Commentaires en ligne 


19 évaluations
5 étoiles:
 (15)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


20 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Sublime mais aussi Triste et Cruel.
Dans un Japon encore primitif, Akira Yoshimura nous fait découvrir la survie d'un village de pécheurs. A travers le regard d'Isaku, jeune garçon de 9 ans à qui le village demande trop tôt de devenir adulte, nous partageons et participons à la vie de ce village. Les couleurs de la forêt, les senteurs des embruns et les odeurs du poisson...
Publié le 7 août 2007 par Eugene

versus
3.0 étoiles sur 5 Roman excellent, couverture idiote
On se demande comment un éditeur sérieux peut publier un aussi bon roman avec une couverture aussi fautive. La baie présentée n est pas au Japon mais au Viet Nam, et les bateaux aussi sont vietnamiens. Et tout le roman se déroule au Japon.
Publié il y a 4 mois par KIMURA


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

20 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Sublime mais aussi Triste et Cruel., 7 août 2007
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Naufrages (Poche)
Dans un Japon encore primitif, Akira Yoshimura nous fait découvrir la survie d'un village de pécheurs. A travers le regard d'Isaku, jeune garçon de 9 ans à qui le village demande trop tôt de devenir adulte, nous partageons et participons à la vie de ce village. Les couleurs de la forêt, les senteurs des embruns et les odeurs du poisson séché nous prennent au caeur. Le désespoir de ces villageois ou, par moment leur joie intense, nous touche énormément surtout devant la cruauté que la survie d'un tel village peut entraîner.

Un roman magnifique, d'une intensité remarquable, une aeuvre majeure à conseiller, et même pour les lecteurs qui ne sont pas passionnés par le Japon et aussi pour ceux qui ont envie de découvrir un Japon différent, méconnu, en dehors des temples de Kyoto ou de l'atmosphère urbaine de Tokyo.

L'espérance de tout un village de pécheurs fâce à la perdition des bateaux croisant au large de leurs côtes.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Passionnant, 30 mai 2011
Par 
Fou des livres "rotule" (Strasbourg) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Naufrages (Poche)
" Naufrages" est décrit comme un conte philosophique dur et cruel, du moins c'est ce qui est écrit au dos du livre. Pour ma part c'est bien plus que ça et au risque de choquer certains, si philosophie, il y a, il s'agit bien plutôt d'un conte cruel et surtout moraliste.
Donc à ceux que l'adjectif "philosophique" rebuterait (tout comme moi), lancez-vous sans hésiter, vous ne serez pas déçus!

Une fois cette histoire commencée, le lecteur se laisse porter au grès des saisons, à aucun moment le style est pesant, il se dégage à travers les mots simples, une poésie certaine qui très vite rend ce livre fascinant.

Autre point fort de ce roman, les personnages, le contexte historique, les traditions sont passionnantes et rajoutent encore plus d'intérêts à cette histoire.

Un livre à découvrir et peut-être même en priorité à tous les sceptiques de la littérature japonaise.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


17 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La vie, tout de même, 18 octobre 2004
Par 
Léo de "Kermabec" (Finistère, Baie d'Audierne) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Naufrages (Poche)
Isaku est un enfant à qui l'enfance est refusée. Membre d'un village de pêcheurs, il devient chef de famille lorsque son père part au loin louer sa force de travail pour plusieurs années. La vie est dure, la nature hostile. Il faut alors tenter le diable pour arriver à passer l'hiver puisque passer l'hiver est le leïmotiv du groupe. Isaku découvre que ses pairs sont naufrageurs. Il va devenir l'un d'eux.
Noir et fort, ce roman nous transporte ailleurs et en d'autres temps, tout comme Zola. La vie, coûte que coûte. La vie, tout de même.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


20 internautes sur 22 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Mon préféré, 3 février 2002
Par 
JasperD (Lausanne, Switzerland) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : Naufrages (Broché)
Difficile d'écrire un commentaire sans trop dévoiler de ce roman très compact ou les situations s'enchaînent à grande vitesse.
Un enfant beaucoup trop jeune remplace son père parti pour longtemps. On découvre ses souffrances puis ses joies à pêcher suffisamment pour subvenir aux besoins de sa petite famille, ainsi que la moralité parfois douteuse - à nos yeux - d'un petit village côtier.
C'est triste et sombre à pleurer, mais l'ambiance est tellement bien touchée qu'on s'y croit dès les premières pages, qu'on le finit beaucoup trop tôt, pour le reprendre et relire peu après.
Pendant 30 ans, "Le vieil homme et la mer" a été le numéro 1 sur ma liste sans jamais être menacé. Il a enfin été relégué à la 2ème. place!
Ce roman a beaucoup de mérites: j'ai fini par le prêter à une amie qui ne lit pratiquement jamais; elle l'a fini en trois jours.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Délicatesse de l'écriture et histoire poignante - un subtil mélange à la japonaise, 6 avril 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Naufrages (Poche)
Un livre magnifique où la délicatesse et la simplicité de l'écriture japonaise se mêlent à une histoire très poignante de tout un village. Beaucoup d'émotion... à lire absolument !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pour quelques sacs de riz ..., 18 septembre 2006
Par 
BMR & MAM "BMR & MAM" (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Naufrages (Poche)
On avait lu ce court roman d'Akira Yoshimura il y a un peu plus de quatre ans.
Ces Naufrages nous avaient laissé un fort souvenir, une trace indélébile. L'histoire était rude et puissante, l'envie d'y goûter à nouveau restait là.
À la relecture, ce petit conte philosophique a conservé toute sa force et l'écriture de Yoshimura gardé toute sa noblesse.
Le japonais nous fait partager la dure, très dure, vie des pêcheurs d'un petit village perdu le long de la côte.
Quelques habitants survivent là, isolés entre mer et montagne.
Lorsque la saison de pêche n'est guère fructueuse, les familles sont obligées de vendre un des leurs (fille aînée, femme, mari, ...) à quelque maquignon en échange de quelques sacs de pauvres céréales. Tous ne reviennent pas au village.
Alors au fil des siècles, les habitants du village ont pris coutume de se faire naufrageurs.
a récolte du sel (ils font bouillir de grandes bassines d'eau de mer) se fait désormais sur la plage : en cas de mauvais temps, ils escomptent bien que quelques bateaux apercevront les feux ainsi allumés sur la grève ...
Après la saison de la pêche, vient la saison des tempêtes et si les vents ne leur sont pas "favorables", ils devront bientôt vendre la fille aînée, enfin la plus âgée qu'il leur reste, en échange de quelques sacs de riz ...
Ainsi dans le village du jeune Isaku dont le père est parti il y a près de trois ans se vendre sur quelque chantier, il faut savoir traverser plusieurs années sans naufrage "providentiel".
Mais lors d'un hiver enfin plus propice que les autres, c'est la fête !
Malheur ensuite aux rares marins survivants ...
La vie des habitants du village du jeune Isaku est assurément l'une des plus dures qui soient. Mais ce qui les attend à la fin du conte sera plus sévère encore.
L'écriture d'Akira Yoshimura est sobre et sèche comme il convient à cette cruelle histoire. Au fil des saisons, il fouille sans relâche, jusqu'au coeur de ces hommes.
Cet auteur maîtrise une rare puissance d'évocation : tout au long de ces quelques pages on reste collé au rivage, les pieds dans le sable aux côtés d'Isaku et de ses compatriotes.
Une très très belle occasion de découvrir la littérature japonaise.

Pour celles et ceux qui aiment les pêcheurs.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un bijou de poésie et de férocité, 19 juin 2011
Par 
Joachim (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Naufrages (Poche)
Un récit violent et poétique au coeur d'un petit village pauvre sur la côte d'un Japon passé, la vie rythmée par les saisons, la nature qui offre la nourriture si on s'en donne le mal, la faim, la peur du lendemain, et l'espoir fou d'un nouveau naufrage de bateau, origine d'un lourd secret cruel mais tellement vital.
Un très beau livre avec toute la poésie de son auteur.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Seul un Japonais a pu écrire un tel oeuvre - en 1982 en plus, 19 juillet 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Naufrages (Poche)
D'autres commentaires ont donné le contenu de ce roman. Tous on caché - par pudeur? - l'issue, qui est, à la fois tragédie et renaissance de ce village de pêcheurs perdu dans le passé du Japon.

L'étique qui est sousjacente à ce roman est tellement lointaine de notre modernité qu'il faut faire un effort pour la comprendre. Le language, qui est d'une précision et limpidité absolue, fait de pont, et nous rend comprensible ce monde de devoir et de foi.

Mais seul un auteur japonais aurait pu écrire sur un tel sujet et un tel chef-d'oeuvre - en 1982 en plus. Ce pays n'arrêtra jamais de m'émerveiller.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Parvient à captiver... lentement, 17 août 2011
Par 
Sbo - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Naufrages (Poche)
L'histoire étant résumée à la fois sur ce site (présentation de l'éditeur) et dans plusieurs autres commentaires, je n'y reviendrai pas. J'avoue avoir eu du mal au début en voyant certaines informations répétées à quelques pages d'intervalle. L'éditeur japonais et l'auteur lui-même avaient-ils vraiment relu le texte avant de le publier? Mais le léger "bégaiement" initial s'atténue vite et je n'ai plus pu poser le livre!
J'ai été aspirée peu à peu dans un drame qui se dessine subrepticement derrière le rythme des saisons et des activités quotidiennes du village pauvre de pécheurs.
Le style est presque impressionniste; chaque scène est peinte à (parfois très) petites touches et apparait lentement sous les yeux du lecteur.

Par choix ou suivant une certaine tradition, Akira Yoshimura ne fouille pas la psychologie des personnages. Il les montre plutôt entrain d'agir, de forcer le destin, de faire face au sort, tout en les plaçant, à la fois courageux et fragiles, dans une nature et des forces de vie et de mort bien plus grandes et puissantes qu'eux. Prenons juste le site où se déroule l'histoire: la mer, une fine bande de plage cernée par quelques rochers et, au fond, la montagne au pied de la quelle s'adosse et s'accroche le village de maisonnettes fragiles. On croirait voir les proportions d'une peinture ancienne à l'encre de Chine, typique du monde sino-japonais.
C'est pour ces caractéristiques, que je perçois comme très orientales, que j'ai aimé ce livre.
Et puis, je me suis attachée au jeune héros, ce gamin courageux et touchant que la vie force à grandir trop vite, et à ce village qui commet des actes moralement plus que douteux, mais reste composé d'êtres pleinement humains.

Ce commentaire se base sur "Shipwrecks", la traduction anglaise par Mark Ealey de "Hasen" (titre original japonais).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un roman dont on ne sort pas indemne, 18 novembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Naufrages (Poche)
Qui ne se souviendra de la "saison du rougeoiement des feuilles" annonçant le possible naufrage d'un bateau au large de ce petit village de pêcheurs d'un autre temps?
Qui ne se souviendra de ce qu'aura coûté à ce village le culte des ancêtres, ce souci de la paix des âmes après la mort, qui oblige à la sédentarité quand la dureté des conditions de vie nécessiteraient le départ de la communauté vers des lieux plus féconds?
Un roman d'une incroyable beauté et d'une si intolérable dureté que vous n'en sortirez pas indemne. Un peu comme "La Route" de Mc Carthy, dans un autre registre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Naufrages
Naufrages de Akira Yoshimura (Poche - 4 février 2004)
D'occasion et Neuf à partir de : EUR 17,00
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit