Commentaires en ligne


8 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:
 (2)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Faire court !
"Outremonde" est ce que l'on appelait avant un livre-somme, un livre-monde. Comme le livre fait 900 pages et qu'il couvre un demi-siècle d'histoire Américaine, je vais faire très court en ne vous disant qu'une chose : lisez-le. C'est un chef d'oeuvre comme Richard Powers essaie d'en écrire (il y ait presque parvenu avec "Trois fermiers...),...
Publié le 31 août 2010 par Franz D.

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 magistral, mais infernal!
L’histoire des Etats-Unis, du début des années 50 à la fin des années 90.
L’histoire de la guerre froide et de la peur de la bombe.
L’histoire d’un pays mais vue depuis la partie immergée de l’iceberg impérialiste à travers le regard d’une multitude de personnages, anonymes...
Publié il y a 7 mois par Fabzefab


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 magistral, mais infernal!, 11 avril 2014
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Outremonde (Poche)
L’histoire des Etats-Unis, du début des années 50 à la fin des années 90.
L’histoire de la guerre froide et de la peur de la bombe.
L’histoire d’un pays mais vue depuis la partie immergée de l’iceberg impérialiste à travers le regard d’une multitude de personnages, anonymes Nick, Albert, Matt, Klara, Brian, Manx, Marian, sœur Edgar… ou célèbres comme Lenny Bruce, Frank Sinatra, J. Edgar Hoover et qui ont tous pour point commun de vivre au plus près des entrailles de l’Amérique, au sens littéral (les labos scientifiques souterrains qui travaillent sur la bombe) ou figuratif (les bas-fonds new-yorkais en général et le Bronx en particulier) de façon à constamment mettre en parallèle la vie en surface (consumérisme, sexe, mariage, amitié, travail…) et la mort, omniprésente, qui jaillit dès qu’on gratte un peu le vernis d’une puissance économique et militaire, dont l’odeur se répand par une grève du ramassage des ordures, par la parano qui fait transpirer les américains chaque fois que la menace Russe pèse trop, par ce serial killer qui tue sur les autoroutes texanes et qui peut être n’importe lequel de ces conducteurs que vous croisez en vous rendant au travail, par ces secrets dont le poids ronge les couples et les familles et sur les 900 pages qui constituent ce roman, toutes réussissent le tour de force de mêler vie et mort dans une même phrase, dans une même scène, créant un lien entre les deux si fort et si présent qu’il devient, quand on referme le livre, impossible de dissocier l’expansion des Etats-Unis des cadavres que celle-ci entraine dans son sillage.
Outremonde se rapproche probablement le plus de la définition de chef d’œuvre littéraire.
Vu de loin, c’est un impeccable tableau des Etats-Unis d’Amérique, qui passe en revue l’ensemble des éléments qui en définissent le code génétique mais quand on se rapproche, on réalise que l’œuvre est constituée d’une myriade de pièces minuscules et interdépendantes, ça foisonne de personnages, de destins, d’histoires, d’intrigues, d’anecdotes, de récits, de match de baseball, de parties d’échec, de mandarines que l’on mange, de détritus que l’on transporte, de virées dans le désert, d’adultères, de meurtres, de peintures, d’exposition, de prestations scéniques, de regrets, de mensonges, d’espoirs, de prières, et cette multitude d’éléments a priori disparates, s’imbriquent les uns dans les autres avec une époustouflante perfection, le style est parfaitement maitrisé, foisonnant de descriptions, d’images, de métaphores, de figures de style, c’est sec et vif, on pense à Ellroy, mais aussi à Sergio Leone et son Il était une fois en Amérique, ou au Mean Streets de Scorsese, mais en plus fou, en plus touffu, en plus riche en détails, en précisions, en trajectoires personnelles qui viennent construire la grande Histoire et c’est un tourbillon de mots, de vies croisées, mêlées, imbriquées les unes dans les autres et rien ne semble arrêter l’auteur, ni la difficulté de faire coexister ces multiples destins ni celle de ne jamais perdre de vue qu’à travers ces anonymes dont il dépeint le quotidien, c’est la vie et la mort des USA (et par expansion, du Monde) dont il cause et c’est tellement parfait, tellement minutieux, pointilleux, rigoureux et appliqué, que ça soule.
Littéralement.
Ca fait tourner la tête. Trop de mots. C’est un tourbillon de mots. Chaque page déborde de mots. Et de tournures de phrases acrobatiques. Chaque phrase pourrait être accrochée aux murs des musées tellement elles sont toutes travaillées, à la recherche de l’image la plus précise qui soit pour décrire telle ou telle émotion, tel ou tel paysage, tel épopée sportive ou soirée passée à craindre que le monde ne disparaisse dans une explosion atomique.
Trop de mots. Trop de personnages qui vivent trop de choses avec trop d’intensité. Je finis chaque chapitre épuisé, j’ai la tête qui tourne, à mi-parcours, j’ai déjà l’impression d’avoir absorbé 14 volumes encyclopédiques tellement c’est frénétique, excessif, copieux.
Et puis à ce niveau de maitrise du verbe et de la construction des phrases le talent devient quasiment arrogant. Ca ressemble presque à une démonstration. Regardez de quoi je suis capable. Regardez comme je peux faire exécuter à une phrase un triple saut périlleux arrière et toujours la faire atterrir sur ses pieds avec la grâce d’une professionnelle de la profession. Regardez à quel point je peux mêler dans une seule et même phrase des champs thématiques dont personne n’avait encore tenté le rapprochement mais dont moi, je maitrise la fusion avec une dextérité que tu vas en rester baba comme deux ronds de flanc, tiens prends ça dans ta gueule.
Je sais que ça peut paraitre idiot d’interpréter de cette façon une telle maestria littéraire. Mais c’est comme ça que j’ai ressenti le livre et ses 900 pages bouillonnantes de mots. Comme l’œuvre d’un écrivain qui a atteint un niveau d’écriture tellement loin au-dessus de l’ensemble de ses confrères qu’il n’est plus réellement accessible et évolue dans des stratosphères de la langue que l’on ne peut que regarder de loin, sans pouvoir s’en approcher, sans en ressentir l’émotion, la vitalité, l’énergie ou la passion.
Je reste sur le banc de touche, comme les spectateurs du match de baseball entre les Dodgers et les Giants à New York en 1951 qui ouvre le roman et dont la balle de la victoire sert de fil rouge, j’assiste mais ne participe pas, je mesure l’ampleur de la prouesse mais comme si je l’observais avec des jumelles, trop loin pour m’en enivrer, et je me demande à chaque page si je parviendrais un jour à finir l’ouvrage tant celui-ci parait non seulement interminable mais capable de me dévorer, de m’épuiser à force de mots, et l’épilogue crépusculaire, avec cet étonnant (mais qu’est ce qui ne l’est pas dans ce livre ?) récit d’un miracle qui se sert d’une pub Minute Maid comme support, est une délivrance, pour les personnages mais aussi pour le lecteur, qui peut enfin reprendre sa respiration, qui peut enfin s’échapper des multiples mains qui lui agrippaient les chevilles pour l’entrainer toujours plus bas dans les entrailles de ce livre (dont le titre original est justement, Underworld) et si l’on ne peut qu’avoir conscience d’avoir traversé une véritable, inestimable et capitale œuvre d’art, à l’aimer nul n’est tenu et c’est même avec un certain plaisir que l’on range le pavé en sachant que jamais plus on ne le ressortira, tout en étant, quelque part, heureux et enrichit de l’avoir lu.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Faire court !, 31 août 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Outremonde (Poche)
"Outremonde" est ce que l'on appelait avant un livre-somme, un livre-monde. Comme le livre fait 900 pages et qu'il couvre un demi-siècle d'histoire Américaine, je vais faire très court en ne vous disant qu'une chose : lisez-le. C'est un chef d'oeuvre comme Richard Powers essaie d'en écrire (il y ait presque parvenu avec "Trois fermiers...), Mathias Enard rêve d'en faire et il se trouve bien au-dessus des dernières productions de De Lillo qui n'ont aucun intérêt. Après ce livre, le ressort est cassé. De Lillo ne publiera plus que pour (garder) la forme. Rappelons qu'il avait, quelques années avant, écrit deux livres définitifs avec "Bruit de fond" (la désagrégation d'une famille américaine sous l'effet d'un nuage radioactif) et "Libra" (l'assassinat de Kennedy). Mais c'est avec celui-là qu'il accomplira le fantasme du "grand roman américain", renvoyant Philip Roth à son estrade de petit conteur sympathique mais en rien, le grand romancier américain qu'on essaie péniblement de nous vendre depuis des années. Bien sûr, les derniers De Lillo sont petits et décevants mais c'est le problème des gens qui vous emmènent à une certaine hauteur. Il est toujours difficile d'aller plus haut là où la plupart des romanciers français nous condamnent à un rase-mottes perpétuel.
Lisez l'ouverture de ce bouquin (un match de base-ball mythique) et vous comprendrez.
Enjoy !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


22 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le parrain de la littérature américaine contemporaine, 28 janvier 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Outremonde (Broché)
Loin des fresques insipides et désincarnées, l'intelligence narrative de Del Lillo renoue par sa puissance d'évocation, sa faculté phénoménale d'abstraction au travers de ses personnages, avec une vision de l'histoire, celle des L'Amérique d'après la guerre froide.
Piquant son canevas immense, un demi-siècle, de personnages remarquables, voire historiques, les intrigues s'enchevètrent en un récit hypertexte, moderne et paranoïaque.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


13 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un livre qui vous marque, 22 janvier 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Outremonde (Poche)
Labyrinthe complexe organisé avec une virtuosité somptueuse, labyrinthe aux parois de verre à travers desquelles le lecteur aperçoit les ressorts intimes de la vie, même dans ses détails les plus anodins, et le plus profond de son âme. Laissez vous envoûter par ces 900 pages. Roman fleuve marquant. On sort de ce livre comme d'un long rêve qui ne s'est pas effacé après la nuit.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 à lire et relire, 14 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Outremonde (Poche)
Puissance d'évocation unique dans ce roman torrentiel où DDL démontre encore une fois sa force métaphysique et son talent narratif.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Deçu, 11 mai 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Outremonde (Poche)
"Outremonde" est un roman fleuve ou s'enchevêtre une multitude d'histoires façon puzzle. J'avoue avoir été un peu déçu après un début plus que prometteur, je trouve que certaine histoire ne sont pas assez étoffées et tombent un peu dans l'oubli.
Une décéption.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 ça démarrait très bien..., 9 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Outremonde (Poche)
Oui, ça commençait bien avec ce premier chapitre et ce match de baseball vu par différents protagonistes: on sent la ville, tout ce monde, cette ambiance, le mélange de personnages fictifs à d'autres ayant existé.
Le souffle de l'Histoire et l'épique sont là.
Et cette phrase qui englobe tout: "L'ardeur à grande échelle, voilà ce qui fait l'histoire".

Et puis au chapitre suivant...patatras. Le soufflé retombe.

Je me retrouve témoin de discussions sans intérêt, sur le baseball, le traitement des déchets ou que sais-je encore, ce qui me rappelle un autre livre que j'ai également détesté et dont le succès m'échappe encore: "Freedom" de Jonathan Franzen. De ce dernier, si affligeant sur le fond et sur la forme avec ses personnages et leurs pseudo préoccupations existentielles d'une banalité affligeante, je n'ai pu dépasser les 200 pages. Du "Desperate Housewives" en livre. Une horreur, un vrai supplice pour quelqu'un comme moi qui, pourtant, lit beaucoup et rarement des mauvais livres. Pareil avec "Outremonde" dont j'attendais beaucoup (peut-être trop?), mais la sauce n'a vraiment pas pris passé le premier chapitre.

Enchaîner les chefs d'oeuvre "Un pays à l'aube" de Lehane puis "Pétrole!" de Sinclair pour en arriver à une telle déception, j'avoue que ça fait mal! Heureusement, Cormac McCarthy, Colum McCann et les éditions Gallmeister m'ont permis de rattraper ce temps perdu pour scruter les maux de l'Amérique!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Born to run, 1 juin 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Outremonde (Poche)
Si vous ne connaissez pas les règles du base-ball, commencez par vous documenter avant d'ouvrir Outremonde -traduction subjective de Underworld, de Don DeLillo. Un roman-fleuve, ou plutôt une fresque s'étalant sur cinquante ans de la région du monde qui a vous forcément, d'une manière ou d'une autre, fascinée un jour ou l'autre : The United States of America.
La suite de mon commentaire est ici:
[...]
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Outremonde
Outremonde de Don DeLillo (Poche - 4 mars 2003)
EUR 14,70
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit