Ce fait divers parviendra à la connaissance du journaliste Vassili Peskov en 1982, immédiatement il se passionne pour l’affaire et se rend sur les lieux. Après plusieurs décès consécutifs, ne subsistent plus que le père, 80 ans, et sa fille Agafia, 39 ans. Pendant neuf ans, l’été seule saison permettant l’expédition, il se rendra régulièrement dans l’isba isolée, accompagné par deux membres de l’équipe de géologue. Entre ces hommes modernes et cette famille vivant dans le passé, une amitié va naître.
Tout comme le journaliste, le lecteur est tout de suite conquis par ces deux ermites dont la gentillesse et la générosité transpirent dans leurs faits et gestes. Si vous êtes habitué aux récits d’explorateurs, vous connaissez cette vérité universelle, tous les peuples vivant dans l’extrême dénuement n’hésitent pas à fournir le gîte et le couvert à leurs visiteurs ; Agafia aura toujours une pomme de terre bien chaude à offrir à ses nouveaux amis.
Quand on vit dans une isba au cœur de la Sibérie où les températures peuvent tomber à – 40° et la neige tout ensevelir, vous imaginez que la vie n’est pas simple mais quand en plus viennent s’y ajouter des contraintes religieuses (pas d’armes, ne manger que des animaux à sabots etc.) seule la foi peut vous aider à survivre. Je n’entre pas dans les détails trop nombreux sur la manière dont vivent Karp et Agafia, ils seront source d’étonnement quand vous lirez l’ouvrage et ne sont que la face visible de l’iceberg. Le plus important est ailleurs.
Ce livre est magnifique grâce à Agafia. Sa gentillesse naturelle, sa curiosité intellectuelle, la poussent vers ce monde dont les portes s’entrouvrent devant ses yeux émerveillés ; elle aura même le courage, un temps, d’y faire une incursion, découvrant trains, voitures, hélicoptère, maisons chauffées etc. Mais quand son père décèdera à son tour et que désormais seule, de toutes parts on lui proposera de l’héberger à ses conditions, elle refusera, prisonnière de ses croyances religieuses et de son mode de vie, préférant retourner vivre dans son isba.
Un récit réellement superbe, pour son aspect vie solitaire dans la nature dont les images m’ont évoqué Derzou Ouzala le film de Kurosawa (1975), mais surtout pour cet inoubliable portrait d’Agafia qui évolue avec le temps, mûrissant mais défendant jusqu’au bout ses valeurs qui en font « sa force et sa tragédie ».
« Le savant régionaliste m’a répondu qu’il avait eu connaissance de la « trouvaille » des géologues dans une note de service et qu’il était parvenu, l’été passé, à pénétrer dans ce coin reculé de la taïga. « Je suis entré dans leur masure. Je leur ai parlé comme je vous parle. Mon impression ? Un mélange de préhistoire et de Russie d’avant Pierre le Grand ! Ils font du feu au silex… Ils s’éclairent avec des mèches de bois… Nu-pieds l’été, chaussés d’écorces de bouleau l’hiver. Pas de sel, pas de pain. Ils n’ont rien perdu de la langue, mais on a du mal à comprendre les cadets… »
22 commentaires|15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 janvier 2011
Voilà une histoire qui vous touche au plus profond de votre âme.
Croyants ou non, nous ne pouvons pas rester indifférents au feu sacré qui anime cette famille d'ermites.
Simplicité et abnégation... Magnifique.
0Commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 novembre 2012
C'est d'une aventure humaine exceptionnelle dont il s'agit là, de la famille Likov, vieux croyants (schisme de l'église Orthodoxe apparu en 1653), vivants seuls au beau milieu de la Taïga désertique en ermites. Quand ces gens dont certains n'ont jamais vécu autrement et n'ont jamais connu le « monde », découvrent peu-à-peu la notion de pluralités de vies, alors s'ouvrent pour eux un autre avenir mais aussi la fin d'une vie simple, à la limite de la famine. Finalement, on sort de la lecture de ce livre, avec une grande tristesse quant à la fin inéluctable d'une telle existence. Difficile d'imaginer, réfugiés dans leur solitude, des hommes et des femmes qui de plus, de par leur croyance se privent de beaucoup de choses. Magnifique livre que je conseille car j'en suis ressortis grandi, comme chaque fois que l'aventure humaine est mise au premier plan.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 novembre 2011
quelle expérience! on reste stupéfait, édifié, soufflé, par tant de courage; une misère stoïque que seule leur foi a permis a ces personnes de supporter, de vivre.

Pour le coup, les montagnes ont été soulevées!
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mars 2011
Sujet atypique que les Vieux croyants et leur refus de la pollution des esprits et des âmes via ce témoignage bien traité et engendrant la sympathie pour le peuple russe.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 mars 2012
Excellent, très surprenant, évoque égalemnt la fin de la russie soviétique. Les personnages sont surprenants. Le journaliste est excellent. Un livre dépaysant qui laisse une impression bizarre.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 octobre 2010
Leçon de vie. Un voyage intérieur qui questionne sur la limite et le périmètre de sa propre humanité dans une communion douloureuse et sans concession avec la Nature. Magnifique.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 juin 2013
j'avais dejà lu cet ouvrage et j'ne ai gardé un tel souvenir que j'ai souhaité l'acquérir dix ans plus tard.j'ai retrouvé le même interêt pour cette famille hors du temps .
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 décembre 2012
A l'heure où la globalisation menace de former un monde basé sur la même pensée, la perte des traditions et des valeurs, ermites dans la taïga, histoire véritable d'une famille isolée au fond de la Sibérie, est une véritable bouffée d'air, de rêves pour tout ceux qui se posent des questions sur notre société actuelle. Cette famille a fait le choix d'échapper au siècle (à notre société) principalement pour des raisons religieuses. Inconsciemment ou pas des millions de russes ont admiré cette façon de vivre, par curiosité, par admiration, ou par la tentation de faire pareil ? Qui n'a jamais rêver d'aller vivre dans la forêt loin de ce monde ? Histoire vraiment extraordinaire, que je recommande à tout le monde !
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)