Commentaires en ligne 


16 évaluations
5 étoiles:
 (14)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


17 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un temoignage bouleversant
Un texte magnifique, l'histoire d'un jeune garçon qui nous fait entrer à Auschwitz comme des enfants, avec une naïveté epoustouflante. Un texte poignant par son sens de l'humour, par la pertinence de la façon dont il parvient à nous faire entrer tout doucement et comme par hasard dans l'horreur des camps. A ranger à cote de Robert Antelme, de...
Publié le 17 mai 2004

versus
5 internautes sur 57 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Livre sans destin
c'est nul ! prenez plutôt "et si c'était un homme" de Primo Levi.
C'est l'histoire d'un mec qui a passé quelque temps dans les camps et qui en profite pour raconter sa vie avant et pendant, tirant une morale déjá tirée depuis longtemps.
Le pianiste aussi, beaucoup plus direct et comme plus touchant, ou des mémoires du...
Publié le 22 février 2004 par Fabrice Wasielewski


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

17 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un temoignage bouleversant, 17 mai 2004
Par Un client
Ce commentaire fait référence à cette édition : Etre sans destin (Poche)
Un texte magnifique, l'histoire d'un jeune garçon qui nous fait entrer à Auschwitz comme des enfants, avec une naïveté epoustouflante. Un texte poignant par son sens de l'humour, par la pertinence de la façon dont il parvient à nous faire entrer tout doucement et comme par hasard dans l'horreur des camps. A ranger à cote de Robert Antelme, de Jorge Semprun, de Charlotte Delbo, de Primo Levi...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Très touchant, 17 janvier 2003
Par Un client
Ce commentaire fait référence à cette édition : Etre sans destin (Poche)
De ses yeux innocents, avec toute la candeur dûe à son âge et à son 'ignorance', ce jeune hongrois nous plonge pas à pas dans cet univers dégoutant qu'est le Camp, comme il l'a découvert et vécu ; Comment il a abandonné tout espoir d'en sortir, comment il a pu y trouver un peu de bonheur pour survivre jusqu'au jour suivant... Un roman émouvant qui mérite bien son Prix Nobel !!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


19 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le Bonheur des camps, 9 mars 2003
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Etre sans destin (Poche)
À Budapest, pendant la guerre, un adolescent juif mais sans sentiment religieux particulier, et qui envisage avec un certain détachement ses rapports avec ses parents divorcés et avec sa belle-mère, se voit obligé de quitter le lycée et de travailler dans une raffinerie de pétrole pour subvenir aux besoins des siens lorsque son père part dans un camp de travail.
Un jour, sur le chemin du travail, la police hongroise l’oblige à descendre du bus, et avec ses collègues, il est emmené à Auschwitz d’abord, ensuite à Buchenwald, et puis à Zeitz.
Les phrases sont courtes, le style précis. Le récit se limite à des faits concrets, et si jamais une réaction psychologique est évoquée, elle est accompagnée d’une formule telle que «me semble-t-il», comme si sa véracité ne pouvait être garantie.
Petit à petit, le narrateur s’habitue à l’univers qui est le sien, semble oublier sa vie antérieure, et entre dans la logique des camps. Il se retrouve enfin à l’hôpital de Buchenwald dans un univers presque douillet.
Après sa libération, il ne parvient pas à partager son expérience, même avec des personnes bien disposées à son égard. Les notions d’«enfer» et de «destin» pour lui ne correspondent à rien. «Oui, c’est de cela, du bonheur des camps de concentration, que je devrais parler la prochaine fois, quand on me posera des questions,» conclut-il.
«L’Être sans destin» de Kertész est-il ainsi nommé en souvenir de «L’Homme sans qualités» de Musil? En tout cas, il est difficile de ne pas songer à Kafka en lisant ces pages.
La traduction, autant qu’on puisse en juger sans comparer les deux textes, semble être sans faille.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un témoignage d'un naturel étonnant, 6 avril 2005
Par 
Pej (Chaumont, France) - Voir tous mes commentaires
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Etre sans destin (Poche)
Pour le lecteur qui s'intéresse aux témoignages sur la Shoah, le livre d'Imre Kertész pourra sembler moins percutant, moins émouvant que ceux de Primo Lévi ou Robert Antelme (pour ne citer qu'eux). Mais la force du livre et son originalité résident dans le fait que Kertész réussit à nous plonger dans la peau de l'adolescent de 15 ans qu'il était au moment de sa déportation (alors que le livre a été écrit 20 ans plus tard). D'où le regard décalé qui est le sien, pour lequel de manière presque paradoxale, tout apparaît si "naturel". Qui aurait cru par exemple que Buchenwald puisse faire naître le "mal du pays" ?
Un livre fort qui se lit comme un roman.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Nous sommes notre propre destin, 7 août 2011
Par 
Luc REYNAERT (Beernem, Belgium) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Etre sans destin (Poche)
Ce livre donne une image réaliste de l'Holocauste vu à travers les yeux d'un garçon de 15 ans (l'auteur). Ce qui le rend particulièrement impressionnant est son évocation de l'innocence et de l'incroyable crédulité de l'adolescent et de sa famille, qui obéissent sans la moindre résistance aux commandements de la police. Ils ne découvrent que lentement, par bribes et morceaux, l'horrible vérité.

Pourquoi `Etre sans destin'? Parce que s'il y avait eu un échange de bébés au moment de leur naissance, chaque destin aurait été totalement différent.
L'auteur est extrêmement dur pour lui-même et sa famille: ils ont subi leur destin, Ils ne se sont pas rendu compte que `chacun est son propre destin'. Comme l'a bien dit F. Nietzsche, il faut vivre, prendre son propre sort en main, et ne pas `être vécu'.

Ce roman a le même haut niveau que d'autres romans impressionnants sur le régime totalitaire et ses camps concentrationnaires, comme par exemple ceux de Primo Levi ou de Jorge Semprun.
Un vrai chef-d'aeuvre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 majeur, 1 septembre 2011
Par 
S. Jullien (france) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Etre sans destin (Poche)
L'auteur reussit par sun procédé littéraire simple et agréable à évoquer des situations extrêmes et à les replacer devant son narateur : le propre des souvenirs est qu'ils sont derrière, déjà modifiés, interprêtés, reconnus. Ici, le narateur découvre les faits en même temps que le lecteur.
je croyais "connaitre" le sujet du livre.
C'est curieusement en dépit du sujet très agréable à lire, le narateur est attachant, disponible, très accessible. C'est même parfois très drôle, du drame on bascule avec facilité dans l'absurde.
Ce bouquin m'a amené à réfléchir à ma propre responsabilité dans l'Histoire. ce n'est pas du tout du tout culpabilisant, c'est ouvert : l'auteur nous interroge peut être sur des recoins de notre nature humaine auquel on n'accède rarement.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


13 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Devenir "musulman" sans s'en rendre compte, 15 septembre 2003
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Etre sans destin (Poche)
Un adolescent de 15 ans arrive à Auschwist sans avoir semble-t-il compris la gravité des événements qui lui arrivent, porté par une insouciance, acceptant toutes les explications sans y trouver malice.
Jour après jour la dégradation physique diminue insidieusement ses capacités, et son obstination.
Psychiquement aussi au fil du temps la transformation s’opère, l’image de soi devient insupportable, il en est ainsi lorsque l’on doit faire ce que l’on ne comprend ou ne partage pas.
Il devient à son insu « un musulman » (nom donné aux déportés qui se renferment sur eux-même et qui économisent leur énergie pour tenter de durer le plus possible) et plus rien ne le touche même les bombardements qui annoncent la libération prochaine ne sont pas interprétés comme tel, ils ne sont pas porteur d’espoir.
Le combat et la fuite sont exclus sous peine de mort, ne reste plus que l’inhibition qui ajoutée à la fatigue et à la faim ouvre la voie vers la dépression.
Considéré comme mort, les aléas des circonstances le maintiendront vivant.
Mais il semble que la mort et la vie sont traitées au même niveau, quelles ont chacune leurs avantages et leurs inconvénients, et que quoiqu’il arrive le présent est accepté
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le pire existe toujours, 3 février 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Etre sans destin (Poche)
De nombreux livres racontent l'enfer des camps de concentration mais le plus de celui-là réside dans l'espoir de vie plus fort que tout. C'est un témoignage certes sur la vie dans les camps mais plus encore c'est un cadre imposé pour la vie d'un jeune de 15 ans. La force de vie l'emporte sur tout et ainsi le héros peut prononcer cette phrase inoubliable "oh, mon dieu, que j'aimerais vivre encore dans ce beau camps de concentration". L'auteur a su se transporter dans son passé en occultant la raison de l'adulte. C'est un livre qu'on ne pourra jamais oublié.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un très grand livre, 10 septembre 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Etre sans destin (Poche)
Au dela de l'expérience des camps qui porte toujours beaucoup d'intensité nous avons la un très grand roman très construit avec une vraie démarche litterraire . Le temoignage incroyablement sobre et émouvant sur la vie des camps est le support d'une reflexion passionnante et très interpellante sur la liberté et l'existence. Le heros refuse l'innocence et son statut rassurant, ce livre nous donne une leçon de vie à une époque ou la propension à se sentir victime est forte .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Des pas dans la nuit humaine, 16 août 2013
Par 
M. Marconnet Thibault "Evgueni Iscarian" (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Etre sans destin (Poche)
Imre Kertész nous livre, avec Etre sans destin, un portrait sans concessions de ce qu'il a vécu dans sa chair au milieu des espaces troubles des camps de concentration.

Bien plus que par le minutieux "procès-verbal" de cette confrontation face à un univers concentrationnaire inexplicable, c'est dans la façon dont tout cela fut vécu et enregistré par sa mémoire, que Imre Kertész remue nos consciences de lecteurs, ébranle les fragiles notions que nous nous faisons du bien et du mal.

C'est parce qu'il n'émet pas de jugements tranchés sur ce qui lui arrive dans les camps, que le jeune narrateur peut conserver un regard enfantin et étonné sur les douloureux événements qu'il est amené à vivre.
Il est dans la pure présence, non dans la quête d'un sens : lequel serait, de toute évidence, impossible à formuler.

Le récit qu'il fait de sa vie dans les divers camps où il fut déporté, semble relever d'une vie parallèle, double ; comme s'il était en quelque sorte un spectateur de ce théâtre d'ombres faméliques et souffrantes.

Ce regard de l'enfance — miraculeusement conservé au sein même de l'adolescence et de la déportation —, lui permet de traverser ces terres de la désolation en acceptant, comme sous l'ordre d'un décret mystérieux, la rude et absurde tâche dans laquelle il se trouve embourbé.

Le sens profond d'Etre sans destin, me semble culminer dans le regard que pose, après coup, ce jeune adolescent qui revient des camps de concentration comme on émerge des fumées noires d'une sorte de cauchemar éveillé.

Lorsqu'il regagne ce qui fut autrefois son foyer — entretemps passé en d'autres mains —, il retrouve deux vieillards juifs de son enfance, qui ont pu survivre en se cachant : Steiner et Fleischmann.

A leurs questions insistantes sur ce qu'il fera désormais de son avenir après l'horreur qu'il vient de traverser, le narrateur adolescent leur assène ces mots :
"S'il y a un destin, la liberté n'est pas possible ; si, au contraire, […] la liberté existe, alors il n'y a pas de destin, […] c'est-à-dire qu'alors nous sommes nous-mêmes le destin." (p. 356)

Questionnement métaphysique vertigineux, auquel il s'empresse d'ajouter — comme par douceur —, des mots si simples en apparence et qui semblent porter en eux la légèreté et le poids de toute existence humaine : nous avons avancés pas à pas comme nous le pouvions.

Notre difficile arrangement avec la vie consiste peut-être dans ces pas, que chacun accomplit à son rythme avec plus ou moins de peine, en grappillant quelques miettes de bonheur avant que le vent les emporte — les déporte au loin.

Rien ne sert de se presser car nous arriverons tous où nos pas nous mènent fatalement : là où il nous faudra partir dans ce qui est peut-être un point final.

Mais Fleischmann et Steiner ne semblent pas pouvoir envisager, sans un indicible effroi, l'espèce de "détachement" dont fait preuve le narrateur.
Son être se fait farouche lorsque ceux-ci cherchent à lui assigner une identité de pure victime.

Retentissent alors de sa bouche ces paroles foudroyantes : "On ne peut pas — il fallait qu'ils essaient de comprendre cela —, on ne peut pas tout me prendre, il m'est impossible de n'être ni vainqueur ni vaincu, de ne pas pouvoir avoir raison et de n'avoir pas pu me tromper, de n'être ni la cause ni la conséquence de rien ; je les suppliais presque d'essayer d'admettre que je ne pouvais pas avaler cette fichue amertume de devoir n'être rien qu'innocent." (p. 357)

Il ressort d'Etre sans destin, étrangement, des exhalaisons de mort et un ardent souffle de vie — sans que ces deux impressions ne puissent s'annuler l'une l'autre.

Imre Kertész s'est délesté — autant qu'il a pu —, de sa pesante croix en ne faisant pas mûrir dans son âme les fruits aigres de la haine et de la vengeance.

Parce que la condamnation face à l'incompréhensible violence est si dure à prononcer ; parce qu'il n'y a, au fond, ni anges ni diables ; pas d'êtres purs ou impurs, mais un trouble mélange de tout cela — et parce qu'en tout agneau demeure possible la férocité du loup.

Âpre constat de "la banalité du mal" ; terrible "innocence" de la cruauté !

Il y a simplement des hommes : les uns recevant les coups, d'autres les donnant ; des hommes dont le triste lot commun est de ne jamais vraiment "savoir ce qu'ils font".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xa52cc9a8)

Ce produit

Etre sans destin
Etre sans destin de Imre Kertész (Poche - 31 août 2009)
EUR 8,27
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit