Commentaires en ligne


9 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:
 (4)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Crimes et châtiments poétiques
Maladie du cerveau pour Alfred de Vigny. Religion sans espoir pour Jean Cocteau. Voix donnée à la mort pour Philippe Jaccottet... Et si la poésie, art du langage, ne s'accommodait pas trop avec le bon sens, l'harmonie et la vie ? La tentation poétique d'esthétiser le langage humain se heurterait-elle à la force des vers de pouvoir...
Publié le 14 juillet 2009 par Woland

versus
3.0 étoiles sur 5 Le pouvoir des mots
Somoza prend l’habitude de retourner comme un gant les idées reçues pour nous présenter leurs côtés insoupçonnés.
La poésie par exemple. Et si certains poèmes, loin de n’être que des épanchements de l’âme, avaient des pouvoirs occultes?
Il imagine donc une conspiration de sorcières qui,...
Publié il y a 2 mois par HOANG THUY DUNG


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Crimes et châtiments poétiques, 14 juillet 2009
Par 
Woland (Mouvaux) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Dame n°13 (Broché)
Maladie du cerveau pour Alfred de Vigny. Religion sans espoir pour Jean Cocteau. Voix donnée à la mort pour Philippe Jaccottet... Et si la poésie, art du langage, ne s'accommodait pas trop avec le bon sens, l'harmonie et la vie ? La tentation poétique d'esthétiser le langage humain se heurterait-elle à la force des vers de pouvoir et des phylactères, « ces vers qu'on écrit sur un objet ou un corps tout en les récitant »?
Le décor onirique dressé par José Carlos Somoza nous plonge dans un récit surréaliste abondamment illustré d'images, de rêves, de cauchemars. La frontière séparant le perceptible de l'irréel, l'inconscient du réfléchi est ténue. La torture psychologique, le dévoiement de la psyché, les fausses projections accomplissent leurs forfaits sur le parvis de la vie. Des sorcières, des dames sont suspectées d'ourdir de cruelles machinations contre de frêles âmes innocentes en leur jetant des anathèmes poétiques, maléfiques. Des rêves lancinants évoquant des évènements lugubres bouleversent les destinées de Salomon Rulfo, professeur de lettres, Raquel, prostituée hongroise ou encore du docteur Eugenio Ballesteros. Ayant pris connaissance de la légende des treize dames, ils vont tenter de démêler l'écheveau de l'histoire mêlant rêves, imagos (figurines), vers, châtiments et identités mystérieuses.

La Dame n°13 parvient à enrôler de façon convaincante son lecteur dans les méandres psychiques de l'être humain en dévoilant une trame narrative nourrie de fantastique. L'univers enchanteur de la poésie (phylactères, rhapsodôme,...), la composition dramatique de l'intrigue et l'immersion dans un monde imaginaire confèrent au récit la teneur du conte, un conte moderne âpre, assombri par une mélancolie rudoyant l'esprit et dénué de merveilleux.
Servi par une originalité débridée et un style raffiné, le présente ouvrage souffre toutefois d'une faiblesse d'envergure relative à la dernière partie du récit (la conjonction finale), traitée trop hâtivement à mon sens au vu du déroulement long et minutieux de l'histoire. Il n'en demeure pas moins un livre de grande qualité, guidé par un mystère qui se dévoile progressivement, dont la fibre somoziste ne manque pas de richesse.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La peur, 14 mai 2010
Par 
Julian Morrow (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Dame n°13 (Broché)
Il est bien plus facile d'inquiéter un spectateur qu'un lecteur, Somoza va bien au-delà. C'est la peur qu'il instille page après page. Une lecture qui ne vous quittera pas de sitôt. Entre récit d'horreur et variation sur le thème des muses. Vous n'êtes pas près d'oublier ce roman.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 La descente aux enfers, 28 septembre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Dame n°13 (Broché)
La poésie comme arme. Quelle gageure ! L'enfer prodigué par des dames le plus souvent nues et d'une beauté rare. La vraie vie avec une part d'horreur qu'on ne soupçonne pas, qu'on ne voudrait pas connaître.
Ce livre est une sorte de descente aux enfers, mais pas à pas, en y amenant tous les siens... y compris les disparus. On croit que ça va tourner "gore" et puis on se rend compte que la poésie (!) reprend le dessus. A lire absolument !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Du "gore" littéraire, il fallait le faire!, 30 janvier 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Dame n°13 (Broché)
José Carlos Somoza est un amateur du mélange des styles, dans son premier roman, La caverne des idées, le philosophe antique Héraclès Pontor menait une enquête policière que nous suivions au fil de sa traduction par l'un de nos contemporains truffant son manuscrit de notes visant à nous démontrer la suprématie du roman sur la philosophie. Puis dans ses romans suivants, il nous a baladés dans le monde de l'art' devenu vivant avec Clara et la pénombre, puis chez des apprentis sorciers de la physique avec La théorie des cordes (il y en a encore d'autres que je n'ai pas lus).

Mais La dame n°13 est une lecture très particulière, attention, âmes sensibles : s'abstenir ! Nous versons là dans un style tout à fait particulier : le roman « gore » littéraire, là où la poésie devient une âme terrible' si, si, c'est possible.

Le héro fait des rêves récurrents dans lesquelles il voit un crime atroce, toujours le même. Il en perds le sommeil jusqu'au jour où lors d'une de ses nuits d'insomnie, il voit à la télévision la maison dans laquelle se déroule le crime de ses rêves. Il décide de s'y rendre pour y trouver une réponse à ses insomnies et là, il rencontre la belle Raquel, une prostituée sans passé qui a fait les mêmes rêves.

Ils se retrouvent tous deux embarqués dans la valse des haines et des rancunes de 12 muses maléfiques, qui ont inspiré les plus grands poètes au fil des siècles pour leur voler leurs mots, ces mots à la puissance insoupçonnée.

Afin de sauver leur peau, nos héros vont devoir retrouver la Dame n°13, la plus faible de toutes, mais la mieux cachée. Une quête dangereuse où beaucoup y ont déjà laissé leur peau, leurs os et la raison'

Il faut lire Somoza, mais si vous avez le cœur fragile, commencez par un autre de ses romans.

Lecture vivement conseillée
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 pour les amoureux des mots, 23 octobre 2005
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Dame n°13 (Broché)
Ce livre n'a rien à voir avec les précédents...C'est de l'émotion à l'état pur.
Ce roman ne ressemble à aucun autre, à son univers propre et est vraiment surprenant.
Pour les amoureux de la littérature et de la poésie...
Cette histoire est irracontable.
Alors laissez-vous tenter par le vogage...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Le pouvoir des mots, 8 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Dame n°13 (Broché)
Somoza prend l’habitude de retourner comme un gant les idées reçues pour nous présenter leurs côtés insoupçonnés.
La poésie par exemple. Et si certains poèmes, loin de n’être que des épanchements de l’âme, avaient des pouvoirs occultes?
Il imagine donc une conspiration de sorcières qui, au cours des siècles, ont manipulé les poètes pour leur livrer à leur insu les armes du pouvoir absolu. Car, dans leurs vers rimés, se cachent des incantations qui ont le pouvoir, quand on les récite, de dominer et détruire.
C’est à peine exagéré, quand on y pense : le pouvoir des mots est immense. Un mot peut infliger plus de mal qu’un coup de couteau, prodiguer plus de douceur qu’une caresse. L’idée est bonne à exploiter. Malheureusement, ici comme dans d’autres de ses romans, l’intendance n’a pas suivi, et le style, trop prosaïque, n’a pas su élever l’idée aux sommets qu’elle mérite. J’ai lu plusieurs chapitres en diagonale, pressé d’arriver à la fin.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Un roman qui reste en tête, 25 février 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Dame n°13 (Broché)
Je suis allée vers ce roman car l'idée de se servir de la poésie comme d'une arme me semblait particulièrement séduisante. J'ai été séduite par l'écriture, très personnelle et accrocheuse, j'ai été très surprise par le caractère gore et horrifique ; certaines scènes suscitent de la terreur pure, et deux scènes en particulier sont assez dures.
En revanche, l'intrigue n'est pas toujours bien menée, cela manque de rythme, au bout d'un moment ça part un peu n'importe comment, et j'ai donc décroché dans la seconde moitié. Je suis allée jusqu'au bout, j'ai lu le dénouement, plutôt pas mal, mais ça en reste là. Le personnage d'Akelos, par contre, est vraiment bien.

En conclusion, c'est un livre qui reste en tête, de par son originalité, mais qui me frustre, car il me semble ne pas avoir exploité son sujet et le potentiel qu'il portait.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 fantastique, 7 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Dame n°13 (Broché)
Un livre surprenant qui nous emmène dans un fantastique proche de l'horreur. Le coup de génie est de mêler la poésie à cette histoire avec l'affirmation que celle-ci contient une puissante magie. Le style est très travaillé et les références culturelles foisonnent. Un livre et un auteur à découvrir.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 un livre unique, 27 novembre 2012
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Dame n°13 (Broché)
J'ai découvert José Carlos Somoza avec ce livre et je suis tombé fou amoureux de son univers, à la fois très surnaturel/science-fiction, mais également très littéraire et avec une prose parfaite!
Du suspens dans la poésie, je crois qu'il faut être un grand Monsieur pour y arriver, et depuis, ces romans m'enchantent tous!!!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

La Dame n°13
La Dame n°13 de Jose Carlos Somoza (Broché - 1 mars 2007)
EUR 10,70
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit