undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici cliquez_ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles17
4,0 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

100 PREMIERS RÉVISEURSle 20 septembre 2011
Amateurs de fantastique, de poétique, de bizarre et d'original, ce livre est pour vous.

Poussé pour une raison que nous ignorons à se retirer du monde, un jeune homme se fait enrôler comme climatologue maritime que l'on va débarquer aux confins de l'Antarctique, sur une île habitée seulement d'un gardien de phare.

La cohabitation entre ces deux hommes qui haïssent la société, chacun à leur façon, et ont choisi de la fuir, va se révéler difficile. Mais nécessité fait loi. Chaque nuit, une armée de lézards humanoïdes venus des profondeurs de la mer débarque en force sur l'île et met tout en aeuvre pour mettre à bas les défenses des deux humains oubliés de tous, et tenter de les dévorer.

La force de ce récit romanesque, très inspiré des univers fantasmagoriques de Lovecraft, tient dans la puissance de son imaginaire. D'ailleurs, ces animaux ne sont-ils pas, dans une certaine mesure, l'expression incarnée des péchés ou des fantasmes de nos deux égarés ?

L'idée géniale de ce récit fascinant, à l'écriture puissante, tient aussi dans le fait que ces deux hommes ont fait une prisonnière parmi les assaillants. Cette femelle à la beauté fascinante, plus belle que bien des femmes européennes avouera le climatologue, leur sert d'esclave, de souffre-douleur et de défouloir sexuel. Un défouloir sublimant toutefois, la puissance de la jouissance éprouvée n'ayant pas son pareil parmi les humains.

Pour autant, le récit ne sombre à aucun moment dans la grivoiserie ou le mauvais goût, le narrateur - le climatologue - cherchant à comprendre la fascination, puis l'amour physique réel, qui va l'unir à cette créature qui n'appartient pourtant pas à son univers normal.

Pinol parvient avec talent à rendre l'angoisse de l'attente des attaques, leur férocité absolue, la folie qui peu à peu s'empare des deux hommes. Il nous trempe deux protagonistes aux caractères affirmés, violents tantôt physiquement, tantôt psychologiquement, envers leurs assaillants, certes, mais surtout envers eux-mêmes.

L'isolement sans possibilité de recours à la moindre aide externe sera le moyen pour chacun d'eux , selon ses possibilités, sa force et ses désirs, d'emprunter une voie rédemptrice.

Le meilleur compliment que l'on puisse faire à cet ouvrage est, qu'une fois ouvert, on ne peut plus le refermer, pris que l'on est par un univers si particulier et si extraordinairement fascinant. Décidément, il y a beaucoup de vrais talents parmi les écrivains espagnols contemporains !

Publié aux Editions Actes Sud - 262 pages

Retrouvez mes notes de lecture sur thierrycollet-cetalir.blogspot.com
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 août 2010
Un livre excellent qui raconte l'étrange combat auquel se livrent deux hommes sur un ilôt perdu quelque part et où aucun bateau ne va plus, sauf une fois par année, pour y déposer un climatologue!
Un livre à la limite du fantastique, et pourtant cela semble réel. Un livre que l'on a du mal à interrompre. Un combat bien singulier que celui auquel s'affrontent ces deux personnages. Mais qui est l'ennemi, finalement? La fin en est-elle une? Ou le destin continuera-t-il de tourner indéfiniment? A vous de décider!
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le combat de 2 hommes sur une petite île, où chaque nuit, ils doivent se retrancher dans le phare pour tenir tête à une horde de créatures aquatiques...
Etrange roman à l'atmosphère fantastique et plein d'action.... qui petit à petit se tranforme en conte philosophique sur la peur de la différence qui nous améne dans une autre direction pour au final nous offrir un dénouement en surprenant pied de nez...
De l'action, de l'introspection et de la surprise.... Très bon
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 novembre 2015
Le décor et le huit-clos entre ces deux hommes au final pas tellement différents (comme on s'en doute rapidement), auraient pu donner un roman palpitant. J'ai apprécié l'accroche, la première scène d'attaque, bien moins le développement.
J'ai eu du mal à le terminer (et pourtant, il est court). C'est lent, on sent venir les interrogations du personnage sur la nature exacte de cette espèce étrangère (et je me suis énervée à attendre qu'il se pose enfin des questions, ce qui arrive assez tardivement dans le roman, rendant la prise de conscience peu crédible).
Les interactions avec l'autre peuple se limitent à : des affrontements avec les étrangers adultes violents, des jeux avec les étrangers enfants espiègles, le viol régulier de l'étrangère femme soumise et battue (rapport qui ne sera jamais envisagé comme viol par le personnage principal quand c'est lui qui la "possède", la femme étrangère avec laquelle le dialogue est impossible est en effet tellement sensuelle et attirante -même en ne faisant rien- que le héros la couvre de loques pour ne pas être trop excité à sa vue puis la tabasse... comme Batis avant lui). Ce qui m'a le plus dérangé est le moment où le personnage principal réalise qu'en face il a des créatures conscientes avec lesquelles il est peut-être possible de faire un pacte (ah les enfants, ça fait même cesser les guerres...mais plus de la moitié du bouquin pour qu'il réfléchisse au problème du point de vue de l'Autre...) juste avant d'aller violer la femme soumise, l'étrangère qu'il ne comprend pas et qui obéit à tout, et là sans se poser aucune question. Les questionnements sur les réactions humaines ne m'a pas non plus convaincu, peut-être par manque de subtilité de l'auteur ou parce je l'ai déjà lu de manière plus habile chez d'autres auteurs...
Quant à la fin, on la devine à mi-livre.
Je n'ai pas été tellement touchée par l'atmosphère du décor, qui pourtant aurait pu se prêter à de sacrées descriptions angoissants.
Je ne suis pas rentrée dans le roman, les personnages me sont très vite devenus indifférents (voire désagréables), les enfants comme porteurs d'espoir de paix m'a paru être un énorme cliché. S'il y a un message dans ce roman, il m'a paru flou.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
« La peau froide » est un livre qui se situe pour moi à mi-chemin entre le roman fantastique et le conte philosophique. Un homme accepte d'être climatologue pendant un an sur une petite île perdue quelque part sur les latitudes polaires. Le premier jour, il découvre dans le phare son compagnon d'infortune, un homme plutôt frustre, et la première nuit, il fait la rencontre de la multitude de ses ennemis, d'étranges créatures marines, les citaucas. Le combat semble aller de soi, d'autant plus dans le contexte hostile de ce lieu isolé et glacial. L'instinct de survie a déclenché la guerre. Pourtant, la « mascotte », femelle citauca apprivoisée, pourrait bien faire vaciller les certitudes. Elle se nomme Aneris et cette anagramme approximative de la Sirène séduit et effraie à la fois. Si les créatures sont des monstres, pourquoi ne les attaque-t-elle pas ? pourquoi a-t-elle des comportements semblables aux humains ? pourquoi peut-elle être aimée ? Si les batailles, le développement de tactiques et l'angoisse liée à l'irrégularité des attaques et à l'incompréhension de l'ennemi sont excessivement bien décrits, c'est peu à peu plus au sens du combat que l'auteur s'intéresse. Le conflit a-t-il un réel fondement ou s'alimente-t-il de lui-même ? Le climatologue, activiste irlandais dont la lutte a mené d'un côté à l'instauration d'un gouvernement mais de l'autre à l'échec de ses idéaux patriotiques, est bien placé pour y réfléchir à nouveau.

Ce qui commence comme une guerre contre des monstres marins se poursuit donc sur une réflexion sur la peur de l'autre. La première phrase du roman pourrait presque résumer le livre : « Nous ne sommes jamais très loin de ceux que nous détestons. Pour cette même raison, nous pourrions donc croire que nous ne serons jamais au plus près de ceux que nous aimons ». La morale est plutôt pessimiste même si la fin reste ouverte. « Mais le paysage qu'un homme voit, les yeux tournés vers l'extérieur, est généralement le reflet de ce qu'il cache, les yeux à l'intérieur. »
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un climatologue débarque sur une île isolée. La maison qu'il doit habiter semble désertée et le climatologue précédent est porté disparu. Le seul homme sur cette île habite dans le phare voisin et demeure muet. Le phare semble avoir été renforcé de multiples défenses contre un ennemi invisible. L'homme est-il fou? Néanmoins le climatologue décide de rester sur l'île sans moyens de communications avec l'extérieur. S'il veut quitter cette île, il devra attendre le bateau qui viendra le chercher dans un an! Et le soir, des créatures sortent de l'eau...
C'est dans ce contexte que démarre cette aventure. Une véritable lutte pour la vie va s'enclencher qui sera l'objet d'une véritable remise en question intérieure de notre héros. Chaque jour, il devra trouver des solutions pour survivre un jour de plus. La transformation s'est enclenchée...
L'auteur nous amène à nous interroger sur nos mécanismes psychologiques et notre rapport à l'autre à travers les épreuves du climatologue. Une lecture vraiment vivifiante!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 janvier 2009
un style à la matheson:
la solitude, l'angoisse, la peur, la peur de l'autre, la peur de l'inconnu, la folie....

des étiquettes mal placées, qui st vraiment les méchants ds l'histoire?

J'ai adoré le rythme de ce livre que j'ai découvert un peu par hasard; le style est très agréable à lire...
un livre à lire avec palisir.....
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 août 2015
J'ai reçu ce livre en cadeau pour mon anniversaire. Je ne me suis pas précipitée pour le lire, ne voyant que le côté "c'est l'histoire d'un mec coincé tout seul sur une île", je me disait que ça devait être ennuyeux. Mais une fois ouvert, je n'ai pas pu le lâcher! L'étrangeté des personnages, de l'île sur laquelle échoue le héro, des "créatures" qui la peuplent, et les rapports, difficiles, qui se nouent entre les protagonistes nous poussent à lire toujours davantage pour en savoir plus. Qui sont ces créatures? que veulent-elles? sont-elles vraiment hostiles? sont-elles si différentes de nous? quel est le secret du gardien du phare, ce personnage bourru et antipathique mais seul humain de l'île? Le suspens est ménagé jusqu'au bout. Certains pourront ne pas apprécier la fin, d'autres diront au contraire qu'elle ne pouvait être mieux. Quoi qu'il en soit, ce livre ne laisse pas indifférent.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 janvier 2009
Deux hommes, dans un phare au bout du monde, se battent chaque soir contre l'invasion de créatures à peau froide... Atmosphère fantastique et suspense pour ce beau roman, où l'on se rend compte que la pire des peurs est celle de l'autre.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 mai 2012
Surprenant , on ne peut plus le lacher ce livre une fois commencé...Et pourtant, difficile de savoir pourquoi...Je m'en voulais parfois d'être prise à ce point par ce roman fantastique? philosophique? psychologique? poétique parfois? noir? absurde ? malsain?...Bref, on y trouve ce que l'on cache au plus profond de soi...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,70 €
22,90 €
28,00 €
17,30 €